Difficulté à marcher

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 23 Mai 2014 : 08h47
-A +A

La marche est un mouvement complexe. Elle fait appel à la coordination entre le système nerveux central (cortex, sous-cortex, cervelet et moelle épinière), le système nerveux périphérique (nerfs) et l'appareil locomoteur (muscles, os et articulations).

La marche dépend également de l'équilibre, qui est régi par le cervelet et l'oreille interne (système vestibulaire).

Difficulté à marcher : Comprendre

Différents troubles fonctionnels peuvent donner l'alarme :

  • engourdissements et perte de sensation dans les membres inférieurs,
  • équilibre précaire,
  • manque de coordination,
  • chutes fréquentes,
  • raideur ou faiblesse d'une jambe qui traîne ou ne répond pas à la commande.

Difficulté à marcher : Causes

Problème au niveau du système nerveux central

  • Vieillissement normal.

    Il entraîne une altération d'une partie des neurones qui transmettent l'influx nerveux aux extrémités et de ceux qui règlent le rapport entre le cervelet et l'oreille interne. Les personnes âgées ont une démarche lente, mal assurée, et leurs problèmes de vision (par exemple cataracte) aggravent la situation.

  • Accident vasculaire cérébral (AVC).

    L'AVC est précédé d'une diminution de la circulation du sang ou d'une hémorragie cérébrale qui perturbe le fonctionnement d'une partie du cerveau et qui peut entraîner des engourdissements et une paralysie d'un ou de plusieurs membres.

  • Tumeur cérébrale.

    La croissance de la tumeur peut provoquer une compression ou la mort de tissus du cerveau, entraînant progressivement des engourdissements et une perte de sensibilité au niveau des membres notamment.

  • Sclérose en plaques.

    Il s'agit d'une atteinte de la myéline qui enveloppe les fibres nerveuses dans le corps et qui perturbe l'influx nerveux. Les engourdissements peuvent commencer aux pieds et progresser vers l'abdomen, ou ils peuvent se manifester d'un seul côté ; on note une faiblesse des membres inférieurs, des spasmes musculaires ou de la maladresse.

  • Démences.

    Certaines maladies telle que la maladie de Parkinson entraînent une marche hésitante, saccadée et progressivement impossible.

  • Dystrophies musculaires.

    Elles se caractérisent par une atteinte des nerfs et du tronc cérébral (partie située à la base du cerveau), provoquant une faiblesse des extrémités et une fonte musculaire (par exemple : sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Lou-Gehrig).

  • Compression de la moelle épinière par une tumeur, un disque ou un traumatisme à la colonne vertébrale.

    La difficulté à marcher s'accompagne, dans ce cas, d'incontinence urinaire ou de constipation rebelle, d'engourdissements qui montent des pieds à la taille, au thorax ou au cou, avec faiblesse et spasmes des membres inférieurs (et parfois aussi des membres supérieurs).

  • Labyrinthite.

    Causée par un virus passager qui infecte l'oreille interne (labyrinthe) et provoque des vertiges (perte de l'équilibre). À noter que les infections bactériennes à répétition ou chroniques peuvent avoir le même effet à long terme.

  • Médicaments, alcool et drogues.

    Certains médicaments comme les sédatifs, les psychotropes et les hypotenseurs peuvent interférer au niveau de l'équilibre et de la vigilance.

  • Affections touchant le cervelet.

    Elles entraînent un trouble de la marche par atteinte de la coordination et de l'équilibre.

Problème au niveau du système nerveux périphérique

  • Polyneuropathies.

    Les causes les plus courantes sont le diabète, l'alcoolisme et la déficience en vitamine B12 due à une malabsorption digestive ou à un déficit en apport. Ces maladies qui détruisent les terminaisons nerveuses entraînent une perte de sensibilité des pieds et une désorientation pouvant provoquer une chute.

Problème au niveau de l'appareil locomoteur

  • Hernie discale lombaire.

    Elle s'installe insidieusement à la suite de lumbagos ou d'entorses lombaires à répétition ; le disque est aplati entre deux vertèbres. Il irrite les nerfs à leur point de départ, causant de la douleur et divers degrés d'impotence des membres inférieurs.

  • Arthrite.

    Maladie inflammatoire qui peut toucher n'importe quelle articulation et gêner son fonctionnement. La douleur et l'œdème (hanche, genou, cheville, orteils) limitent la marche. À un stade avancé, l'articulation peut être déformée et endommagée par les poussées inflammatoires répétées. La goutte est une forme d'arthrite, où l'acide urique (urée) en excès forme des calcifications très douloureuses dans les articulations.

  • Ostéoarthrose.

    Elle entraîne un durcissement du tissu articulaire et limite les mouvements d'une ou plusieurs articulations pouvant s'accompagner de douleurs intenses.

  • Artériosclérose des membres inférieurs.

    L'apport de sang oxygéné aux jambes est réduit. Ce phénomène, identique aux crises d'angine de poitrine affectant le cœur, cause une douleur qui fait boiter (claudication intermittente). Les gens qui en sont atteints sont des fumeurs dans 90 % des cas.

  • Myopathies.

    Elles entraînent une faiblesse de certaines régions musculaires, rendant ainsi la marche difficile.

  • Affections des pieds telles que des plaies, l'hallus valgus, les pieds plats et certaines déformations des pieds.
  • Phlébite.

    Elle se caractérise par la formation de caillots au niveau d'une veine et se manifeste par une douleur au mollet qui peut être accompagnée de gonflement.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 23 Mai 2014 : 08h47
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.
A lire aussi
Faiblesse musculaire Publié le 31/05/2001 - 00h00

La faiblesse musculaire se définit comme une sensation de manque de force.Elle survient quand un ou plusieurs muscles fonctionnent peu ou pas, ou lorsqu'on se sent épuisé.Elle peut toucher uniquement un muscle, un groupe musculaire (épaule, poignet, genou, pied, etc.), un membre entier ou tout...

Mal de dos, ce qui marche vraiment ! Publié le 15/04/2011 - 07h58

Sciatiques, lombalgies, lumbagos, torticolis, dorsalgies…, les maux de dos ont de multiples causes. En fonction de la douleur et de sa localisation, certaines thérapies sont plus efficaces que d’autres. Comment s’y retrouver ? Suivez le guide…

Mauvaises postures Publié le 31/05/2001 - 00h00

Les mauvaises postures ne sont pas que disgracieuses, elles provoquent de la douleur, des déformations et des troubles fonctionnels. Elles se manifestent le plus souvent au cours de l'adolescence.Elles se définissent par rapport à la courbure normale de la colonne vertébrale vue de profil.Cette...

Perte d'équilibre Publié le 08/06/2001 - 00h00

Chez l'être humain, l'équilibre est un état de stabilité en position debout.C'est le résultat neutre de la rencontre de deux forces : la pesanteur (qui nous attire vers le sol) et les contractions musculaires (qui nous maintiennent à la verticale).La perte d'équilibre correspond à la...

Plus d'articles