ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.)

source: ANSM - Mis à jour le : 30/05/2013

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.)

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Melphalan .. 50 mg

Pour 10 ml de solution reconstituée.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Lyophilisat et solution pour usage parentéral (IV).

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Intensification thérapeutique utilisé seul ou en association avec d'autres agents cytotoxiques et/ou irradiation corporelle étendue ou totale dans le traitement de:

·myélome multiple,

·lymphomes malins (maladie de Hodgkin, lymphomes non Hodgkiniens),

·leucémies aiguës lymphoblastique et myéloblastique,

·neuroblastome de l'enfant,

·adénocarcinome ovarien,

·adénocarcinome mammaire.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

·Myélome multiple, lymphomes malins (maladie de Hodgkin, lymphomes non Hodgkiniens), leucémies aiguës lymphoblastique et myéloblastique, adénocarcinome mammaire, adénocarcinome ovarien en intensification thérapeutique. Le schéma posologique est le suivant: une dose de 100 à 200 mg/m2 de surface corporelle (environ 2,5 à 5,0 mg/kg de poids corporel). La dose peut être répartie sur deux ou trois jours consécutifs. Une autogreffe de cellules souches du sang est indispensable à partir d'une dose d'environ 140 mg/m2.

·Traitement du neuroblastome de l'enfant: Pour consolider une réponse obtenue avec le traitement conventionnel, à une dose comprise entre 100 et 240 mg/m2 de surface corporelle, (parfois répartie en 3 jours consécutifs) avec autogreffe médullaire, la perfusion est utilisée soit seule, soit en association avec une radiothérapie et/ou d'autres produits cytostatiques.

·Chez le sujet âgé: Il n'existe pas de recommandation posologique pour l'utilisation d'ALKERAN.

·Chez le sujet insuffisant rénal modéré ou sévère: La posologie doit dans tous les cas être réduite de moitié (voir rubrique 4.4).

Mode d'administration

·ALKERAN ne doit être administré que par voie intraveineuse. Un risque d'extravasation est possible avec l'administration d'ALKERAN par voie intraveineuse périphérique. L'administration sera interrompue immédiatement, en cas d'extravasation. Il est recommandé d'injecter la solution d'ALKERAN lentement, habituellement dans une voie veineuse centrale. Pour l'administration de fortes doses l'injection directe par voie centrale est recommandée. La solution d'ALKERAN peut être aussi administrée diluée dans une poche de perfusion si l'administration directe n'est pas possible. La solution doit être diluée uniquement dans du chlorure de sodium à 0,9 % (m/v) et l'administration doit être terminée dans les 1 h 30 suivant la reconstitution. Il est recommandé de faire passer la perfusion à une température ambiante proche de 25°C. En cas d'apparition d'un trouble ou d'une cristallisation visibles dans la solution diluée, la préparation devra être jetée. La solution d'ALKERAN a une stabilité réduite lorsqu'elle est diluée dans un soluté de perfusion et le taux de dégradation augmente rapidement avec l'élévation de la température.

Modalités de manipulation

La préparation des solutions injectables de cytotoxiques doit être obligatoirement réalisée par un personnel spécialisé et entraîné ayant une connaissance des médicaments utilisés, dans des conditions assurant la protection de l'environnement et surtout la protection du personnel qui manipule. Elle nécessite un local de préparation réservé à cet usage. Il est interdit de fumer, de manger, de boire dans ce local. Les manipulateurs doivent disposer d'un ensemble de matériel approprié à la manipulation notamment blouses à manches longues, masques de protection, calot, lunettes de protection, gants à usage unique stériles, champs de protection du plan de travail, conteneurs et sacs de collecte des déchets. Les excreta et les vomissures doivent être manipulés avec précaution. Les femmes enceintes doivent être averties et éviter la manipulation des cytotoxiques. Tout contenant cassé doit être traité avec les mêmes précautions et considéré comme un déchet contaminé. L'élimination des déchets contaminés se fait par incinération dans des conteneurs rigides étiquetés à cet effet.

Ces dispositions peuvent être envisagées dans le cadre du réseau de cancérologie (circulaire DGS/DH/98 N° 98/188 du 24 mars 1998) en collaboration avec toute structure adaptée et remplissant les conditions requises.

Publicité
4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

·Hypersensibilité au melphalan ou à l'un des constituants.

·Femme enceinte ou qui allaite: voir rubrique 4.6.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

ALKERAN est un agent cytotoxique actif A N'UTILISER QUE SOUS LA SURVEILLANCE D'UN PRATICIEN EXPERIMENTE.

Surveillance du traitement:

En raison de l'effet myélosuppresseur d'ALKERAN, une surveillance étroite de l'hémogramme s'impose et la posologie devra être adaptée si nécessaire, pour éviter les risques d'hypoplasie médullaire profonde ou d'aplasie médullaire irréversible.

La cytopénie peut continuer à s'aggraver après l'arrêt du traitement. Le traitement sera temporairement interrompu dès la survenue d'une leucopénie ou d'une thrombopénie profonde.

ALKERAN doit être utilisé avec précaution chez les patients récemment traités par radiothérapie ou par chimiothérapie cytostatique (risque de majoration de l'effet cytopéniant).

Il est recommandé d'associer une diurèse adéquate et d'administrer des traitements prophylactiques antibactériens. Des produits sanguins devront être administrés au besoin.

Il est recommandé de vérifier l'état général et rénal de toutes personnes devant recevoir de fortes doses d'ALKERAN.

Insuffisance rénale:

Une insuffisance médullaire marquée pouvant être observée chez l'insuffisant rénal, une surveillance étroite de ces patients est donc nécessaire.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

L'administration d'ALKERAN, à fortes doses, par voie intraveineuse, et d'acide nalidixique chez l'enfant, peut provoquer des entérocolites hémorragiques fatales.

Associations déconseillées

+ Ciclosporine, tacrolimus (par extrapolation à partir de la ciclosporine):

Détérioration importante de la fonction rénale (synergie des effets néphrotoxiques des deux substances).

Associations à prendre en compte

+ Vaccins vivants atténués:

Risque de maladie généralisée éventuellement mortelle. Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par la maladie sous-jacente.

Utiliser un vaccin inactivé lorsqu'il existe (poliomyélite).

4.6. Grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Comme pour toute chimiothérapie cytotoxique, des précautions contraceptives adéquates doivent être conseillées lors d'un traitement par ALKERAN.

L'utilisation d'ALKERAN devra être autant que possible évitée durant la grossesse, en particulier pendant le premier trimestre. Le bénéfice du traitement devra dans chaque cas, être évalué en fonction du risque potentiel encouru par le ftus.

L'allaitement est déconseillé en cours de traitement.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Sans objet.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

·Effets hématologiques: L'effet secondaire le plus fréquent est l'hypoplasie médullaire avec leucopénie et thrombopénie. Quelques rares cas d'anémie hémolytique après traitement par ALKERAN ont été rapportés.

·Effets gastro-intestinaux: Les effets les plus fréquemment rencontrés sont les nausées, vomissements, diarrhées et stomatites dont l'incidence augmente chez les patients recevant de fortes doses intraveineuses d'ALKERAN. Il a été démontré qu'un pré-traitement par du cyclophosphamide réduisait la sévérité des atteintes digestives.

·Réactions allergiques: De rares cas de réactions allergiques (urticaires, dèmes, éruptions cutanées et chocs anaphylactiques) ont été rapportés chez des patients traités au long cours. Chez 2 patients, ces réactions ont été associées à la survenue d'un arrêt cardiaque d'évolution favorable. Des éruptions maculopapuleuses et prurit ont été notés de façon occasionnelle.

·Des atteintes hépatiques allant d'anomalies des tests biologiques hépatiques à des manifestations cliniques dont l'ictère ont été décrits.

·Des cas isolés de pneumonie interstitielle et de fibrose pulmonaire, dont l'évolution peut être fatale, ont également été décrits.

·Chez l'insuffisant rénal en début de traitement pour myélome, une dégradation transitoire des fonctions rénales a pu être observée (voir rubrique 4.2).

·Des cas d'alopécie réversible ont été rapportés.

·Une sensation subjective et transitoire de chaleur, et/ou de picotements, a été décrite chez environ 2/3 des patients atteints de troubles hématologiques graves, recevant de fortes doses d'ALKERAN par voie centrale.

·Possible modification de la fonction ovarienne chez la femme préménopausée avec possible induction d'aménorrhées, chez un nombre significatif de patientes.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Symptômes:

Les effets gastro-intestinaux avec nausées et vomissements sont les signes immédiats d'un surdosage aigu par voie intraveineuse. Une atteinte de la muqueuse gastro-intestinale peut en résulter. Une diarrhée, parfois sanglante a été rapportée après surdosage intraveineux.

Le principal effet toxique est l'aplasie médullaire avec anémie, neutropénie et thrombopénie.

Traitement:

Il n'existe pas de traitement spécifique. L'hémogramme devra être surveillé étroitement pendant au moins quatre semaines après le surdosage.

Le traitement sera symptomatique: transfusion sanguine, antibiothérapie, facteurs de croissance hématopoïétiques si nécessaire.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique: Antinéoplasique et immunomodulateur, Code ATC: L01AA03.

ALKERAN est un agent alkylant du groupe des moutardes azotées.

Mécanisme d'action: le melphalan agent alkylant cytostatique bifonctionnel empêche la séparation et la réplication de l'ADN. Par ses deux groupements alkylés, il établit des liaisons covalentes stables avec les groupements nucléophiles des deux brins d'ADN, empêchant la réplication cellulaire.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Après administration IV, les concentrations plasmatiques de melphalan évoluent de façon bi-exponentielle.

Les demi-vies d'élimination initiale et terminale sont d'environ 8 minutes et 90 minutes respectivement.

Le melphalan est fortement métabolisé et subit probablement une dégradation spontanée, plutôt qu'un métabolisme enzymatique.

Des produits de dégradation (monohydroxymelphalan et dihydroxymelphalan) ont été détectés dans le plasma des patients; les pics plasmatiques se situent respectivement environ 60 minutes et 105 minutes après l'injection.

Le melphalan se distribue dans la plupart des tissus de l'organisme.

La fixation aux protéines plasmatiques varie de 30 à 60 %.

L'élimination urinaire est la voie prépondérante.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Pouvoir mutagène:

ALKERAN est mutagène chez l'animal; des aberrations chromosomiques ont été observées chez des patients traités par ALKERAN Injectable.

Pouvoir cancérogène:

Comme tout agent alkylant, le melphalan est potentiellement leucémogène chez l'homme. Des cas de leucémies aiguës survenant après traitement prolongé par le melphalan pour des maladies telles que l'amylose, le mélanome malin, la macroglobulinémie, la maladie des agglutinines froides et le cancer ovarien ont été rapportés.

Le bénéfice du traitement devra être évalué en fonction du risque potentiel encouru.

Pouvoir tératogène:

Le potentiel tératogène d'ALKERAN n'a pas été étudié. En raison de ses propriétés mutagènes et de sa similitude structurelle avec des produits tératogènes connus, le melphalan est susceptible de provoquer des malformations congénitales dans la descendance de patients traités par ALKERAN (voir rubrique 4.6).

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Acide chlorhydrique, povidone K12.

Solvant : citrate de sodium, propylèneglycol, alcool, eau pour préparations injectables.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

ALKERAN est incompatible avec les solutions de perfusion à base de glucose.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver à une température inférieure à 30°C et à l'abri de la lumière.

Le délai maximal entre la reconstitution de la solution et la fin de la perfusion est de 1 heure 30 dans le chlorure de sodium.

Ne pas congeler la solution reconstituée.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur  Retour en haut de la page

Lyophilisat en flacon de 17 ml en verre transparent avec un bouchon en bromobutyl + 10 ml en flacon en verre transparent avec un bouchon en chlorobutyl.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Préparation de la solution d'ALKERAN

La préparation s'effectue à température ambiante, en reconstituant le lyophilisat avec 10 ml de solvant-dilant et en agitant vigoureusement jusqu'à dissolution complète.

La solution obtenue contient 5 ml/ml de melphlalan anhydre à un pH d'environ 6,5.

La solution d'ALKERAN a une stablilité limitée et devra être préparée extemporanément.

Le délai maximal entre la reconstitution de la solution et la fin de la perfusion est de 1 heure 30 dans le chlorure de sodium.

Ne pas congeler la solution.

Manipulation et destruction

La manipulation de ce cytotoxique par le personnel infirmier ou médical nécessite un ensemble de précautions permettant d'assurer la protection du manipulateur et de son environnement (voir rubrique 4.2).

ALKERAN ne doit pas être manipulé par des femmes enceintes.

Les procédures de manipulation et de destruction appropriées doivent être respectées. Elles doivent se conformer aux recommandations en vigueur pour les médicaments cytotoxiques.

Toute fraction de produit non utilisée doit être incinérée.

Des précautions doivent être prises lors des manipulations et de la prépartion de la solution d'ALKERAN. Le port de gants en latex et de lunettes de sécurité est recommandé afin d'éviter une exposition au produit en cas de bris du flacon ou d'autre incident. En cas de contact accidentel avec la peau ou les muqueuses, laver soigneusement les zones avec de l'eau et du savon. En cas de projection accidentelle dans les yeux, rincer à l'eau. L'inhalation du produit doit être évité.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

ASPEN PHARMA TRADING LIMITED

12/13 EXCHANGE PLACE

CUSTOM HOUSE DOCK

I.F.S.C

DUBLIN 1

IRLANDE

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·559 526-8: lyophilisat en flacon (verre) + 10 ml de solution en flacon (verre); boîte de 1.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 30/05/2013

Dénomination du médicament

ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.)

Melphalan

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

·Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. QU'EST-CE QUE ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?

3. COMMENT UTILISER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

5. COMMENT CONSERVER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

1. QU'EST-CE QUE ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique

ALKERAN est un médicament cytotoxique. Il agit en empêchant la multiplication de certaines cellules.

Indications thérapeutiques

ALKERAN est préconisé pour le traitement de certaines maladies du système lymphoïde ou du sein ou de l'ovaire, ou du système sympathique (chez l'enfant), en association et lorsque le premier traitement a échoué ou cessé d'être efficace.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?  Retour en haut de la page

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

N'utilisez jamais ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) dans les cas suivants:

·d'allergie au melphalan ou à un autre constituant,

·en cas de grossesse ou d'allaitement.

EN CAS DE DOUTE, IL EST INDISPENSABLE DE DEMANDER L'AVIS DE VOTRE MEDECIN OU DE VOTRE PHARMACIEN.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.):

Mises en garde spéciales

La maladie et le traitement (en particulier la radiothérapie) diminuent fréquemment le nombre des cellules sanguines normales. Vous devrez subir régulièrement des analyses de sang. Elles sont indispensables à la surveillance de votre traitement.

Si vous avez été récemment traité par radiothérapie ou par un autre médicament cytotoxique, ALKERAN devra être utilisé avec précaution, en raison du risque de modification de votre analyse sanguine.

Par conséquent si vous remarquez un saignement trop important à la suite d'une blessure ou s'il vous semble que vous ressentez les signes d'une infection (fièvre, frissons, etc), avertissez votre médecin.

Si nécessaire, votre médecin pourra vous prescrire des traitements préventifs antibiotiques.

De même, en cas de besoin, il pourra envisager l'administration de produits sanguins (exemple: globules rouges, plaquettes).

Votre médecin pourra également adapter la posologie, voire interrompre temporairement le traitement par ALKERAN.

Compte tenu de l'indication thérapeutique d'ALKERAN associé à d'autres agents cytotoxiques et/ou à une radiothérapie, il vous est recommandé de boire suffisamment (bonne hydratation).

Comme pour toute administration de médicament par voie intraveineuse, il existe un risque d'extravasation (diffusion du produit hors de la veine). Dans ce cas, l'administration d'ALKERAN sera interrompue immédiatement. Il est recommandé d'injecter la solution d'ALKERAN lentement, habituellement dans une voie veineuse centrale.

Précautions d'emploi

Contraception:

Une méthode efficace de contraception doit être utilisée pendant le traitement; parlez-en à votre médecin.

Fonction rénale:

Avertissez votre médecin si vous souffrez d'une insuffisance rénale (maladie des reins). En effet, dans ce cas les doses d'ALKERAN doivent être réduites. Le traitement doit s'effectuer sous surveillance stricte en particulier de la numération des cellules sanguines.

Autres:

En cas de contact accidentel avec la peau ou les muqueuses, laver soigneusement les zones atteintes avec de l'eau et du savon. En cas de projection accidentelle dans les yeux, rincer à grande eau.

EN CAS DE DOUTE, NE PAS HESITER A DEMANDER L'AVIS DE VOTRE MEDECIN OU DE VOTRE PHARMACIEN.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments

AFIN D'EVITER D'EVENTUELLES INTERACTIONS ENTRE PLUSIEURS MEDICAMENTS IL FAUT SIGNALER SYSTEMATIQUEMENT TOUT AUTRE TRAITEMENT EN COURS A VOTRE MEDECIN OU A VOTRE PHARMACIEN (notamment ciclosporine, vaccins vivants atténués et chez l'enfant: acide nalidixique).

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Ce médicament ne doit pas vous être administré si vous êtes enceinte. Si vous risquez d'être enceinte, vous devez prendre des mesures contraceptives. En cas de survenue de grossesse malgré des mesures efficaces de contraception, informez-en votre médecin immédiatement. L'allaitement est déconseillé en cours de traitement par ALKERAN.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Sans objet.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT UTILISER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?  Retour en haut de la page

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Posologie

A titre indicatif, la dose recommandée est de 100 à 240 mg par m2 de surface corporelle. Cette dose peut être administrée en 1 à 3 jours consécutifs.

Dans certains cas la dose peut-être réduite en particulier chez le patient insuffisant rénal (voir Précautions d'emploi, Mises en garde spéciales, Quels sont les effets indésirables éventuels ?).

Mode et voie d'administration

Ce produit vous sera administré par voie intraveineuse.

Modalités de manipulation

Voir Informations réservées aux professionnels de santé.

Fréquence d'administration

Une fois par jour pendant 1 à 3 jours consécutifs.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris utilisé de ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) que vous n'auriez dû:

Votre médecin doit arrêter le produit et instituer un traitement de symptômes.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Sans objet.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le monde n'y soit pas sujet.

Une sensation subjective et transitoire de chaleur, et/ou de picotements, a été décrite chez environ 2/3 des patients recevant de l'ALKERAN injectable.

·Les effets indésirables les plus fréquents sont généralement dus à la réduction de la production des cellules sanguines par la moelle osseuse, ce qui peut entraîner: anémie (diminution du nombre des globules rouges), saignements anormaux et ecchymoses (diminution du nombre des plaquettes), infections parfois sévères, fièvre, frissons, (diminution du nombre des globules blancs et en particulier des polynucléaires). Le signaler à votre médecin. Une surveillance régulière de la numération et de la formule sanguine est nécessaire pendant le traitement par ALKERAN.

·D'autres effets indésirables courants peuvent être: des troubles digestifs comme des nausées, vomissements, diarrhées et des aphtes buccaux (stomatites) chez les patients recevant ALKERAN.

·Rarement: Des réactions allergiques: urticaires, dèmes ou éruptions cutanées ont été rapportées. Un prurit a été noté de façon occasionnelle. Des cas d'alopécie (chute de cheveux) ont été rapportés.

·Autres effets rencontrés:

oDes atteintes hépatiques,

oDes troubles pulmonaires. Si vous ressentez des difficultés respiratoires, une toux ou des douleurs dans la poitrine, parlez-en immédiatement à votre médecin.

oUne élévation transitoire de l'urémie (taux de l'urée dans le sang) chez des patients insuffisants rénaux en début de traitement.

oDes cas d'aménorrhée (absence de règles) ont été associées à l'emploi d'ALKERAN.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?  Retour en haut de la page

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) après la date de péremption mentionnée sur la boîte.

Conditions de conservation

Ce médicament doit être conservé à une température inférieure à 30°C et à l'abri de la lumière.

Le délai maximal entre la reconstitution de la solution et la fin de la perfusion est de 1 heure 30 dans le chlorure de sodium.

Ne pas congeler la solution reconstituée.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout à l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien ce qu'il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES  Retour en haut de la page

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) ?

La substance active est:

Melphalan .. 50 mg

Pour 10 ml de solution reconstituée.

Les autres composants sont:

Acide chlorhydrique, povidone K12.

Solvant: citrate de sodium, propylèneglycol, alcool, eau pour préparations injectables.

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que ALKERAN 50 mg/10 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral (I.V.) et contenu de l'emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous forme d'un lyophilisat en flacon et 10 ml de solution pour usage parentéral en flacon. Boîte de 1.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable de la libération des lots, si différent

Titulaire

ASPEN PHARMA TRADING LIMITED

12/13 EXCHANGE PLACE

CUSTOM HOUSE DOCK

I.F.S.C

DUBLIN 1

IRLANDE

Exploitant

HAC PHARMA

8, avenue de la Cote de Nacre

Pericentre 4

14000 CAEN

Fabricant

GLAXOSMITHKLINE MANUFACTURING S.P.A

STRADA PROVINCIALE ASOLANA, 90

43056 SAN POLO TORRILE

PARME

ITALIE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Sans objet.

Date dapprobation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lAfssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Informations réservées aux professionnels de santé

A l'attention du personnel soignant:

Comme pour tout cytotoxique, la préparation et la manipulation de ce produit nécessitent un ensemble de précautions permettant d'assurer la protection du manipulateur et de son environnement, dans les conditions de sécurité requises pour le patient.

En plus des précautions usuelles pour préserver la stérilité des préparations injectables, il faut:

·mettre une blouse à manches longues et poignets serrés, afin d'éviter toute projection de solution sur la peau,

·porter également un masque chirurgical à usage unique et des lunettes enveloppantes,

·mettre des gants à usage unique en PVC, et non en latex, après lavage aseptique des mains,

·préparer la solution sur un champ de travail,

·arrêter la perfusion, en cas d'injection hors de la veine,

·éliminer tout matériel ayant servi à la préparation de la solution (seringues, compresses, champs, flacon) dans un conteneur réservé à cet effet,

·détruire les déchets toxiques,

·manipuler les excreta et vomissures avec précautions.

Les femmes enceintes doivent éviter la manipulation des cytotoxiques.

Autres

Sans objet.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM