ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

-A +A
source: ANSM - Mis à jour le : 03/07/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Chaque comprimé pelliculé contient 250 mg d'atovaquone et 100 mg de chlorhydrate de proguanil.

Excipient à effet notoire : Chaque comprimé pelliculé contient 3,82 mg de lactose.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé pelliculé (comprimé).

Comprimé pelliculé rond, biconvexe, de couleur beige clair, portant la mention « A-P » gravée au‑dessus dun « 2 » sur une face et un « M » gravé sur laute face.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN est une association à dose fixe d'atovaquone et de chlorhydrate de proguanil présentant une activité schizonticide au niveau sanguin ainsi qu'un effet dirigé contre les schizontes hépatiques de Plasmodium falciparum. Il est indiqué dans :

·Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum.

·Traitement de l'accès palustre, non compliqué à Plasmodium falciparum.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN étant efficace sur les souches sensibles et résistantes de P. falciparum, il est particulièrement recommandé pour la prophylaxie et le traitement de paludisme à P. falciparum dans les zones où peuvent sévir des souches résistantes aux autres antipaludiques.

Les recommandations officielles et les informations locales relatives à la prévalence locale de la résistance aux médicaments antipaludéens doivent être prises en considération. Les recommandations officielles incluront normalement les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et celles des autorités sanitaires locales.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Prophylaxie

La prophylaxie doit :

·débuter 24 ou 48 heures avant l'arrivée en zone d'endémie,

·être poursuivie pendant toute la durée du séjour,

·être poursuivie pendant 7 jours après avoir quitté la zone dendémie.

Chez les sujets résidant en zone dendémie (sujets semi-immuns), la sécurité et lefficacité de latovaquone/proguanil ont été démontrées au cours détudes dune durée allant jusquà 12 semaines.

Chez les sujets non immunisés, la durée moyenne d'exposition dans les études cliniques était de 27 jours.

Posologie chez l'adulte.

Un comprimé par jour.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN n'est pas recommandé pour la prophylaxie du paludisme chez les sujets pesant moins de 40 kg. Dautres présentations peuvent être plus appropriées pour la prophylaxie du paludisme chez les sujets pesant moins de 40 kg.

Traitement

Adultes

Quatre comprimés en une prise unique pendant trois jours consécutifs.

Enfants

Posologie/jour

Poids corporel (kg)

Nombre de comprimés

11-20

Un comprimé par jour pendant trois jours consécutifs

> 20-30

Deux comprimés en une seule prise pendant trois jours consécutifs

> 30-40

Trois comprimés en une seule prise pendant trois jours consécutifs

> 40

Même posologie que chez ladulte

Sujet âgé

Une étude pharmacocinétique montre quaucun ajustement de la posologie nest nécessaire chez les sujets âgés (voir rubrique 5.2).

Insuffisance hépatique

Une étude pharmacocinétique montre quaucun ajustement de la posologie nest nécessaire chez les sujets atteints dinsuffisance hépatique légère à modérée. Bien quaucune étude nait été réalisée chez des sujets atteints dinsuffisance hépatique sévère, aucune précaution particulière ni adaptation posologique nest envisagée (voir rubrique 5.2).

Insuffisance rénale

Les études pharmacocinétiques montrent quaucun ajustement de la posologie nest nécessaire chez les sujets atteints dinsuffisance rénale légère à modérée. Chez les sujets atteints dinsuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min), il est recommandé denvisager, dans la mesure du possible, davoir recours à un traitement alternatif à ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN pour traiter un accès de paludisme aigu à P. falciparum (voir rubriques 4.4 et 5.2). Pour la prophylaxie du paludisme à P. falciparum chez les sujets atteints dinsuffisance rénale sévère, se référer à la rubrique 4.3.

Mode dadministration

La dose quotidienne doit être prise au cours dun repas ou une boisson lactée (pour garantir une absorption maximale de latovaquone), à la même heure chaque jour.

En cas d'intolérance digestive, ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN doit tout de même être administré, mais lexposition systémique à latovaquone sera diminuée. En cas de vomissements survenant dans l'heure qui suit la prise, une nouvelle dose doit être prise.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Hypersensibilité aux substances actives ou à lun des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Lassociation atovaquone/proguanil est contre-indiquée pour l'utilisation en traitement prophylactique du paludisme à P. falciparum chez les sujets atteints dinsuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

La sécurité et l'efficacité des comprimés datovaquone/proguanil administré pour la prophylaxie du paludisme à des sujets d'un poids inférieur à 40 kg ou pour le traitement du paludisme chez des sujets pédiatriques pesant moins de 11 kg n'ont pas été établies.

Les sujets prenant de latovaquone/proguanil pour la prophylaxie ou le traitement du paludisme doivent prendre une nouvelle dose s'ils vomissent dans l'heure qui suit la prise. En cas de diarrhée, l'administration normale doit être poursuivie.

L'absorption de l'atovaquone peut être diminuée chez les patients présentant des diarrhées ou des vomissements, néanmoins dans les études cliniques aucune diminution de l'efficacité de l'atovaquone/proguanil en prophylaxie du paludisme n'a été associée à la diarrhée ou aux vomissements. Cependant, comme avec les médicaments antipaludiques, il est fortement recommandé à tous les patients y compris aux patients présentant des diarrhées ou des vomissements de continuer à prendre les mesures de prévention du paludisme en utilisant des mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques (répulsifs, moustiquaires imprégnées).

Chez les patients souffrant d'un accès de paludisme aigu et présentant des diarrhées ou des vomissements, il est préférable davoir recours à un autre traitement antipaludique. Si un traitement par atovaquone/proguanil est néanmoins instauré pour traiter le paludisme chez ces patients, la parasitémie et l'état clinique du patient devront être étroitement surveillés.

Atovaquone/proguanil na pas été évalué dans le traitement de l'accès pernicieux, ni dans les formes sévères ou compliquées du paludisme telles que hyperparasitémie, dème pulmonaire ou insuffisance rénale.

Occasionnellement, des réactions allergiques sévères (notamment choc anaphylactique) ont été rapportées chez des patients prenant de l'atovaquone/proguanil. En cas de survenue de réactions allergiques graves (voir rubrique 4.8), le traitement par atovaquone/proguanil doit être interrompu sans délai et un traitement adapté doit être initié.

Atovaquone/proguanil s'est montré inactif sur les formes hypnozoïtes de Plasmodium vivax car la survenue dune revisviscence est arrivée généralement lors de paludisme à Plasmodium vivax traité par atovaquone/proguanil en monothérapie. Les voyageurs ayant une exposition importante à Plasmodium vivax ou à Plasmodium ovale et ceux qui développent un paludisme suite à lexposition à lun de ces parasites auront besoin dun traitement supplémentaire avec un médicament agissant activement contre les formes hypnozoïtes.

La réapparition d'un accès de paludisme par recrudescence de la parasitémie à Plasmodium falciparum après un traitement initial par atovaquone/proguanil, de même qu'un échec de la chimioprophylaxie, doivent faire évoquer une résistance du parasite et impose le recours à un autre antipaludique schizonticide pour traiter l'accès.

La parasitémie doit être attentivement surveillée chez les patients recevant du métoclopramide ou une tétracycline de manière concomitante (voir rubrique 4.5).

Ladministration concomitante datovaquone/proguanil et défavirenz ou dinhibiteurs de protéase boostés doit être évitée autant que possible (voir rubrique 4.5).

Ladministration concomitante datovaquone/proguanil et de rifampicine ou de rifabutine nest pas recommandée (voir rubrique 4.5).

Lutilisation concomitante de métoclopramide nest pas recommandée. Un autre traitement antiémétique doit être administré (voir rubrique 4.5).

La prudence est recommandée lors de linstauration ou de larrêt dune prophylaxie ou dun traitement du paludisme avec atovaquone/proguanil chez des patients traités de manière continue avec de la warfarine ou un autre anticoagulant coumarinique (voir rubrique 4.5).

Latovaquone peut augmenter la concentration de létoposide et de son métabolite (voir rubrique 4.5).

Chez les patients atteints dinsuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min), il est recommandé davoir recours, autant que possible, à un traitement alternatif à latovaquone/proguanil pour traiter le paludisme aigu à P. falciparum (voir rubriques 4.2, 4.3 et 5.2).

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Ladministration concomitante de rifampicine ou de rifabutine est nest pas recommandée, car elle est connue pour diminuer les concentrations plasmatiques datovaquone, denviron 50% et 34%, respectivement (voir rubrique 4.4).

Le traitement concomitant par le métoclopramide a été associé à une diminution significative (environ 50%) des concentrations plasmatiques datovaquone (voir rubrique 4.4). Un autre traitement antiémétique doit être administré.

Lors dune administration concomitante avec de léfavirenz ou dinhibiteurs de protéase boostés, une diminution des concentrations plasmatiques datovaquone allant jusquà 75% a été observée. Cette association doit donc être évitée autant que possible (voir rubrique 4.4).

Le proguanil peut potentialiser leffet de la warfarine et des autres anticoagulants coumariniques, pouvant entraîner une augmentation du risque hémorragique. Le mécanisme de cette interaction médicamenteuse potentielle na pas été élucidé. Il convient dêtre prudent en cas dinstauration ou darrêt dune prophylaxie ou dun traitement du paludisme par latovaquone/proguanil chez les patients sous traitement continu par les anticoagulants oraux. Il peut être nécessaire dadapter la posologie de lanticoagulant oral pendant le traitement par latovaquone/proguanil ou après son arrêt, en se basant sur les résultats de lINR.

Ladministration concomitante de tétracycline a été associée à une diminution des concentrations plasmatiques datovaquone.

Il a été montré que la co-administration datovaquone à la posologie de 45 mg/kg/jour à des enfants (n = 9) atteints de leucémie aiguë lymphoblastique, pour la prophylaxie de la PPC, entraîne une augmentation de la concentration plasmatique (AUC) de létoposide et de son métabolite létoposide catéchol avec une médiane de 8,6% (p = 0,055) et de 28,4% (p = 0,031) (respectivement, par rapport à la co-administration détoposide et de triméthoprime-sulfaméthoxazole). La prudence est recommandée chez les patients recevant un traitement concomitant avec létoposide (voir rubrique 4.4).

Le proguanil est métabolisé principalement par CYP2C19. On ignore cependant sil existe des interactions pharmacocinétiques potentielles avec d'autres substrats, des inhibiteurs (par exemple moclobémide, fluvoxamine) ou inducteurs (par exemple, l'artémisinine, carbamazépine) du CYP2C19 (voir rubrique 5.2).

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

La sécurité de l'administration concomitante d'atovaquone et de chlorhydrate de proguanil chez la femme enceinte n'a pas été établie et les risques potentiels ne sont pas connus.

Les études chez lanimal (rat et lapin) nont pas mis en évidence d'effet tératogène avec cette association (voir rubrique 5.3).

Les différents composants nont montré aucun effet sur la parturition ou sur le développement pré- et post‑natal. Une toxicité maternelle a été observée chez des lapines gravides lors d'une étude de tératogénicité (voir rubrique 5.3). Lutilisation datovaquone/proguanil ne doit être envisagée pendant la grossesse que si le bénéfice attendu pour la mère est supérieur au risque potentiel pour le ftus.

Le proguanil, lun des composants de lassociation atovaquone/proguanil, agit en tant quinhibiteur de la dihydrofolate réductase des parasites. Il nexiste pas de données cliniques indiquant que la supplémentation en folate diminue lefficacité du médicament. Chez les femmes enceintes ou en âge de procréer et recevant des suppléments en folate pour prévenir les malformations du tube neural, ces suppléments devront être poursuivis pendant le traitement par atovaquone/proguanil.

Allaitement

Dans une étude chez la rate, les concentrations datovaquone dans le lait maternel représentent 30% de la concentration plasmatique maternelle. Chez la femme, l'excrétion de l'atovaquone dans le lait n'est pas connue.

Le proguanil est excrété en faible quantité dans le lait maternel humain.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN ne doit pas être utilisée durant lallaitement.

Fertilité

Il n'existe pas de données disponibles sur les effets de l'association sur la fertilité, mais les études sur les composants individuels atovaquone et proguanil n'ont pas montré d'effet sur la fertilité (voir rubrique 5.3).

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Des sensations vertigineuses ont été rapportées. Les patients doivent être avertis que sils sont affectés, ils ne doivent pas conduire, ni faire fonctionner des machines ou participer à des activités qui pourraient les mettre eux-mêmes en danger ou mettre en danger dautres personnes.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Lors des essais cliniques avec atovaquone/proguanil dans le traitement du paludisme, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été des douleurs abdominales, des céphalées, de lanorexie, des nausées, des vomissements, des diarrhées et de la toux.

Lors des essais cliniques avec latovaquone/proguanil dans la prophylaxie du paludisme, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été des céphalées, des douleurs abdominales et des diarrhées.

Le tableau ci-après résume les évènements indésirables rapportés avec une relation causale suspectée (au moins possible) avec le traitement par atovaquone/proguanil, issus des essais cliniques et de la notification spontanée post-commercialisation.

La convention suivante est utilisée pour la classification de la fréquence : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100 à < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100) ; rare (≥ 1/10,000 à < 1/1 000) ; fréquence indéterminée (ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Il existe peu de données de sécurité à long terme chez les enfants. En particulier, les effets à long terme datovaquone/proguanil sur la croissance, la puberté et le développement général nont pas été étudiés.

Système de classes dorganes

Très fréquent

Fréquent

Peu fréquent

Rare

Fréquence indéterminée

Affections hématologiques et du système lymphatique

Anémie, Neutropénie1

Pancytopénie

Affections du système immunitaire

Réactions allergiques

dème de Quincke3, Anaphylaxie (voir rubrique 4.4) Vascularite3

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hyponatrémie1 Anorexie

Hyperamylasémie1

Affections psychiatriques

Rêves anormaux, Dépression

Anxiété

Hallucinations

Crises de panique, Pleurs, Cauchemars, troubles psychotiques

Affections du système nerveux

Céphalées

Insomnie, Sensations vertigineuses

Crises convulsives

Affections cardiaques

Palpitations

Tachycardie

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Toux

Affections gastro-intestinales

Nausées1, Vomissements, Diarrhée, Douleurs abdominales

Stomatite

Intolérance gastrique3, Ulcérations buccales3

Affections hépatobiliaires

Élévation des enzymes hépatiques1

Hépatite Cholestase3

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Prurit, Éruption cutanée

Chute des cheveux, Urticaire

Syndrome de Stevens-Johnson, Erythème polymorphe, Vésicules, Décollement cutané, Réactions de photosensibilité

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Fièvre

1. Fréquence issue de la spécialité atovaquone. Les patients ayant participé aux essais cliniques sur latovaquone ont reçu des doses plus élevées et ont souvent présenté des complications liées à une infection avancée par le VIH (virus de limmunodéficience humaine). Ces événements nont pas été observés ou ont observés à une fréquence plus faible lors des études cliniques avec latovaquone/proguanil.

2. Observé lors de la notification spontanée post-commercialisation ; la fréquence est donc indéterminée.

3. Observé avec le proguanil.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Lexpérience est insuffisante pour prédire les conséquences dun surdosage en atovaquone/proguanil ou pour suggérer une prise en charge spécifique. Cependant, dans les cas rapportés de surdosage à latovaquone, les effets observés étaient similaires aux effets indésirables connus du médicament. En cas de surdosage, le patient doit être surveillé et un traitement approprié doit être initié.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Antiprotozoaires, Anti-Paludiques, code ATC : P01BB51.

Mécanisme daction

Latovaquone et le chlorhydrate de proguanil interfèrent à 2 niveaux de la biosynthèse des pyrimidines nécessaires à la réplication des acides nucléiques du parasite. Le mécanisme daction de latovaquone sur P. falciparum agit par une inhibition du transport des électrons au niveau du complexe du cytochrome bc1 des mitochondries et par une diminution du potentiel de membrane des mitochondries. Lun des mécanismes daction du proguanil, par l'intermédiaire de son métabolite, le cycloguanil, est une inhibition de la dihydrofolate réductase qui perturbe la synthèse du désoxythymidylate. Le proguanil exerce également une activité antipaludique indépendante du métabolisme du cycloguanil et le proguanil, contrairement au cycloguanil, peut potentialiser laction de latovaquone pour diminuer le potentiel de membrane mitochondrial des parasites responsables du paludisme. Ce dernier mécanisme peut expliquer la synergie de l'association proguanil/atovaquone.

Microbiologie

Latovaquone exerce une activité puissante vis-à-vis de Plasmodium spp (CI50 in vitro contre de P. falciparum 0,23-1,43 ng/ml).

Résistance

L'atovaquone ne présente pas de résistance croisée avec dautre antipaludique actuellement utilisé. Les études in vitro avec plus de 30 isolats de P. falciparum ont permis de détecter une résistance à la chloroquine (41% des souches), à la quinine (32% des souches), à la méfloquine (29% des souches) et à lhalofantrine (48% des souches), mais pas à latovaquone (0% des souches).

Lactivité antipaludique du proguanil sexerce par lintermédiaire de son métabolite principal, le cycloguanil (CI50 in vitro contre divers isolats de P. falciparum de 4 20 ng/ml ; le proguanil et un autre métabolite, le 4-chlorophénylbiguanide, présentent une certaine activité CI50 in vitro de 600 3000 ng/ml).

Des études in vitro avec P. falciparum ont montré que lassociation datovaquone et de proguanil est synergique. Cette efficacité accrue a également été démontrée lors des essais cliniques à la fois chez des patients immuns et non‑immuns.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Aucune interaction pharmacocinétique n'est observée entre l'atovaquone et le proguanil à la dose recommandée.

Absorption

Latovaquone est une substance fortement lipophile et faiblement hydrosoluble. Chez des patients infectés par le VIH, la biodisponibilité absolue dune dose unique de 750 mg datovaquone, en comprimés prise pendant un repas, est de 23%, avec une variabilité interindividuelle denviron 45%.

La prise dun repas riche en graisses augmente la vitesse et le degré dabsorption de l'atovaquone. L'aire sous la courbe des concentrations plasmatiques (AUC) mesurées dans ces conditions est 2 à 3 fois plus importante et la concentration maximale (Cmax) est 5 fois plus élevée que chez le sujet à jeun. Il est recommandé aux patients de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN au cours dun repas ou avec une boisson lactée (voir rubrique 4.2).

Labsorption du chlorhydrate de proguanil est rapide et importante, indépendamment de la prise alimentaire.

Distribution

Le volume de distribution apparent de latovaquone et du proguanil dépend du poids corporel.

Latovaquone est fortement lié aux protéines plasmatiques (> 99%), mais elle ne déplace pas in vitro les autres médicaments fortement liés aux protéines, indiquant que la probabilité de survenue d'une interaction médicamenteuse liée à ce mécanisme est donc faible.

Après administration orale, le volume de distribution de latovaquone chez chez l'adulte et l'enfant est denviron 8,8 l/kg.

La fixation protéique du proguanil est de 75%. Suite à l'administration orale, le volume de distribution du proguanil chez l'adulte et l'enfant varie de 20 à 42 l/kg.

Il n'y a pas de modification de la fixation protéique de l'atovaquone et du proguanil après administration simultanée des 2 principes actifs.

Biotransformation

Aucun métabolisme de l'atovaquone n'a été mis en évidence et son excrétion urinaire est négligeable. Elle est éliminée majoritairement (> 90%) sous forme inchangée dans les fèces.

Le chlorhydrate de proguanil est partiellement métabolisé, principalement par lisoenzyme polymorphe 2C19 du cytochrome P450, avec moins de 40% étant excrété sous forme inchangée dans les urines. Ses métabolites, le cycloguanil et le 4 chlorophénylbiguanide, sont également excrétés dans les urines.

Lors de ladministration de lassociation atovaquone/proguanil aux doses recommandées, le degré de métabolisation du proguanil na aucune incidence sur le traitement ou la prophylaxie du paludisme.

Élimination

La demi-vie délimination de latovaquone est denviron 2 à 3 jours chez l'adulte et denviron 1 à 2 jours chez l'enfant.

Les demi-vies d'élimination du proguanil et du cycloguanil sont d'environ 12 à 15 heures chez l'adulte et l'enfant.

La clairance orale de l'atovaquone et du proguanil augmente avec laugmentation du poids corporel et est environ 70% plus élevée chez un patient de 80 kg que chez un patient de 40 kg. Après administration orale, la clairance moyenne chez les patients pédiatriques et adultes pesant 10 à 80 kg varie de 0,8 à 10,8 l/h pour l'atovaquone et de 15 à 106 l/h pour le proguanil.

Pharmacocinétique chez lenfant

Dans les essais cliniques réalisés chez des enfants ayant reçu une dose datovaquone/proguanil en fonction de leur poids corporel, la concentration minimale datovaquone, de proguanil et de cycloguanil chez les enfants était généralement dans la gamme observée chez les adultes.

Pharmacocinétique chez le sujet âgé

Aucune modification cliniquement significative de la vitesse ou du taux dabsorption de latovaquone ou du proguanil na été observée entre les sujets âgés et les sujets jeunes. La disponibilité systémique du cycloguanil est plus élevée chez le sujet âgé que chez le sujet jeune (AUC est augmentée de 140% et la Cmax est augmentée de 80%), mais il n'y a pas de différence cliniquement significative de la demi-vie délimination (voir rubrique 4.2).

Pharmacocinétique dans linsuffisance rénale

Chez les patients atteints dinsuffisance rénale légère à modérée, la clairance et/ou AUC de latovaquone, du proguanil et du cycloguanil sont dans la gamme des valeurs observées chez les patients ayant une fonction rénale normale.

La Cmax et lASC de l'atovaquone chez les sujets atteints d'insuffisance rénale sévère sont diminuées de 64% et 54%, respectivement.

Chez les patients atteints d'insuffisance rénale sévère, les demi-vies délimination du proguanil (t1/2 39h) et du cycloguanil (t1/2 37h) sont prolongées, suggérant un risque d'accumulation du médicament lors de l'administration réitérée chez ces patients (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Pharmacocinétique dans linsuffisance hépatique

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée, il n'a pas été mis en évidence de différence cliniquement significative de lexposition à latovaquone par rapport aux sujets avec une fonction hépatique normale.

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée, lASC de proguanil était augmentée de 85 % sans modification de la demi-vie délimination, et la Cmax et lASC du cycloguanil étaient diminuées de 65 à 68 %.

Il nexiste pas de données disponibles concernant les patients atteints dinsuffisance hépatique sévère (voir rubrique 4.2).

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Toxicité après administrations réitérées

Les résultats lors des études de toxicité à dose répétée avec l'association atovaquone/chlorhydrate de proguanil étaient complètement liés au proguanil et étaient observés à des doses n'apportant pas de marge significative d'exposition par rapport à lexposition clinique attendue.

Le proguanil ayant été largement utilisé et en toute sécurité dans le traitement et la prophylaxie du paludisme à des doses similaires à celles utilisées dans l'association, ces résultats sont jugés peu pertinents du point de vue clinique.

Études de la toxicité pour la reproduction

Chez le rat et le lapin, aucun effet de tératogène n'a été mis en évidence pour l'association. Aucune donnée nest disponible concernant les effets de lassociation sur la fertilité ou le développement pré- et post-natal, mais des études effectuées avec les composants individuels de lassociation atovaquone/proguanil n'ont mis en évidence aucun effet sur ces paramètres. Dans une étude de tératogénicité menée chez le lapin avec lassociation, une toxicité maternelle inexpliquée a été observée lors dune exposition systémique comparable à celle mesurée après utilisation clinique chez lhomme.

Potentiel mutagène

Ni l'atovaquone, ni le proguanil utilisés seuls n'ont montré d'activité mutagène sur une large série de tests.

Aucune étude de mutagénicité n'a été réalisée avec l'association atovaquone/proguanil.

Le cycloguanil, métabolite actif du proguanil, a également donné des résultats négatifs au test dAmes, mais positifs au test du lymphome de souris et au test du micronucleus de souris. Ces effets positifs du cycloguanil (antagoniste du dihydrofolate) étaient significativement diminués voire abolis par la supplémentation en acide folique.

Potentiel carcinogène

Les études de carcinogénicité menées chez la souris avec l'atovaquone administrée seule ont révélé une augmentation de l'incidence des adénomes et des carcinomes hépatocellulaires. Ces résultats n'ont pas été observés chez le rat et les tests de mutagénicité étaient négatifs.

Ces résultats semblent dus à la susceptibilité intrinsèque des souris à l'atovaquone et nont pas été considérées comme pertinents en situation clinique.

Les études du potentiel carcinogène du proguanil seul nont pas révélé deffet carcinogène chez le rat et la souris.

Aucune étude de cancérogénèse du proguanil associé à latovaquone na été réalisée.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Noyau

Cellulose microcristalline, povidone (K-30), crospovidone Type A, poloxamer 188, stéarate de magnésium.

Pelliculage

OPADRY II OY-LS-28908 : Dioxyde de titane (E171), lactose monohydraté, macrogol 4000, hypromellose 15cP (E464), hypromellose 50cP (E464), hypromellose 3cP (E464).

OPADRY II OY-LS-37200 : Dioxyde de titane (E171), lactose monohydraté, macrogol 4000, hypromellose 15cP (E464), hypromellose 50cP (E464), hypromellose 3cP (E464), oxyde de fer rouge (E172), oxyde de fer noir (E172), oxyde de fer jaune (E172).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver dans lemballage extérieur d'origine à labri de lhumidité.

Plaquette (PVC/Aluminium) uniquement : A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

12, 24, 30, 36 ou 48 comprimés sous plaquette (PVC/Aluminium) ou (PVC/PVDC/Aluminium) ou (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

12x1, 24x1, 30x1, 36x1 ou 48x1 comprimé sous plaquette unitaire prédécoupée (PVC/Aluminium) ou (PVC/PVDC/Aluminium) ou (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

MYLAN S.A.S.

117, ALLEE DES PARCS

69800 SAINT-PRIEST

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 267 439 8 7 : 12 comprimés sous plaquette (PVC/Aluminium).

·34009 267 440 6 9 : 12 x 1 comprimé sous plaquette prédécoupée unitaire (PVC/Aluminium).

·34009 267 441 2 0 : 12 comprimés sous plaquette (PVC/PVDC/Aluminium).

·34009 267 442 9 8 : 12 x 1 comprimé sous plaquette prédécoupée unitaire (PVC/PVDC/Aluminium).

·34009 267 443 5 9 : 12 comprimés sous plaquette formée à froid (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

·34009 267 444 1 0 : 12 x 1 comprimé sous plaquette formée à froid prédécoupée unitaire (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

·34009 300 135 0 2 : 24 comprimés sous plaquette (PVC/Aluminium).

·34009 300 135 2 6 : 24 comprimés sous plaquette (PVC/PVDC/Aluminium).

·34009 300 135 4 0 : 24 comprimés sous plaquette (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

·34009 300 135 1 9 : 24 x 1 comprimé sous plaquette prédécoupée unitaire (PVC/Aluminium).

·34009 300 135 3 3 : 24 x 1 comprimé sous plaquette prédécoupée unitaire (PVC/PVDC/Aluminium).

·34009 300 135 5 7 : 24 x 1 comprimé sous plaquette prédécoupée unitaire (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

·34009 301 055 0 4 : plaquette(s) PVC-Aluminium de 30 comprimé(s).

·34009 550 373 5 4 : plaquette(s) PVC-Aluminium de 36 comprimé(s).

·34009 550 373 6 1 : plaquette(s) PVC-Aluminium de 48 comprimé(s).

·34009 301 055 1 1 : 30 plaquette(s) PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 373 7 8 : 36 plaquette(s) PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 373 8 5 : 48 plaquette(s) PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 301 055 2 8 : plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 30 comprimé(s).

·34009 550 373 9 2 : plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 36 comprimé(s).

·34009 550 374 1 5 : plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 48 comprimé(s).

·34009 301 055 3 5 : 30 plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 374 2 2 : 36 plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 374 3 9 : 48 plaquette(s) PVC PVDC aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 301 055 4 2 : plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 30 comprimé(s).

·34009 550 374 4 6 : plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 36 comprimé(s).

·34009 550 374 5 3 : plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 48 comprimé(s).

·34009 301 055 5 9 : 30 plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 374 6 0 : 36 plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

·34009 550 374 7 7 : 48 plaquette(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 1 comprimé(s).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 03/07/2017

Dénomination du médicament

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

Atovaquone/Chlorhydrate de proguanil

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?

3. Comment prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Antiprotozoaires, Anti-Paludiques, code ATC : P01BB51.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN appartient à une classe de médicaments appelés antipaludiques. Il contient deux substances actives, latovaquone et le chlorhydrate de proguanil.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN est utilisé pour :

·la prévention du paludisme

·le traitement du paludisme

Le paludisme est transmis par la piqûre dun moustique infecté qui introduit le parasite du paludisme (Plasmodium falciparum) dans la circulation sanguine. ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN prévient le paludisme en tuant ce parasite. Chez les personnes déjà infectées par le paludisme, ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN tue également ces parasites.

Protégez-vous contre le paludisme

Le paludisme peut se contracter à tout âge. Cest une maladie grave, mais quil est possible de prévenir.

Outre la prise dATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN, il est très important que vous preniez également des mesures pour éviter dêtre piqué par les moustiques.

Appliquez un répulsif à insectes sur les parties découvertes de la peau

Portez des vêtements de couleur claire couvrant la majeure partie du corps, en particulier après le coucher du soleil car cest lheure à laquelle les moustiques sont les plus actifs

Dormez dans une chambre dont les fenêtres sont pourvues de moustiquaires ou sous une moustiquaire imprégnée dun insecticide

Fermez les fenêtres et les portes au coucher du soleil si elles ne sont pas munies de moustiquaires

Utilisez un insecticide (plaquettes, vaporisateurs, prises de courant) pour débarrasser une chambre de ses insectes ou pour dissuader les moustiques dy pénétrer

Si vous avez besoin dautres conseils, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Il est toujours possible dattraper le paludisme après avoir pris les précautions nécessaires.Certains types de paludismes palustres restent asymptomatiques pendant longtemps, de sorte que la maladie peut ne se déclarer quaprès plusieurs jours, semaines ou même mois après être revenu de létranger.

Consultez immédiatement un médecin si vous présentez des symptômes tels que fièvre élevée, céphalées, frissons et fatigue à votre retour.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?  Retour en haut de la page

Ne prenez jamais ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé :

·si vous êtes allergique à latovaquone, au chlorhydrate de proguanil ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6,

·dans le cadre de la prévention du paludisme si vous souffrez d'une insuffisance rénale sévère.

Prévenez votre médecin si lun ou lautre de ces cas sapplique à vous.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN.

Enfants

Les comprimés pélliculés dATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg ne sont pas recommandés chez l'enfant pesant moins de 11 kg. Un dosage différent datovaquone/proguanil comprimé plus adapté aux enfants de moins de 11 kg peut être disponible.

Autres médicaments et ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

Informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament.

Certains médicaments peuvent modifier l'action dATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN, ou bien ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN peut lui même augmenter ou diminuer l'efficacité d'autres médicaments administrés en même temps.

Les médicaments incluent :

·le métoclopramide, utilisé pour traiter les nausées et vomissements,

·les antibiotiques, la tétracycline, la rifampicine et la rifabutine,

·léfavirenz ou certains inhibiteurs de protéase très actifs utilisés pour traiter linfection à VIH,

·la warfarine et dautres médicaments anticoagulants,

·létoposide utilisé pour traiter le cancer.

Signalez à votre médecin que vous prenez lun des médicaments ci-dessus. Il est possible que votre médecin juge le médicament ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN, inadapté à votre cas, ou que certains examens/bilans de surveillance soient nécessaires pendant la prise du traitement.

Noubliez pas de prévenir votre médecin si vous commencez à prendre dautres médicaments pendant votre traitement par ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé avec des aliments, boissons et de lalcool

Prenez autant que possible ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN au cours dun repas ou avec une boisson lactée.

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf si votre médecin vous la recommandé.

Vous ne devez pas allaiter pendant que vous prenez ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN car ses composants peuvent passer dans le lait maternel et avoir un effet nocif sur votre enfant.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Ne conduisez pas si vous ressentez des vertiges.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN peut provoquer des sensations vertigineuses chez certaines personnes. Si cela vous arrive, ne conduisez pas de véhicules, nutilisez pas de machines ou ne participez pas à des activités où vous pourriez vous mettre vous-même ou dautres personnes en danger.

ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé contient du lactose

Si votre médecin vous a informé(e) d'une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

3. COMMENT PRENDRE ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?  Retour en haut de la page

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Pour prévenir le paludisme :

La posologie habituelle pour les adultes et les enfants pesant au moins 40 kg est de 1 comprimé une fois par jour, à prendre de la façon indiquée ci-dessous. ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN n'est pas recommandé pour le traitement préventif du paludisme chez l'enfant, ni chez l'adulte ou l'adolescent pesant moins de 40 kg. Il est possible quil existe dans votre pays une autre formulation de comprimés destinée aux enfants et adultes pesant moins de 40 kg.

·Commencer le traitement avec ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 1 à 2 jours avant votre arrivée dans la région où sévit le paludisme.

·Prendre le traitement chaque jour à la même heure pendant toute la durée de votre séjour.

·Continuez le traitement 7 jours après votre retour dans une zone non touchée par le paludisme.

Pour traiter le paludisme :

La posologie habituelle chez ladulte est de 4 comprimés une fois par jour pendant 3 jours consécutifs.

Utilisation chez les enfants

Chez les enfants pesant au moins 11 kg, la posologie dépend du poids corporel :

11-20 kg 1 comprimé une fois par jour pendant 3 jours consécutifs

21-30 kg 2 comprimés une fois par jour pendant 3 jours consécutifs

31-40 kg 3 comprimés une fois par jour pendant 3 jours consécutifs

Plus de 40 kg Même dose que chez ladulte

Médicament déconseillé pour le traitement du paludisme chez les enfants dun poids inférieur à 11 kg.

Pour les enfants qui pèsent moins de 11 kg, consultez votre médecin. Il est possible quil existe dans votre pays un autre type de comprimés destiné aux enfants et contenant moins datovaquone et de chlorhydrate de proguanil.

Mode dadministration

Prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN au cours dun repas ou avec une boisson lactée, si possible.

Prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN à heure fixe chaque jour.

Si vous êtes malade (vomissements) :

Pour prévenir le paludisme :

·Si vous vomissez dans l'heure qui suit la prise d'ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN, prenez immédiatement une nouvelle dose.

·Il est important de prendre la totalité du traitement par ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN. Si vous avez besoin de comprimés supplémentaires en raison des vomissements, vous pouvez avoir besoin d'une nouvelle ordonnance

·Si vous avez vomi, il est particulièrement important d'utiliser une protection supplémentaire, par exemple un répulsif ou une moustiquaire. ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN peut ne pas être aussi efficace, car la quantité absorbée sera diminuée.

En traitement du paludisme :

Si vous vomissez ou avez une diarrhée, avertissez-en votre médecin car vous aurez besoin régulièrement dexamens sanguins. ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN ne sera pas aussi efficace, car la quantité absorbée sera diminuée. Les examens vérifieront si le parasite a disparu de votre sang.

Si vous avez pris plus de ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé que vous nauriez dû

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.. Montrez-leur si possible lemballage dATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN.

Si vous oubliez de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

Il est très important de prendre la totalité du traitement par ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN. Si vous oubliez de prendre une dose, ne vous inquiétez pas. Prenez la dose suivante dès que vous vous apercevez de votre oubli. Continuez ensuite le traitement comme avant.

Ne prenez pas de dose double pour compenser celle que vous avez oublié de prendre.

Si vous arrêtez de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé

Narrêtez pas de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN sans avis médical.

Continuez de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN pendant 7 jours après votre retour dans une zone sans paludisme. Suivez le traitement complet par ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN pour bénéficier dune protection maximale. Un arrêt prématuré vous expose au risque de contracter le paludisme car il faut 7 jours pour garantir que tous les parasites susceptibles de se trouver dans votre sang à la suite dune piqûre par un moustique infecté sont tués.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Soyez attentif aux réactions sévères suivantes. Elles sont survenues chez un petit nombre de personnes, mais leur fréquence exacte nest pas connue.

Réactions allergiques sévères Leurs signes sont les suivants :

·Éruption cutanée et démangeaisons.

·Apparition soudaine de sifflement respiratoire, oppression thoracique, sensation de boule dans la gorge ou difficultés respiratoiresou une pression artérielle basse.

·Gonflement des paupières, du visage, des lèvres, de la langue ou dautres parties du corps.

Contactez immédiatement un médecin si vous ressentez lun de ces symptômes et arrêtez immédiatement de prendre ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN.

Réactions cutanées sévères

·Éruption cutanée pouvant entraîner lapparition de vésicules et avoir laspect de petites cocardes (une tache centrale foncée entourée dune zone plus pâle, avec un anneau foncé autour du bord) (érythème polymorphe)

·Éruption cutanée sévère généralisée avec formation de vésicules et d'un décollement de la peau, se produisant particulièrement autour de la bouche, du nez, des yeux et des parties génitales (syndrome de Stevens-Johnson)

Si vous constatez lun de ces symptômes, contactez un médecin de toute urgence.

La plupart des autres effets indésirables ont été de faible intensité et transitoires.

Effets indésirables très fréquents (pouvant survenir chez plus dun sujet sur 10) :

·Maux de tête

·Nausées et vomissements

·Douleurs abdominales

·Diarrhées

Effets indésirables fréquents (pouvant survenir jusquà 1 sujet sur 10) :

·Sensations vertigineuses

·Troubles du sommeil (insomnies)

·Rêves anormaux

·Dépression

·Perte dappétit

·Fièvre

·Éruption cutanée, éventuellement démangeaisons.

·Toux

Effets indésirables fréquents, pouvant être révélés par une analyse de sang :

·Diminution du nombre des globules rouges (anémie) pouvant entraîner une fatigue, des maux de tête et un essoufflement.

·Diminution du nombre des globules blancs (neutropénie) qui peut vous rendre plus sensible aux infections.

·Faible taux de sodium sanguin (hyponatrémie).

·Augmentation des enzymes hépatiques.

Effets indésirables peu fréquents (peuvent affecter jusquà 1 patient sur 100) :

·Anxiété.

·Perception anormale des battements cardiaques (palpitations).

·Gonflement et rougeur de la bouche.

·Chute des cheveux.

Effets indésirables peu fréquents pouvant être révélés par une analyse de sang :

·Augmentation de lamylase (enzyme produite par le pancréas).

Effets indésirables rares (peuvent affecter jusquà 1 patient sur 1 000) :

·voir ou entendre des choses qui nexistent pas (hallucinations).

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles) :

Dautres effets indésirables se sont produits chez un petit nombre de patients, mais leur fréquence exacte nest pas connue.

·Inflammation du foie (hépatite).

·Blocage des voies biliaires (cholestase).

·Augmentation du rythme cardiaque (tachycardie).

·Inflammation des vaisseaux sanguins (vascularite) qui peuvent apparaître sous forme de taches surélevées rouges à violettes sur la peau, ou sur dautres parties du corps.

·Crises convulsives.

·Attaques de panique, pleurs.

·Cauchemars.

·Trouble mental sévère dans lequel la personne perd contact avec la réalité et est incapable de penser ou juger clairement.

·Ulcérations buccales.

·Vésicules.

·Desquamation cutanée.

·Sensibilité accrue de la peau au soleil.

Autres effets indésirables pouvant être révélés par une analyse de sang :

Chez les sujets atteints dinsuffisance rénale sévère, diminution de tous les types de cellules sanguines (pancytopénie).

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur lemballage ou les blisters après « EXP ». La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

A conserver dans lemballage extérieur d'origine à labri de lhumidité.

Plaquettes thermoformées (PVC-aluminium) uniquement : A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé  Retour en haut de la page

·Les substances actives sont latovaquone et le chlorhydrate de proguanil.

Chaque comprimé pelliculé contient 250 mg d'atovaquone et 100 mg de chlorhydrate de proguanil.

·Les autres composants sont :

Noyau

Cellulose microcristalline, povidone (K-30), crospovidone Type A, poloxamer 188, stéarate de magnésium.

Pelliculage

OPADRY II OY-LS-28908 : Dioxyde de titane (E171), lactose monohydraté, macrogol 4000, hypromellose 15cP (E464), hypromellose 50cP (E464), hypromellose 3cP (E464).

OPADRY II OY-LS-37200 : Dioxyde de titane (E171), lactose monohydraté, macrogol 4000, hypromellose 15cP (E464), hypromellose 50cP (E464), hypromellose 3cP (E464), oxyde de fer rouge (E172), oxyde de fer noir (E172), oxyde de fer jaune (E172).

Quest-ce que ATOVAQUONE/PROGUANIL MYLAN 250 mg/100 mg, comprimé pelliculé et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Ce médicament se présente sous forme de comprimé pelliculé rond, biconvexe, de couleur beige clair, portant la mention « A-P » gravée au-dessus dun « 2 » sur une face et un « M » gravé sur lautre face.

Boîte de 12, 24, 30, 36 ou 48 comprimés sous plaquette en (PVC/Aluminium) ou (PVC/PVDC/Aluminium) ou (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

Boîte de 12x1, 24x1, 30x1, 36x1 ou 48x1 comprimé sous plaquette unitaire prédécoupée en (PVC/Aluminium) ou (PVC/PVDC/Aluminium) ou (OPA/Aluminium/PVC/Aluminium).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

MYLAN S.A.S.

117, ALLEE DES PARCS

69800 SAINT-PRIEST

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

MYLAN S.A.S.

117, ALLEE DES PARCS

69800 SAINT-PRIEST

Fabricant  Retour en haut de la page

GENERICS [UK] LTD

STATION CLOSE, POTTERS BAR, HERTFORDSHIRE, EN6 1TL

ROYAUME-UNI

OU

MCDERMOTT LABORATORIES LIMITED TRADING AS GERARD LABORATORIES

35/36 BALDOYLE INDUSTRIAL ESTATE, GRANGE ROAD, DUBLIN 13

IRLANDE

OU

MYLAN HUNGARY KFT

MYLAN UTCA 1

KOMAROM 2900,

HONGRIE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants : Conformément à la réglementation en vigueur.

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM