Le diabète, une maladie qui coûte cher aux patients…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Novembre 2013 : 13h44
Mis à jour le Jeudi 14 Novembre 2013 : 08h18

Selon l’étude Entred 2007 (Échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques), dont les résultats viennent d’être publiés par l’Institut de veille sanitaire (Invs) dans un Bulletin épidémiologique hebdomadaire dédié à la Journée mondiale du diabète, un diabétique sur cinq renonce à certains soins pour des raisons financières.

Ainsi, même pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie dans le cadre d’une ALD (Affection de longue durée), cette maladie est associée à un reste à charge important pour les patients.

© getty

Diabète : un reste à charge important

Selon l’étude Entred menée en 2007 auprès de 3.730 personnes atteintes de diabète de type 1 ou de diabète de type 2, 54 % rencontrent des difficultés financières.

Pourtant, plus de 90 % d’entre elles bénéficiaient d’une inscription en affection de longue durée (ALD) et donc d’une prise en charge à 100 % pour toutes les dépenses liées à cette maladie, et 88 % ont une couverture complémentaire.

En réalité, certains soins ne sont pas ou peu remboursés et restent donc à charge des patients. C’est ainsi qu’en moyenne, les patients diabétiques de type 2 déboursent chaque année 660 € (soit 12 % des dépenses totales liées à cette maladie) et 486 € pour les diabétiques de type 1 (6,3 % des dépenses).

Un patient sur cinq renonce à certains soins

Au final, 23 % des diabétiques de type 1 et 17 % des diabétiques de type 2 déclaraient avoir renoncé à un service de santé du fait de son coût financier au cours de l’année écoulée. Les soins auxquels les patients renoncent le plus souvent sont les consultations diététiques, les traitements dentaires, les soins de pédicure ou de podologie.

PUB

Apparemment complète, la couverture du diabète reste insuffisante

C’est regrettable car ces soins contribuent à prévenir les complications du diabète. Rappelons que le diabète est une maladie qui progresse très fortement en raison du vieillissement de la population, de l’obésité et de la sédentarité.

La France compte aujourd’hui 2,9 millions de diabétiques (dont 90 % de diabétiques de type 2) contre 1,6 million en 2001. C’est en 2010 l’affection de longue durée (ALD) la plus répandue. Son coût pour l’Assurance maladie a atteint 12,5 milliards en 2012 (contre 7,1 milliards dix ans auparavant).

Pourtant, bien « qu’apparemment complète », la couverture maladie des patients diabétiques « reste imparfaite en France »…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Novembre 2013 : 13h44
Mis à jour le Jeudi 14 Novembre 2013 : 08h18
Source : Institut de veille sanitaire (InVS), BEH n°37-38/2013, 12 novembre 2013, http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Archives/2013/BEH-n-37-38-2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Vaccin anti-grippe cru 2004 Publié le 22/09/2004 - 00h00

Les vaccins anti-grippe sont disponibles en pharmacie depuis le 21 septembre 2004. Rappelons l'importance et la gratuité de la vaccination pour les personnes de 65 ans et plus et celles atteintes de certaines affections de longue durée. Soulignons également que le vaccin n'étant efficace qu'au...

Sensibiliser aux maladies cardiovasculairesPublié le 04/11/2010 - 14h51

Les maladies cardiovasculaires sont aujourd’hui la deuxième cause de mortalité en France, après le cancer. Afin de sensibiliser à ces affections, dont la gravité reste souvent méconnue, la Fédération française de cardiologie organise du 30 octobre au 7 novembre 2010 le deuxième...

Plus d'articles