betty
Portrait de cgelitti
Bonjour

Voila, je fais ma 1ere vraie dépression depuis maintenant mars 2006...disons que je suis traitée médicalement depuis mars, mais mon état dépressif est apparu en novembre-décembre 2005, après une rupture difficile avec mon ami et des difficultés à trouver du travail. J'ai 26 ans, j'ai déménagé fin février apres avoir du cohabiter avec mon 'ex" faute d'avoir un travail, j'ai quitté mes repères et ma famille (bien que je ne sois pas bien loin géographiquement) pour une ville ou j'habite seule, sans ami(e)s, et finalement, j'ai perdu mon travail.

Depuis mars je suis sous antidepresseurs (Zolof je crois...j'avais le générique). De 50 mg par jour je suis passé a 100 mg, et au bout de 3 mois, je me repointe chez mon généraliste pour lui avouer que ca ne va pas mieux du tout (entre temps j'avais perdu le travail pour lequel j'avais déménagé, rencontré un mec qui m'a fait souffrir, et eu un décés dans ma famille)...

J'ai des idées suicidaires tous les jours, je me leve et me couche avec, j'étudie tous les scénarios possibles...mon généraliste se sentait impuissant face à mon état et m'a prescrit du Ixel 100 mg par jour (+ un anxiolytique le soir)..ca fait une semaine que je le prend, et j'ai beaucoup de vertiges, des sueurs froides, comme si je transpirais froid environ 1h apres la prise du médicament, et j'ai des fourmillements dans les mains et les avants bras régulierement... Est ce du au changement d'antidepresseur?

Je pleure encore souvent, trop, tous les jours, j'ai encore des idées noires, je n'arrive plus a me motiver pour trouver du travail après des 50aines de lettres de refus...je ne trouve plus la force et le courage.

Mon médecin m'a meme dit, ca serait dommage que vous sautiez du balcon, vous n'avez pas de cancer, vous etes encore jeune, et du travail vous en retrouverez...J'ai trouvé ca très déplacé comme remarque, et j'ai presque honte de retourner le voir dans 3 semaines pour faire le point sur mon traitement et mon état, car rien ne s'améliore, et j'ai l'impression qu'il me rend responsable de mon état.

Je n'ai pas du tout envie d'aller voir un psy, j'y etais déja pendant 2 ans il y a quelques années, et ca n'avait pas aidé a résoudre mes somatisations...

Aujourd'hui, je suis au plus bas du bas, je n'arrive plus a croire en rien, je ne crois plus en rien, les médocs me rendent malades (chaud/froid, tremblement, taccychardie, crises d'angoisses, nausées, pertes d'appetit...) je ne vois pas d'issue...

Quelqu'un connait il Ixel? combien de temps faut il pour sortir d'une dépression à idées suicidaires?

Merci pour vos témoignages...

Jenny,
Portrait de cgelitti
Meggann, NELLY,

Je vous percois comme 2 personnes intelligentes et très sensibles. Alors, je vous en prie, restez avec nous. Vous etes des personnes qui sont "necessaires" sur terre.

Je comprends vos envies de suicide : je les ai ressenties et j'en ai faites. La derniere que j'ai faite il y a 15 ans : j'ai avaéé des anxiolitiques et antidepresseurs à fortes doses. Je me suis retrouvée dans le coma. Heureusement, des recherches avaient été lancées : on m'a retrouvé in extrémis et j'ai survécu in extrémis. C'est à dire que j'ai eu la chance de m'en sortir sans séquelle. Si on m'avait retrouvée quelques heures après, ou je mourrais ou je restais handicapéé.

Sinon, j'ai vécu cette terrible dépression à 35 ans. Come je te l'ai dit Meggan, je crois, j'en ai aujourd'hui 50 (l'age de tes parents) et je vais mieux, toujours anxieuse bien sur mais je suis comme ca. J'appprends à vic=vre avec cette fragilité.

Je ne pense pas que ce sont les dernières solutions que vous recherchez. Moi, je voulais ne plus souffrir (j'avais des angoisses teribles) et je me croyais inutile car je n'avais plus de force, plus de volonté. Je me croyais inutile. C'est ca la depression, c'est difficile mais on s'en sort.

J'ai trouvé un bon psy (après 1 premier déplorable). Nous n'avons pas trop fouillé le passé mais j'expliquai les anxiétés que je ressentais alors, on n'en parlé. Je savais que j'allais le revoir une semaine après. Cela me faisait patienter.

J'avais une famille qui m'a aidée au long de ma dépression mais c'était déjà tard. Je n'arrivais plus à me lever, m'occuper de mon jeune fils, j'ai du arreter le travail (qui était en grande partie responsable de ma dépression).

C'est vrai qu'à un certain moment, j'ai été hospitalisée pour me protéger. Je suis restée 10 jours à l'hopital. Ne crois pas méggann que c'est une faiblesse que de faire appel à des personnes extérieures. Au contraire, car la famille au bout d'un moment est débordée,ne comprend plus. Il faut alors une personne de l'extérieur pour t'aider. Pourqoui crains tu le jugement de ta famille puisqu'à l'heure actuelle, elle ne peut t'aider.

Tu es adulte je pense et ta famille n'a pas à intervenir dans tes choix de guérison.

Nelly, je te dirai comme à Meggan, ne reste pas seule. Vois une personne extérieure. As tu une amie qui pourrait t'aider dasn cette démarche.

Bonne soirée à toutes les deux, à très bientôt (mon fils, en core en vacances) me réclame l'ordinateur.
franceline
Portrait de cgelitti
Meggan, tu n'es pas bien dut tout, et ta famille ne comprend rien, mais il y a des gens comme ça qui ne peuvent comprendre et, ans le vouloir, enfoncent les autres davantage.
Pour l'instant, oui, il faut appeler un autre médecin ou voir une consultation en urgence à l'hopital, il y a des psy de service, et demander une hospitalisation,une maison de repos; tes médicaments sont mal adaptés, ou inefficaces..
ou appelle ce docteur de ton enfance.. mais ne rete pas à pleurer, fais toi aider..
Bises.. dis nous ce que tu envisages pour sortir de là..
Meggan
Portrait de cgelitti
Merci Jenny pour ta réponse....

comme tu peux le voir, je suis loin de voir le bout...il est 3h du mat et prise d'angoisses, je n'arrive pas à me coucher.
Aujourd'hui j'ai eu un appel négatif concernant mes recherches d'emploi, et j'ai contacté les autres ou je n'avais pas eu de réponse...TOUT s'est avéré négatif...!!! Trop de candidats pour un même poste, et forcement, j'ai jamais la bonne expérience qu'il faut pour être dans les selectionnées. Je vais chercher mon courier, encore une réponse négative... 3 le même jour...je n'attend plus de réponses...j'en ai marre...

J'ai pleuré 2 heures de suite cet aprem, sans pouvoir m'arreter, seule dans mon appart, a me morfondre, rien mangé à midi, ras le bol global...
J'ai meme appelé ma mere apres ma crise, pour lui dire mon bilan de mes recherches d'emploi et j'ai pleuré au téléphone, et je l'ai senti impuissante, elle m'a dit, elle peut rien faire pour m'aider. Elle regarde les offres d'emploi, mais trouve rien non plus pour moi. On a réfléchi ensemble aux possibilités, mais il n'y en a pas...comment déménager et trouver un bail sans travail et avec une modique indemnité chomage? Et déménager pourquoi? dans quel but? me sentir moins seule en me rapprochant de ma famille?...je ne sais meme plus.

J'en peux plus, j'en ai marre de souffrir,de sentir mon coeur à tout rompre, de ses nausées permanentes, de ruminer tout ca, de me sentir si seule et si inutile sur terre.
Un ami est passé ce soir, il s'inquiete, et je m'inquiete pour lui, car il a des sentiments pour moi, et ma dépression déteind sur lui. Il ne mange quasi plus à cause de moi, il rumine tout toute la journée au boulot. Je me demande si c'est bien que je continue a le voir, car il m'aime et souffre de me voir comme ça, et souffre aussi que je ne l'aime pas en retour.

J'ai déja voulu faire comme toi, Jenny, avaler toute ma boite d'antidepresseur et d'anxiolytique et un betabloquant piqué discretement a ma mere, le tout arrosé d'un bonne demi bouteille de vin...mais j'ai peur de me rater, de tout revomir, ou pire, me retrouver un légume si je m'en sors...

Quand je prend la voiture pour aller dans ma famille, ou juste faire quelques courses, je pense comme Nelly...au suicide, à mourir...je ferme parfois les yeux en roulant...mais putain jamais je sors de la route... Je roule comme une sauvage, double sans visibilité, je fais tout pour me planter, mais je me plante pas...Et j'arrive entière chez moi, avec encore en prime une déprime + profonde. Pourquoi les anges ne m'appellent pas à eux pour mettre fin a ma vie de souffrance????
Pourquoi ce sont des gens biens, parents, ou amis qui meurent brusquement dans un accident, alors qu'ils etaient heureux EUX..si je le pouvais, j'échangerai ma place avec une de ces personnes, sans hésiter. Tous les soirs en me couchant...enfin ..tôt les matins en me couchant, je ne souhaite qu'une chose, ne plus me réveiller.
Voila deux jours de + que je prend Ixel, et toujours aucun signe positif sur mon etat d'esprit... Pourquoi je me sens pas mieux, pourquoi ca ne me soulage pas un minimum???
C'est pas une vie, d'etre seule, avec pleins de douleurs, sans travail, sans amis, sans buts....c'est pas ca la vie telle qu'on me l'a expliqué quand j'étais jeune et pleine d'espoir.
Aujourd'hui, je vais sur mes 27 ans, et je ne crois plus en rien. Une partie de moi est déja morte, et l'autre se consume tout doucement, dans la rage, la douleur, et l'incompréhension....

Nelly
Portrait de cgelitti
aidez moi aussi, je connais la depression depuis que je suis mariée (un ans) et cette depression se caracterise par la manque d´ambition, les idees sucidaires, la fatigue, la rupture de tous mes cantacts avec famile et amies, nervrosite envers tout, trop grande susceptibilite. mon mari en SOUfre et ne me reconnnait meme plus, mais son amour pour moi le rend tolerant et patient. ma depression est du au fait que je me posais trop de question avant le mariage et apres le mariage ces memes questions de renouvellent, et je me rends compte que j´ai fait un mauvais choix du mari, doux, beau mais je vois que je devais avoir peut etre d´autre critere.... je refuse de me reconnaitre cela, de me pardonner et mon mari qui est si amoureux d´avoir enfin la femme de son reve.... je passe mes journees a pleurer, a me maudire, a faner... toutes mes activites sont au ralenti. Jusqu´a quand? vraiment aidez moi. aujouddhui j´ai prononcer le mot suicide plus de 5 fois. mais je suis chretienne et seul le fait d´avoir pensé a cela me rend encore plus depressive, car pour une chretienne que je suis, c´est vraiment etre tombée tres bas avec des idees de suicide...
Meggan
Portrait de cgelitti
rebonjour

finalement je suis allé chez le médecin cet apres midi déja, car j'avais vraiment trop mal au coeur, je me sentais trop nerveuse, agité, angoissée....
j'ai pris RDV, et il m'a dit que ca n'allait pas, que je réagissais mal au traitement, que j'ai un syndrome sérotoninergique (qu'en gros ca m'agite, m'angoisse, me fait mal dormir, et met mon coeur en danger à cause d'une tacchycardie trop importante (mon coeur battait encore + vite que la derniere visite!!!)
En gros, il m'a dit que j'ai trop d'effets secondaires et contraires au effets recherchés, et je vais donc arreter l'Ixel progressivement sur une durée de 15 jours.
Il m'a prescrit + de Xanax (4 par jours) pour essayer de calmer mes angoisses et que je retrouve un rythme de sommeil + régulier, et m'a prescrit un bétabloquant pour le coeur, car je peux faire un malaise (fatal??) a tout moment dans l'état ou je suis.
Je dois le revoir dans 15 jours, a la fin de mon sevrage Ixel, et il verra en fonction de mon coeur et de mon état s'il continue a me donner des antidepresseurs, car il pense pas que je sois vraiment dépressive !!!!!!!!!!!! (bonne nouvelle??????????????)
(je rappelle que c'est le 2eme médecin que je vois, que c'est pas lui qui m'avait jugé "depressive" mais le 1er medecin qui ne m'a pas convenu)

Alors je ne sais plus quoi penser...j'espere qu'une chose la, c'est que mes effets secondaires + que désagréables et douloureux même s'estompent vite, que je puisse retrouver un peu le sommeil, et que je sente une acalmie dans mon coeur semblable à une mer déchainée...
Je ne sais pas ce que donneront ces 15 prochains jours de "sevrage" a l'ixel, et comment je serai apres, et quelle suite le médecin va donner ...
J'attend de voir.
Jenny
Portrait de cgelitti
Meggan,

Je suis au bureau en ce moment. Je viens de lire ton message. Même si tu n'as pas la grande forme, je vois que tu as fait un très bon geste et preuve de courage en allant voir ton pharmacien et ce docteur.

Je suis vraiment contente pour toi. Ton cas me rappelle tellement le mien. Je te parlerais plus longuement ce soir en rentrant et répondrais à tes questions.

Biz
Jenny
Portrait de cgelitti
Megann,

Ne peux tu pas demander un rendez vous chez le cardiologue ou demander un rendez vous à hopital pour voir un vrai psy (je sais que tu n'en a pas trop envie moi, ce sont quand même des spécialistes, le dernier m'a sauvée) ? Je ne pense pas que le sevrage sera difficile car tu ne le prends pas depuis trop longptems. As tu reparlé à ta famille.

Si ce médecin ne te juge pas en depression, en effet, c'est plutot une bonne nouvelle.

Prends soin de toi Mégann et à très bientôt (mon fils a faim, normal .. Je dois te laisser).

Passe une bonne nuit.
Jenny
Portrait de cgelitti
Meggan, Nelly,

Ou en etes vous toutes les deux.

Megann, es tu allée revoir le médecin qui me semblie très psychologue ? Nelly, as tu appelé toi un médecin ?

Il est vrai qu'il vaudrait mieux une jambe dans le platre qu'une dépression. Au moins, on sait combien de temps le problème va durer. Bien sur, la vie ne nous donne pas le choix. Mais on s'en sort on ne va pas dire du courage car il est très difficile d'en avoir dans ces moments là mais on s'en sort avec la force qui est enfouie au fond de nous mais elle est là.

Je suis de tout coeur avec vous.

Jenny,
Portrait de cgelitti
Megann,

Je pense que tu as la chance (tu a eu la volonté de t'en sortir), par l'intermédiaire de ton pharmacien, d'avoir trouvé un bon médecin. Je sais que tu traverses un période très difficile, insupportable.

Je pense aussi qu'il faut que tu mettes quelque temps entre parenthèse ta recherche d'emploi. Tu fais ce que mon médecin me disait : de l'hyperactivité cérébrale. Alors crois moi, pose toi quelques jours, quelques semaines : la terre n'arrête pas de tourner. Recentre toi sur l'essentiel : ta santé, ton bien être. A un moment donné, mon agenda était rempli comme celui d'un ministre : des obligations me disais je.

Repose toi l'esprit, va à la bibliothèque. Je ne connais pas d'endroit plus relaxant. Sita te propose de partir en vacances. En pleine dépression, je ne pense pas que tu en profiteras.

Vois dans ta ville s'il n'y pas besoin de bénévolat (dans le domaine qui t"intéresse). As tu pensé à des clubs de marche : tu t'oxygénes, rencontres d'autres personnes en famille, en couple ou "isolées" : renseigne toi auprès de l'office de tourisme de ta ville. Il existe pleins d'activités gratuites.

Je sais qu'il faut de la force pour tout çà mais je sens qu'au fond de toi, tu es très forte. Lance toi.

Ta famille ne semble pas comprendre la situation.ommage pour toi, mais la vie ne s'arrete pas à la famille, heureusement.

Nelly, fais comme Megan, lance toi. Vois un médecin en premier lieu quel que soit l'intermédiaire. Il faut absolument en parler à un praticien. Ne croyez pas que vous serez assommée de médicaments. J'ai toujours été suivie par des médecins trés compréhensifs. Il ne s'agit pas de quantités, mais cela aide. Vous seules êtes juges.

D'un autre côté, Mégan, demandes à ton médecin l'adresse d'un psy ou de participer à des groupes de parole. Il n'y a pas de honte. Franchement, pense à toi d'abord. Peut être le medecin te suffira t'il s'il est très psychologue et disponible. Si tu ne vas pas bien, n'hésite pas à l'appeler, tu ne risque rien par un coup de fil !

Megann, ton médecin ne t'a t'il pas donné un sommifère qui te permette au moins de dormir quelques heures la nuit pour "affronter" la journée ?

Allez bisous à toutes les deux , passez la meilleure nuit possible (un bon bain moussant avec bougies ?). J'attends de vos nouvelles.

Mon adresse e mail : iciclf27@aol.com

sita
Portrait de cgelitti
Meggan, de te conseille de partir en vacances, oublie tes demande de bourse... cherche d´abord a recouvrer la guerisson, tu ne sortiras pas de ta depression si tu as encore de soucis de ce coté. Quant a nelly, j´avoue que c´est un peu difficile puisque c´est dans ton foyer que tout se passe et que ton mari tu le vois chaque jour et tu te culpabilise. si quelqu´un peu apporter d´autres suggestions a ce niveau ce serai tres important. Tu es chretienne, comme tu le dis, donc s´il te plait, cela devrait te permettre de rendre grace pour la vie que ton Seigneur t´adonnée gratuitement,et non la refuser! accroche toi a ta foi et crie NON NON NON au suicide et trouve le reconfort dans la prieres en groupes...
Soyez braves

Pages

Sujet vérouillé