Deux médicaments insolites contre le cancer de la prostate

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 06 Novembre 2006 : 01h00
-A +A
L'expérience n'a encore été menée que chez la souris mais les résultats sont très prometteurs. L'association d'un médicament contre le diabète et d'un médicament contre l'épilepsie s'est révélée efficace dans le traitement du cancer de la prostate. Ces deux médicaments étant déjà sur le marché, un tel traitement contre le cancer de la prostate pourrait rapidement être disponible.

Le trio cancer de la prostate, diabète et épilepsie

Cette équipe de chercheurs de l'Inserm travaillait sur des molécules spécifiques dénommées récepteurs PPARgamma capables d'agir sur les gènes impliqués dans la formation des tissus graisseux. Ce travail était mené dans le cadre des deux maladies associées que sont le diabète et l'obésité.

Or d'autres essais ont montré que ces mêmes récepteurs étaient surexprimés en cas de cancer de la prostate. Ainsi, les anti-diabétiques pourraient avoir une influence intéressante sur les cellules cancéreuses impliquées dans le cancer de la prostate.

Une association qui stoppe la progression du cancer de la prostate

Les premières études menées à partir de cultures cellulaires de souris n'ayant pas donné de résultats vraiment probants, les chercheurs se sont tournés vers d'autres molécules actuellement utilisées dans le traitement de l'épilepsie cette fois et utilisant un mécanisme un peu différent.

C'est en associant ces deux médicaments que la prolifération des cellules cancéreuses a pu être stoppée. Cette association d'anti-diabétique et d'anti-épileptique est efficace pour bloquer la progression des tumeurs localisées, mais également pour empêcher l'invasion de la tumeur dans le cas de cancer avec métastases, c'est-à-dire déjà disséminé.

L'efficacité de ce couple insolite et inattendu doit être confirmée chez l'homme et la réalisation d'essais cliniques est d'ores et déjà à l'étude.

Le plus de cette découverte est que les deux molécules incriminées existent déjà, elles sont actuellement utilisées dans le traitement du diabète et de l'épilepsie. Ce qui signifie que, dans ce cas précis, la mise au point d'un traitement contre le cancer de la prostate devrait être plus rapide et moins contraignante. En effet, de nombreuses données et essais cliniques étant déjà disponibles, certaines étapes du processus pourraient être accélérées.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 06 Novembre 2006 : 01h00
Source : Annicotte J-S. et coll., Molecular and Cellular Biology, octobre 2006, édition accélérée en ligne.
A lire aussi
Plus d'articles