Maritchou13
Portrait de cgelitti
Bonjour,

J'ai pris du deroxat durant 5 ans ou ma vie été parfaite, une réussite totale dans tous les domaines. Je prenais 1 deroxat 20mg par jour parfois un peu moins en fonction des périodes.

Voila cependant il y a 1 mois et demi j'ai décidé de mon propre chef d'arrêter progressivement cette AD. J'ai subi le sevrage habituelle de ce medoc. Je l'ai repris immédiatement 15 jours après l'arrêt, mais maintenant ca fait 1 mois que je l'ai repris je n'ai plus aucun effet du médicament comme s'il n'agissait plus dans mon corps. C'est une sensation horrible parce que toutes les choses de la vie deviennent difficile on est pas heureux on a envie de rien faire. Plus rien ne nous fais vibrer.

J'écris ce jour pour savoir si quelqu'un a déjà vécu cette arrêt brutal et a tenté de le reprendre mais plus aucun effet.

Est ce possible que le deroxat n'agisse plus?

Si vous avez déjà vécu cela est ce qu'il faut attendre 2 mois plus je ne sais plus quoi faire ni quoi penser?

(ps: je suis aller voir un psy qui me dit que le deroxat agis mais que je ne le sens pas. Je reste sceptique sur cette avis)

PLEASE HELP ????

Maritchou13
Portrait de cgelitti
Bonjour Mesdames.
Je viens de lire vos messages et, même si mon propre témoignage est complètement différent, vous m'affolez ! Avec ce type de médicament, ilne faut jamais arrêter de son propre chef avant d'en avoir sérieusement discuté avec votre médecin ou votre psy : ce ne sont pas du tout des médicaments anodins. En tout cas, si cela ne vous fait plus d'effet, surtout ne faites pas ce qu'on m'a fait faire etn'augmentez pas trop les doses toutes seules : vous pourriez avoir de sérieux ennuis sans que la dépression elle-même aille mieux ! Moi, je vous conseille de revoir le médecin ou le psy qui vous suit et de tenter peut-être un autre traitement ; tout en sachant que, entre la fin du premier traitement '(ou actuel) et le nouveau, il faut entre une et quatre semaines avant de sentir une amélioration, s'il doit y en avoiv une. En toutcas, règle d'or, avec ce genre de trucs il ne faut jamais décider seule ! c'est trop grave !
Voilà ce qui m'est arrivé pour ma part. Il y a une douzaine d'années j'ai eu mapremière dépression. Le premier traitement donnait pourtant de bons résultats quandle médecin, un beau jour, m'a fait passser au déroxat. Et là, catastrophe absolue : tremblements, problèmes cardiaques, impression de plus en plus forte que j'allais mourir. Et puis il me dit : "vous n'êtes pas bien ? Augmentez !" Surtout pas, me suis-je dit ! J'avais la chance d'être en congés juste à ce moment-là et ai demandé à ma mère, qui vivait alors encore près de Bordeaux dans ma région d'origine, de me prendre rendez-vous chez son médecin, que jeconnaissais un peu l'ayant vu un peu avant de déménager et une autre fois en urgence. Il a changé immédiatement de traitement, et petit à petit je me suis sentie mieux. Malheureusement cela a quand même duré longtemps, plus de deux ans, plus aide psychologique ensuite des années,   mais au moins, cette fois-là, j'avais fini par m'en sortir... Ce qui n'est plus le cas avec ma dépression actuelle. Mais après plusieurs essais peu concluants et avec effets secondaires, je suis revenue justement au médicament de mon médecin girondin, Stablon pour ne pas le nommer, et personnellement, je ne connais pas tout mais dans ceux que j'ai expérimentés il n'y a que celui-là qui réussisse au moins à me redonner une partie de mon moral et à faire ressurgir en moi, très laborieusement et lentement, quelques traits de ma vraie personnalité. Pour autant, je ne vous le conseille pas expressément, chaque personne réagissant différemment, et puis suivant les traitements autres qu'on a il ne faut pas faire n'importe quoi.   Mais cette fois je sens que ce sera beaucoup plus long malgré tout parce que les causes, bien qu'identifiées très vite, ne sont pas éliminées, alors peu d'espoir d'en sortir vraiment tant que la douleur liée à ma maladie gynécologique ne diminuera pas... Bref, Déroxat, pour moi en tout cas c'est certes un nom à retenir, mais surtout pour éviter d'en reprendre ! Maintenant, bien sûr, chaque personne réagit différemment, et même, d'une dépression à l'autre, les signes ne sont pas les mêmes, je peux vous le dire : la première fut très brutale et facile à diagnostiquer, l'actuelle est venue très insidieusement, je n'en ai pas vraiment pris conscience il a fallu qu'un psychiâtre découvre la réalité pour que je cmprenne que mes changements de personnalité, fatigue exagérée, manque d'intérêt, sommeil... constituaient les signes d'une vraie dépression alors que je mettais tout sur le compte de la fatigue due à la fois à la douleur et au décès de ma mère ; je me croyais "seulement" surmenée, en fait non, la douleur a fait un travail beaucoup plus en profondeur en causant très sournoisement l'actuelle dépression, dont je ne sais pas du tout quand et si j'en sortirai ! Envies suicidaires aussi, évidemment, car souffrir jour et nuit, trop c'est trop ! (cela vient d'une endométriose et de problèmes rénaux).
Bon courage Mesdames, et n'hésitez pas surtout à retourner consulter votre entourage médical, cela me semble absolument indispensable même si, comme dans mon cas, des erreurs peuvent être faites ; ce type de traitement n'est vraiment pas anodin, il faut être attentives et prendre soin de vous !
Je n'ose même pas vous souhaiter bonne journée, mais bon courage dans vos parcours !
Cordialement,
Maritchou13.     
karine
Portrait de cgelitti
bonjour je vien de lire ton message et je me retrouve moi aussi jai arretter le deroxat car jallait mieux apres jai pris que la moitier et je suis retomber tres fort dans la depression jai plus envie de rien ca fait 6 ans que jan prend pareil jai l impression que ca fait plus effet la jan reprend un entier mon doc ma dit que ca va aller mieux mais je pense que ca agis plu voila
Sujet vérouillé