DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable

source: ANSM - Mis à jour le : 26/01/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Phénytoïne .. 100 mg

Pour un comprimé sécable.

Excipient: amidon de blé.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé sécable.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Epilepsie.

Chez l'adulte:

·soit en monothérapie,

·soit en association à un autre traitement antiépileptique:

·traitement des épilepsies généralisées: crises tonico-cloniques.

·traitement des épilepsies partielles: crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

Chez l'enfant:

·soit en monothérapie,

·soit en association à un autre traitement antiépileptique:

·traitement des épilepsies généralisées: crises tonico-cloniques.

·traitement des épilepsies partielles: crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

Traitement de la névralgie du trijumeau.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Il convient d'établir la posologie de DI-HYDAN et de la modifier s'il y a lieu en tenant compte des effets observés, de la tolérance propre à chaque malade et si possible des taux sanguins.

Adultes:

2 à 6 mg /kg et par jour en 1 ou 2 prises.

La dose usuelle moyenne est de 3 comprimés par jour.

La dose de 5 à 6 comprimés, parfois nécessaire, ne sera jamais dépassée.

Enfants:

3 à 8 mg/kg et par jour en 1 ou 2 prises.

De 5 à 10 ans, 1 à 2 comprimés en traitement d'attaque, puis il conviendra de déterminer la posologie appropriée.

Très jeunes enfants: la dose initiale sera d'un 1/2 comprimé deux fois par jour, puis adaptée en fonction de l'efficacité et de la tolérance. Le comprimé doit être écrasé avant administration.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Ce médicament NE DOIT JAMAIS ETRE prescrit dans le cas suivant:

·Hypersensibilité à la phénytoïne, au dérivés de l'hydantoïne, ou à l'un des constituants du produit.

·En association avec cobicistat, daclatasvir, dasabuvir, délamanid, isavuconazole, lédipasvir, luradisone, millepertuis, ombitasvir + paritaprévir, rilpivirine, télaprévir.

·Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une allergie au blé (autre que la maladie cliaque).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Eviter l'arrêt brutal du traitement: à doses antiépileptiques efficaces, possibilité de crises convulsives et d'état de mal surtout en cas d'éthylisme surajouté.

La phénytoïne n'est pas efficace dans les absences et les crises myocloniques qui peuvent parfois être aggravées.

L'introduction d'un médicament antiépileptique peut, rarement, être suivie d'une recrudescence des crises ou de l'apparition d'un nouveau type de crise chez le patient, et ce indépendamment des fluctuations observées dans certaines maladies épileptiques. En ce qui concerne la phénytoïne, les causes de ces aggravations peuvent être: un choix de médicament mal approprié vis à vis des crises ou du syndrome épileptique du patient, une modification du traitement antiépileptique concomitant ou une interaction pharmacocinétique avec celui-ci, une toxicité ou un surdosage. Il peut ne pas y avoir d'autre explication qu'une réaction paradoxale.

Risque suicidaire

Des idées et comportements suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des AEs dans plusieurs indications. Une méta-analyse d'essais randomisés, contrôlés versus placebo portant sur des AEs a également montré une légère augmentation du risque d'idées et de comportements suicidaires. Les causes de ce risque ne sont pas connues et les données disponibles n'excluent pas la possibilité d'une augmentation de ce risque pour la phénytoïne. Par conséquent les patients doivent être étroitement surveillés pour tout signe d'idées et de comportements suicidaires et un traitement approprié doit être envisagé. Il doit être recommandé aux patients (et leur personnel soignant) de demander un avis médical en cas de survenue de signes d'idées et de comportements suicidaires.

Effets cutanés :

Des syndromes de Stevens-Johnson (SSJ) et des nécrolyses épidermiques toxiques (NET) menaçant le pronostic vital ont été rapportés avec la phénytoïne.

Les patients doivent être informés des signes et symptômes des réactions cutanées et être suivis attentivement.

Les risque de survenue dun SSJ ou dune NET est le plus élevé pendant les premières semaines de traitement.

Si des symptômes ou des signes de SSJ ou de NET (comme par exemple la survenue progressive dun rash avec le plus souvent des cloques ou des lésions de la muqueuse) apparaissent, le traitement doit être arrêté.

Un diagnostic précoce et un arrêt immédiat de tout médicament suspect ont démontré les meilleurs résultats dans la prise en charge du SSJ et de la NET. Un arrêt précoce est associé à un meilleur pronostic.

Si le patient a développé un SSJ ou une NET lors de lutilisation de DI-HYDAN, le traitement ne doit jamais être ré-introduit chez ce patient.

Le HLA-B* 1502 peut être associé à un facteur de risque de développer un syndrome de Stevens-Johnson, chez les sujets dorigine chinoise ou thaïlandaise suivant un traitement par la phénytoïne. Chez les patients connus pour être HLA-B* 1502, la phénytoïne ne sera utilisée que sil est estimé que les bénéfices sont supérieurs aux risques.

Dans la population caucasienne et japonaise, la fréquence de lallèle HLA-B* 1502 est extrêmement faible, il nest en conséquence pour le moment pas possible de conclure sur un éventuel risque. Aucune information adéquate sur les risques dans les autres populations nest disponible pour le moment.

Liées aux excipients:

Ce médicament peut être administré en cas de maladie cliaque. L'amidon de blé peut contenir du gluten, mais seulement à l'état de trace, et est donc considéré comme sans danger pour les sujets atteints d'une maladie cliaque.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

La phénytoïne est un inducteur enzymatique, susceptible dinteragir avec les médicaments ayant un métabolisme hépatique par augmentation ou diminution des concentrations plasmatiques de ces médicaments ou de la phénytoïne.

Associations contre-indiguees

+ Cobicistat

Risque de diminution de l'efficacité du cobicistat par augmentation de son métabolisme par la phenytoine.

+ Daclatasvir

Diminution des concentrations plasmatiques de daclatasvir par augmentation de son métabolisme hépatique par la phenytoine.

+ Dasabuvir

Risque de diminution des concentrations plasmatiques du dasabuvir par la phenytoine.

+ Delamanid

Diminution des concentrations plasmatiques de delamanid par augmentation de son métabolisme hépatique par la phenytoi' ne.

+ lsavuconazole

Diminution des concentrations plasmatiques d'isavuconazole par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ Ledipasvir

Diminution importante des concentrations plasmatiques du ledipasvir par augmentation de son métabolisme hépatique par l'anticonvulsivant.

+ Lurasidone

Diminution des concentrations plasmatiques de la lurasidone par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ Millepertuis

Risque de diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité de l'anticonvulsivant.

+ Ombitasvir + Paritaprevir

Diminution des concentrations plasmatiques de la bithérapie par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ Rilpivirine

Diminution significative des concentrations plasmatiques de rilpivirine par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

+ Telaprevir

Risque de diminution tres importante des concentrations de telaprevir.

Associations déconseillées

+ Abiraterone

Diminution notable des concentrations plasmatiques de l'abiraterone, avec risque de moindre efficacité.

+ Apixaban

Diminution des concentrations plasmatiques de l'apixaban par la phenytoine, avec risque de diminution de l'effet thérapeutique.

+ Aprepitant

Risque de diminution très importante des concentrations plasmatiques d'aprepitant.

+ Bedaquiline

Diminution des concentrations plasmatiques de bedaquiline par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

+ Boceprevir

Risque de diminution tres importante des concentrations plasmatiques de boceprevir.

Si l'association ne peut être évitée, surveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.

+ Bosentan

Risque de diminution tres importante des concentrations plasmatiques de bosentan.

+ Cimetidine ≥ 800 mg/j :

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenytoine avec possibilité d'apparition des signes habituels de surdosage.

Si l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite, dosage des concentrations plasmatiques de phenytoine et adaptation éventuelle de sa posologie pendant le traitement par la cimétidine et après son arrêt.

+ Clozapine

Risque d'inefficacité du traitement antipsychotique (diminution des concentrations plasmatiques de clozapine par augmentation de son métabolisme hépatique).

Surveillance clinique et augmentation éventuelle de la posologie de la clozapine durant le traitement par la phenytoine.

+ Cytotoxiques

Risque de survenue de convulsions par diminution de l'absorption digestive de la phenytoine par le cytotoxique ou bien risque de majoration de la neurotoxicite (busulfan, ifosfamide) ou de perte d'efficacité du cytotoxique (etoposide, tenoposide) par augmentation du métabolisme hépatique du cytotoxique par la phenytoine.

+ Dabigatran

Diminution des concentrations plasmatiques de dabigatran, avec risque de diminution de l'effet therapeutique.

+ Disulfirame :

Augmentation importante et rapide des concentrations plasmatiques de phenytoine avec signes de surdosage en particulier neurologiques (inhibition de son métabolisme).

Si elle ne peut être évitée, contrôle clinique et contrôle des concentrations plasmatiques pendant le traitement par disulfirame et après son arrêt.

+ Dolutegravir (en cas de résistance à la classe des inhibiteurs d'integrase)

Diminution des concentrations plasmatiques du dolutegravir par augmentation de son métabolisme par l'inducteur

+ Droneradone

Diminution importante des concentrations plasmatiques de dronedarone par diminution de son métabolisme, sans modification notable du métabolite actif.

+ Eribuline

Risque de diminution des concentrations plasmatiques d'eribuline par l'inducteur.

+ Estroprogestatifs contraceptifs

Diminution de l'efficacité contraceptive, par augmentation du métabolisme hépatique du contraceptif hormonal par l'inducteur.

Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique, pendant la durée de

Lassociation et un cycle suivant.

+ Fentanyl

Diminution des concentrations plasmatiques de fentanyl par augmentation de son métabolisme hépatique par l'anticonvulsivant.

Préférer un autre morphinique.

+ ldelalisib

Diminution des concentrations plasmatiques d'idelalisib par augmentation de son métabolisme par l'anticonvulsivant.

+ inhibiteur des tyrosines kinases métabolisés

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité de l'inhibiteur de tyrosine kinase, par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

+ ltraconazole

Diminution des concentrations plasmatiques d'itraconazole avec risque de perte d'efficacité, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ lvacaftor

Diminution importante des concentrations de l'ivacaftor, avec risque de perte d'efficacité.

+ Macitentan

Diminution des concentrations plasmatiques de macitentan par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

+ Mianserine

Risque d'inefficacité de la mianserine.

+ Nimodipine

Diminution des concentrations plasmatiques de l'antagoniste du calcium par augmentation de son métabolite hépatique.

Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'antagoniste du calcium pendant le traitement par l'inducteur et après son arrêt.

+ Olaparib

Diminution, éventuellement tres importante, des concentrations plasmatiques de l'olaparib par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur

+ Oxycodone

Diminution des concentrations plasmatiques de l'oxycodone par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

Adaptation éventuelle de la posologie d'oxycodone.

+ Praziquantel

Diminution tres importante des concentrations plasmatiques du praziquantel, avec risque d'échec du traitement, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ Progestatifs contraceptifs

Diminution de l'efficacité contraceptive du contraceptif hormonal, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique, pendant la durée de lassociation et un cycle suivant.

+ Quetiapine

Diminution tres importante des concentrations plasmatiques de quetiapine par augmentation de son métabolisme hépatique par la phenytorne, avec risque d'inefficacité

+ Ranolazine

Risque de diminution importante des concentrations de ranolazine.

+ Regorafenib

Diminution des concentrations plasmatiques de regorafenib par augmentation de son métabolisme par l'inducteur.

+ Rivaroxaban

Diminution des concentrations plasmatiques de rivaroxaban, avec risque de diminution de l'effet therapeutique.

+ Sertraline

Risque d'inefficacité de l'antidépresseur.

+ Simeprevir

Diminution des concentrations plasmatiques de simeprevir par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

+ Sofosbuvir

Risque de diminution des concentrations plasmatiques de sofosbuvir par diminution de son absorption intestinale par l'inducteur enzymatique.

+ Sulfafurazole

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenytorne jusqu'a des valeurs toxiques (inhibition de son métabolisme).

Utiliser de préférence une autre classe d'anti-infectieux; sinon, surveillance clinique étroite, dosage des concentrations de phenyto'ine et adaptation éventuelle de sa posologie pendant le traitement par le sulfamide anti-infectieux et apres son arret.

+ Sulfamethizol

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenytorne jusqu'a des valeurs toxiques (inhibition de son métabolisme).

Utiliser de préférence une autre classe d'anti-infectieux ; sinon, surveillance clinique étroite, dosage des concentrations de phenyto'ine et adaptation éventuelle de sa posologie pendant le traitement par le sulfamide anti-infectieux et après son arrêt.

+ Sulfamethoxazole

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenytoine jusqu'a des valeurs toxiques (inhibition de son métabolisme).

Utiliser de preference une autre classe d'anti-infectieux ; sinon, surveillance clinique etroite, dosage des concentrations de phenyto'ine et adaptation eventuelle de sa posologie pendant le traitement par le sulfamide anti-infectieux et apres son arret

+ Telithromycine

Diminution des concentrations plasmatiques de la telithromycine, avec risque d'echec du traitement anti­ infectieux, par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur

+ Ticagrelor

Diminution importante des concentrations plasmatiques de ticagrelor par augmentation de son metabolisme hepatique par l'anticonvulsivant, avec risque de diminution de l'effet therapeutique

+ Ulipristal

Risque de diminution de l'effet de l'ulipristal, par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur. Preferer une alternative therapeutique peu ou pas metabolisee.

+ Vemurafenib

Risque de diminution des concentrations plasmatiques des immunosuppresseurs , avec pour consequence risque d'inefficacite

+ Vismodegib

Risque de diminution des concentrations plasmatiques de vismodegib par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

+ Voriconazole

Diminution importante des concentrations plasmatiques du voriconazole, avec risque de perte de l'efficacite par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne, d'une part, et par l'augmentation des concentrations plasmatiques de la phenyto'ine par diminution de son metabolisme hepatique par le voriconazole, d'autre part.

Si l'association ne peut etre evitee, surveillance clinique étroite, dosage des concentrations plasmatiques de phenytoïne et adaptation ééventuelle des posologies pendant l'association et apres l'arret du voriconazole

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

+ Acide valproique et, par extrapolation, valpromide

Variation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine. De plus, risque de diminution des concentrations plasmatiques d'acide valpro'/que par augmentation de son metabolisme hepatique par la phenyto'ine. Augmentation de l'hyperammoniemie , avec risque accru d'encephalopathie.

Surveillance clinique, dosages plasmatiques et adaptation eventuelle de la posologie des deux antiepileptiques .

+ Albendazole

Diminution importante des concentrations plasmatiques de l'albendazole et de son metabolite actif par l'inducteur, avec risque de baisse d'efficacite.

Surveillance clinique de la reponse et adaptation eventuelle de la posologie de l'albendazole pendant le traitement avec l'inducteur enzymatique et apres son arret.

+ Amiodarone

Augmentation des concentrations plasmatiques de la phenyto'ine avec signes de surdosage, en particulier neurologiques {diminution du metabolisme hepatique de la phenyto'ine).

Surveillance clinique, contrôle des concentrations plasmatiques de phénytoïne et adaptation éventuelle de sa posologie.

+ Androgenes

Risque de diminution des concentrations plasmatiques de l'androgene et par consequent de son efficacite, par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et biologique pendant !'association et 1 a 2 semaines apres l'arret de l'inducteur.

+ Antagonistes de canaux calciques

Diminution des concentrations plasmatiques de l'antagoniste du calcium par augmentation de son metabolisme hepatique.

Surveillance clinique et adaptation eventuelle de la posologie de l'antagoniste du calcium pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Antiarythmiques classe IA

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacite de l'anti-arythmique par augmentation de son metabolisme hepatique.

Surveillance clinique, ECG et contr61e des concentrations plasmatiques, si besoin adaptation de la posologie de l'antiarythmique pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Antivitamines K

Diminution (ou rarement augmentation avec la phenyto"ine) de l'effet anticoagulant oral par augmentat ion de son metabolisme hepatique par l'anticonvulsivant inducteur.

Contr61e plus frequent de l'INR. Adaptation eventuelle de la posologie de l'antivitamine K pendant le traitement par l'anticonvulsivant inducteur et 8 jours apres son arret

+ Ciprofloxacine

Variation, éventuellement importante, des concentrations de phenyto'ine en cas de traitement par ciprofloxacine.

Surveillance clinique et contr61e des concentrations plasmatiques de l'anticonvulsivant pendant le traitement par ciprofloxacine et apres son arret.

+ Clopidrogel

Augmentation des concentrations plasmatiques de la phenyto'ine avec signes de surdosage (inhibition de metabolisme de la phenyto'ine).

Surveillance clinique et contr61e des concentrations plasmatiques de phenyto'ine.

+ Clozapine

Risque d'inefficacite du traitement antipsychotique (diminution des concentrations plasmatiques de clozapine par augmentation de son metabolisme hepatique).

Surveillance clinique et augmentation eventuelle de la posologie de la clozapine durant le traitement par la phenyto'ine.

+ Deferasirox

Risque de diminution des concentrations plasmatiques de deferasirox.

Surveiller la ferritinemie pendant et apres le traitement par l'inducteur enzymatique. Si besoin adaptat ion de la posologie de deferasirox.

+ Diazepam

Variations imprevisibles : les concentrations plasmatiques de phenyto'ine peuvent etre augmentees avec signes mais peuvent aussi diminuer ou rester stables.

Surveillance clinique et contrôlee des concentrations plasmatiques de phénytoïne.

+ Dolutegravir (en l'absence de resistance a la classe des inhibiteurs d'integrase)

Diminution des concentrations plasmatiques du dolutegravir par augmentation de son metabolisme par l'inducteur.

Adaptation de la posologie de dolutegravir a 50 mg 2 fois par jour pendant lassociation et une semaine apres son arret.

+ Doxycycline

Diminution des concentrations plasmatiques de la doxycycline par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et adaptation eventuelle de la posologie de la doxycycline.

+ Estrogenes non contraceptifs

Diminution de l'efficacite de l'estrogene.

Surveillance clinique et adaptation eventuelle de la posologie du traitement hormonal pendant l'administration de l'anticonvulsivant inducteur et apres son arret.

+ Felbamate

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine avec risque de surdosage, par inhibition de son metabolisme par le felbamate.

Surveillance clinique, controle des concentrations plasmatiques de phenyto'ine et si besoin, adaptation de sa posologie pendant le traitement par le felbamate.

+ Fluconazole

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine pouvant atteindre des valeurs toxiques. Mecanisme invoque : inhibition du metabolisme hepatique de la phenyto'ine.

Surveillance clinique et biologique étroite.

+ Fluoxetine

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine avec signes de surdosage (inhibition du métabolisme de la phenyto'ine).

Surveillance clinique et controle des concentrations plasmatiques de phenyto'ine. Adaptation si besoin de la posologie pendant le traitement par l'antidépresseur et après son arrêt.

+ Fluvoxamine

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine avec signes de surdosage (inhibition du métabolisme de la phenyto'ine).

Surveillance clinique et contrôle des concentrations plasmatiques de phenytoi'ne. Adaptation si besoin de la posologie pendant le traitement par l'antidépresseur et après son arrêt.

+ Folates

Diminution des concentrations plasmatiques de phenyto'ine par augmentation de son métabolisme dont les folates representent un des cofacteurs.

Surveillance clinique et contrôle des concentrations plasmatiques de phenyto'ine. Adaptation si besoin de la posologie de la phenyto'ine pendant la supplementation folique et après son arrêt.

+ Furosemide

Diminution de l'effet diuretique pouvant atteindre 50%.

Utiliser éventuellement des doses plus élevées de furosemide.

+ Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone)

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité des corticoides par augmentation de leur métabolisme hépatique par l'inducteur: les consequences sont particulierement importantes chez les addisoniens et en cas de transplantation.

Surveillance clinique et biologique ; adaptation de la posologie des cortico'ides pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Hormones thyroi'diennes

Risque d'hypothyrordie clinique chez les patients hypothyrordiens, par augmentation du metabolisms de la T3 et de la T4.

Surveillance des concentrations seriques de T3 et de T4 et adaptation, si besoin, de la posologie des hormones thyrordiennes pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Hydrocortisone

Risque de diminution de l'efficacite de l'hydrocortisone (augmentation de son metabolisms) ; les consequences sont graves lorsque l'hydrocortisone est administrée en traitement substitutif ou en cas de transplantation.

Surveillance clinique et biologique ; adaptation de la posologie de l'hydrocortisone pendant l'association et apres l'arret de l'inducteur enzymatique.

+ lmmunosuppresseurs

Diminution des concentrations sanguines et de l'efficacité de limmunosuppresseur, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

Augmentation de la posologie de l'immunosuppresseur sous controle des concentrations sanguines. Reduction de la posologie apres l'arret de l'inducteur.

+ lnhibiteur de proteases boostes (par ritonavir ou autre)

Risque de baisse de l'efficacite de l'inhibiteur de proteases par augmentation de son metabolisms hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et biologique reguliere, notamment en debut d'association.

+ lsoniazide

Surdosage en phenyto'ine (diminution de son metabolisme).

Surveillance clinique etroite, dosage des concentrations plasmatiques de phenyto·ine. Adaptation si besoin de sa posologie pendant le traitement par l'isoniazide et apres son arret.

+ ltraconazole

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacite de l'itraconazole.

Surveillance clinique. Si possible, dosage plasmatique de l'itraconazole et adaptation eventuellement de la posologie.

+ lvabradine

Risque de diminution de l'efficacite de l'ivabradine, par augmentation de son metabolisme par l'inducteur.

Surveillance clinique et adaptation de la posologie de l'ivabradine pendant lassociation et apres l'arret de l'inducteur.

+ Maraviroc

En labsence de co-administration avec un inhibiteur puissant du CYP3A4 , diminution des concentrations de maraviroc par l'inducteur.

La dose de maraviroc doit être augmentée a 600 mg deux fois par jour dans cette situat ion.

+ Methadone

Diminution des concentrations plasmatiques de methadone avec risque d'apparitiond'un syndrome de sevrage, par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Augmenter la frequence des prises de methadone (2 a 3 fois par jour au lieu d'une fois par jour).

+ Métronidazole

Diminution des concentrations plasmatiques de métronidazole par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de metronidazole pendant le traitement par l'inducteur et après son arrêt.

+ Metyrapone

Risque de taux negatif du test a la metyrapone, dû a une diminution de ses concentrations plasmatiques, par augmentation de son metabolisme hepatique par la phenyto'ine.

Doubler la dose de la metyrapone.

+ Mexiletine

Diminution de l'activite antiarythmique, des concentrations plasmatiques et de la demi-vie de la mexiletine (augmentation de son metabolisme hepatique)

Surveillance clinique, l'ECG et, eventuellement, des concentrations plasmatiques de mexiletine ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie de la mexiletine pendant le traitement par la phenyto'ine, et apres son arret.

+ Miconazole

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine pouvant atteindre des valeurs toxiques. Mecanisme invoque : inhibition du metabolisme hepatique de la phenyto'ine.

Surveillance clinique etroite.

+ Mineralocorticoi"des

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité des corticoïdes par augmentation de leur metabolisme hepatique par l'inducteur : les conséquences sont particulièrement importantes chez les addisoniens traites par l'hydrocortisone en cas de transplantation.

Surveillance clinique et biologique ; adaptation de la posologie des cortico'ides pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Montelukast

Risque de baisse de l'efficacite de montelukast par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et adaptation eventuelle de la posologie de l'antiasthmatique pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Nelfinavir

Risque de diminution des concentrations plasmatiques de la phenyto'ine par augmentat ion de son metabolisme hepatique par le nelfinavir.

Surveillance clinique et biologique. Adaptation eventuelle de la posologie de la phenyto'ine pendant le traitement par nelfinavir.

+ Posaconazole

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacite du posaconazole.

Surveillance clinique. Si possible, dosages plasmatiques du posaconazole et adaptation eventuelle de sa posologie.

+ Progestatifs non contraceptifs, associes ou non a un estrogene

Diminution de l'efficacite du progestatif.

Surveillance clinique et adaptation eventuelle de la posologie du traitement hormonal pendant l'administration de l'anticonvulsivant inducteur et apres son arret.

+ Propafenone

Diminution des concentrations plasmatiques de la propafenone par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et ECG. S'il y a lieu, adaptation posologique de la propafenone pendant l'association et après l'arrêt de l'inducteur.

+ Quinine

Risque de perte de l'efficacite par de la quinine par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et adaptation de la posologie de la quinine pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Stiripentol

Augmentation des concentrations plasmatiques de l'anticonvulsivant, avec risque de surdosage, par inhibition de son metabolisme hepatique par le stiripentol.

Surveillance clinique et dosage plasmatique, lorsque cela est possible, de l'anticonvulsivant associe au stiripentol et adaptation eventuelle de sa posologie.

+ Sucralfate

Diminution de l'absorption digestive de la phenytoine.

Prendre le sucralfate à distance de la phenyto'ine (plus de 2 heures, si possible).

+ Theophylline (et, par extrapolation, aminophylline)

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacite de la theophylline par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et, si besoin, de la theophyllinemie. Adaptation eventuelle de la posologie de la theophylline pendant le traitement par l'inducteur et apres son arret.

+ Tiagabine

Diminution des concentrations plasmatiques de la tiagabine par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur.

Une augmentation de la posologie de tiagabine peut s'averer necessaire en cas d'associat ion a un anticonvulsivant inducteur enzymatique.

+ Ticlopidine

Augmentation des concentrations plasmatiques de phenyto'ine avec signes de surdosage (inhibition du metabolisme de la phenyto'ine).

Surveillance clinique et controle des concentrations plasmatiques de phenyto'ine.

Associations à prendre en compte

+ Bortezomib

Diminution des concentrations du cytotoxique par augmentation de son metabolisme par l'inducteur, avec risque de moindre efficacite.

+ Cabazitaxel

Diminution des concentrations du cytotoxique par augmentation de son metabolisme par l'inducteur, avec risque de moindre etficacite.

+ Carbamazepine

Reduction reciproque des concentrations plasmatiques (augmentation du metabolisme sans modification apparente de l'efficacite anticomitiale).

Prudence dans !'interpretation des concentrations plasmatiques.

+ Docetaxel

Diminution des concentrations du cytotoxique par augmentation de son metabolisme hepatique par l'inducteur, avec risque de moindre etficacite.

+ lrinotecan

Diminution probable des concentrations plasmatiques du metabolite actif de l'irinotecan, avec risque d'echec du traitement cytotoxique.

+ Midazolam

Risque de diminution des concentrations plasmatiques du midazolam par l'anticonvulsivant.

+ Perampanel

Diminution importante Uusqu'aux deux-tiers) des concentrations de perampanel.

+ Phenobarbital, (et par extrapolation primidone)

En cas de traitement anterieur par le phenobarbital ou la primidone et adjonction de phenyto'ine, augmentation des concentrations plasmatiques de phenobarbital ou de primidone pouvant entrainer des signes toxiques (inhibition du metabolisme par competition).

en cas de traitement anterieur par la phénytoïne et adjonction de phénobarbital ou de primidone, variations imprevisibles :

les concentrations plasmatiques de phenyto'ine sont le plus souvent diminuées (augmentation du metabolisme) sans que cette diminution affecte défavorablement l'activité anticonvulsivant. A l'arret du phenobarbital ou de la primidone, possibilite d'effets toxiques de la phenyto'ine ;

II peut arriver que les concentrations de phenytoine soient augmentées (inhibition du métabolisme par compétition).

+ Procarbazine

Augmentation des réactions d'hypersensibilité (hypereosinophilie, rash) par augmentation du métabolisme de la procarbazine par l'inducteur.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de la phénytoïne.

En clinique:

Risque liée à l'épilepsie et aux antiépileptiques:

Tous antiépileptiques confondus, il a été montré que dans la descendance des femmes épileptiques traitées, le taux global de malformations est de 2 à 3 fois supérieures (3% environ) à celui de la population générale: bien que l'on constate une augmentation du nombre d'enfants malformés avec la polythérapie, la part respective des traitements et de la maladie n'a pas réellement établie. Les malformations le plus souvent rencontrées sont des fentes labiales et des malformations cardiovasculaires. Par ailleurs, l'interruption brutale du traitement antiépileptique peut entraîner une aggravation de la maladie préjudiciable à la mère et au ftus.

Risque lié à la phénytoïne:

Dans l'espèce humaine: un syndrome particulier, dont ni la réalité ni la fréquence ne sont clairement établies à l'heure actuelle, a été évoqué pour la prise d'hydantoïnes au premier trimestre: anomalies craniofaciales, hypoplasie des phalanges distales, retard de la croissance intra-utérin, retard psychomoteur.

En tout état de cause, le risque tératogène lors d'une exposition au premier trimestre, s'il existe, apparaît faible.

Chez le nouveau-né:

Les inducteurs enzymatiques ont pu provoquer:

·parfois un syndrome hémorragique survenant dans les 24 premières heures de la vie chez le nouveau-né de mère traitée. Une prévention par la vitamine K1 per os chez la mère le mois précédent l'accouchement et un apport adapté au moment de la naissance chez le nouveau-né semblent efficaces;

·rarement, des perturbations du métabolisme phosphocalcique et de la minéralisation osseuse, qu'une supplémentation en vitamine D au cours du 3e trimestre semble pouvoir prévenir.

Compte tenu de ces données:

·Si la grossesse est envisagée :

oo chez une femme épileptique traitée par la phénytoïne, il ne semble pas légitime de déconseiller une conception,

oo elle représente l'occasion de peser à nouveau l'indication du traitement antiépileptique.

·Pendant la grossesse, un traitement antiépileptique efficace par la phénytoïne ne doit pas être interrompu, l'aggravation de la maladie étant préjudiciable à la fois pour la mère et le ftus. Si possible, elle sera prescrite en monothérapie, au moins pendant le début de la grossesse.

Allaitement

Il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel. En conséquence, par mesure de précaution, il convient d'éviter d'administrer ce médicament chez la femme qui allaite.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

L'attention est attirée, notamment chez les conducteurs de véhicules et utilisateurs de machines, sur les risques de vertiges, troubles visuels, ataxie, confusion mentale, syndrome cérébello-vestibulaire, pouvant être attachés à l'utilisation de la phénytoïne.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Les fréquences de survenu des effets indésirables ci-dessous sont définies par la convention selon MedDRA. Ainsi très fréquent = touchant plus de 1 utilisateur sur 10 (soit >10%), fréquent = de 1 a 10 utilisateurs sur 100 (soit >1% et <10%), peu fréquent = de 1 a 10 utilisateurs sur 1000 ( soit >0.1% et <1%), rare = de 1 a 10 utilisateurs sur 10000 (soit >0.01% et <0.1%), très rare = moins de 1 utilisateur sur 10000 (soit <0.01%),

Fréquence indéterminée = les données disponibles ne permettent aucune estimation

Affections du système immunitaire :

·Fréquence indéterminée: Un syndrome d'hypersensibilité peut survenir.

·Rare : L'existence de cas de réactions croisées entre la phénytoïne, la carbamazepine et le phénobarbital doit rendre prudent le remplacement de la phénytoïne par l'une ou l'autre de ces molécules

Affections gastro-intestinales :

·Frequency indeterminate: nausées, vomissements.

Affections du systeme nerveux :

·Fréquence indéterminée : vertiges, troubles visuels, nausées, ataxie, confusion mentale, syndrome cérébello-vestibulaire; habituellement lies a un surdosage ou a un défaut de métabolisme hépatique avec des taux sériques anormalement élevés

Affections hématologiques et du système lymphatique :

·Rare : complications parfois fatales: trombocytopenie, granulocytopenie, agranulocytose, pancytopenie,

·Rare : anémie mégaloblastique: une correction thérapeutique est souvent souhaitable au cours de la grossesse,

·Fréquence indéterminée : adénopathies pseudo-lymphomatoses.

Affections de la peau et du tissu sous-cutane :

·Rare: effets indésirables cutanés graves : syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et nécrolyse épidermique toxique (NET) ont été rapportées (voir rubrique 4.4).

·Fréquent: rash cutané;

·Fréquence indéterminée: hirsutisme, érythèmes polymorphes ;

·Rare: urticaires;

·Fréquence indéterminée: pigmentations brunes du visage et du cou ;

·Très fréquent : hypertrophie gingivale (20 % des cas) ;

Affections musculo-squelettiques et systémiques :

·Fréquence indéterminée : des cas de diminution de la densité minérale osseuse, dostéopénie, dostéoporose et de fractures ont été rapportés chez des patients traités à long terme par la phénytoine. Le mécanisme par lequel la phénytoïne affecte le métabolisme osseux na pas été identifié.

·Fréquence indéterminée : syndrome lupique.

Affections hépatobiliaires:

·Fréquence indéterminée : augmentation des transaminases.

·Fréquence indéterminée : ictères choléstatiques.

Investigations

·Fréquence indéterminée : hyperglycémie.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Symptômes

Troubles digestifs, nystagmus, ataxie, dysarthrie, coma, hypotension et mort par défaillance respiratoire et apnée.

Traitement

Evacuation du toxique si possible et traitement symptomatique.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

ANTIEPILEPTIQUES : code ATC : N03AB02

Anti- convulsivant

Diminue l'automatisme sans altérer la vitesse de conduction. Raccourcit les périodes réfractaires.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

La phénytoïne est rapidement absorbée au niveau intestinal.

Les concentrations plasmatiques efficaces sont généralement de 5 à 12 mg/l chez l'adulte et de 10 à 20 mg/l chez l'enfant.

La demi-vie est de 24 à 48 heures; l'état stationnaire n'est atteint qu'après 8 à 20 jours.

Chez l'insuffisant rénal, du fait d'une liaison réduite aux protéines plasmatiques, les effets peuvent être obtenus pour des concentrations totales plus basses que chez le sujet normal.

Le produit est transformé au niveau du foie. Le métabolisme étant saturable, un accroissement modéré de la posologie peut entraîner une augmentation importante des concentrations circulantes, par réduction de la vitesse d'élimination.

Les métabolites excrétés dans la bile, sont réabsorbés et éliminés par voie urinaire.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Non renseignée.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

D-Mannitol, amidon de blé, polyvidone excipient, stéarate de magnésium.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

5 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Pas de précautions particulières de conservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

60 comprimés sous plaquettes thermoformées (Aluminium-PVC/PVDC).

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

EFISCIENCE

79 ROUTE DARLON

1140 LUXEMBOURG

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 303 030-3 0: 60 comprimés sous plaquettes thermoformées (Aluminium-PVC/PVDC).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste II

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 26/01/2017

Dénomination du médicament

DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable

Phénytoïne

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

·Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?

3. Comment prendre DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

ANTIEPILEPTIQUES

Ce médicament est un antiépileptique.

Ce médicament est préconisé dans le traitement de certaines formes dépilepsie et de convulsions, ainsi que certaines névralgies faciales.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?  Retour en haut de la page

Ne prenez jamais DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable dans les cas suivants :

·Allergie à la phénytoïne, aux dérivés de l'hydantoïne, ou à l'un des constituants du produit.

·En association avec cobicistat, daclatasvir, dasabuvir, delamanid, isavuconazole, ledipasvir, lurasidone, millepertuis, ombitasvir + paritaprevir, rilpivirine,telaprevir.

·Si vous êtes allergique (hypersensible) au blé, en raison de la présence d'amidon de blé.

Avertissements et précautions

Faites attention avec DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable :

Ne pas arrêter brutalement le traitement.

Ce médicament n'est pas efficace dans certaines formes d'épilepsie.

En cas d'augmentation de la fréquence des crises ou d'apparition des crises de type différent, CONSULTER IMMEDIATEMENT VOTRE MEDECIN.

Des pensées autodestructrices ou suicidaires ont également été observées chez un petit nombre de personnes traitées par des anti-épileptiques tels que DI-HYDAN. Si vous avez ce type de pensées, contactez immédiatement votre médecin.

Si vous êtes enceinte, prévenir votre médecin.

Ce médicament peut être administré en cas de maladie cliaque. L'amidon de blé peut contenir du gluten, mais seulement à l'état de trace, et est donc considéré comme sans danger pour les sujets atteints d'une maladie cliaque.

Des cas déruptions au niveau de la peau, potentiellement mortelles (syndrome de Stevens Johnson, nécrolyse épidermique toxique) ont été rapportés lors de lutilisation de la phénytoïne, qui se manifestent initialement au niveau du tronc sous forme de tâches en forme de cocardes ou de plaques circulaires rougeâtres avec souvent des bulles centrales. Les autres signes à rechercher incluent des ulcères dans la bouche, la gorge, le nez et au niveau des organes génitaux et une conjonctivite (yeux rouges et gonflés).

Ces éruptions potentiellement mortelles sont souvent accompagnées de symptômes grippaux. Léruption peut évoluer vers la formation de cloques généralisées ou vers une desquamation de la peau.

Le risque de survenue de ces réactions cutanées graves est le plus élevé pendant les premières semaines de traitement.

Si vous avez développé un syndrome de Stevens Johnson ou une nécrolyse épidermique toxique lors de la prise de phénytoïne, vous ne devez jamais recommencer un traitement avec de la phénytoïne.

Si vous développez une éruption ou lun de ces symptômes au niveau de la peau, arrêtez de prendre la phénytoïne, prenez conseil auprès dun médecin en urgence et dites lui que vous prenez ce médicament.

Le risque de survenue de ces effets est associé à la présence dun variant génétique chez certains sujets dorigine chinoise ou thaïlandaise. Si vous êtes dorigine chinoise ou thaïlandaise et savez que vous êtes porteur de ce variant génétique (HLA-B* 1502), parlez en à votre médecin avant de prendre DI-HYDAN.

En cas de nausées, vertiges, rougeur de la peau, inflammation des gencives, confusion, prévenir votre médecin.

Il est recommandé de surveiller l'hygiène de la bouche et l'état des gencives.

Pour une bonne utilisation de ce médicament il est indispensable de vous soumettre à une surveillance médicale régulière, celle-ci peut comporter: une numération des cellules sanguines et un dosage du médicament dans le sang.

Enfants et adolescents

Sans objet.

Autres médicaments et DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable

Vous ne devez jamais prendre ce médicament en même temps que cobicistat, daclatasvir,dasabuvir,delamanid, isavuconazole, ledipasvir, lurasidone, millepertuis, ombitasvir + paritaprevir, rilpivirine,et télaprévir.

Vous ne devez généralement pas prendre ce médicament, sauf avis contraire de votre médecin en même temps que:

·les estroprogestatifs et progestatifs (contraceptifs);

·lulipristal, une pilule du lendemain ;

·certains médicaments antibiotiques, sulfamides antibactériens: ; le sulfaméthoxazole, sulfafurazole, sulfaméthizol (voie générale);

·certains médicaments anti-ulcéreux: cimétidine;

·certains médicaments utilisés dans les cures de désintoxication alcoolique: disulfirame;

·laprépitant utilisé contre les nausées et les vomissements survenant dans le cadre dune chimiothérapie ;

·le bocéprévir utilisé dans le traitement de lhépatite C ;

·le bosentan utilisé dans un certain type de maladie grave des poumons ;

·la bédaquiline utilisée dans le traitement de la tuberculose ;

·le dolutégravir utilisé dans le traitement du VIH ;

·certains médicaments utilisés dans le traitement de certains cancers : les medicaments cytotoxiques, les inhibiteurs des tyrosines kinases, le vémurafénib et le vismodégib utilisés dans le traitement des cancers de la peau, labiratérone utilisé dans le traitement du cancer de la prostate, léribuline utilisé dans le cancer de lovaire, le régorafénib utilisé dans le traitement de cancers gastro-intestinaux,

·lapixaban, le dabigatran et le rivaroxaban, des médicaments anti coagulants ;

·le ticagrélor, un médicament antiplaquettaire ;

·le fentanyl et loxycodone utilisés dans le cadre dune anesthésie ou dune analgésie (pour soulager la douleur) ;

·la miansérine, la sertraline, des médicaments contre la dépression ;

·la clozapine et la quiétiapine, des médicaments utilisés dans le traitement des troubles mentaux ;

·le praziquantel, destiné à lutter contre les vers ;

·le voriconazole et litraconazole destinés à lutter contre certains champignons ;

·livacaftor utilisé dans le traitement de la mucoviscidose ;

Si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable avec des aliments, boissons et de lalcool

Sans objet.

Grossesse et allaitement

Grossesse

Votre traitement antiépileptique ne doit pas être interrompu. Votre médecin peut néanmoins décider d'arrêter les autres traitements antiépileptiques pendant quelques semaines au début de votre grossesse.

Dans le cas où ce médicament vous a été prescrit pour une autre raison que l'épilepsie, votre médecin jugera de l'opportunité de le maintenir pendant cette période.

Une supplémentation vitaminique sera effectuée (vitamines K1 et D) en fin de grossesse.

Allaitement

Ce médicament passe dans le lait maternel. Par mesure de précaution, il convient d'éviter de l'utiliser pendant l'allaitement.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

L'attention est appelée chez les conducteurs de véhicules ou les utilisateurs de machines sur les risques de vertiges, troubles de la vision, de la coordination des mouvements et de la vigilance pouvant apparaître lors de l'utilisation de ce médicament.

Soyez très prudent, ne pas conduire sans lavis dun professionnel de santé.

DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable contient

DI-HYDAN peut être administré en cas de maladie coeliaque. L'amidon de blé peut contenir du gluten, mais seulement à l'état de trace, et est donc considéré comme sans danger pour les sujets atteints d'une maladie coeliaque

3. COMMENT PRENDRE DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?  Retour en haut de la page

Posologie

La posologie sera déterminée par votre médecin et adaptée progressivement.

SE CONFORMER STRICTEMENT A LA PRESCRIPTION DU MEDECIN.

Mode dadministration

Voie orale.

SE CONFORMER STRICTEMENT A LA PRESCRIPTION DU MEDECIN.

Fréquence d'administration

1 ou 2 prises.

SE CONFORMER STRICTEMENT A LA PRESCRIPTION DU MEDECIN.

Durée du traitement

Ne pas modifier la posologie ni arrêter le traitement sans avis médical.

SE CONFORMER STRICTEMENT A LA PRESCRIPTION DU MEDECIN.

Si vous avez pris plus de DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable que vous nauriez dû :>

Prévenir votre médecin ou l'hôpital.

Si vous oubliez de prendre DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable :

Si vous oubliez de prendre une dose, prenez-la dès que vous vous en apercevez, mais si vous vous en apercevez au moment de la prise de votre prochaine dose, ne doublez pas la dose. Ensuite, continuez comme précédemment.

Si vous arrêtez de prendre DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable :

L'arrêt du traitement doit se faire de manière progressive; en effet l'arrêt brutal du traitement (ou la diminution importante des doses) peut entraîner la réapparition des crises.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Très fréquent (pouvant survenir chez plus de 1 patient sur 10 ).

·Augmentation du volume de la gencive.

Fréquents (pouvant survenir chez 1 à 10 patients sur 100).

·rash cutané.

Rares (pouvant survenir chez 1 à 10 patients sur 10 000).

·complications parfois fatales: trombocytopenie (diminution des plaquettes), granulocytopenie ( diminution des granulocytes, un type de globules blancs), agranulocytose (disparition des granulocytes), pancytopenie (diminution des plaquettes, des globules blancs et des globules rouges),,

·anémie mégaloblastique (diminution des globules rouges)

·éruptions au niveau de la peau potentiellement mortelles (syndrome de Stevens-Johnson , nécrolyse épidermique toxique) ont été rapportées (voir rubrique 2)

·urticaires

Fréquence Indéterminée

·réactions allergiques ;

·érythèmes polymorphes (lésions de la peau en forme de cercles à centre parfois bulleux)

·développement excessif des poils

·pigmentations brunes du visage et du cou

·nausées, vomissements ;

·vertiges,

·troubles visuels,

·trouble de la coordination des mouvements

·confusion mentale, syndrome cerebello-vestibulaire;

·adénopathies pseudo-lymphomateuses (augmentation de la taille des ganglions),

·syndrome lupique (maladie auto-immune chronique fréquemment caractérisée par une rougeur du visage et des douleurs articulaires),

·problèmes osseux incluant une ostéopénie et une ostéoporose (amincissement de l'os) et des fractures ont été rapportés. Si vous suivez un traitement antiépileptique a long terme et que vous avez des antécédents d'ostéoporose ou que vous prenez des stéroïdes, parlez-en a votre médecin,

·ictères cholestatiques (jaunisse),

·valeurs des tests hépatiques augmentées,

·valeur de la glycémie augmentée.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Ne pas utiliser DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable après la date de péremption mentionnée sur la boîte. La date de péremption fait référence au dernier jour du mois.

Pas de précaution particulière de conservation.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable  Retour en haut de la page

·La substance active est :

Phénytoïne... 100 mg

Pour un comprimé sécable

·Les autres composants excipients sont :

D-Mannitol, Amidon de blé, Polyvidone excipient, Stéarate de magnésium.

Quest-ce que DI-HYDAN 100 mg, comprimé sécable et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Ce médicament se présente sous forme de comprimé sécable. Boîte de 60

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

EFISCIENCE

79 Route dArlon

L-1140 Luxembourg

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

PRIMIUS LAB LIMITED

GroundFloor Office Suite

48 Britannia Street

UK - LONDON, WC1X 9BS

Fabricant  Retour en haut de la page

PRIMIUS LAB LIMITED

GroundFloor Office Suite

48 Britannia Street

UK - LONDON, WC1X 9BS

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Sans objet.

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

Autres  Retour en haut de la page

Sans objet.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM