CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable

source: ANSM - Mis à jour le : 02/08/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Captopril........ 25 mg

Pour un comprimé quadrisécable

Excipient à effet notoire : ce médicament contient 25 mg de lactose.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé quadrisécable.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

·Hypertension artérielle.

·Insuffisance cardiaque congestive.

·Infarctus du myocarde dans les 24 premières heures chez les patients en situation hémodynamique stable.

·Post-infarctus du myocarde chez les patients avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d'éjection ≤ à 40 %), et par ailleurs en l'absence de signe clinique d'insuffisance cardiaque.

Le traitement au long cours par le captopril améliore la survie à long terme, réduit le risque de récidive d'infarctus ainsi que le risque de développement d'une insuffisance cardiaque.

·Néphropathie diabétique macroprotéinurique du diabète insulinodépendant.

Le traitement au long cours ralentit la progression de l'atteinte rénale.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Le captopril, sous forme de comprimés, est administré avant, pendant ou après les repas, déventuelles modifications de labsorption par les aliments ne modifiant pas leffet thérapeutique (voir rubrique 5.2).

Hypertension artérielle

En labsence de déplétion hydrosodée préalable ou dinsuffisance rénale (soit en pratique courante) :

La posologie efficace est de 50 mg par jour en deux prises de 25 mg à douze heures dintervalle.

En fonction de la réponse au traitement, la posologie doit être adaptée, en respectant des paliers de 3 à 4 semaines, jusquà 100 mg/jour en 2 prises.

Certaines hypertensions sévères peuvent nécessiter des doses plus élevées (au maximum de 150 mg/jour en 2 ou 3 prises) tout au moins en début de traitement. Ces doses peuvent ensuite être réduites.

Exceptionnellement, des doses supérieures à 150 mg/jour sont utilisées. Elles justifient une surveillance hématologique et rénale (voir rubrique 4.4).

Dans lhypertension artérielle préalablement traitée par un diurétique :

·Soit arrêter le diurétique 3 jours auparavant pour le réintroduire par la suite si nécessaire,

·Soit administrer la dose initiale de captopril de 12,50 mg (1/2 comprimé à 25 mg) et ajuster en fonction de la réponse tensionnelle obtenue et de la tolérance (voir rubrique 4.4).

Il est également recommandé de doser la créatinine plasmatique et la kaliémie avant le traitement et dans les 15 jours qui suivent la mise en route du traitement.

Chez le sujet âgé (voir rubrique 4.4), instaurer éventuellement le traitement par une posologie plus faible de 25 mg/jour adaptée à la fonction rénale du patient, appréciée avant la mise en route du traitement, dans le cas où celle-ci serait inférieure à 40 ml/min. (cf. tableau infra).

La valeur de la clairance de la créatinine (Clcr) calculée à partir de la créatininémie et ajustée sur lâge, le poids et le sexe, selon la formule de Cockroft* par exemple, reflète correctement létat de la fonction rénale chez ce type de patient.

* Clcr = (140 - âge) x poids/0,814 x créatininémie avec :

·lâge en années,

·le poids en kg,

·la créatininémie en micromol/l.

Cette formule est valable pour les sujets de sexe masculin, et doit être corrigée pour les femmes en multipliant le résultat par 0,85.

Dans lhypertension rénovasculaire, il est recommandé de débuter le traitement à la posologie de 6,25 mg par jour (1/4 de comprimé à 25 mg) pour lajuster par la suite à la réponse tensionnelle du patient.

La créatininémie et la kaliémie seront contrôlées afin de détecter lapparition dune éventuelle insuffisance rénale fonctionnelle (voir rubrique 4.4).

En cas dinsuffisance rénale, la posologie de captopril est ajustée au degré de cette insuffisance :

Les posologies données par le tableau suivant ne doivent pas être dépassées afin déviter une élévation trop importante des concentrations du médicament.

Clairance de la créatinine ml/min/1,73 m2

Dose journalière maximale totale (mg)

Doses initiales (mg)

> 41

En principe 150

25 50

40 21

100

25

20 11

75

12,5

< 10

37,5

6,25

Les diurétiques à associer dans ce cas sont les diurétiques dits de lanse (voir rubriques 4.3, 4.4, 4.5 et 5.1).

Chez ces malades, la pratique médicale normale comprend un contrôle périodique du potassium et de la créatinine, par exemple tous les deux mois en période de stabilité thérapeutique (voir rubrique 4.4 Précautions d'emploi).

Chez lhypertendu hémodialysé, le captopril est dialysable (voir rubrique 4.4).

Insuffisance cardiaque congestive

La dose initiale doit être faible, en particulier en cas de :

·pression artérielle normale ou basse au départ,

·insuffisance rénale,

·hyponatrémie iatrogène (diurétique) ou non.

Le captopril peut être utilisé en association avec le traitement diurétique accompagné, le cas échéant, dun traitement digitalique.

Il est recommandé dinitier le traitement par ¼ de comprimé à 25 mg (6,25 mg) sous surveillance tensionnelle et de laccroitre progressivement par paliers de 12,5 mg puis 25 mg par jour, toujours sous surveillance tensionnelle, jusquà la dose efficace qui se situe entre 50 et 100 mg par jour répartie en 2 ou 3 prises.

La dose retenue ne devrait pas abaisser la pression artérielle systolique orthostatique au-dessous de 90 mm Hg.

Une hypotension symptomatique peut apparaître chez les insuffisants cardiaques traités par de fortes doses de diurétiques : la dose initiale doit dans ce cas être réduite de moitié (voir rubrique 4.4) en commençant le traitement par une dose de 6,25 mg un jour sur deux.

Les dosages de la créatinine et de la kaliémie doivent être faits à chaque augmentation de posologie, puis tous les 3 à 6 mois en fonction du stade de linsuffisance cardiaque, afin de contrôler la tolérance au traitement.

Infarctus du myocarde à la phase aiguë

Le traitement par captopril sera initié en milieu hospitalier le plus tôt possible après le début des signes et/ou symptômes chez des patients hémodynamiquement stables.

Une dose-test de 6,25 mg est administrée puis 2 heures après une dose de 12,5 mg et 12 heures après une dose de 25 mg. Le lendemain, le captopril sera administré à la dose de 100 mg/jour en 2 prises journalières pendant 4 semaines si la tolérance hémodynamique du patient le permet.

A la fin de ces 4 semaines de traitement, l'état du patient sera réévalué avant prise de décision thérapeutique pour la phase de post-infarctus du myocarde.

Post-infarctus du myocarde

Si le traitement par captopril n'a pas été débuté à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde dans les 24 premières heures, il est suggéré de commencer le traitement entre le 3ème et le 16 ème jour de l'infarctus dès que les conditions de mise sous traitement sont réunies (stabilité hémodynamique; prise en charge d'une éventuelle ischémie résiduelle).

La mise en route du traitement, jusqu'à ce que soit atteinte la dose de 75 mg, sera réalisée en milieu hospitalier sous surveillance stricte, notamment tensionnelle.

La dose initiale doit être faible (voir rubrique 4.4) surtout si les patients présentent une pression artérielle normale ou basse au départ. Le traitement est initié par la prise d'¼ de comprimé à 25 mg (6,25 mg) suivi par ½ comprimé à 25 mg (12,5 mg), 3 fois par jour pendant 2 jours puis de 1 comprimé à 25 mg, 3 fois par jour si la tolérance hémodynamique du patient le permet.

La dose recommandée pour une cardioprotection efficace dans le traitement au long cours est de 75 mg à 150 mg par jour en deux ou trois prises.

En cas d'hypotension symptomatique, comme dans l'insuffisance cardiaque, la posologie des diurétiques et/ou autres vasodilatateurs associés pourra être réduite pour permettre d'atteindre la dose d'équilibre de captopril. Le cas échéant, la dose de captopril sera adaptée en fonction de la tolérance clinique du patient.

Le captopril peut être associé aux autres traitements de l'infarctus du myocarde tels que les thrombolytiques, les bêta-bloquants, l'aspirine.

Néphropathie diabétique

La posologie quotidienne de captopril est de 50 à 100 mg, répartis en deux ou trois prises quotidiennes.

En cas d'insuffisance rénale chronique avérée, cette posologie sera ajustée au degré de l'insuffisance rénale (cf. tableau de correspondance et formule de calcul de la clairance de la créatinine à partir de la créatininémie).

Population pédiatrique

Sans objet.

Mode dadministration

Voie orale.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de :

·hypersensibilité à la substance active ou à lun des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 ou à tout autre inhibiteur de lenzyme de conversion de langiotensine,

·antécédent dangio-dème (dème de Quincke) lié à la prise dun inhibiteur de lenzyme de conversion de langiotensine,

·angio-dème héréditaire/idopathique,

·2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.4 et 4.6).

Lassociation de CAPTOPRIL MYLAN à des médicaments contenant de laliskiren est contre-indiquée chez les patients présentant un diabète ou une insuffisance rénale (DFG [débit de filtration glomérulaire] < 60 ml /min/1,73 m²) (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes :

·associations avec les diurétiques hyperkaliémiants, les sels de potassium, l'estramustine, et le lithium (voir rubrique 4.5) ;

·sténose bilatérale de lartère rénale ou sur rein fonctionnellement unique ;

·hyperkaliémie ;

·grossesse (1er trimestre) ;

·allaitement.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde spéciales

Neutropénie/agranulocytose

Une neutropénie / agranulocytose, une thrombopénie et une anémie ont été rapportées chez les patients recevant des inhibiteurs de l'enzyme de conversion, dont le captopril. La neutropénie survient rarement chez les patients à fonction rénale normale et ne présentant pas d'autres facteurs de risque. Le captopril doit être utilisé avec une prudence extrême :

·chez les patients ayant une collagénose,

·chez ceux recevant un traitement immunosuppresseur,

·en cas de traitement par allopurinol ou procaïnimide ou

·en cas d'association de ces facteurs à risque, particulièrement en présence d'une insuffisance rénale pré existante.

Certains de ces patients ont présenté des infections graves qui, dans un petit nombre de cas, n'ont pas répondu à une antibiothérapie intensive.

Si le captopril est administré à ces patients, il est conseillé d'effectuer une numération des globules blancs et de la formule leucocytaire avant le début du traitement, puis toutes les deux semaines pendant les trois premiers mois du traitement par captopril et périodiquement par la suite. Pendant le traitement, chaque patient doit recevoir comme consigne de signaler tout signe d'infection (par exemple: maux de gorge, fièvre) et une numération de la formule leucocytaire doit être effectuée. Le captopril et tout autre traitement concomitant en cause (voir rubrique 4.5) seront interrompus si une neutropénie (granulocyte neutrophiles < 1000/mm3) est détectée ou suspectée. Chez la plupart des patients, la numération des neutrophiles revient rapidement à la normale après arrêt du captopril.

Hypersensibilité/angio-dème (dème de Quincke)

Un angio-dème de la face, des extrémités, des lèvres, de la langue, de la glotte et/ou du larynx a été signalé chez les patients traités par un inhibiteur de l'enzyme de conversion, le captopril inclus. Cet effet peut apparaître à n'importe quel moment au cours du traitement. Dans de tels cas, le captopril doit être arrêté immédiatement et une surveillance appropriée doit être mise en place pour sassurer de la disparition de l'dème et de la complète résolution des symptômes avant la sortie du patient de lhôpital. Lorsque l'dème n'intéresse que la face et les lèvres, l'évolution est en général régressive sans traitement, bien que les antihistaminiques aient été utilisés pour soulager les symptômes.

L'angio-dème associé à un dème laryngé peut être fatal. Lorsqu'il y a atteinte de la langue, de la glotte ou du larynx, pouvant entraîner une obstruction des voies aériennes, un traitement approprié, pouvant inclure une solution d'adrénaline sous-cutanée à 1/1000 (0,3 ml à 0,5 ml), doit être administré rapidement et/ou les autres traitements appropriés tels que des mesures de maintien de la liberté des voies aériennes doivent être appliqués rapidement.

La prescription d'un IEC ne doit pas être envisagée par la suite chez ces patients (voir rubrique 4.3).

Utilisation concomitante dinhibiteurs de mTOR (par exemple sirolimus, évérolimus, temsirolimus)

Les patients prenant un traitement concomitant par inhibiteurs de mTOR (par exemple sirolimus, évérolimus, temsirolimus) peuvent présenter un risque accru dangioedème (par exemple gonflement des voies respiratoires ou de la langue, avec ou sans insuffisance respiratoire) (voir rubrique 4.5).

Angio-dème intestinal

De rares cas d'angio-dème intestinal ont été rapportés chez les patients traités par IEC. Ces patients présentent des douleurs abdominales (avec ou sans nausées ou vomissements); dans certains cas l'angio-dème intestinal n'est ni précédé d'un angio-dème de la face ni associé à un taux de C-1 estérase anormal. L'angio-dème intestinal est diagnostiqué lors d'un scanner abdominal, d'une échographie ou lors d'une intervention chirurgicale.

Les symptômes disparaissent à l'arrêt du traitement.

L'angio-oedème intestinal doit être un diagnostic différentiel chez les patients traités par IEC se présentant pour douleur abdominale.

Réactions anaphylactoïdes lors dune hémodialyse à haut débit/aphérèse des lipoprotéines (LDL)

Des réactions anaphylactoïdes ont été rapportées chez des patients hémodialysés avec des membranes de dialyse à haut débit ou soumis à une aphérèse des lipoprotéines de faible densité par absorption sur dextrane sulfate. Chez ces patients, un changement de type de membrane de dialyse ou de classe de médicament doit être envisagé.

Réactions anaphylactoïdes lors d'une désensibilisation

Des réactions anaphylactoïdes prolongées, menaçant le pronostic vital ont rarement été rapportées chez des patients suivant un traitement de désensibilisation au venin d'hyménoptère alors qu'ils recevaient un traitement par un inhibiteur de l'enzyme de conversion. Chez les mêmes patients, l'arrêt temporaire de l'inhibiteur de l'enzyme de conversion a permis d'éviter ces réactions, mais celles-ci sont réapparues suite à une reprise involontaire. Par conséquent, une surveillance particulière doit être exercée chez les patients traités par inhibiteur de l'enzyme de conversion qui suivent ce type de désensibilisation.

Double blocage du systeme rénine-angiotensine-aldosterone (SRAA)

Il est établi que lassociation dinhibiteur de lenzyme de conversion (IEC), dantagonistes des récepteurs de langiotensine II (ARA II) ou daliskiren augmente le risque dhypotension, dhyperkaliémie et daltération de la fonction rénale (incluant le risque dinsuffisance rénale aigüe).

En conséquence, le double blocage du SRAA par lassociation dIEC, dARA II ou daliskiren nest pas recommandé (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Néanmoins, si une telle association est considérée comme absolument nécessaire, elle ne pourra se faire que sous la surveillance dun spécialiste et avec un contrôle étroit et fréquent de la fonction rénale, de lionogramme sanguin et de la pression artérielle. Les IEC et les ARA II ne doivent pas être associés chez les patients atteints dune néphropathie diabétique.

Protéinurie

Une protéinurie peut survenir, notamment chez les patients présentant une insuffisance rénale pré existante ou recevant des doses relativement élevées d'inhibiteur de l'enzyme de conversion. Une protéinurie totale excédant 1 g par jour a été observée chez environ 0,7 % des patients traités par captopril.

La majorité des patients avait une pathologie rénale pré existante ou avait reçu des doses relativement élevées de captopril (plus de 150 mg/jour) ou les deux. Un cinquième des patients protéinuriques ont présenté un syndrome néphrotique. Dans la plupart des cas, la protéinurie a diminué ou totalement régressé en six mois, que le traitement par captopril ait été poursuivi ou non.

Les patients atteints de protéinurie ont rarement présenté des altérations des paramètres de la fonction rénale, telles que l'urée ou la créatinine.

Une estimation de la protéinurie (¨test bandelette¨ sur les premières urines du matin) doit être effectuée, avant le début du traitement et périodiquement par la suite, chez les patients avec antécédents de pathologie rénale.

Grossesse

Les IEC ne doivent pas être débutés au cours de la grossesse. A moins que le traitement IEC soit considéré comme essentiel, il est recommandé de modifier le traitement antihypertenseur chez les patientes qui envisagent une grossesse pour un médicament ayant un profil de sécurité établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traitement par IEC doit être arrêté immédiatement et si nécessaire un traitement alternatif sera débuté (voir rubriques 4.3 et 4.6).

Précautions d'emploi

Toux

Une toux sèche a été rapportée avec l'utilisation des inhibiteurs de l'enzyme de conversion. Elle est caractérisée par sa persistance ainsi que par sa disparition à l'arrêt du traitement. Dans les cas où la prescription d'un IEC s'avère indispensable, la poursuite du traitement peut être envisagée. L'étiologie iatrogénique doit être envisagée en présence de ce symptôme.

Risque d'hypotension artérielle et/ou d'insuffisance rénale (insuffisance cardiaque, déplétion hydrosodée...)

L'hypotension est rarement observée chez les patients hypertendus sans complications. Une hypotension symptomatique a plus de chances de se produire chez les patients hypertendus ayant subi une stimulation importante du système rénine-angiotensine-aldostérone en particulier au cours des déplétions hydrosodées importantes (régime désodé ou traitement diurétique important prolongé, vomissements ou hémodialyse), chez des patients à tension artérielle initialement basse, en cas de sténose artérielle rénale, d'insuffisance cardiaque congestive et de cirrhose démato-ascitique.

Le blocage de ce système par un inhibiteur de l'enzyme de conversion peut alors provoquer, surtout lors de la première prise et au cours des deux premières semaines de traitement, une brusque chute tensionnelle et/ou, quoique rarement et dans un délai plus variable, une élévation de la créatinine plasmatique traduisant une insuffisance rénale fonctionnelle parfois aiguë.

Enfant

La tolérance et l'efficacité du captopril chez l'enfant n'ont pas été démontrées par des études contrôlées. Cependant, le captopril a été administré en cardiologie pédiatrique. Le traitement est initié en milieu hospitalier.

Sujet âgé

La fonction rénale (créatininémie) et la kaliémie devront être appréciées avant le début du traitement (voir rubrique 4.2). La dose de départ sera ajustée ultérieurement en fonction de la réponse tensionnelle, a fortiori en cas de déplétion hydrosodée, afin d'éviter toute hypotension de survenue brutale.

Insuffisance rénale

En cas d'insuffisance rénale (clairance de la créatinine inférieure à 40 ml/min), la posologie initiale de captopril sera adaptée à la clairance à la créatinine, puis ajustée en fonction de la réponse thérapeutique (voir rubrique 4.2).

Chez ces malades et ceux atteints de néphropathie glomérulaire, la pratique médicale normale comprend un contrôle périodique du potassium et de la créatinine.

Sujet ayant une athérosclérose connue

Puisque le risque d'hypotension existe chez tous ces patients, on sera particulièrement prudent chez ceux ayant une cardiopathie ischémique ou une insuffisance circulatoire cérébrale, en débutant le traitement à faible posologie.

Anémie

Une anémie avec baisse du taux d'hémoglobine a été mise en évidence chez des patients transplantés rénaux ou hémodialysés, baisse d'autant plus importante que les valeurs de départ sont élevées. Cet effet ne semble pas dose-dépendant mais serait lié au mécanisme d'action des inhibiteurs de l'enzyme de conversion. Cette baisse est modérée, survient dans un délai de 1 à 6 mois puis reste stable.

Elle est réversible à l'arrêt du traitement. Celui-ci peut être poursuivi chez ce type de patients, en pratiquant un contrôle hématologique régulier.

Intervention chirurgicale

En cas d'anesthésie, et plus encore lorsque l'anesthésie est pratiquée avec des agents connus pour leur potentiel hypotenseur, ou au cours dune intervention chirurgicale majeure, les I.E.C. sont à l'origine d'une hypotension. En cas dhypotension celle-ci pourra être corrigée par un remplissage volémique. L'interruption thérapeutique, lorsqu'elle est possible, est donc recommandée la veille de l'intervention pour le captopril.

Insuffisance hépatique

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ont été rarement associés à un syndrome débutant par un ictère cholestatique et progressant vers une nécrose hépatique fulminante et parfois une issue fatale.

On ignore le mécanisme de ce syndrome. Les patients sous traitement par un inhibiteur de l'enzyme de conversion présentant un ictère ou une augmentation marquée des enzymes hépatiques doivent arrêter le traitement par un inhibiteur de l'enzyme de conversion et bénéficier d'une surveillance médicale appropriée.

Hyperkaliémie

Une hyperkaliémie peut survenir pendant un traitement avec un inhibiteur de lECA.

Les patients présentant un risque de développer une hyperkaliémie comprennent les patients insuffisants rénaux, les patients diabétiques, les patients atteints dhypoaldostéronisme ou ceux recevant un traitement associé à des diurétiques dépargne potassique, une supplémentation en potassium ou des substituts de sels contenant du potassium, ou les patients prenant dautres substances actives associées à des augmentations de la kaliémie (par exemple héparine, co-trimoxazole également dénommé triméthoprime/sulfaméthoxazole).

Si lutilisation concomitante des agents mentionnés ci-dessus est considérée comme appropriée, il est recommandé de surveiller la kaliémie régulièrement (voir rubrique 4.5).

Hypertension rénovasculaire

Le traitement de l'hypertension artérielle rénovasculaire est la revascularisation. Néanmoins, le captopril peut être utile aux malades présentant une hypertension rénovasculaire dans l'attente de l'intervention correctrice ou lorsque cette intervention n'est pas possible. Le risque d'hypotension et d'insuffisance rénale augmente chez les patients avec sténose bilatérale des artères rénales ou sténose artérielle rénale sur rein fonctionnellement unique traités par un inhibiteur de l'enzyme de conversion. La perte de la fonction rénale peut survenir même en cas de modification légère de la créatinine sérique. Chez ces patients, le traitement doit alors être institué sous surveillance médicale étroite avec des posologies faibles, une titration prudente et une surveillance de la fonction rénale et de la kaliémie doit être exercée, certains patients ayant développé une insuffisance rénale fonctionnelle, réversible à l'arrêt du traitement (voir rubrique 4.2).

Dans l'hypertension avec maladie rénovasculaire unilatérale, commencer le traitement par de faibles doses (¼ de comprimé à 25 mg) et ne prolonger le traitement que s'il n'existe pas de diminution de la filtration glomérulaire ipsilatérale à la sténose.

Une surveillance accrue de la filtration glomérulaire est à effectuer.

Rétrécissement aortique et mitral/myocardiopathie obstructive/choc cardiogénique

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion doivent être utilisés avec précaution chez les patients présentant un rétrécissement valvulaire ou un obstacle à l'éjection ventriculaire gauche et évités en cas de choc cardiogénique et d'obstruction hémodynamique significative.

Autres populations à risque

Chez les patients en insuffisance cardiaque sévère (stade IV), et chez les patients diabétiques insulino-dépendants (tendance spontanée à l'hyperkaliémie), l'instauration du traitement se fera sous surveillance médicale avec une posologie initiale réduite.

Ne pas interrompre un traitement par bêta-bloquant chez un hypertendu atteint d'insuffisance coronarienne : l'IEC sera ajouté au bêta-bloquant.

Spécificité ethnique

Comme observé avec d'autres inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, le captopril est apparemment moins actif sur la pression artérielle chez les personnes de couleur noire que chez les autres personnes probablement en raison d'une plus forte prévalence d'un taux de rénine bas dans la population noire hypertendue.

Les patients noirs qui reçoivent un inhibiteur de lenzyme de conversion ont un risque plus élevé dapparition dangioedème comparé à celui des patients non-noirs.

Patients diabétiques

La glycémie fera lobjet dune surveillance particulière chez les patients diabétiques préalablement traités par antidiabétiques oraux ou par insuline, notamment pendant le premier mois de traitement par un inhibiteur de l'enzyme de conversion.

Chez les diabétiques anciens et notamment avec néphropathie et neuropathie, le risque d'hyperkaliémie sous IEC est augmenté du fait d'un hypoaldostéronisme fréquent, ce qui doit conduire à une surveillance accrue de la kaliémie.

Risque d'hypokaliémie

L'association d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion et d'un diurétique thiazidique n'exclut pas la survenue d'une hypokaliémie. Une surveillance régulière de la kaliémie doit être effectuée.

Association avec le lithium

CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable nest pas recommandé en association avec le lithium en raison d'une potentialisation de la toxicité du lithium (cf rubrique 4.5).

Liées aux excipients :

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Médicaments hyperkaliémants

Certains médicaments ou classes thérapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d'une hyperkaliémie : les sels de potassium, les diurétiques hyperkaliémiants, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les antagonistes de l'angiotensine II, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les héparines (de bas poids moléculaire ou non fractionnées), les immunosuppresseurs comme la ciclosporine ou le tacrolimus, le triméthoprime. Lassociation de ces médicaments majore le risque dhyperkaliémie. Ce risque est particulièrement important avec les diurétiques épargneurs de potassium, notamment lorsquils sont associés entre eux ou avec des sels de potassium, tandis que lassociation dun IEC et dun AINS, par exemple, est à moindre risque dès linstant que sont mises en uvre les précautions recommandées.

Système rénine-angiotensine-aldostérone

Les données issues des essais cliniques ont montré que le double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) par lutilisation concomitante dinhibiteurs de lenzyme de conversion , dantagonistes des récepteurs de langiotensine II ou daliskiren est associé à une fréquence plus élevée dévénements indésirables tels que lhypotension, lhyperkaliémie et laltération de la fonction rénale (incluant linsuffisance rénale aiguë) en comparaison à lutilisation dun seul médicament agissant sur le SRAA (voir rubriques 4.3, 4.4 et 5.1).

Associations contre-indiquées

Aliskiren chez le patient diabétique ou insuffisant rénal (DFG < 60ml/min/1.73m²)

Risque dhyperkaliémie, dinsuffisance rénale, daugmentation de la morbi-mortalité cardio-vasculaire.

Associations déconseillées

Aliskiren

Risque dhyperkaliémie, dinsuffisance rénale, daugmentation de la morbi-mortalité cardio-vasculaire.

Diurétiques épargneurs de potassium (seuls ou associés), potassium (sels de) ou suppléments en potassium.

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion atténuent la perte potassique induite par les diurétiques. Sauf pour léplérénone et la spironolactone à des doses comprises entre 12,5 mg et 50 mg/jour dans le traitement de l'insuffisance cardiaque ainsi qu'en cas d'hypokaliémie, les diurétiques épargneurs de potassium (par exemple spironolactone, triamtérène, ou amiloride), les suppléments en potassium, ou les sels de régime contenant du potassium peuvent entraîner une hyperkaliémie significative potentiellement létale, surtout lors dune insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants), sauf en cas dhypokaliémie.

Si l'utilisation concomitante est indiquée en raison d'une hypokaliémie démontrée, ils doivent être utilisés avec précaution et avec un contrôle fréquent et strict de la kaliémie et de la fonction rénale (voir rubrique 4.4).

Estramustine

Risque de majoration des effets indésirables à type d'oedème angio-neurotique (angio-oedème).

Lithium

Des augmentations réversibles de la lithémie, pouvant atteindre des valeurs toxiques (diminution de lexcrétion rénale du lithium) ont été rapportées lors de l'administration concomitante de lithium et d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion. L'administration concomitante de diurétiques thiazidiques peut augmenter le risque de toxicité du lithium et amplifier le risque déjà accru avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de toxicité du lithium. Lassociation de captopril avec le lithium est donc déconseillée, mais si lusage dun inhibiteur de lenzyme de conversion est indispensable, une surveillance stricte de la lithémie et une adaptation de la posologie du lithium doivent être effectuées.

Potassium

Hyperkaliémie (potentiellement létale) surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants). Sauf s'il existe une hypokaliémie.

Associations faisant lobjet de précautions d'emploi

Acide acétylsalicylique

Pour des doses anti-inflammatoires d'acide acétylsalicylique (>= 1g par prise et/ou >= 3g par jour) ou pour des doses antalgiques ou antipyrétiques (>= 500 mg par prise et/ou < 3g par jour) : Insuffisance rénale aiguë chez le malade déshydraté, par diminution de la filtration glomérulaire secondaire à une diminution de la synthèse des prostaglandines rénales. Par ailleurs, réduction de l'effet antihypertenseur.

Hydrater le malade et surveiller la fonction rénale en début de traitement.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Il a été décrit un effet additif des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et des inhibiteurs de l'enzyme de conversion sur l'augmentation de la kaliémie, tandis que la fonction rénale peut décroître. En principe, ces effets sont réversibles. De rares cas dinsuffisance rénale aiguë peuvent survenir, particulièrement chez le patient à risque notamment les patients ayant une fonction rénale altérée (sujet âgé et/ou déshydraté) par diminution de la filtration glomérulaire (inhibition des prostaglandines vasodilatatrices due aux AINS). Ladministration chronique danti-inflammatoires non stéroïdiens peut réduireleffet antihypertenseur de lIEC.

Hydrater le malade et surveiller la fonction rénale en début de traitement.

Baclofène

Majoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.

Surveillance de la pression artérielle et adaptation posologique de l'antihypertenseur si nécessaire.

Diurétiques hypokaliémiants (thiazidique ou diurétique de lanse)

Un traitement diurétique préalable à la dose élevée peut entraîner une hypovolémie, un risque dhypotension artérielle brutale et/ou dinsuffisance rénale aiguë lors de linstauration ou de laugmenation de la posologie dun traitement par un inhibiteur de lenzyme de conversion en cas de déplétion hydrosodée pré-existante (voir rubrique 4.4).

Les effets hypotenseurs peuvent être réduits par arrêt du diurétique, par augmentation de la prise sodée ou hydrique et l'initiation d'un traitement par une faible dose de captopril.

Dans lhypertension artérielle, un traitement diurétique préalable à dose élevée a pu entraîner une déplétion hydrosodée (en particulier, chez les patients récemment traités par diurétiques, en cas de régime hyposodé, chez les hémodialysés), les effets hypotenseurs peuvent être réduits par :

·soit larrêt du diurétique avant de débuter le traitement par un inhibiteur de lenzyme de conversion et réintroduire un diurétique hypokaliémiant si nécessaire ultérieurement,

·soit par augmentation de la prise sodée ou hydrique,

·soit par ladministration des doses initiales réduites dinhibiteur de lenzyme de conversion et laugmentation progressivement la posologie.

Dans linsuffisance cardiaque congestive traitée par diurétiques, commencer par une dose très faible dinhibiteur de lenzyme de conversion, éventuellement après réduction de la dose de diurétique hypokaliémiant associé.

Cependant, les études spécifiques avec l'hydrochlorotiazide ou le furosémide n'ont pas mis en évidence d'interactions médicamenteuses cliniquement significative

Dans tous les cas, surveiller la fonction rénale (créatininémie) dans les premières semaines du traitement par linhibiteur de lenzyme de conversion.

Eplérénone

Majoration du risque dhyperkaliémie, notamment chez le sujet âgé. Contrôle strict de la kaliémie et de la fonction rénale pendant lassociation.

Antidiabétiques (insuline, antidiabétiques oraux dont les sulfamides hypoglycémiants)

Des études pharmacologiques ont montré que lutilisation des inhibiteurs de lenzyme de conversion peut entrainer une majoration de leffet hypoglycémiant chez le diabétique traité par insuline ou antidiabétiques oraux comme les sulfamides hypoglycémiants. La survenue de malaises hypoglycémiques semble exceptionnelle (amélioration de la tolérance au glucose qui aurait pour conséquence une réduction des besoins en insuline ou en sulfamides hypoglycémiants).

Lorsque cette interaction, très rare, survient, il peut savérer nécessaire de réduire la posologie de lantidiabétique pendant ladministration simultanée de linhibiteur de lenzyme de conversion.

Renforcer lautosurveillance glycémique.

Spironolactone

Avec la spironolactone à la posologie de 12,5 à 50 mg par jour, et avec des doses faibles dIEC.

Dans le traitement de linsuffisance cardiaque de classe III ou IV (NYHA) avec fraction déjection <35 % et préalablement traitée par lassociation inhibiteur de conversion + diurétique de lanse : risque dhyperkaliémie, potentiellement létale, en cas de non-respect des conditions de prescription de cette association.

Vérifier au préalable labsence dhyperkaliémie et dinsuffisance rénale.

Surveillance biologique étroite de la kaliémie et de la créatininémie (1 fois par semaine pendant le premier mois, puis une fois par mois ensuite).

Autres agents antihypertenseurs

Le captopril a été administré sans problème de sécurité avec d'autres antihypertenseurs communément utilisés (par exemple, bêta-bloquants et inhibiteurs calciques à longue durée d'action). L'administration concomitante de ces agents peut potentialiser les effets hypotenseurs du captopril. Un traitement concomitant par nitroglycérine et autres dérivés nitrés ou par dautres vasodilatateurs devra être administré avec prudence.

Traitements de linfarctus aigu du myocarde

Le captopril peut être administré de façon concomitante avec lacide acétylsalicylique (à doses cardiologiques), les thrombolytiques, les bêta-bloquants et/ou les dérivés nitrés chez des patients ayant subi un infarctus du myocarde.

Associations à prendre en compte

Alphabloquants à visée urologique

Majoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique majoré.

Amifostine

Majoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.

Antidépresseurs imipraminiques

Majoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.

Antihypertenseurs alpha-bloquants

Majoration de l'effet hypotenseur. Risque majoré d'hypotension orthostatique.

Dérivés nitrés et apparentés

Majoration du risque dhypotension, notamment orthostatique.

Gliptines

Majoration du risque de la survenue dangio-dèmes, par réduction de lactivité de lenzyme dipeptidyl peptidase IV (DPP-IV) par la gliptine, chez les patients traités par inhibiteur de lenzyme de conversion.

Neuroleptiques

Majoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.

Or

Avec les sels d'or administrés par voie IV : risque de réaction «nitritoïde» à lintroduction de lIEC (nausées, vomissements, effets vasomoteurs à type de flush, hypotension, éventuellement collapsus).

Allopurinol, procaïnamide, cytostatiques ou agents immunosuppresseurs

L'association d'un IEC avec des médicaments immunosuppresseurs et/ou à potentiel leucopéniant doit être évitée.

L'administration concomitante d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion peut augmenter le risque de leucopénie et particulièrement lorsque ce dernier est utilisé à des doses supérieures à celles actuellement recommandées.

Sympathomimétiques

Ils peuvent réduire les effets antihypertenseurs des inhibiteurs de lenzyme de conversion ; les patients doivent être surveillés étroitement.

Biochimie

Le captopril peut conduire à un faux positif lors de la recherche urinaire d'acétone.

Inhibiteurs de mTOR (par exemple sirolimus, évérolimus, temsirolimus)

Les patients prenant un traitement concomitant par inhibiteurs de mTOR peuvent présenter un risque accru dangiodème (voir rubrique 4.4).

Co-trimoxazole (triméthoprime/sulfaméthoxazole)

Les patients prenant un traitement concomitant par co-trimoxazole (triméthoprime/sulfaméthoxazole) peuvent présenter un risque accru dhyperkaliémie (voir rubrique 4.4).

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Lutilisation des IEC est déconseillée pendant le 1er trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4). Lutilisation des IEC est contre-indiquée aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.3 et 4.4)

Les données épidémiologiques disponibles concernant le risque de malformation après exposition aux IEC au 1er trimestre de la grossesse ne permettent pas de conclure. Cependant une petite augmentation du risque de malformation congénitale ne peut être exclue. A moins que le traitement IEC ne soit considéré comme essentiel, il est recommandé de modifier le traitement antihypertenseur chez les patientes qui envisagent une grossesse pour un médicament ayant un profil de sécurité établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traitement par IEC doit être arrêté immédiatement et si nécessaire un traitement alternatif sera débuté.

L'exposition aux IEC au cours du 2ème et 3ème trimestre de la grossesse est connue pour entraîner une ftotoxicité (diminution de la fonction rénale, oligohydramnios, retard d'ossification des os du crâne) et une toxicité chez le nouveau-né (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie) (voir aussi rubrique 5.3). En cas d'exposition à partir du 2ème trimestre de la grossesse, il est recommandé de faire une échographie ftale afin de vérifier la fonction rénale et les os de la voûte du crâne. Les nouveau-nés de mère traitée par IEC doivent être surveillés sur le plan tensionnel (voir aussi rubriques 4.3 et 4.4).

Allaitement

Le captopril est très faiblement excrété dans le lait maternel. La quantité ingérée par l'enfant allaité correspond à 0,3 % de la dose thérapeutique néo-natale. En conséquence, l'administration de ce médicament est possible chez la femme qui allaite, sauf chez le prématuré et/ou en cas d'altération de la fonction rénale de l'enfant. Silenfant est plus âgé, lutilisation de CAPTOPRIL MYLAN chez la femme qui allaite peut être envisagée si ce traitement lui est nécessaire et que lenfant est surveillé quant à lapparition deffets indésirables.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Comme avec les autres antihypertenseurs, à linitiation du traitement ou lors dun changement de posologie, une prudence particulière devra être observée chez les conducteurs de véhicules automobiles et les utilisateurs de machines, en raison du risque de sensation de vertiges. Elle sera également observée en cas de consommation concomitante dalcool. Ces effets sont fonction de la susceptibilité individuelle.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

La fréquence est définie en utilisant la convention suivante : fréquent (>1/100, <1/10); peu fréquent (>1/1000, <1/100); rare (>1/10 000, <1/1000), très rare (<1/10000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimé sur la base des données disponibles).

Les effets indésirables rapportés lors du traitement par le captopril et/ou les inhibiteurs de l'enzyme de conversion incluent les effets suivants :

Affections hématologiqes et du système lymphatique :

·Très rare : neutropénie/agranulocytose (voir rubrique 4.4), pancytopénie particulièrement chez les patients avec une fonction rénale altérée (voir rubrique 4.4), anémie (y compris aplasique et hémolytique), thrombopénie, lymphadénopathie, éosinophilie, maladies auto immunes et/ou anticorps nucléaires positifs.

Troubles du métabolisme et de la nutrition :

·Rare : anorexie.

·Très rare : hyperkaliémie, hypoglycémie.

Affections psychiatriques :

·Fréquent : troubles du sommeil.

·Très rare : confusion, dépression.

Affections du système nerveux :

·Fréquent : altération du goût, sensations vertigineuses.

·Rare : somnolence, céphalées et paresthésies.

·Très rare : incidents cérébrovasculaires, y compris accident vasculaire cérébral, et syncope.

Affections oculaires :

·Très rare : vision trouble.

Affections cardiaques

·Peu fréquent : tachycardie ou tachyarythmie, angor, palpitations.

·Très rare : arrêt cardiaque, choc cardiogénique.

Troubles vasculaires :

·Peu fréquent : hypotension (voir rubrique 4.4), syndrome de Raynaud, flush, pâleur.

Affections respiratoires, thoraciques et médiatisnales :

·Fréquent : toux sèche et irritative (non productive) (voir rubrique 4.4), dyspnée.

·Très rare : bronchospasme, rhinite, alvéolite allergique/pneumopathie à éosinophiles.

Affections gastro-intestinales :

·Fréquent : nausées, vomissements, irritations gastriques, douleurs abdominales, diarrhée, constipation, sécheresse buccale.

·Rare : stomatite/ulcération aphteuse, angioedème intestinal (voir rubrique 4.4).

·Très rare : glossite, ulcère gastro-duodénal, pancréatite.

Affections hépatobiliaires :

·Très rare : insuffisance hépatique et cholestase (incluant lictère), hépatite, éventuellement nécrotique, enzymes hépatiques et bilirubine élevées.

Affection de la peau et du tissu sous-cutané :

·Fréquent : prurit avec ou sans rash, rash, alopécie.

·Peu fréquent : angioedème (voir rubrique 4.4).

·Très rare : urticaire, syndrome de Stevens Johnson, érythème polymorphe, photosensibilité, érythrodermie, réactions pemphigoïdes et dermatite exfolliatrice, pemphigoïde bulleuse.

Affections musculo-squelettiques et systématiques :

·Très rare : myalgie, arthralgie.

Affections du rein et des voies urinaires :

·Rare : troubles de la fonction rénale dont insuffisance rénale, polyurie, olgurie, augmentation de la fréquence des mictions.

·Très rare : syndrome néphrotique.

Affections des organes de reproduction et du sein :

·Très rare : impuissance, gynécomastie.

Troubles généraux et anomalie au site dadministration :

·Peu fréquent : douleur thoracique, fatigue, malaise.

·Très rare : fièvre.

Comme avec les autres IEC, un syndrome pouvant inclure fièvre, myalgies, arthralgies, néphrite interstitielle, vascularite, rash ou autres manifestations dermatologiques, éosinophilie et un taux de sédimentation élevé a été rapporté.

Biochimie :

·Très rare : protéinurie, éosinophilie, hyperkaliémie, hyponatrémie, augmentation de l'urémie, de la créatinine et de la bilirubine sériques, baisse de l'hémoglobine, de l'hématocrite, des leucocytes, des plaquettes, anticorps antinucléaires positifs, augmentation de la vitesse de sédimentation.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Les symptômes comprennent lhypotension sévère, létat de choc, létat de stupeur, la bradycardie, les troubles électrolytiques et linsuffisance rénale.

Si lingestion est récente, des mesures permettant dempêcher labsorption et accélérer lélimination doivent être prises (par exemple lavage gastrique et administration dadsorbants et de sulfate de sodium dans les 30 minutes suivant la prise du médicament).

Si une hypotension importante se produit, elle peut être combattue par la mise du patient en position adaptée au choc, en décubitus, tête basse, et au besoin par une perfusion IV de soluté isotonique de chlorure de sodium ou par tout autre moyen dexpansion volémique. Un traitement par angiotensine II peut être envisagé.

La bradycardie ou une réaction vagale étendue doit être traitées par ladministration datropine. La pose dun pacemaker peut être envisagée.

Le captopril est de surcroît hémodialysable.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine, code ATC : C09AA01 (système cardiovasculaire).

Le captopril est un inhibiteur de lenzyme de conversion (IEC) de langiotensine I en angiotensine II, substance vasoconstrictrice mais également stimulant de la sécrétion daldostérone par le cortex surrénalien.

Il en résulte :

·une diminution de la sécrétion daldostérone,

·une élévation de lactivité rénine plasmatique, laldostérone nexerçant plus de recontrôle négatif,

·une baisse des résistances périphériques totale avec une action préférentielle sur les territoires musculaires et rénal, sans que cette baisse ne saccompagne de rétention hydrosodée ni de tachycardie réflexe.

Laction antihypertensive du captopril se manifeste aussi chez les sujets ayant des concentrations de rénine basses ou normales.

Caractéristiques de lactivité antihypertensive

Le captopril est actif à tous les stades de lhypertension artérielle : légère, modérée ou sévère ; on observe une réduction des pressions artérielles systolique et diastolique, en décubitus et en orthostatisme.

Lactivité antihypertensive après une prise unique se manifeste dès la quinzième minute, est maximum entre 1 heure et 1 heure 30 après la prise. La durée daction est dose dépendante : elle varie de 6 à 12 heures.

Chez les patients répondeurs, la normalisation tensionnelle intervient au bout de 15 jours à un mois de traitement et se maintient sans échappement.

Larrêt du traitement ne saccompagne pas dun rebond de lhypertension artérielle.

Le traitement de lhypertension artérielle par le captopril entraine une augmentation de la compliance artérielle, un accroissement du débit sanguin rénal sans baisse significative du débit de filtration glomérulaire ainsi quune réduction de lhypertrophie ventriculaire gauche.

En cas de nécessité, ladjonction dun diurétique thiazidique entraîne une synergie de type additif.

Lassociation dun inhibiteur de lenzyme de conversion et dun thiazidique diminue en outre le risque dhypokaliémie induite par le diurétique seul.

Lutilisation de lassociation dun inhibiteur de lenzyme de conversion (IEC) avec un antagoniste des récepteurs de langiotensine II (ARA II) a été analysée au cours de deux larges essais randomisés et contrôlés (ONTARGET (ONgoing Telmisartan Alone and in combination with Ramipril Global Endpoint Trial) et VA NEPHRON-D (The Veterans Affairs Nephropathy in Diabetes).

Létude ONTARGET a été réalisée chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou de maladie vasculaire cérébrale, ou atteints dun diabète de type 2 avec atteinte des organes cibles. Létude VA NEPHRON-D a été réalisée chez des patients diabétiques de type 2 et atteints de néphropathie diabétique.

En comparaison à une monothérapie, ces études nont pas mis en évidence deffet bénéfique significatif sur lévolution des atteintes rénales et/ou cardiovasculaires et sur la mortalité, alors quil a été observé une augmentation du risque dhyperkaliémie, dinsuffisance rénale aiguë et/ou dhypotension.

Ces résultats sont également applicables aux autres IEC et ARA II, compte tenu de la similarité de leurs propriétés pharmacodynamiques.

Les IEC et les ARA II ne doivent donc pas être associés chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

Létude ALTITUDE (Aliskiren Trial in Type 2 Diabetes Using Cardiovascular and Renal Disease Endpoints) a été réalisée dans le but dévaluer le bénéfice de lajout daliskiren à un traitement standard par IEC ou un ARAII chez des patients atteints dun diabète de type 2 et dune insuffisance rénale chronique, avec ou sans troubles cardiovasculaires. Cette étude a été arrêtée prématurément en raison dune augmentation du risque dévénements indésirables. Les décès dorigine cardiovasculaire et les accidents vasculaires cérébraux ont été plus fréquents dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo; de même les événements indésirables et certains événements indésirables graves tels que lhyperkaliémie, lhypotension et linsuffisance rénale ont été rapportés plus fréquemment dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo.

Mode daction hémodynamique dans linsuffisance cardiaque

Le captopril réduit le travail du cur :

·par un effet vasodilatateur veineux vraisemblablement dû à une modification du métabolisme des prostaglandines : diminution de la pré-charge ;

·par diminution des résistances périphériques totales : diminution de la post-charge.

Les études réalisées chez linsuffisant cardiaque ont mis en évidence :

·une baisse des pressions de remplissage ventriculaires gauche et droite,

·une diminution des résistances vasculaires périphériques totales,

·une diminution de la pression artérielle moyenne,

·une augmentation du débit cardiaque et une amélioration de lindex cardiaque,

·une augmentation des débits sanguins régionaux musculaires.

Les épreuves deffort sont également améliorées.

Caractéristiques dans l'infarctus du myocarde à la phase aiguë

A la phase aiguë de l'infarctus du myocarde, un essai multicentrique contrôlé versus placebo (ISIS 4) ayant inclus 58050 patients a montré que l'administration du captopril dans les premières 24 heures de l'infarctus du myocarde et poursuivi pendant 4 semaines réduit significativement la mortalité totale de 5 décès pour 1000 patients.

Caractéristiques dans le post-infarctus

Chez les patients ayant eu un infarctus du myocarde avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d'éjection ≤ 40 %), une autre étude contrôlée versus placebo (SAVE) chez un nombre important de patients suivis pendant une moyenne de 3,5 ans a montré que le captopril :

·réduit la mortalité totale,

·réduit la mortalité cardiovasculaire,

·réduit les récidives d'infarctus du myocarde,

·réduit l'évolution vers l'insuffisance cardiaque,

·réduit les hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

Les résultats ne sont démontrés que pour les patients dont la fraction d'éjection isotopique en post-infarctus est inférieure à 40 %.

Ces effets sur la mortalité et la morbidité sont additifs à ceux des autres traitements de l'infarctus du myocarde.

Les effets cardioprotecteurs du captopril sont observés quels que soient l'âge, le sexe, la localisation de l'infarctus, et les traitements associés à l'efficacité démontrée dans le post-infarctus (thrombolytiques, bêtabloquants, aspirine).

Caractéristiques dans la néphropathie diabétique

Un essai multicentrique contrôlé versus placebo a montré que l'administration du captopril chez des patients présentant un diabète insulino-dépendant, une protéinurie macroscopique, associée ou non à une hypertension artérielle et une créatininémie <25 mg/l a entraîné une réduction de 51 % du risque de doublement de la créatininémie (p<0,01) et une réduction de 51 % de la mortalité et de la morbidité (dialyse ou transplantation rénale) (p<0,01).

L'effet protecteur rénal est lié non seulement à la réduction de la tension artérielle mais aussi à un effet rénoprotecteur spécifique indépendant de la pression artérielle.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Par voie orale, le captopril est rapidement absorbé (pic sanguin atteint à la première heure).

La quantité absorbée représente 75 % de la dose administrée et est diminuée de 30 à 35 % par la prise d'aliments, sans influence sur l'efficacité.

Dans le plasma, 30 % sont fixés à l'albumine plasmatique. La demi-vie d'élimination du captopril inchangé est proche de 2 heures.

Le captopril éliminé dans les urines représente environ 95 % (dont 40 à 50 % sous forme inchangée) de la dose de captopril administrée.

Chez l'insuffisant rénal, les concentrations plasmatiques de captopril sont significativement plus élevées chez les patients ayant une clairance de la créatinine inférieure ou égale à 40 ml/min; la demi-vie peut aller jusqu'à 30 heures.

Le captopril passe dans le placenta.

Le passage dans le lait maternel s'effectue en très faible quantité (voir rubrique 4.6).

Allaitement

Après administration d'une dose de 100 mg de captopril administré par voie orale 3 fois par jour, chez 12 femmes, les concentrations maximales de captopril dans le lait étaient de 4,7μg/L 3,8 heures après la prise. On estime qu'un enfant allaité exclusivement à partir du lait maternel serait exposé à une dose maximale correspondant à 0,002% de la dose quotidienne de captopril de la mère.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Sans objet.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Cellulose microcristalline, lactose anhydre, amidon de maïs, acide stéarique, carboxyméthylamidon sodique.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

2 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Pas de précautions particulières de conservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

28, 30, 56, 60, 90, 100, 180 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium).

Flacon (polypropylène) de 28, 30, 56, 60, 90,100 comprimés.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Pas dexigences particulières.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

MYLAN SAS

117 ALLEE DES PARCS

69800 SAINT PRIEST

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·347 527-0 ou 34009 347 527 0 4 : 28 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 528-7 ou 34009 347 528 7 2 : 30 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 529-3 ou 34009 347 529 3 3 : 56 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 530-1ou 34009 347 530 1 5 : 60 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 531-8 ou 34009 347 531 8 3 : 90 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 532-4 ou 34009 347 532 4 4 : 100 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·373 852-2 ou 34009 373 852 2 0 : 180 comprimés sous plaquettes (PVC/PE/PVDC/Aluminium)

·347 533-0 ou 34009 347 533 0 5 : 28 comprimés en flacon (Polypropylène)

·347 534-7 ou 34009 347 534 7 3 : 30 comprimés en flacon (Polypropylène)

·347 535-3 ou 34009 347 535 3 4 : 56 comprimés en flacon (Polypropylène)

·347 537-6 ou 34009 347 537 6 3 : 60 comprimés en flacon (Polypropylène)

·347 538-2 ou 34009 347 538 2 4 : 90 comprimés en flacon (Polypropylène)

·347 539-9 ou 34009 347 539 9 2 : 100 comprimés en flacon (Polypropylène)

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 02/08/2017

Dénomination du médicament

CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable

Captopril

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?

3. Comment prendre CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : inhibiteur de lenzyme de conversion de langiotensine - code ATC : C09AA01 (système cardiovasculaire)

Ce médicament est préconisé dans le traitement de :

·l'hypertension artérielle ;

·l'insuffisance cardiaque congestive;

·linfarctus du myocarde débutant, quand le médecin juge que létat du patient le permet,

·les suites de linfarctus du myocarde, quand le médecin juge que létat du patient le permet.

·latteinte rénale au cours du diabète insulino-dépendant (néphropathie diabétique).

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?  Retour en haut de la page

Ne prenez jamais CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable :

·si vous êtes allergique au captopril ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6 ou à un autre médicament de la même classe que le captopril (inhibiteur de l'enzyme de conversion). Ces réactions allergiques peuvent se manifester par l'un ou plusieurs des symptômes suivants: bouffées de chaleur, difficultés à respirer, dème (gonflement) au niveau des mains, des pieds, de la face, des lèvres, de la glotte et/ou du larynx;

·si vous avez déjà eu des symptômes tels que des sifflements respiratoires, un brusque gonflement du visage ou de la langue, des démangeaisons intenses ou des éruptions cutanées sévères lors d'un traitement antérieur par un inhibiteur de lenzyme de conversion ou si vous avez déjà eu ces symptômes quelles qu'en soient les circonstances (angio-dème).si vous êtes enceinte depuis plus de 3 mois (voir rubrique Grossesse et allaitement).

·Si vous avez du diabète ou une insuffisance rénale et que vous êtes traité(e) par un médicament contenant de laliskiren pour diminuer votre pression artérielle.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin, pharmacien ou votre infirmier/ère avant de prendre CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable

CAPTOPRIL MYLAN est en général déconseillé dans les situations suivantes :

·en cas de traitement concomitant par certains diurétiques, par les sels de potassium, par l'estramustine, par le lithium ou par laliskiren, sauf avis contraire de votre médecin;

·en cas de rétrécissement (sténose) des deux artères rénales ou rein unique, sauf avis contraire de votre médecin;

·en cas d'hyperkaliémie (excès de potassium), sauf avis contraire de votre médecin.

·au premier trimestre de la grossesse

·si vous prenez lun des médicaments suivants, le risque dangiodème (gonflement rapide sous la peau dans des zones telles que la gorge) est augmenté :

osirolimus, évérolimus et autres médicaments appartenant à la classe des inhibiteurs de mTOR (utilisés pour éviter le rejet des organes greffés).

Spécificité ethnique :

Comme pour les autres inhibiteurs de l'enzyme de conversion, CAPTOPRIL MYLAN semble moins actif sur la pression sanguine chez les personnes de couleur noire que chez les autres personnes probablement en raison d'une plus forte prévalence d'un taux de rénine bas dans la population noire hypertendue. Les patients noirs qui reçoivent un inhibiteur de lenzyme de conversion ont un risque plus élevé dapparition dangioedème comparé à celui des patients non-noirs.

Signalez à votre médecin toute maladie dont vous souffrez ou dont vous avez souffert, en particulier :

·Rétrécissement (sténose) de la valve aortique ou mitrale ou de l'artère rénale,

·Epaississement du muscle cardiaque (cardiomyopathie hypertrophique),

·Pression artérielle basse (pouvant se traduire par des étourdissements ou des vertiges, en particulier lors du passage à la position debout),

·Infarctus du myocarde récent,

·Insuffisance cardiaque,

·Maladie rénale ou dialyse,

·Maladie hépatique.

·Maladie des vaisseaux sanguins,

·Diarrhée ou vomissements

·Toux liée ou non à la prise dun médicament

·Diabète,

·Si vous suivez un régime pauvre en sel ou si vous prenez du potassium,

·Si vous prenez lun des médicaments suivants pour traiter une hypertension :

oun «antagoniste des récepteurs de langiotensine II » (ARA-II) (aussi connu sous le nom de sartans par exemple valsartan, telmisartan, irbésartan), en particulier si vous avez des problèmes rénaux dus à un diabète.

oaliskiren.

Votre médecin pourra être amené à surveiller régulièrement le fonctionnement de vos reins, votre pression artérielle et le taux des électrolytes (par ex. du potassium) dans votre sang. Voir aussi les informations dans la rubrique « Ne prenez jamais CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ».

Signalez à votre médecin si vous suivez ou allez suivre un traitement de désensibilisation, contre lallergie aux piqûres dinsectes par exemple. La désensibilisation diminue les phénomènes allergiques (aux piqûres d'abeille ou de guêpe, par exemple), mais peut parfois majorer la réaction allergique, en cas de prise d'un IEC.

Signaler à votre médecin si vous devez subir une opération. Avant de subir une anesthésie locale ou générale, signalez également à votre médecin ou votre dentiste que vous prenez du captopril: lorsqu'il est administré avec certains anesthésiques, le captopril peut provoquer une baisse brutale de la pression artérielle, juste après la prise du comprimé.

Faites attention lors de la première prise de CAPTOPRIL MYLAN : elle peut provoquer une baisse de la pression artérielle plus importante que lors de la suite du traitement. Vous pouvez avoir des vertiges ou des étourdissements qui peuvent nécessiter de vous allonger. Si cet effet survient, consultez votre médecin.

Vous devez informer votre médecin si vous pensez être (ou susceptible de devenir) enceinte. Votre médecin vous recommandera normalement de prendre un autre médicament, puisque CAPTOPRIL MYLAN est contre-indiqué au cours du second et du troisième trimestre de la grossesse. CAPTOPRIL MYLAN peut entraîner des problèmes de santé chez l'enfant à naître sil est pris après 3 mois de grossesse (voir rubrique « Grossesse et allaitement »).

Si vous souffrez dun des effets suivants, contactez votre médecin immédiatement :

·Signes dinfection (tel que mal de gorge ou fièvre) ne répondant pas aux traitements usuels.

·Gonflement des bras, des jambes, des chevilles, des lèvres, de la langue et/ou de la gorge avec difficulté pour avaler ou pour respirer (angio-oeème).

·Douleurs abdominales importantes.

·Ictère (coloration jaune des yeux et de la peau).

·Sensation de vertige, évanouissement.

Enfants et adolescents

Ne pas administrer de captopril chez l'enfant de moins de 18 ans. Les données disponibles sur l'efficacité et la tolérance du captopril chez l'enfant sont limitées.

Autres médicaments et CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable

AFIN D'EVITER D'EVENTUELLES INTERACTIONS ENTRE PLUSIEURS MEDICAMENTS, informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament, particulièrement s'il s'agit du lithium (pour le traitement des troubles psychiatriques), de lestramustine (médicalement utilisé en chimiothérapie), de sels de potassium, de suppléments en potassium ou d'un diurétique (médicament également prescrit dans le traitement de l'hypertension artérielle ou de l'insuffisance cardiaque) ou tout autre médicament pouvant entraîner une augmentation de potassium dans votre corps (comme lhéparine).

Ceci est également le cas si vous prenez :

·Des médicaments utilisés pour traiter le diabète (insuline et antidiabétiques oraux tels que les sulphonylurées ou le gliptines).

·Du baclofène (pour le traitement des contractures musculaires).

·Des médicaments pour le traitement de lhypertension artérielle.

·Des médicaments utilisés pour traiter linfarctus du myocarde.

·Des médicaments anti-inflammatoires diminuant ou supprimant la douleur (indométacine, ibuprofène),

·De laspirine (si vous prenez plus de 500 mg par prise et/ou 3g par jour) (médicament contre la douleur et linflammation).

·Des médicaments utilisés pour le traitement des troubles psychotiques et certains traitements antidepresseurs.

·De lallopurinol (pour le traitement de la goutte).

·Du procaïnamide (médicament contre les battements anormaux du cur).

·Des cytostatiques et agents immunosuppresseurs (exemple : azathioprine et cyclophosphamide).

·Des médicaments sympathomimétiques (médicaments utilisés lors de problèmes cardiaques ou dhypotension artérielle).

·De lamifostine (un médicament protecteur utilisé lors de problèmes cardiaques ou de lhypotension artérielle).

·Des médicaments alpha-bloquants pour le traitement dune hypertrophie de la prostate ou dune pression artérielle élevée.

·De lor (utilisé pour traiter la polyartrite rhumatoïde).

·Des dérivés nitrés ou apparentés (médicaments diminuant la pression sanguine en provoquant une dilatation des vaisseaux sanguins).

·Des médicaments qui sont souvent utilisés pour éviter un rejet des organes greffés (sirolimus, évérolimus et autres médicaments appartenant à la classe des inhibiteurs de mTOR). Voir rubrique « Avertissements et précautions ».

·Une supplémentation en potassium ou des substituts de sel contenant du potassium, des diurétiques (en particulier les comprimés appelés comprimés dépargne potassique), autres médicaments qui peuvent augmenter le taux de potassium dans votre organisme (tels que lhéparine et le cotrimoxazole, également dénommé triméthoprime/sulfaméthoxazole).

Votre médecin pourrait avoir besoin de modifier la dose de vos médicaments et/ou prendre dautres précautions si vous prenez un antagoniste des récepteurs de langiotensine II (ARA-II) ou de laliskiren (voir aussi les informations dans les rubriques « Ne prenez jamais CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable » et « Avertissements et précautions ».

Tests urinaires de laboratoire de recherche dacétone ; chez les personnes qui prennent CAPTOPRIL MYLAN, les tests urinaires de recherche de lacétone peuvent donner lieu à des résultats « faux positifs ».

CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable avec des aliments, boissons et de lalcool

Sans objet.

Grossesse et allaitement

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Grossesse

Vous devez informer votre médecin si vous pensez être (ou susceptible de devenir) enceinte. Votre médecin vous recommandera normalement de prendre un autre médicament puisque CAPTOPRIL MYLAN est déconseillé en début de grossesse et peut entraîner des problèmes de santé chez l'enfant à naître si CAPTOPRIL MYLAN est pris après 3 mois de grossesse. Un autre traitement antihypertenseur approprié devra si possible être mis en place avant le début d'une grossesse. CAPTOPRIL MYLAN est contre-indiqué au cours du 2ème et 3ème trimestres de la grossesse.

Votre médecin vous demandera d'arrêter CAPTOPRIL MYLAN dès que vous savez que vous êtes enceinte.

Si vous débutez une grossesse pendant le traitement avec CAPTOPRIL MYLAN, vous devez informer et consulter votre médecin sans délai.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Allaitement

Informez votre médecin si vous allaitez ou êtes sur le point de commencer à allaiter.

Le captopril est très faiblement excrété dans le lait maternel. La quantité ingérée par l'enfant allaité correspond à 0,3 % de la dose thérapeutique néo-natale. En conséquence, l'administration de ce médicament est possible chez la femme qui allaite, sauf chez le prématuré et/ou en cas d'altération de la fonction rénale de l'enfant.

Si lenfant est plus âgé, lutilisation de CAPTOPRIL MYLAN chez la femme qui allaite peut être envisagée si ce traitement lui est nécessaire et que lenfant est surveillé quant à lapparition deffets indésirables.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Comme avec les autres antihypertenseurs, à linitiation du traitement ou lors dun changement de posologie, une prudence particulière devra être observée chez les conducteurs de véhicules automobiles et les utilisateurs de machines, en raison du risque de sensation de vertiges. Elle sera également observée en cas de consommation concomitante dalcool. Ces effets sont fonction de la susceptibilité individuelle.

CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable contient du lactose.

Si votre médecin vous a informé(e) d'une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

3. COMMENT PRENDRE CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?  Retour en haut de la page

Posologie

La posologie est variable selon laffection traitée ; elle est aussi adaptée à chaque patient. Il ne faut pas modifier les doses prescrites sans avis de votre médecin.

Hypertension artérielle

La posologie habituelle recommandée est de 50 à 100 mg/jour.

Insuffisance cardiaque congestive

La posologie initiale doit être faible. La posologie habituelle recommandée est de 50 à 100 mg/jour.

Infarctus du myocarde débutant

La posologie initiale est instituée en milieu hospitalier, elle doit être faible. La posologie habituelle recommandée est de 100 mg/jour.

Les suites de l'infarctus du myocarde

CAPTOPRIL MYLAN sera initié en milieu hospitalier. La posologie usuelle est de 100 à 150 mg par jour en 2 ou 3 prises.

Néphropathie diabétique

La posologie usuelle recommandée est de 50 à 100 mg/jour.

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin en cas de doute

Mode dadministration

Voie orale. Le comprimé est à avaler avec un verre deau.

Fréquence d'administration

Selon prescription du médecin.

CAPTOPRIL MYLAN peut être pris avant, pendant ou après les repas.

Durée du traitement

Ce médicament doit être utilisé régulièrement et aussi longtemps que votre médecin vous laura prescrit même si cest pour une durée très longue. Ne pas interrompre sans lavis du médecin. Pour une bonne utilisation, il est indispensable de se soumettre à une surveillance médicale régulière : contrôle régulier de la tension artérielle et examens biologiques.

Si vous avez pris plus de CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable que vous nauriez dû :

Les symptômes de surdosage comprennent lhypotension sèvère, létat de choc, létat de stupeur, la bradycardie (rythme cardiaque très lent), les troubles des électrolytes (modification des niveaux de sels dans le sang) et linsuffisance rénale (mauvais fonctionnement des reins).

Si une hypotension importante se produit, elle peut être combattue en allongeant le patient, jambes relevées.

En cas de surdosage, contacter immédiatement votre médecin.

Si vous oubliez de prendre CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable :

Prévenir votre médecin traitant.

Si vous arrêtez de prendre CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable :

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Effets indésirables fréquents (survenant chez moins de 1 patient sur 10 mais chez plus de 1 patient sur 100) :

·Troubles du sommeil.

·Troubles du goût, sensations vertigineuses.

·Toux sèche et dirritation (non productive) (voir la rubrique « Avertissements et précautions »), difficulté respiratoire.

·Nausées, vomissements, irritations de lestomac, douleurs abdominales, diarrhées, constipation, sécheresse de la bouche.

·Démangeaisons, éruption cutanée, chute des cheveux.

Effets indésirables peu fréquents (survenant chez moins de 1 patient sur 100 mais chez plus de 1 patient sur 1000) :

·Troubles des battements du cur.

·Hypotension, syndrome de Raynaud (mauvaise circulation dans les extrémités), rougeurs et pâleurs de la peau.

·Angio-dème (gonflement des mains, de la face, des lèvres et de la langue) (voir rubrique « Avertissements et précautions»).

·Douleur thoracique, fatigue, malaise.

Effets indésirables rares (survenant chez moins de 1 patient sur 1000 mais chez plus de 1 patient sur 10000) :

·Perte dappétit,

·Somnolence, maux de tête et sensations anormales sur la peau comme des picotements,

·Inflammation de la bouche/aphte, angio-dème intestinal (réactions allergiques au niveau de lintestin provoquant des douleurs abdominales importantes) (voir rubrique « Avertissements et précautions »).

·Problèmes rénaux dont insuffisance rénale, augmentation ou diminution des urines.

Effets indésirables très rares (survenant chez moins de 1 patient sur 10000 incluant les cas isolés) :

·Effets indésirables liés au sang ainsi que les éléments du sang tels que :

oAnémie (diminution du nombre de globules rouges qui peut provoquer une baisse de lactivité et de la fatigue),

oDéficit de certains types de globules blancs pouvant provoquer des infections, maux de gorge, fièvre ou saignements (neutropénie, agranulocytose, pancytopénie)

oDiminution de la capacité du sang à coaguler (thrombocytopénie) qui peut provoquer des saignements ou des bleus.

·Modification anormale de certains éléments du sang tels que le sucre, le potassium (voir rubrique « Avertissements et précautions »).

·Confusion, dépression.

·Accident cérébrovasculaire, perte de connaissance.

·Vision trouble.

·Arrêt cardiaque.

·Désordres pulmonaires (difficulté à respirer ou respiration asthmatiforme), nez bouché ou goutte au nez, type de pneumonie causée par des modifications du sang ou une affection associant toux, fièvre, essoufflement et respiration asthmatiforme.

·dème de la langue, ulcère gastro-intestinal (ulcère de lestomac ou de la partie haute de lintestin), pancréatite (inflammation du pancréas qui peut provoquer une douleur à lestomac).

·Trouble de la fonction hépatique, incluant les ictères qui peuvent provoquer une coloration jaune des yeux et de la peau, et une inflammation du foie (hépatite).

·Réactions cutanées sévères telles que :

oRéactions allergiques provoquant des démangeaisons et des rougeurs (urticaire).

oEruption grave sur tout le corps (syndrome de Steven Johnson)

oEruption allergique provoquant lapparition déléments rose-rouge dont le centre peut être clair (érythème polymorphe).

oSensibilité de la peau à la lumière.

oRougeurs de la peau (erythrodermie).

oRéactions cutanées provoquant la formation déléments remplis de sérosité (réactions phemphogoides).

oRéactions provoquant une desquamation et une exfoliation de la peau (dermatite exfoliante),

·Douleurs dans les muscles et les articulations.

·Problèmes rénaux.

·Impuissance, dème des seins chez les hommes.

·Fièvre.

·Diverses modifications des examens biologiques.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur la boîte, la plaquette, le flacon après EXP. La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

Pas de précautions particulières de conservation.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable  Retour en haut de la page

·La substance active est : le captopril

Captopril........ 25 mg

Pour un comprimé quadrisécable

·Les autres composants sont :

Cellulose microcristalline, lactose anhydre, amidon de maïs, acide stéarique, carboxyméthylamidon sodique.

Quest-ce que CAPTOPRIL MYLAN 25 mg, comprimé quadrisécable et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Ce médicament se présente sous forme de comprimé quadrisécable.

Boîte de 28, 30, 56, 60, 90, 100 et 180, comprimés ou flacon de 28, 30, 56, 60, 90 et 100 comprimés.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

MYLAN SAS

117 ALLEE DES PARCS

69800 SAINT PRIEST

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

MYLAN SAS

117 ALLEE DES PARCS

69800 SAINT PRIEST

Fabricant  Retour en haut de la page

MAC DERMOTT LABORATORIES

T/A GERARD LABORATORIES

35/36 BALDOYLE INDUSTRIAL ESTATE

GRANGE ROAD

DUBLIN 13

IRLANDE

ou

MERCK KGAA

FRANCKFURTER STRASSE 250

D 64271 DARMSTADT

ALLEMAGNE

ou

MYLAN SAS

117 ALLEE DES PARCS

69800 SAINT PRIEST

ou

MYLAN SAS

ZAC DES GAULNES

360, AVENUE HENRI SCHNEIDER

69330 MEYZIEU

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Sans objet.

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

< {MM/AAAA}>< {mois AAAA}.>

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM