camille
Portrait de cgelitti
Salut,

Je suis donc un adolescent de 15 ans, le message que je vais écrire va être long, j'espère que vous aurez le courage de le lire. Merci d'avance

Je ne me suis jamais senti réellement bien dans mon corps, mais je ne savais pas vraiment ce que cela pouvait être. Mais un jour, après des disputes chroniques avec les amis, j'ai totalement pété un cable. J'ai commençé à me trouver énorme, j'ai voulu refaire mon alimentation qui était avant une alimentation " d'ado ". J'ai tenté, tenté... Sans succès, un jour, j'ai décidé de ne plus rien manger, je pensais que d'arrêter tout d'un coup était plus simple.

Pendant a peu près une semaine, j'ai refusé la moindre nourriture, je suis devenu obsédé de la balance, déprimé à vie, nerveux. Je me couchais a 23h00 et m'endormais à 4h00 du matin, à ce moment là j'étais juste " déprimé ".

Puis j'ai enchaîné les disputes violentes du à cette " anorexie " quand on me parlait de la nourriture, c'était l'engueulade. Tout les repas que je passais avec ma mère, c'était un véritable cauchemard, je finissais toujours en pleurs dans ma chambre, culpabilisant d'avoir mangé, même un tout petit peu.

Ma déprime s'enplifiait alors. Je commençais à penser de plus en plus au suicide. Je m'ennuyais, je délaissais toutes mes passions qui m'avaient fait vivre jusqu'ici.

Mais un jour, qui devait être normal, ma mère a fait une crise totale de déprime. Elle n'a pas arrêté de pleurer pendant trois jours. La nuit etc. Elle est parti de chez moi pour se reconstruire psychologiquement pour revenir.

Lorsqu'elle est revenu je suis allé de révélations en révélations familiales. Mon père avait trompé ma mère dans le passé, et à cause de lui j'aavais du déménager deux fois. Et il retrompait ma mère encore une fois. Il faut savoir que pendant plus de 5 ans, je voyais mon père

2 minutes par jour quand il passait. Bref... c'est bien plus compliqué mais l'éssentiel est là. Je me retrouvais à la rue avec ma mère et mon frère. Heureusement mon père nous accordé de rester dans la maison, lui allait habiter chez sa maîtresse. Pendant environ 3 mois, rien n'a bougé, ils se sont engueulés, engueulés pour savoir si oui ou non ils n'étaient plus ensemble. Mon père était devenu un véritable légume, ne sachant prendre aucune décision, on stagnait, ma mère s'enfonçait dans la dépression, mon frère devenait de plus en plus toxicomane et moi, je devenais une sorte d'anorexique, déprimé, énervé. Bref je déteste mon père mais je ne lui dis pas, j'ai tellement pitié.

J'ai eu plusieurs étapes dans cette déprime, tout d'abord, l'élimination de tout poivre, sel, beurre etc... dans les seuls repas que je devais passer avec ma mère. Puis cela a été les tentatives de vomissements pour toujours maigrir. Je me trouvais énorme, laid tout ce que vous voulez dans le négatif. Niveau amitié, c'était au plus bas, je détestais tout le monde, je n'avais pas les mêmes idées que tout le monde. On m'a dit " surdoué " pendant un moment à cause de ma maturité précoce, personnelement je n'y crois pas. Tout cela pour dire que je me suis enfoncé dans tout ce qui était " maigrir ".

J'étais affreusement déprimé, je pleurais tout les jours, je faisais des crises d'angoisses, bref l'horreur...

Ensuite a été l'automutilation. Je me taillaidais le bras avec une plume, au début, c'était bégnin mais cela est devenu de plus en plus profond, de plus en plus fréquent. Ensuite j'ai vu mon poids dégringoler, mais moi j'étais toujours cette masse graisseuse immonde pour 1m72 avec un poids de 45 Kg. Je ne suis jamais redescendu plus bas. Je suis remonté, je ne sais pas vraiment comment, mais la déprime elle aussi augmentait. J'ai d'abord tenté de me suicider aux médicaments. Rien.

Puis est venu une crise d'angoisse bien plus puissante, a cause du stress, je suis devenu totalement angoissé, j'ai erré dans la ville 30 minutes pour arriver a mon cours de piano, dans un état déplorable en hurlant, m'accrochant à mon professeur en disant " on va me tuer. On veut me tuer ! J'ai peur ! " Transpirant de partout, en contrôlant plus aucun de mes gestes, pleurant alors que je ne savais pas comment. Donc les pompiers sont arrivés et j'ai eu une prescription de médicaments contre le stress. J'ai commencé à abuser de ces médicaments, puis aussi de l'atarax, un médicament qu'on m'avait prescri pour un scanner cérébral. Bref jusqu'à là... Déprime totale.

Et maintenant, je maigris toujours, je me déteste, je veux mourir, j'espère que quelque chose me tue, je ne sais plus vraiment qui je suis. J'ai l'impression d'être homosexuel mais aussi hétérosexuel mais avec une famille sur ses univers moraux de merde ainsi que sur les valeurs qu'on leur a appris lorsqu'ils étaient petits, impossible de s'affirmer. Ne pouvant rien dire, mes parents ne me comprennent pas, j'ai l'impression de jouer un rôle " l'enfant heureux qui n'a pas de problème ", je suis différent lorsque je suis moi même. Quand je leur gueule dessus pour leur faire comprendre que je ne dis pas que des mots mais des sentiments, ma mère ne comprend rien, elle est là " oh, ma petite chochotte, allez mange " ; " Oui c'est sur, t'es très gros ! " ; " Allez, c'est ça, comme si tu avais mal au ventre après avoir mangé le peu qu'il y a dans ton assiette ". Je me sens étranger de cette famille, je ne reconnais plus personne, les parents avec des réflexions intéressantes sur le monde et notre environnement ont disparu. Mon frère assez introverti, devenu drogué, ma mère ne sachant plus rien contrôler. Les engueulades tout les jours.

Je me sens vide, sans rien, je regarde quelques chose, je ne réalise pas que c'est quelque chsoe qui va m'apporter. J'ai l'impression d'être inutile, que c'est inutile de vivre, que les gens sont égoïstes. J'en ai marre de cette existence de merde. Cela fait donc plus d'un an et demie que je suis déprimé, que je chiale comme une merde et que je me taillaide et me sens exclu de cette société, de ces gens.

Merci de m'avoir lu.

Peut-il s'agir d'une dépression ou est-ce juste un passage de déprime ?

Merci d'avance pour vos réponses.

ado75
Portrait de cgelitti
Merci de m'avoir répondu.
La honte qui m'empêche d'aller voir un spécialiste est que ma mère considère toute personne qui va voir un psy étant un fou, faible etc...
Ma mère va juste voir son médecin, et a des prescriptions d'anti depresseurs grâce à celui-ci.

Je ne sais vraiment pas quoi faire, je suis à bout, j'avais la motivation pour le psy mais maintenant, quelque chose me retient comme ci j'avais autre chose à faire.
J'ai de plus en plus de ce que j'appelle " des crises de vie ". Je m'explique, après avoir légèrement manger, ou n'avoir pas fait de sport intensif de la journée, je commence à m'activer, abdominaux, tractions, footing etc... Jusqu'à mon épuisement total.
De plus, pour conclure le tout, j'ai des migraines chroniques assez violentes. J'ai des problèmes intestinaux, des sortes de douleurs comme pour l'appendicite que le médecin dit comme étant à cause peut être du stress et de l'angoisse.
J'aimerai perdre du poids sur mes fesses et sur mes joues. Et je suis obsédé par mes joues, je les trouves énormes, si je pouvais faire quelque chose pour " aspirer " la graisse de celles-ci pour les creuser. Je sais c'est tout à fait bizarre d'être focalisé sur ses joues. Et mes fesses, alala, si je pouvais les enlever...
Je sais, il faut que je fasse le pas mais je n'ai plus trop le courage d'affronter le regard de ma mère.
camille
Portrait de cgelitti
je te comprend moi! je suis moi même en grave dépression! je n'en peu plus je suis à bout de la vie! je suis sous antidépresseurs mais ça ne fait rien! ma mère je ne la supporte plus, je vis seule avec et c'est un enfer elle est constament en train de me geueuler dessus! bref je pense moi aussi tous les jours à me tuer!! il faut absolument que tu voit un psy je te jure! moi même je commence une thérapie demain! courage!!!!
ado75
Portrait de cgelitti
De plus, cela peut paraître inutile, du jour au lendemain je me suis habillé uniquement en noir, ne voulant plus jamais mettre de couleur. Lorsque je mets de la couleur, je suis mal, je me sens vraiment pas bien.

Je n'ai plus aucune envie d'avoir une petite amie. Je ne vois plus aucune relation. Je crois que mes amis me détestent, me trouvent inutiles, j'ai l'impression d'être con par rapport aux autres.

J'ai énormément envie d'aller voir un psy, quelqu'un qui pourrait m'aider, mais, quelque chose m'empêche, la honte et l'impression qu'on ne me prendra pas au sérieux.
De plus, j'ai des attaques de rages très fréquentes. Je passe de l'euphorie à la déprime totale en quelques secondes. Franchement, je suis à bout, à bout de cette vie. Je n'arrive pas à exprimer ma tristesse. Je suis vraiment désolé de craquer lamentablement aujourd'hui et d'écrire un message aussi long et con peut être... Qui sait ?
Mamie
Portrait de cgelitti
J'ai lu attentivement vos posts. Vous êtes en pleine crise d'adoslescence et vous baignez dans un climat familial malade et malsain pour votre équilibre. Vous avez des problèmes avec votre image et cela vous déstabilise. Je vous conseille consulter un pédospsy rapidement. Demandez à votre médecin de vous diriger vers ce spécialiste. Il ne faut pas rester comme ça, seul. Vous avez besoin d'aide.
N'ayez pas honte de consulter, ces médecins spécialistes connaissent ce genre de problème. Des adolescents malades de leur famille, ils en voient tous les jours. Allez courage, ne gâchez pas votre vie à attendre faites un pas.
Bon courage à vous.
camille
Portrait de cgelitti
jevoulais rajouter : tu a besoin que quelqu'un qui te comprenne alors je te jure va voir un psy et fait une thérapie avc il n'ya que ça qui peut t'aider! de plus ça se voit que tu as besoin de parler et d'extérioriser ta souffrance davant des personnes neutres donc va vite voir un psy!!! courage!!!!
Sujet vérouillé