Difficultés à respirer

Publié par Dr Philippe Presles le Samedi 01 Janvier 2005 : 01h00
Mis à jour le Lundi 28 Janvier 2013 : 15h36
-A +A

Le rôle du poumon consiste à oxygéner le sang et à en éliminer le gaz carbonique.

En cas d'insuffisance respiratoire, le taux de gaz carbonique sanguin augmente, tandis que celui d'oxygène diminue, ce qui se traduit par une difficulté à respirer (que l'on appelle également dyspnée).

Difficultés à respirer : Comprendre

La personne doit fournir des efforts supplémentaires pour respirer.

Elle peut ressentir de l'essoufflement, une impression de manquer d'air et une sensation d'étouffement ou d'oppression thoracique.

Elle peut aussi avoir le souffle court et rapide.

Les problèmes qui entraînent de l'essoufflement sont multiples : activité physique intense, affections cardiaques, maladies pulmonaires.

Comme les troubles respiratoires consécutifs à une maladie cardiaque sont traités dans un autre chapitre, seuls ceux qui sont liés à une affection pulmonaire sont décrits ici.

Difficultés à respirer : Causes

  • Pneumonie.

    Cette infection des poumons due à des bactéries ou à un virus peut provoquer l'apparition d'un ##12929/essoufflement/##, de toux, d'expectorations (crachats) parfois sanguines, de frissons et de fièvre.

  • ##14621/Bronchite chronique/##.

    L'inflammation des bronches causée par la cigarette ou par une exposition régulière à des produits toxiques irritants (comme le chlore) se manifeste par une toux chronique et des expectorations, puis, lorsque la maladie s'aggrave, par de l'essoufflement.

  • ##14622/Emphysème/##.

    Il s'agit de la destruction progressive et chronique des alvéoles pulmonaires qui survient habituellement chez les fumeurs.

    Les symptômes de cette maladie chronique sont l'essoufflement, une respiration sifflante, parfois de la toux et des expectorations.

  • ##14617/Asthme/##.

    La crise d'asthme, en réponse à une allergie, se présente d'habitude par un essoufflement subit et des sifflements (surtout à l'expiration), une oppression thoracique, une sensation d'étouffement et une toux sèche ou productive (avec ou sans crachats).

  • ##13976/Allergie/## respiratoire majeure.

    Une telle allergie fait enfler le visage, la langue, le larynx, les tissus mous de la gorge et les cordes vocales.

    L'étouffement s'accompagne d'un bruit strident à l'inspiration (stridor).

    Cela peut surtout arriver aux personnes allergiques à la pénicilline, aux noix et aux piqûres d'insectes.

    C'est une urgence médicale.

  • Embolie pulmonaire.

    Un caillot se forme dans un vaisseau sanguin (dans une jambe, la plupart du temps), se détache, suit la circulation sanguine et va obstruer une artère pulmonaire.

    De longs déplacements en voiture, un alitement prolongé et un traumatisme aux jambes (comme un accident) favorisent la formation des caillots.

    En outre, les risques d'embolie sont plus grands s'il y a déjà eu des cas dans la famille proche.

    L'embolie pulmonaire se traduit par un essoufflement instantané et, selon la taille et la localisation du caillot, par une douleur au thorax, de la fièvre et des crachats teintés de sang.

  • Pneumothorax (collapsus pulmonaire).

    Un pneumothorax survient lorsque des bulles produites par une infiltration gazeuse dans le tissu cellulaire et localisées à la surface du poumon se rompent et que de l'air s'infiltre entre la plèvre (membrane qui tapisse le thorax et enveloppe les poumons) et le poumon.

    Pour des raisons encore inconnues, les jeunes adultes grands et minces y sont particulièrement sujets.

    Et, comme la stature est héréditaire, plusieurs cas de pneumothorax peuvent s'observer dans une même famille.

    L'emphysème et les traumatismes graves au thorax (une blessure, par exemple) risquent aussi de causer un collapsus pulmonaire.

    En plus de manquer de souffle, la personne présentant un pneumothorax ressent de fortes douleurs au niveau des côtes.

    Les symptômes surviennent brusquement.

  • Epiglottite.

    Il s'agit d'une infection bactérienne du larynx et du pharynx atteignant son maximum au niveau de l'épiglotte, "clapet" au fond de la gorge qui se referme sur les cordes vocales au moment de la déglutition.

    Les symptômes de l'épiglottite sont une respiration sifflante, surtout à l'inspiration, des maux de gorge et de la fièvre.

    Les enfants sont particulièrement prédisposés à ce genre d'inflammation aiguë, qui constitue une urgence médicale en raison du risque d'asphyxie.

  • Syndrome d'hyperventilation.

    Il s'agit d'un phénomène bénin, qui se produit surtout chez les gens anxieux (les femmes y sont plus sujettes que les hommes).

    Dans ces cas, la respiration rapide provoque une forte diminution du gaz carbonique dans le sang entraînant une impression d'étouffement, des étourdissements, une faiblesse, de la fatigue, des palpitations cardiaques, un fourmillement dans les bras et les mains, des points thoraciques ou abdominaux, des bouffées de chaleur et, parfois même, une perte de connaissance.

  • Fibrose pulmonaire.

    Maladie chronique et très grave qui se caractérise par la formation progressive de tissu cicatriciel dans les poumons.

    De cause souvent inconnue, elle peut aussi se rencontrer chez les gens souffrant d'amiantose (maladie causée par l'exposition prolongée à la poussière des fibres d'amiante), de silicose (maladie provoquée par l'exposition prolongée à la poussière de silice, que l'on retrouve dans les carrières, les mines, les fonderies et les chantiers de maçonnerie) ou même d'alvéolite allergique (contact prolongé avec du foin moisi, des pigeons ou des perruches).

    Avec les années, la fibrose pulmonaire entraîne la rigidité des poumons, qui perdent peu à peu leur capacité de faire leur travail.

    La maladie se remarque par un souffle court et rapide.

    Elle se manifeste aussi une grande fatigue, qui empire avec la progression de la maladie.

  • Fibrose kystique.

    Il s'agit d'une maladie congénitale et héréditaire qui se caractérise par le mauvais fonctionnement des glandes des poumons et du système digestif.

    Cela entraîne l'épaississement des sécrétions pulmonaires.

    Le mucus épais colle aux bronchioles (les petites bronches) et bloque la circulation de l'oxygène.

    Les bactéries se développent et se multiplient dans les poumons obstrués.

    Elles entraînent des infections à répétition qui contribuent à détruire le tissu pulmonaire.

    Aux difficultés respiratoires peuvent s'ajouter des problèmes digestifs (comme une diarrhée chronique) et des troubles de la croissance.

  • ##14967/Obésité/## morbide.

    En présence d'un surplus de poids très important, l'abdomen proéminent fait remonter le diaphragme qui écrase alors les poumons.

    La personne doit donc faire un effort accru pour respirer.

    La difficulté respiratoire est présente de façon constante et davantage encore lorsqu'il faut fournir un effort physique.

    De plus, le problème respiratoire est aggravé par un cœur moins performant et des capacités musculaires réduites.

  • ##15463/Scoliose/##.

    Déformation congénitale de la colonne vertébrale (qui prend la forme d'un S).

    Dans les cas graves, le poumon est coincé par la colonne déformée.

    Cela limite son expansion et entraîne une difficulté chronique à respirer.

  • Dystrophie musculaire.

    La dystrophie est une faiblesse musculaire progressive, c'est-à-dire qui empire avec les années.

    Cela commence par une baisse de la force des muscles du visage, du thorax et du cou pour devenir à long terme une faiblesse générale.

    Les difficultés respiratoires proviennent donc de l'affaiblissement des muscles pulmonaires.

  • Maladies inflammatoires de la plèvre (pleurésie).

    La plèvre est la membrane composée de deux "feuillets" qui tapissent, d'une part, le poumon et, d'autre part, la cage thoracique.

    Les symptômes les plus fréquents de la pleurésie sont une douleur thoracique accrue à l'inspiration et à la toux, de même qu'un essoufflement à l'effort lorsqu'il y a un épanchement (liquide dans la plèvre).

    Le plus souvent, la pleurésie est causée par une infection (virus, inflammation entraînée par une pneumonie ou infection à l'intérieur de la plèvre).

    L'arthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux disséminé, qui sont provoqués par un trouble du système immunitaire, en sont également des causes.

    Le cancer du poumon, s'il envahit la plèvre, peut aussi entraîner une pleurésie.

  • Insuffisance respiratoire.

    Tous les problèmes pulmonaires peuvent empirer et dégénérer en

    insuffisance respiratoire.

    Le poumon n'est tout simplement plus capable d'assurer l'oxygénation du sang et l'essoufflement s'aggrave.

    Selon la nature du problème responsable de l'insuffisance respiratoire, d'autres symptômes peuvent apparaître.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Samedi 01 Janvier 2005 : 01h00
Mis à jour le Lundi 28 Janvier 2013 : 15h36
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.
A lire aussi
Expectorations Publié le 31/05/2001 - 00h00

En théorie, une personne en bonne santé ne crache pas. Les expectorations (crachats ou sécrétions) sont produites à la suite d'une réaction de défense de l'organisme face à une quelconque agression due à un problème interne ou en provenance du milieu extérieur.

L'épanchement pleural expliqué en vidéo Publié le 19/08/2010 - 14h57

Dans la cage thoracique, les poumons sont entourés d'une membrane humide composée de deux couches, la plèvre. Normalement, une petite quantité de liquide lubrifie les surfaces des membranes pleurales. Un épanchement pleural est une accumulation anormale de liquide entre les membranes.Deux types...

Quels sont les symptômes et les causes du pneumothorax ? Publié le 29/04/2013 - 08h46

Essouflements, difficultés à respirer, oppression, fatigue… ? C’est peut-être un pneumothorax.Cette maladie désigne une affection de la plèvre, la fine enveloppe qui entoure les poumons.Quels sont les symptômes ? Comment savoir si on est à risque et comment prévenir et soigner le...

Plus d'articles