GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion

-A +A
source: ANSM - Mis à jour le : 14/09/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion.

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Immunoglobuline humaine normale (IgIV)*50 mg**

pour 1 ml de solution reconstituée

* la poudre a une teneur maximale en IgA inférieure à 44 µg/g de protéines (soit 2,2 µg/ml).

** correspondant à une quantité totale de protéines, dont au moins 90% sont des Immunoglobulines G (IgG).

·Un flacon de 10 ml contient 0,5 g dimmunoglobuline humaine normale.

·Un flacon de 50 ml contient 2,5 g dimmunoglobuline humaine normale.

·Un flacon de 100 ml contient 5 g dimmunoglobuline humaine normale.

·Un flacon de 200 ml contient 10 g dimmunoglobuline humaine normale.

Distribution des sous-classes dIgG :

·IgG1 > 56,9 %

·IgG2 > 16,0 %

·IgG3 > 3,3 %

·IgG4 > 0,3 %

Fabriqué à partir du plasma humain issu de dons.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre et solvant pour solution pour perfusion intraveineuse.

GAMMAGARD se présente sous la forme d'une poudre lyophilisée, blanche ou très légèrement jaune, pratiquement exempte de particule visible.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Les indications suivantes sont réservées aux patients ayant acquis des anticorps anti-IgA responsables de manifestations cliniques dintolérance.

Traitement de substitution chez les adultes, et chez les enfants et les adolescents (0-18 ans) :

·Déficits immunitaires primitifs (DIP) avec anomalies de la production danticorps (voir rubrique 4.4),

·Hypogammaglobulinémie et infections bactériennes récurrentes chez les patients atteints de leucémie lymphoïde chronique, après échec de lantibioprophylaxie,

·Hypogammaglobulinémie et infections bactériennes récurrentes chez les patients atteints de myélome multiple en phase de plateau (stabilisé) nayant pas répondu à la vaccination anti-pneumococcique,

·Hypogammaglobulinémie chez les patients ayant bénéficié dune allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (allo-SCH),

·SIDA par infection VIH congénitale avec infections bactériennes récurrentes.

Traitement immunomodulateur chez les adultes, et chez les enfants et les adolescents (de 0 à 18 ans) :

·Thrombopénie immunitaire primaire (purpura thrombopénique idiopathique (PTI)) en cas de risque hémorragique important ou avant un acte chirurgical pour corriger le taux de plaquettes,

·Syndrome de Guillain et Barré,

·Maladie de Kawasaki.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Le traitement de substitution doit être initié et contrôlé sous la surveillance dun médecin expérimenté dans le traitement de limmunodéficience.

Posologie

La dose et la posologie dépendent des indications.

Dans les traitements substitutifs, la dose peut être individualisée pour chaque patient en fonction de la réponse pharmacocinétique et clinique. Les posologies suivantes sont données à titre indicatif.

Traitement de substitution en cas de déficit immunitaire primitif :

La posologie doit permettre datteindre un taux dIgG résiduel (mesuré avant la perfusion suivante) d'au moins 5 à 6 g/l. 3 à 6 mois sont nécessaires après le début du traitement pour atteindre léquilibre. La dose de charge recommandée est de 0,4 à 0,8 g/kg de poids corporel, suivie dau moins 0,2 g/kg de poids corporel toutes les 3 à 4 semaines.

La dose nécessaire pour atteindre un taux résiduel de 5 à 6 g/l est de l'ordre de 0,2 à 0,8 g/kg de poids corporel/mois.

Lintervalle entre les doses lorsque létat déquilibre est atteint varie entre 3 et 4 semaines.

Les taux résiduels doivent être mesurés et évalués en prenant en compte la fréquence des infections. Pour réduire la fréquence des infections, il peut être nécessaire daugmenter les doses et datteindre des taux résiduels plus élevés.

Hypogammaglobulinémie et infections bactériennes récurrentes chez les patients atteints de leucémie lymphoïde chronique après échec de lantibio-prophylaxie; hypogammaglobulinémie et infections bactériennes récidivantes chez les patients atteints de myélome multiple en phase de plateau (ou stabilisé) nayant pas répondu à la vaccination anti-pneumococcique ; infections bactériennes récurrentes ayant un SIDA par infection congénitale à VIH.

La dose recommandée est de 0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel toutes les 3 à 4 semaines.

Hypogammaglobulinémie chez les patients ayant bénéficié dune allogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

La posologie est ajustée pour chaque patient dans le traitement des infections et la prévention de la maladie du greffon contre lhôte.

La dose recommandée est de 0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel toutes les 3 à 4 semaines. Les taux résiduels doivent être maintenus au-dessus de 5 g/l.

Thrombopénie immunitaire primaire.

Il existe deux schémas posologiques possibles :

·0,8 à 1 g/kg de poids corporel administré le jour 1 ; cette dose peut être répétée une fois dans les 3 jours suivants,

·0,4 g/kg de poids corporel administré chaque jour pendant deux à cinq jours.

Le traitement peut être répété en cas de rechute.

Syndrome de Guillain-Barré.

0,4 g/kg de poids corporel/jour pendant 5 jours.

Maladie de Kawasaki.

1,6 à 2,0 g/kg de poids corporel doivent être administrés en plusieurs doses réparties sur 2 à 5 jours ou 2 g/kg de poids corporel en dose unique.

Les patients doivent recevoir un traitement concomitant avec de lacide acétylsalicylique.

Les doses recommandées sont résumées ci-dessous :

Indication

Posologie

Rythme des injections

Traitement substitutif des déficits immunitaires primitifs

·dose de charge :

0,4 à 0,8 g/kg de poids corporel

·dose d'entretien :

0,2 à 0,8 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines pour obtenir un taux résiduel d'IgG d'au moins 5 à 6 g/L

Traitement substitutif des déficits immunitaires secondaires

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines pour obtenir un taux résiduel dIgG dau moins 5 à 6 g/L

SIDA par Infection VIH congénitale

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines

Hypogammaglobulinémie (<4 g/L) chez les patients après une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines afin dobtenir un taux résiduel dIgG supérieur à 5 g/l

·le traitement des infections et la prévention de la maladie du greffon contre lhôte

toutes les semaines à partir de J-7 jusquà 3 mois après la greffe

·le déficit persistant de production danticorps

tous les mois jusquà ce que les taux danticorps soient revenus à la normale

Traitement immunomodulateur

Thrombopénie immunitaire primaire (Purpura thrombopénique idiopathique)

0,8 à 1g/kg de poids corporel

ou

0,4 g/kg de poids corporel/j

à J1, éventuellement répétéune fois dans les 3 jours suivants

pendant 2 à 5 jours

Syndrome de Guillain et Barré

0,4 g/kg de poids corporel/j

pendant 5 jours

Maladie de Kawasaki

1,6 à 2,0 g/kg de poids corporel

ou

2 g/kg de poids corporel

en plusieurs doses réparties sur 2 à 5 j en association avec de lacide acétylsalicylique

en une dose uniqueen association avec de lacide acétylsalicylique

Population pédiatrique

La posologie chez lenfant et ladolescent (de 0 à 18 ans) est identique à celle des adultes, la dose pour chaque indication étant calculée en fonction du poids corporel et ajustée selon les résultats cliniques des pathologies susmentionnées.

Mode dadministration

Cette immunoglobuline intraveineuse (IgIV) se présente sous la forme d'une poudre à reconstituer extemporanément avec de l'eau pour préparations injectables, selon les modalités décrites dans le paragraphe « 6.6. Instructions pour l'utilisation et la manipulation ».

Ne pas utiliser de solutions présentant un aspect non homogène ou contenant un dépôt.

Administration par voie intraveineuse.

GAMMAGARD doit être perfusé par voie intraveineuse à un débit initial de 0,5 ml/kg de poids corporel/heure. En général, il est recommandé que les patients débutant un traitement avec GAMMAGARD ou passant dune spécialité pharmaceutique dIgIV à GAMMAGARD, commencent au débit le plus faible et augmentent ensuite jusquau débit maximal, sils ont toléré plusieurs perfusions à des débits de perfusion intermédiaires (voir également rubrique 4.4.).

Si le débit de perfusion est bien toléré, il peut être augmenté progressivement jusquà un maximum de 4 mL/kg de poids corporel/heure. Si aucun effet indésirable ne survient, le débit peut être augmenté progressivement jusqu'à un maximum de 8 ml/kg de poids corporel/heure.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :

·Hypersensibilité ou réaction anaphylactique connue à la substance active ou à lun des excipients (voir rubrique 4.4),

·Hypersensibilité aux immunoglobulines humaines.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde

GAMMAGARD 50 mg/ml contient 21,7 mg de glucose par dose. Ceci devra être pris en compte en cas de diabète latent (possible apparition dune glycosurie transitoire), de diabète, ou chez les patients avec un régime pauvre en sucre. En cas dinsuffisance rénale aiguë, voir ci-dessous.

Certains effets indésirables graves peuvent être associés au débit d'administration. Le débit recommandé au paragraphe « 4.2. Posologie et mode d'administration », doit être scrupuleusement respecté. Les patients doivent rester sous surveillance pendant toute la durée de la perfusion, afin de détecter d'éventuels symptômes.

Certains deffets indésirables peuvent survenir plus fréquemment :

·en cas de débit de perfusion élevé,

·chez les patients hypo- ou agammaglobulinémiques avec ou sans déficit en IgA,

·chez les patients recevant la première administration dune immunoglobuline humaine normale et particulièrement ceux présentant une immunodéficience, ou dans de rares cas, lors dun changement dimmunoglobuline humaine normale ou si la dernière perfusion remonte à un certain temps.

Les complications potentielles peuvent être souvent évitées en sassurant que :

·les patients ne sont pas sensibles à limmunoglobuline humaine normale en démarrant la perfusion lentement (0,5 ml/kg de poids corporel/heure),

·les patients sont suivis pendant toute la durée de la perfusion afin de détecter déventuels symptômes. En particulier, sils reçoivent une immunoglobuline humaine normale pour la première fois, lors dun changement de spécialité dIgIV ou lorsque la dernière perfusion a été faite longtemps auparavant, ces patients doivent être suivis pendant toute la durée de la première administration et pendant l'heure qui suit la fin de cette perfusion, afin de détecter d'éventuels effets indésirables. Tous les autres patients devront être surveillés pendant au moins 20 minutes après la perfusion,

·la quantité de glucose (quantité maximale de 0,43 g/g dIgG) est prise en compte en cas de diabète latent (possible apparition dune glycosurie transitoire), de diabète, ou chez les patients avec un régime pauvre en sucre.

Chez tous les patients, l'administration d'IgIV impose :

·une hydratation appropriée avant le début de la perfusion d'IgIV,

·une surveillance de la diurèse,

·une surveillance de la créatininémie,

·d'éviter ladministration concomitante de diurétiques de l'anse.

En cas deffets indésirables, le débit dadministration doit être réduit ou la perfusion arrêtée. Le traitement requis dépend de la nature et de la sévérité des effets indésirables.

En cas de choc, le traitement médical symptomatique relatif à létat de choc doit être instauré.

Hypersensibilité

Les vraies réactions allergiques à ce médicament sont rares. Elles peuvent survenir dans de très rares cas de déficit en IgA avec anticorps anti-IgA.

Rarement, une immunoglobuline humaine normale peut entraîner une réaction anaphylactique avec une chute brutale de la tension artérielle même chez des patients qui ont présenté une bonne tolérance à une administration précédente d'immunoglobuline humaine normale.

Les patients, ayant des anticorps anti-IgA ou présentant un déficit en IgA dans le cadre dun déficit immunitaire primitif sous-jacent pour lequel un traitement par IgIV est indiqué, peuvent présenter un risque plus élevé de réaction anaphylactique. Lanaphylaxie a été rapportée lors de lutilisation de GAMMAGARD même si le médicament contient des taux faibles dIgA (voir rubrique 4.8). Ladministration de GAMMAGARD doit être réalisée avec la plus grande prudence chez les patients qui ont déjà présentés une réaction dhypersensibilité grave et le lieu où seffectue ladministration doit disposer de soins appropriés de support pour traiter les réactions mettant en jeu le pronostic vital.

Précautions supplémentaires

Thromboembolisme

Cliniquement, lexistence dun lien est reconnue entre un traitement par IgIV (incluant GAMMAGARD) et des réactions thromboemboliques, comme par exemple linfarctus du myocarde, latteinte vasculaire cérébrale (y compris l'accident vasculaire cérébral), lembolie pulmonaire et la thrombose veineuse profonde. Ces évènements sont probablement liés à une élévation relative de la viscosité sanguine due à un apport important en immunoglobuline chez les patients à risque. Toutes les précautions doivent être prises lors de la prescription et de la perfusion dIgIV chez les patients obèses, chez les patients présentant des facteurs de risques thrombotiques préexistants (tels que des antécédents dathérosclérose, des facteurs de risques cardiovasculaires multiples, un âge avancé, un débit cardiaque altéré, une hyperviscosité connue ou suspectée, par exemple, déshydratation ou paraprotéines, des troubles d'hypercoagulabilité, des périodes prolongées d'immobilisation, l'obésité, lutilisation dstrogènes, le diabète, des troubles thrombophiliques acquis ou hérités, un antécédent de maladie vasculaire, un cathéter vasculaire à demeure, un antécédent d'événement thrombotique ou thromboembolique).

Chez les patients présentant un risque deffets indésirables thromboemboliques, GAMMAGARD doit être administré à un débit de perfusion minimal et à une posologie adaptée.

Assurer une hydratation appropriée aux patients avant et après administration. Surveiller les signes et symptômes de thrombose et évaluer la viscosité sanguine chez les patients à risque dhyperviscosité.

Complications rénales

Des réactions rénales indésirables sévères ont été rapportées chez des patients recevant un traitement par IgIV, notamment une insuffisance rénale aiguë, une nécrose tubulaire aiguë, une néphropathie tubulaire proximale et une néphrose osmotique. Dans la plupart des cas, des facteurs de risque ont été identifiés, tels quune insuffisance rénale préexistante, un diabète sucré, une hypovolémie, un surpoids, la prise concomitante de médicaments néphrotoxiques, un âge supérieur à 65 ans, une septicémie ou une paraprotéinémie.

En cas datteinte rénale, une interruption de limmunoglobuline doit être envisagée.

Bien que des cas d'atteinte rénale et d'insuffisance rénale aigüe aient été associés à l'utilisation de nombreuses spécialités pharmaceutiques d'IgIV contenant des excipients tels que le saccharose, le glucose et le maltose, celles contenant du saccharose (GAMMAGARD ne contient pas de saccharose) comme stabilisant sont les plus représentées. Chez les patients à risque, l'utilisation dIgIV ne contenant pas ces excipients doit être envisagée. GAMMAGARD contient du glucose (voir la liste des excipients).

Chez les patients à risque, l'utilisation dIgIV ne contenant pas de saccharose doit être envisagée. GAMMAGARD ne contient pas de saccharose ni de maltose.

Chez les patients présentant un risque dinsuffisance rénale aiguë, les IgIV doivent être administrées à un débit de perfusion minimal et à une posologie adaptée.

Syndrome de détresse respiratoire aigu post-transfusionnel

Des cas ddème pulmonaire non cardiogénique (TRALI) ont été rapportés chez les patients traités par des IgIV.

Syndrome de méningite aseptique

Des cas de syndrome de méningite aseptique ont été rapportés comme pouvant survenir lors dun traitement par IgIV (incluant GAMMAGARD). L'arrêt du traitement par IgIV peut conduire à une régression du syndrome de méningite aseptique en plusieurs jours. Le syndrome apparaît généralement entre plusieurs heures et deux jours après le traitement par IgIV.

·Les résultats danalyse du liquide céphalo-rachidien sont souvent positifs avec une pléocytose pouvant aller jusqu'à plusieurs milliers de cellules par mm³, essentiellement de type granulocytaire, et une hausse du taux de protéines jusqu'à plusieurs centaines de mg/dl,

·Des incidences plus élevées de syndrome de méningite aseptique ont été constatées chez les femmes.

Anémie hémolytique

Les immunoglobulines intraveineuses peuvent contenir des anticorps à des groupes sanguins susceptibles d'agir comme des hémolysines et d'induire le recouvrement in vivo des globules rouges par des immunoglobulines, ce qui entraîne une réaction antiglobuline directe positive (Test de Coombs) et, dans de rares cas, une hémolyse. Une anémie hémolytique peut se développer à la suite d'un traitement par IgIV en raison dune augmentation de la séquestration des globules rouges. Des signes cliniques ou des symptômes dhémolyse doivent être surveillés chez les patients recevant des IgIV (voir rubrique 4.8).

Déficit en IgA sélectif

Les IgIV ne sont pas indiquées chez les patients présentant un déficit en IgA sélectif sans autre anomalie immunitaire. Ces patients devront être traités seulement si leur déficit en IgA est associé à un déficit immunitaire pour lequel lIgIV est clairement indiquée.

Hyperprotéinémie

Une hyperprotéinémie et une élévation de la viscosité sanguine peuvent survenir chez les patients recevant un traitement par IgIV.

Teneur en sodium

La teneur en sodium contenue dans une dose maximale journalière peut sensiblement sajouter à la teneur journalière en sodium alimentaire recommandée chez les patients suivant un régime hyposodé. Chez ces patients, la teneur en sodium du produit doit être calculée et prise en compte lors de la détermination de lapport alimentaire en sodium. GAMMAGARD 50 mg/ml contient environ 3,4 mg/ml de sodium. Un patient de 70 kg recevant 1 g/kg (1,4 litres) recevra 4,7 g de sodium.

Agents transmissibles

GAMMAGARD est fabriqué à partir de plasma humain. Les mesures habituelles de prévention du risque de transmission dagents infectieux par les médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain comprennent la sélection des donneurs, la recherche des marqueurs spécifiques dinfection sur chaque don et sur les mélanges de plasma ainsi que la mise en uvre dans le procédé de fabrication détapes efficaces pour linactivation/élimination virale. Cependant, lorsque des médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain sont administrés, le risque de transmission dagents infectieux ne peut pas être totalement exclu. Ceci sapplique également aux virus inconnus ou émergents ou autres types dagents infectieux, comme lagent de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ).

Les mesures prises sont considérées comme efficaces vis-à-vis des virus enveloppés tels que le VIH, le VHB et le VHC, et vis-à-vis des virus non enveloppés VHA et parvovirus B19.

L'expérience clinique ne rapporte pas de transmission du virus de lhépatite A ni du parvovirus B19 par les immunoglobulines, les anticorps présents contribuant probablement à la sécurité du produit.

Interférence avec des tests sérologiques

Après perfusion d'immunoglobuline, l'augmentation transitoire de la concentration de divers anticorps transférés de façon passive dans le sang du patient peut être responsable de résultats faussement positifs lors de tests sérologiques, par exemple pour lHépatite A, lHépatite B, la rougeole et la varicelle.

La transmission passive d'anticorps anti-érythrocytaires tels que les anticorps anti-A, anti-B et anti-D peut interférer avec certains tests sérologiques comme la recherche des anticorps anti-globules rouges, par exemple le test des antiglobulines (TDA, test de Coombs direct).

GAMMAGARD contient des anticorps des groupes sanguins qui peuvent agir comme des hémolysines et induire in vivo lagglutination des globules rouges avec l'immunoglobuline. Cela peut entraîner un test de Coombs direct positif. GAMMAGARD peut également être responsable de résultats faussement positif lors des dosages sérologiques des β-D-glucanes au cours du diagnostic des infections fongiques et ce, durant plusieurs semaines après linjection du produit.

Une anémie hémolytique retardée peut se développer à la suite du traitement par GAMMAGARD à cause dune augmentation de la séquestration des globules rouges ; une hémolyse aiguë, consécutive à une hémolyse intravasculaire, a été rapportée.

Les facteurs de risque suivants peuvent être liés au développement d'une hémolyse : des doses élevées (administration unique ou répartie sur plusieurs jours) et le groupe sanguin non-O.

Un état inflammatoire sous-jacent chez un patient peut augmenter le risque d'hémolyse mais son rôle est incertain.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Vaccins constitués de virus vivants atténués

L'administration d'IgIV peut entraver l'efficacité des vaccins constitués de virus vivants atténués tels que les vaccins contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. Après perfusion d'IgIV, attendre au minimum 6 semaines (de préférence 3 mois) avant d'administrer ce type de vaccins. Pour le vaccin contre la rougeole, cette altération de la réponse peut persister plus dun an après la perfusion dIgIV. Par conséquent, si un patient est vacciné contre la rougeole, un contrôle des anticorps protecteurs devrait être fait.

Si le patient a reçu des vaccins constitués de virus vivants atténués (rougeole, rubéole, oreillons, varicelle) au cours des 2 semaines précédant la perfusion, un contrôle des anticorps protecteurs post-vaccinaux peut être nécessaire en vue d'un éventuel rappel.

Population pédiatrique

Il nexiste aucune étude dinteraction avec GAMMAGARD dans la population pédiatrique.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Il ny a pas de données pertinentes sur lutilisation de GAMMAGARD chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

Il est avéré que les médicaments à base d'IgIV administrés à la mère traversent la barrière placentaire, particulièrement lors du troisième trimestre.

Le médecin doit évaluer les risques potentiels et prescrire GAMMAGARD seulement si cela est clairement nécessaire.

Les effets de GAMMAGARD sur la fertilité nont pas été établis.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines peut être affectée par certains effets indésirables associés à GAMMAGARD. Les patients qui présentent des effets indésirables pendant le traitement doivent attendre quils disparaissent avant de conduire des véhicules ou dutiliser des machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Résumé du profil de sécurité

Les effets secondaires liés à l'administration d'IgIV sont plus fréquents chez les malades atteints de déficits immunitaires primitifs.

Avec les immunoglobulines humaines normales pour administration intraveineuse, des réactions de type frissons, céphalées, vertiges, fièvre, vomissements, manifestations allergiques, nausées, arthralgies, chute de la tension artérielle et lombalgies modérées peuvent survenir occasionnellement.

Rarement, les immunoglobulines humaines normales peuvent entraîner une chute brutale de la tension artérielle et dans des cas isolés, un choc anaphylactique même lorsque le patient n'a pas présenté dhypersensibilité lors dune administration antérieure.

Des cas réversibles de méningites aseptiques, des cas isolés réversibles danémies hémolytiques/hémolyses et de rares cas de réactions cutanées transitoires (réactions cutanées eczématiformes régressives) ont été observés avec les immunoglobulines humaines normales, surtout chez les patients des groupes A, B et AB.

Rarement, une anémie hémolytique nécessitant une transfusion peut apparaître après une forte dose dIgIV (voir aussi section 4.4).

Une élévation de la créatininémie et/ou une insuffisance rénale aiguë ont été observés.

Très rarement : réactions thromboemboliques telles que, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, embolie pulmonaire et thrombose veineuse profonde ont été observées.

Un possible lien entre ladministration dIgIV et léventuelle survenue dévénements thromboemboliques a été confirmé par la clinique.

Les effets indésirables ont été compilés à partir dune étude clinique pivot de GAMMAGARD et dune étude de phase 4 évaluant la tolérance à court et moyen terme de GAMMAGARD. Les effets indésirables rapportés dans les deux études et après la mise sur le marché sont résumés et présentés par système organe selon la classification MedDRA et suivant leur fréquence dans le tableau ci-dessous.

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Le tableau récapitulatif présenté ci-dessous fait référence à la classification des systèmes dorganes MedDRA (Classe de Système Organe et terme préférentiel).

La fréquence est définie selon la règle suivante : très fréquent (≥1/10) ; fréquent (≥1/100 à <1/10) ; peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100) ; rare (≥1/10 000 à <1/1 000) ; très rare (<1/10 000) ; indéterminé (ne peut être estimé sur la base des données disponibles).

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Fréquence des effets indésirables

Classification des systèmes dorganes MedDRA

Terme préférentiel MedDRA (Version 17.0)

Fréquence des effets indésirables*

Infections et infestations

Grippe

Peu fréquent

Méningite aseptique

Indéterminé

Affections hématologiques et du système lymphatique

Hémolyse, Anémie, Thrombocytopénie, Lymphadénopathie

Indéterminé

Affections du système immunitaire

Choc anaphylactique, Réaction anaphylactique ou anaphylactoïde, Hypersensibilité

Indéterminé

Affections psychiatriques

Anxiété, Agitation

Peu fréquent

Nervosité

Indéterminé

Affections du système nerveux

Céphalées

Fréquent

Léthargie

Peu fréquent

Accident vasculaire cérébral, Accident ischémique transitoire, Convulsions, Migraine, Sensation vertigineuses, Paresthésie, Syncope, Tremblements

Indéterminé

Affections oculaires

Vision trouble

Peu fréquent

Thrombose veineuse rétinienne, Troubles visuels, Douleur oculaire, Photophobie

Indéterminé

Affections cardiaques

Palpitations

Peu fréquent

Infarctus du myocarde, Cyanose, Tachycardie

Indéterminé

Affections vasculaires

Flush

Fréquent

Fluctuations de la tension artérielle

Peu fréquent

Thrombose artérielle, Thrombose de la veine cave, Thrombose veineuse profonde, Thrombophlébite, Hypotension, Hypertension, Pâleur

Indéterminé

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Dyspnée, Épistaxis

Peu fréquent

Embolie pulmonaire, dème pulmonaire, Hypoxie, Bronchospasme, Respiration sifflante, Hyperventilation, Sensation de gorge serrée, Toux

Indéterminé

Affections gastro-intestinales

Nausée, Vomissement

Fréquent

Diarrhée, Douleur abdominale, Gêne abdominale, Stomatite

Peu fréquent

Douleur abdominale, Dyspepsie

Indéterminé

Affections hépato-biliaires

Atteinte hépatique (non infectieuse)

Indéterminé

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Urticaire, Prurit, sueur froide, Hyperhidrose

Peu fréquent

Angidème, Dermatite, Érythème, Rash, Eruption eczématiforme

Indéterminé

Affections des musculo-squelettiques et systémiques

Dorsalgies, Crampes musculaires, Douleur aux extrémités

Peu fréquent

Arthralgie, Myalgie

Indéterminé

Affections rénales et urinaires

Insuffisance rénale

Indéterminé

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Fatigue, Frissons, Fièvre

Fréquent

Douleur thoracique, Malaise, Douleur, gêne thoracique, Sensation de malaise, Sensation de froid ou de chaleur, Symptômes pseudo-grippaux, Érythème / douleur au site de perfusion, Extravasation au site de perfusion

Peu fréquent

Réactions au site de perfusion, Asthénie, dème

Indéterminé

Investigations

Augmentation de la tension artérielle

Peu fréquent

Test de Coombs direct positif

Indéterminé

Affections nutritionnelles et du métabolisme

Baisse de lappétit

Peu fréquent

* Basée sur le pourcentage par perfusions.

Pour la sécurité relative aux agents transmissibles, voir rubrique 4.4.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Le surdosage peut entrainer une surcharge hydrique et une hyperviscosité, en particulier chez les patients à risque, y compris les patients âgés ou les patients souffrant dun dysfonctionnement cardiaque ou rénal.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : ANTISERUMS ET IMMUNOGLOBULINES (Immunoglobulines humaines normales pour administration intravasculaire), code ATC : J06BA02

GAMMAGARD contient principalement des immunoglobulines G (IgG) entières à large spectre dactivité anticorps vis à vis de divers agents infectieux et de toxines.

GAMMAGARD contient des anticorps de la classe des anti-IgG présents dans la population normale. En général, ce produit est préparé à partir de pools de plasma provenant d'au moins 1000 dons. La répartition des sous classes dIgG est proportionnelle à celui du plasma humain natif. Des administrations appropriées de GAMMAGARD sont susceptibles de ramener à une valeur normale des taux anormalement bas dimmunoglobuline G.

Le mécanisme daction pour les indications autres que le traitement substitutif nest pas totalement élucidé. Il comprend toutefois des effets immunomodulateurs.

Le taux d'IgG n'est pas inférieur à 92 % et est en moyenne de 94,7 %

Titre des anticorps : Anti-viraux

anti-CMV

472 U-PEI/g de protéines

anti-HBs

1,9 UI/g de protéines

anti-hépatite A

530 UI/g de protéines

anti-rougeole

283 UI/g de protéines

anti-zona-varicelle

Indéterminé

Le respect des fonctions biologiques des immunoglobulines a été validé par un test de la fonction Fc.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

GAMMARGARD est immédiatement et entièrement biodisponible dans la circulation du receveur après administration intraveineuse. La solution se répartit rapidement entre les compartiments intra et extravasculaires. Après 3 à 5 jours environ, léquilibre est atteint entre les compartiments intra- et extravasculaires.

La demi-vie de GAMMAGARD est de 37.7 ± 15 jours. Cette demi-vie peut être variable dun patient à un autre, particulièrement en cas de déficit immunitaire primitif.

Les IgG et les complexes dIgG sont dégradés dans les cellules du système réticulo-endothélial.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les immunoglobulines sont des composants naturels du corps humain.

La tolérance de GAMMAGARD a été démontrée dans plusieurs études pré-cliniques. Les données pré-cliniques obtenues sur la base détudes conventionnelles de sécurité pharmacologique et génotoxiques nont pas révélé de risque particulier pour lhomme.

Les résultats cliniques nayant apporté aucune preuve dun potentiel carcinogène des immunoglobulines, aucune étude expérimentale sur des espèces variées na été menée.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Poudre : chlorure de sodium, glucose monohydraté, albumine humaine, glycine et macrogol 3350.

Solvant : eau pour préparations injectables.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

GAMMAGARD ne doit pas être mélangé avec dautres médicaments. Il est recommandé dadministrer séparément GAMMAGARD et les autres médicaments que le patient pourrait recevoir par voie intraveineuse.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

2 ans.

La stabilité physico-chimique de la solution reconstituée a été démontrée pendant 2 heures à une température ne dépassant pas 25°C. Dun point de vue microbiologique, une utilisation immédiate est recommandée. La durée et les conditions de conservation lors de lutilisation sont de la responsabilité de lutilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures entre 2 et 8°C, dès lors que la reconstitution a été réalisée dans des conditions dasepsie contrôlées et validées.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

À conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

Ne pas congeler, le flacon de solvant pourrait se casser.

À conserver à l'abri de la lumière dans lemballage extérieur.

Ne pas utiliser après la date dexpiration.

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Pour les conditions de conservation du médicament reconstitué, voir rubrique 6.3.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

5 g de poudre en flacon (verre de type I) + 100 ml de solvant en flacon (verre de type I) muni de bouchon (bromobutyle) avec un système de transfert, un nécessaire de perfusion et un suspensoir en plastique - boîte de 1.

10 g de poudre en flacon (verre de type I) + 200 ml de solvant en flacon (verre de type I) muni de bouchon (bromobutyle) avec un système de transfert, un nécessaire de perfusion et un suspensoir en plastique - boîte de 1.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Lorsque la reconstitution est réalisée de manière aseptique en dehors dune hotte à flux laminaire stérile, ladministration doit être initiée dès que possible, mais pas plus de 2 heures après reconstitution. Lorsque la reconstitution est réalisée de manière aseptique sous une hotte à flux laminaire stérile, le produit reconstitué peut être conservé jusquà 24 heures, au réfrigérateur (2-8°C). Si ces conditions ne sont pas respectées, la stérilité du produit reconstitué ne peut pas être maintenue. Les flacons partiellement utilisés doivent être jetés.

Une dissolution totale doit être obtenue au bout de 30 minutes. Le produit doit être amené à température ambiante ou à température du corps avant utilisation.

Avant reconstitution :

La poudre doit être blanche ou avoir un aspect très légèrement jaune pratiquement exempt de particules visibles. Le produit reconstitué doit faire lobjet dune inspection visuelle avant administration (particules, coloration). La solution doit être limpide ou légèrement opalescente, incolore ou jaune pâle.

Reconstitution de la solution :

Amener les deux flacons (de poudre et de solvant) à température ambiante. Maintenir cette température pendant la reconstitution et l'administration.

1. Retirer la capsule protectrice du flacon de solvant et du flacon de poudre et désinfecter la surface de chaque bouchon à l'aide d'une solution antiseptique.

2. Retirer le capuchon du perforateur de lune des extrémités du dispositif de transfert. Ne pas toucher le perforateur dénudé.

3a. Placer le flacon de solvant sur une surface plane. Enfoncer le perforateur dénudé du dispositif de transfert au centre du bouchon du flacon de solvant.

Attention: si le perforateur nest pas inséré au centre du bouchon, celui-ci pourrait se détacher.

3b. Exercer une pression ferme sur le dispositif de transfert pour sassurer que le col du flacon sencastre totalement dans celui-ci.

Retirer le capuchon du perforateur de lautre extrémité du dispositif de transfert, tout en maintenant le dispositif en place.

Ne pas toucher le perforateur dénudé.

4. Maintenir le flacon de solvant fixé au dispositif de transfert incliné tout contre le flacon de poudre afin déviter toute perte de solvant.

Remarque : ne pas retourner complètement le flacon de solvant, car cela pourrait entraîner une perte de solvant.

5a. Percer le centre du bouchon du flacon de poudre en retournant simultanément le flacon de solvant afin déviter toute perte de solvant.

Attention : si le perforateur nest pas inséré au centre du bouchon, celui-ci pourrait se détacher et de lair pourrait rentrer dans le flacon.

5b. Exercer une pression ferme sur le flacon de solvant pour sassurer que le col du flacon de poudre sencastre totalement dans le dispositif de transfert.

6. Lorsque le solvant est transféré dans le flacon de poudre, retirer le dispositif de transfert fixé au flacon vide de solvant. Agiter modérément le flacon de poudre par un mouvement de rotation doux jusquà dissolution complète de la poudre en moins de 30 minutes.

Attention : ne pas secouer le flacon afin déviter la formation de mousse.

Eliminer le dispositif de transfert réservé à un usage unique.

Le produit reconstitué doit faire lobjet dune inspection visuelle avant administration, afin de s'assurer qu'il ne contient pas de particules. La solution reconstituée doit être limpide ou légèrement opalescente, incolore ou jaune pâle.

Ne pas utiliser de solutions présentant un aspect non homogène ou contenant un dépôt.

Administration :

·Le produit doit être administré immédiatement par voie intraveineuse en une seule fois après reconstitution.

·Retirer l'embout protecteur du perforateur du nécessaire de perfusion et enfoncer ce perforateur dans le bouchon du flacon de produit reconstitué.

·Fermer hermétiquement la tubulure de perfusion à l'aide du clamp à roulette.

·Presser légèrement la chambre compte-gouttes pour y faire couler la solution; remplir la chambre compte-gouttes au 1/3 de son volume environ.

·Ouvrir le clamp à roulette avec précaution et amorcer la tubulure en prenant soin d'éliminer toute bulle d'air dans la tubulure.

·Connecter le nécessaire de perfusion au cathéter de façon aseptique et en évitant tout passage d'air.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

BAXALTA INNOVATIONS GMBH

INDUSTRIESTRASSE 67

A-1221 VIENNE

AUTRICHE

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 560 314 0 5 : 5 g de poudre en flacon (verre de type I) + 100 ml de solvant en flacon (verre de type I) muni de bouchon (bromobutyle) avec un système de transfert, un nécessaire de perfusion et un suspensoir en plastique - boîte de 1.

·34009 560 315 7 3 : 10 g de poudre en flacon (verre de type I) + 200 ml de solvant en flacon (verre de type I) muni de bouchon (bromobutyle) avec un système de transfert, un nécessaire de perfusion et un suspensoir en plastique - boîte de 1.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Médicament soumis à prescription hospitalière. La prescription par un médecin exerçant dans un établissement de transfusion sanguine autorisé à dispenser des médicaments aux malades qui y sont traités est également autorisée.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 14/09/2017

Dénomination du médicament

GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion

Immunoglobuline humaine normale

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant dutiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion?

3. Comment utiliser GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

ANTISERUMS ET IMMUNOGLOBULINES.

GAMMAGARD appartient à la classe des médicaments dénommés immunoglobulines. Ces médicaments contiennent des anticorps humains, également présents dans votre sang. Les anticorps aident votre corps à combattre les infections. Les médicaments comme GAMMAGARD sont utilisés chez les patients ne possédant pas suffisamment danticorps dans leur sang et sujets à de fréquentes infections. Ils peuvent aussi être utilisés chez les patients ayant besoin danticorps supplémentaires lors du traitement de certains troubles inflammatoires (maladies auto-immunes).

GAMMAGARD est une immunoglobuline humaine normale indiquée chez les patients avec déficits en immunoglobuline A (IgA) et anticorps anti-IgA :

Le traitement de patients ne possédant pas suffisamment danticorps (traitement substitutif). Ces patients sont répartis en cinq groupes :

·Patients présentant un défaut congénital de production danticorps (déficits immunitaires primitifs, DIP) ;

·Patients présentant un cancer du sang (leucémie lymphoïde chronique) entraînant un déficit de production danticorps et des infections récurrentes en cas déchec du traitement préventif par antibiotiques ;

·Patients présentant un cancer de la moelle osseuse (myélome multiple) et un déficit de production danticorps accompagnée dinfections récurrentes, qui ne répondent pas à un vaccin contre certaines bactéries (pneumocoques) ;

·Patients ayant un déficit immunitaire suite à une infection par le VIH depuis leur naissance et présentant des infections fréquentes ;

·Patients présentant une faible production danticorps après une greffe de cellules de moelle osseuse provenant dun donneur.

Le traitement des patients souffrant de certains troubles inflammatoires (traitements immunomodulateurs). Ces patients sont répartis en trois groupes :

·Patients nayant pas assez de plaquettes dans le sang (purpura thrombopénique immunitaire primaire/idiopathique) et présentant des risques élevés dhémorragie ou devant subir une opération chirurgicale dans un futur proche ;

·Patients atteints dune maladie associée à une inflammation de plusieurs nerfs du corps (syndrome de Guillain Barré) ;

·Patients présentant une maladie provoquant une inflammation de plusieurs organes du corps (maladie de Kawasaki).

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DUTILISER GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion?  Retour en haut de la page

Nutilisez jamais GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion :

·Si vous êtes allergique (hypersensible) à l'immunoglobuline humaine normale ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6.

Faites attention avec GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion :

Une surveillance est requise au cours de la perfusion

Vous serez attentivement surveillé lors de la période de perfusion de GAMMAGARD pour éviter tout risque de réaction. Le médecin adaptera le débit de la perfusion de GAMMAGARD en fonction de votre cas.

·Si GAMMAGARD est administré à un débit élevé,

·Si vous possédez une faible quantité danticorps dans votre sang (hypo- ou agammaglobulinémie),

·Si vous navez jamais reçu ce médicament auparavant ou,

·Si la dernière perfusion a été effectuée il y a longtemps (depuis plusieurs semaines par exemple).

Dans ces cas, vous devez faire lobjet dune surveillance attentive lors de votre perfusion et durant 1 heure après la fin de cette dernière.

Si GAMMAGARD vous a déjà été administré auparavant et que vous avez reçu le dernier traitement récemment, alors vous ferez lobjet dune surveillance pendant au moins 20 minutes après votre perfusion.

Un ralentissement ou un arrêt de la perfusion est requis

Dans de rares cas, votre corps peut réagir à des médicaments contenant des anticorps. Cela peut arriver particulièrement si vous souffrez dun déficit en immunoglobuline A. Dans ces rares cas, vous pourriez voir apparaître des réactions allergiques, comme une chute brutale de la tension artérielle ou un choc, même si vous avez déjà été traité avec des médicaments contenant des anticorps dans le passé.

Si vous présentez lun des effets indésirables suivants, vous devez en informer votre médecin ou votre infirmière immédiatement :

·Respiration sifflante soudaine, difficulté à respirer ou oppression dans la poitrine,

·Mal de tête,

·Fièvre,

·Gonflement des paupières, des lèvres, du visage ou des vaisseaux sanguins,

·Boutons gonflés (type urticaire) sur la peau ou boutons rouges avec démangeaisons,

·Démangeaisons de tout le corps.

Selon la décision du médecin, le débit de perfusion peut être diminué voire totalement arrêté.

Groupes spécifiques de patients

Votre médecin devra vous surveiller tout particulièrement si vous souffrez dune surcharge pondérale, si vous êtes âgé, diabétique ou si vous êtes immobilisé, si vous utilisez des strogènes ou si vous avez une sonde vasculaire à demeure.

Il vous surveillera particulièrement :

·Si vous présentez une augmentation de la pression du sang,

·Si vous présentez un faible volume sanguin (hypovolémie),

·Si vous avez une viscosité du sang augmentée ou des problèmes circulatoires (maladies vasculaires). Dans ces conditions, les immunoglobulines peuvent accroître dans de très rares cas le risque d'attaque cardiaque (infarctus), dattaque cérébrale (accident vasculaire cérébral), docclusion des vaisseaux du poumon (embolie pulmonaire) ou docclusion des vaisseaux du corps (thrombose veineuse profonde).

Informez votre médecin si vous êtes diabétique. GAMMAGARD ne contient pas de saccharose ou de maltose. GAMMAGARD 50 mg/ml contient 21,7 mg de glucose par dose, ce qui peut modifier votre taux de sucre dans le sang.

Votre médecin devra également prendre des précautions particulières :

·Si vous avez ou avez eu des problèmes rénaux auparavant, ou,

·Si vous prenez des médicaments qui risquent daffecter vos reins (médicaments néphrotoxiques), car il existe un risque très faible dinsuffisance rénale aiguë. Veuillez informer votre médecin si vous avez des affections rénales,

·Le taux de protéines du sang peut augmenter et entrainer une diminution de la fluidité du sang (augmentation de la viscosité). Votre médecin vous hydratera avant administration. Il surveillera votre état de santé et fera des analyses sanguines.

Informations sur les substances de base de GAMMAGARD

GAMMAGARD est préparé à partir de plasma humain (le liquide composant le sang). Lorsque des médicaments sont préparés à partir de sang ou de plasma humain, des mesures de prévention contre la transmission dagents infectieux aux patients sont mises en place. Celles-ci comprennent une sélection soigneuse des donneurs de sang et de plasma de façon à exclure les donneurs risquant dêtre porteurs dinfections, et un contrôle de chaque don et mélanges de plasma pour la recherche de virus/dinfections. Les fabricants de ces médicaments mettent également en uvre dans leur procédé de fabrication des étapes capables déliminer ou dinactiver les virus. Cependant, lorsque des médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain sont administrés, le risque de transmission de maladies infectieuses ne peut pas être totalement exclu. Ceci sapplique également aux virus inconnus ou émergents ou autres types dagents infectieux.

Les mesures prises pour la fabrication de GAMMAGARD sont considérées comme efficaces pour lutter contre le risque dinfection par les virus enveloppés tels que le virus de limmunodéficience humaine (VIH), le virus de lhépatite B, le virus de lhépatite C, et les virus non enveloppés de lhépatite A et le parvovirus B19.

GAMMAGARD contient aussi des anticorps qui peuvent protéger contre une infection par le virus de lhépatite A et le parvovirus B19.

Enfants

Sans objet.

Autres médicaments et GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion

Veuillez avertir votre médecin si vous avez reçu un vaccin au cours des six dernières semaines.

La perfusion dimmunoglobulines telles que GAMMAGARD peut atténuer leffet de certains vaccins à virus vivants, comme le vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. Par conséquent, après avoir reçu des immunoglobulines, il est conseillé dattendre un délai de 3 mois avant de pouvoir recevoir un vaccin vivant atténué. Pour le vaccin contre la rougeole, vous pourriez avoir à attendre 1 an après une perfusion dimmunoglobulines.

Si le patient a reçu des vaccins constitués de virus vivants atténués (rougeole, rubéole, oreillons, varicelle), au cours des deux semaines précédant la perfusion, un contrôle des anticorps protecteurs post-vaccinaux peut être nécessaire en vue d'un éventuel rappel.

Effet sur les tests sanguins

GAMMAGARD contient une grande variété d'anticorps différents. Certains peuvent avoir des effets sur les analyses de sang. Si vous devez subir une analyse de sang, veuillez-en informer la personne chargée de prélever votre sang ou votre médecin que vous avez reçu GAMMAGARD.

Si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Grossesse et allaitement

Informez votre médecin si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Votre médecin vous dira si GAMMAGARD peut être utilisé durant votre grossesse ou en période dallaitement.

Il nexiste pas détudes cliniques avec GAMMAGARD chez la femme enceinte ou allaitant. Cependant, les traitements par anticorps sont utilisés chez la femme enceinte ou allaitant. Lexpérience acquise suggère qu'aucun effet nocif n'est attendu au cours de la grossesse ou pour le bébé.

Si vous allaitez et que vous recevez GAMMAGARD, les anticorps de ce produit se retrouveront dans votre lait. Ainsi votre bébé pourra être protégé contre certaines infections.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Les patients peuvent présenter des réactions (par exemple des étourdissements ou des nausées) pendant le traitement par GAMMAGARD, ce qui risque daffecter la capacité à conduire ou à utiliser des machines. Le cas échéant, vous devez attendre que les réactions disparaissent.

GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion contient du sodium (sous forme de chlorure) et du glucose monohydraté.

Informez votre médecin si vous êtes diabétique. GAMMAGARD contient 0,4 g de glucose maximum, ce qui peut affecter votre taux de sucre dans le sang et doit être pris en compte chez les patients diabétiques.

GAMMAGARD contient 3,4 mg/ml de sodium. Ceci doit être pris en compte chez les patients suivant un régime pauvre en sel (sodium).

3. COMMENT UTILISER GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion ?  Retour en haut de la page

GAMMAGARD est destiné à une administration intraveineuse (perfusion dans une veine). Ce médicament vous est administré par votre médecin ou votre infirmière. Les doses et la fréquence de perfusion varient en fonction de votre état et de votre poids.

Au début de la perfusion, vous recevrez GAMMAGARD à un débit faible. Selon votre état, votre médecin pourra augmenter progressivement le débit de la perfusion.

Utilisation chez les enfants

Les mêmes indications, doses et fréquences de perfusion sappliquent aux adultes et aux enfants (de 0 à 18 ans).

Si vous avez utilisé plus de GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion que vous n'auriez dû :

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

Votre sang peut devenir trop épais (hyperviscosité). Le sang a alors du mal à circuler dans les vaisseaux de votre corps. Cela peut entrainer une oxygénation plus faible des organes vitaux, tels que le cerveau, les poumons, etc. Cela peut se produire particulièrement si vous êtes un patient à risque, comme par exemple un patient âgé ou un patient ayant un problème au cur ou aux reins. Informez votre médecin si vous présentez des problèmes de santé connus.

Si vous oubliez dutiliser GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion :

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose simple que vous avez oublié de prendre.

Si vous arrêtez d'utiliser GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion :

Si vous avez d'autres questions sur l'utilisation de ce médicament, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Cependant, des effets indésirables peuvent être réduits en diminuant le débit de perfusion.

Les effets indésirables suivants peuvent généralement survenir après le traitement par des immunoglobulines (médicaments comme GAMMAGARD) :

·Les effets indésirables fréquents ou peu fréquents (touchent moins de 1 patient sur 10 mais plus de 1 patient sur 1 000) sont frissons, mal de tête, fièvre, vomissements, réactions allergiques, nausées, douleur articulaire, tension artérielle faible et douleur modérée dans le bas du dos.

·Les effets indésirables rares (touchent moins de 1 patient sur 1 000) sont :

oChute brutale de la tension artérielle,

oSymptômes ressemblant à de leczéma (réactions cutanées transitoires).

·Les effets indésirables très rares (touchent moins de 1 patient sur 10 000 ou dont la fréquence ne peut pas être estimée à partir des données disponibles) sont :

oCas isolés de réactions allergiques (choc anaphylactique), même si vous nen avez pas eu lors de précédentes perfusions,

oCas dinflammation passagère des méninges (méningite aseptique réversible)

oCas isolés de réduction passagère du nombre de globules rouges (anémie hémolytique réversible/hémolyse)

oAugmentation transitoire des paramètres de la fonction hépatique, une augmentation de la teneur en créatinine sanguine et insuffisance rénale

oFormation de caillot sanguin dans les veines (réactions thromboemboliques), qui peut provoquer une attaque cardiaque (infarctus), une attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral), une occlusion des vaisseaux du poumon (embolie pulmonaire) et une occlusion des vaisseaux du corps (thrombose veineuse profonde).

Les effets indésirables listés ci-dessous ont été rapportés par quelques patients lors dessais cliniques ou après commercialisation :

·Effets indésirables très fréquents (observés chez plus de 1 patient sur 10) : aucun

·Effets indésirables fréquents (observés chez moins de 1 patient sur 10) : mal de tête, rougeurs, nausées, vomissements, fatigue, frissons, fièvre

·Effets indésirables peu fréquents (observés chez moins de 1 patient sur 100) :

ogrippe,

oanxiété, agitation,

osomnolence anormale,

ovision trouble,

opalpitations,

orespiration coupée,

osaignement de nez,

odiarrhées, douleur abdominale, inconfort au niveau de lestomac, inflammation de lestomac,

odémangeaisons, urticaire, sudation excessive, sueur froide,

omal de dos, crampe musculaire, douleur aux extrémités,

omalaise, douleur sensation de malaise, douleur dans la poitrine, gêne thoracique, sensation de froid ou de chaud, maladie ressemblant à la grippe, rougeur au site de perfusion, douleur au site de perfusion,

otension artérielle élevée,

obaisse de lappétit.

·Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles) :

oInflammation des membranes du cerveau non provoquées par une infection bactérienne,

odestruction des globules rouges, diminution du nombre des globules rouges, diminution des plaquettes, ganglions lymphatiques gonflés,

oréaction allergique de gravité variable comprenant choc allergique, sensation cutanée anormale,

oagitation,

overtiges, fourmillements, engourdissement, tremblements involontaires, convulsions, attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral), migraine, perte de conscience,

ogêne par la lumière (photophobie), trouble visuel, douleur à lil, occlusion du vaisseau sanguin central de lil,

oattaque cardiaque, coloration bleue de la peau, augmentation du rythme cardiaque, réduction du rythme cardiaque,

otension artérielle élevée, pâleur, faible tension artérielle, inflammation des veines, occlusion des vaisseaux sanguins,

otoux, sensation de gorge serrée, saturation en oxygène diminuée dans le sang, respiration accélérée, respiration sifflante, spasme des voies aériennes, occlusion des vaisseaux sanguins dans les poumons, liquide dans les poumons,

odigestion perturbée,

oinflammation du foie (non infectieuse),

orougeur de la peau, éruptions cutanées de type eczéma, inflammation de la peau, gonflement (type urticaire) sous la peau,

odouleur articulaire et musculaire,

oinsuffisance rénale,

ofaiblesse générale, dème, réactions au niveau du site de perfusion,

orésultat positif au test de Coombs.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance (Site internet : www.ansm.sante.fr).

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur la boîte après « Péremption ». La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

A conserver à une température ne dépassant pas + 25°C.

Conservez dans l'emballage extérieur à l'abri de la lumière.

Ne pas congeler.

Nutilisez pas ce médicament si vous remarquez des particules visibles ou une décoloration.

Après reconstitution, la solution doit être utilisée immédiatement.

La stabilité physico-chimique de la solution reconstituée a été démontrée pendant 2 heures à une température ne dépassant pas 25°C. Dun point de vue microbiologique, une utilisation immédiate est recommandée. La durée et les conditions de conservation lors de lutilisation sont de la responsabilité de lutilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures entre 2 et 8°C, dès lors que la reconstitution a été réalisée dans des conditions dasepsie contrôlées et validées.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion  Retour en haut de la page

·La substance active est :

Immunoglobuline humaine normale*............. 50 mg

Pour 1 ml de solution reconstituée.

* La poudre a une teneur maximale en IgA inférieure à 44 μg/g de protéines (soit 2,2 μg/ml).

Un flacon de 100 ml contient 5 g d'immunoglobuline humaine normale.

Un flacon de 200 ml contient 10 g d'immunoglobuline humaine normale.

·Les autres composants sont :

Pour la poudre: le chlorure de sodium, le glucose monohydraté, l'albumine humaine, la glycine, le macrogol 3350.

Pour le solvant : l'eau pour préparations injectables.

Quest-ce que GAMMAGARD 50 mg/ml, poudre et solvant pour solution pour perfusion et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

GAMMAGARD se présente sous la forme d'une poudre lyophilisée, blanche ou très légèrement jaune, pratiquement exempte de particule visible et d'un solvant pour solution pour perfusion (flacon de 100 ml ou 200 ml).

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

BAXALTA INNOVATIONS GMBH

INDUSTRIESTRASSE 67

A-1221 VIENNE

AUTRICHE

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

SHIRE FRANCE

112 AVENUE KLEBER

75116 PARIS

Fabricant  Retour en haut de la page

BAXALTA BELGIUM MANUFACTURING SA

BOULEVARD RENÉ BRANQUART 80

B 7860 - LESSINES

BELGIQUE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Sans objet.

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Il existe aussi des liens vers dautres sites concernant les maladies rares et leur traitement.

Les informations suivantes sont destinées exclusivement aux professionnels de santé :

Précautions particulières de conservation

Lorsque la reconstitution est réalisée de manière aseptique en dehors dune hotte à flux laminaire stérile, ladministration doit être initiée dès que possible, mais pas plus de 2 heures après reconstitution. Lorsque la reconstitution est réalisée de manière aseptique sous une hotte à flux laminaire stérile, le produit reconstitué peut être conservé jusquà 24 heures, sous réfrigération constante (2-8°C). Les flacons partiellement utilisés doivent être jetés.

Reconstitution de la solution :

Amener les deux flacons (de poudre et de solvant) à température ambiante. Maintenir cette température pendant la reconstitution et l'administration.

1. Retirer la capsule protectrice du flacon de solvant et du flacon de poudre et désinfecter la surface de chaque bouchon à l'aide d'une solution antiseptique.

2. Retirer le capuchon du perforateur de lune des extrémités du dispositif de transfert. Ne pas toucher le perforateur dénudé.

3a. Placer le flacon de solvant sur une surface plane. Enfoncer le perforateur dénudé du dispositif de transfert au centre du bouchon du flacon de solvant.

Attention : si le perforateur nest pas inséré au centre du bouchon, celui-ci pourrait se détacher.

3b. Exercer une pression ferme sur le dispositif de transfert pour sassurer que le col du flacon sencastre totalement dans celui-ci.

Retirer le capuchon du perforateur de lautre extrémité du dispositif de transfert, tout en maintenant le dispositif en place.

Ne pas toucher le perforateur dénudé.

4. Maintenir le flacon de solvant fixé au dispositif de transfert incliné tout contre le flacon de poudre afin déviter toute perte de solvant.

Remarque : ne pas retourner complètement le flacon de solvant, car cela pourrait entraîner une perte de solvant.

5a. Percer le centre du bouchon du flacon de poudre en retournant simultanément le flacon de solvant afin déviter toute perte de solvant.

Attention : si le perforateur nest pas inséré au centre du bouchon, celui-ci pourrait se détacher et de lair pourrait rentrer dans le flacon.

5b. Exercer une pression ferme sur le flacon de solvant pour sassurer que le col du flacon de poudre sencastre totalement dans le dispositif de transfert.

6. Lorsque le solvant est transféré dans le flacon de poudre, retirer le dispositif de transfert fixé au flacon vide de solvant. Agiter modérément le flacon de poudre par un mouvement de rotation doux jusquà dissolution complète de la poudre en moins de 30 minutes.

Attention : ne pas secouer le flacon afin déviter la formation de mousse.

Eliminer le dispositif de transfert réservé à un usage unique.

Le produit reconstitué doit faire lobjet dune inspection visuelle avant administration, afin de s'assurer qu'il ne contient pas de particules. La solution reconstituée doit être limpide ou légèrement opalescente, incolore ou jaune pâle.

Ne pas utiliser de solutions présentant un aspect non homogène ou contenant un dépôt.

Administration :

·Le produit doit être administré immédiatement par voie intraveineuse en une seule fois après reconstitution.

·Retirer l'embout protecteur du perforateur du nécessaire de perfusion et enfoncer ce perforateur dans le bouchon du flacon de produit reconstitué.

·Fermer hermétiquement la tubulure de perfusion à l'aide du clamp à roulette.

·Presser légèrement la chambre compte-gouttes pour y faire couler la solution; remplir la chambre compte-gouttes au 1/3 de son volume environ.

·Ouvrir le clamp à roulette avec précaution et amorcer la tubulure en prenant soin d'éliminer toute bulle d'air dans la tubulure.

·Connecter le nécessaire de perfusion au cathéter de façon aseptique et en évitant tout passage d'air.

GAMMAGARD doit être perfusé par voie intraveineuse à un débit initial de 0,5 ml/kg de poids corporel/heure. En général, il est recommandé que les patients débutant un traitement avec GAMMAGARD ou passant dune spécialité pharmaceutique dIgIV à une autre, commencent à un débit faible et augmentent ensuite jusquau débit maximal, sils ont toléré plusieurs perfusions à des débits de perfusion intermédiaires.

Si le débit de perfusion est bien toléré, il peut être augmenté progressivement jusquà un maximum de 4 ml/kg de poids corporel/heure. Si aucun effet indésirable ne survient, le débit peut être augmenté progressivement jusqu'à un maximum de 8 ml/kg de poids corporel/heure.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Modalités de manipulation et délimination

·Une dissolution totale doit être obtenue au bout de 30 minutes.

·Le produit doit être amené à température ambiante ou à température du corps avant utilisation.

·Le produit reconstitué doit être une solution claire à légèrement opalescente et incolore à jaune pâle. Ne pas utiliser de solutions troubles ou présentant un dépôt. Les produits reconstitués doivent faire lobjet dune inspection visuelle avant administration (particules, coloration).

·Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

·Jeter le dispositif de transfert après usage unique.

Précautions particulières

Tous les effets indésirables liés à la perfusion doivent être traités en diminuant le débit de perfusion ou en arrêtant la perfusion.

Il est recommandé quà chaque administration de GAMMAGARD le nom du produit et le numéro de lot soit consigné.

Incompatibilités

GAMMAGARD ne doit pas être mélangé avec dautres médicaments.

Il est recommandé dadministrer séparément GAMMAGARD et dautres médicaments que le patient pourrait recevoir.

Recommandations posologiques

Indication

Posologie

Rythme des injections

Traitement substitutif des déficits immunitaires primitifs

·dose de charge :

0,4 à 0,8 g/kg de poids corporel

·dose d'entretien :

0,2 à 0,8 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines pour obtenir un taux résiduel d'IgG d'au moins 5 à 6 g/L

Traitement substitutif des déficits immunitaires secondaires

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines pour obtenir un taux résiduel dIgG dau moins 5 à 6 g/L

SIDA par Infection VIH congénitale

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines

Hypogammaglobulinémie (<4 g/L) chez les patients après une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

0,2 à 0,4 g/kg de poids corporel

toutes les 3 à 4 semaines afin dobtenir un taux résiduel dIgG supérieur à 5 g/l

·le traitement des infections et la prévention de la maladie du greffon contre lhôte

toutes les semaines à partir de J-7 jusquà 3 mois après la greffe

·le déficit persistant de production danticorps

tous les mois jusquà ce que les taux danticorps soient revenus à la normale

Traitement immunomodulateur

Thrombopénie immunitaire primaire (Purpura thrombopénique idiopathique)

0,8 à 1g/kg de poids corporel

ou

0,4 g/kg de poids corporel/j

à J1, éventuellement répétéune fois dans les 3 jours suivants

pendant 2 à 5 jours

Syndrome de Guillain et Barré

0,4 g/kg de poids corporel/j

pendant 5 jours

Maladie de Kawasaki

1,6 à 2,0 g/kg de poids corporel

ou

2 g/kg de poids corporel

en plusieurs doses réparties sur 2 à 5 j en association avec de lacide acétylsalicylique

en une dose uniqueen association avec de lacide acétylsalicylique

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM