Daguy
Portrait de cgelitti
Mon ex compagnon souffre de grands passages dépressif et a tous les symptomes des personnes bi-polaires. Je l'encourage à consulter un spécialiste mais il ne veut rien savoir et dit que persoone peut l'aider. en plus, il recommence à boire alors qu'il avait arréter depuis un an et peut étre trés violent dans ces cas la. Comment puis-je l'aider et le convaincre ? mERCI
cathy08@skynet.bebye
Portrait de cgelitti
cathy, bonjour,
je m'appelle sophie, j'ai 34 ans,3 enfants, une vie un peut trop chagée qui m'ennuie, qui pour moi n'est que contrainte. j'habite dans le sud est de la france.Je suis comme toi, je me bat au quotidien contre mes angoisses (peur de la mort, peur de la maladie, combien de temps vais-je vivre, et mes proches?)Que de questions qui me grignote à petit feu et qui m'empeche de profiter de mes enfants et de mon mari.Ce qui me gene le plus c'est que ces angoisses me rendent malade et j'ai du mal à m'alimenter. J'ai commencer une psychanalise de soutien il y a environ un mois à raison de deux fois par semaine (par une psycologue clinicienne)Ceci fait beaucoup bouger de choses en moi, un mal etre, une angoisse plus forte,et je me rends compte petit à petit à petit que jusqu'à maintenant je vivais pour mon mari et mes enfants, que j'ai absorber le stress de mon mari et de ma mère pour les réconforter dans leur mal etre, mais que je ne vivais pas ma propre vie, je ne fais rien qui me plaise, que de contrainte.tu vois, je pense que ces angoisses peuvent venir de quelque chose au quotidien qui ne te convient pas ou que tu as un problème avec le passé, quelque chose qui t'a marqué pendant ton enfance. raconte moi un peut tout ca, on arriverra peut etre en se serrant les coudes à se sortir de ce mal etre. Pour moi en tout cas, je le vois commeun sos de notre corps
Je t'embrasse. sophie
georges
Portrait de cgelitti
Je ne sais pas si je suis bipolaire. Les tests que j'ai faits me situent à la limite, en "border line". Un psy que j'ai consulté m'a d'ailleurs parlé de ces états limites. C'est comme une frange floue qui permet de ne pas mettre d'étiquette, mais je sens que cette frange est mouvante et peut "déborder" dans un sens ou dans l'autre. Alors, peut-on être "bipolaire" par moments ? Et y-a-t-il un moyen d'éviter ces moments ? Si je me laisse aller, je sens que j'y glisse malgré moi. Si je décide de voir le passé en négatif et l'avenir en positif, ça marche, tant que j'ai l'énergie de le faire, mais comment entretenir cette énergie ? Existe-t-il un traitement ou des oligo-éléments qui pourraient y aider ?
J'ai vécu trois ans avec une femme qui en a elle-même tous les symptomes. On se complétait admirablement, mais elle était trop possessive. Quand elle sortait de son travail, elle n'existait que par moi et ne supportait pas que je l'abandonne pour faire quelque chose avec d'autres ( théâtre et volley). Je n'en pouvais plus et j'ai provoqué la rupture, seulement, depuis, elle me manque. J'ai l'impression d'être amputé de tout ce qu'elle m'apportait. Elle a rencontré un autre homme et bizarrement je n'en suis pas jaloux, bien que je ne parvienne pas à me détacher d'elle et à faire le deuil de cette relation. Cela fait maintenant quatre mois et elle est toujours aussi présente en moi. J'ai rencontré d'autres femmes, mais je ne parviens pas à m'engager avec elles. j'ai l'impression qu'une part de moi n'y serait pas. Qui saura me donner la recette pour qu'elle ne soit plus qu'un souvenir ?
DAGORNE
Portrait de cgelitti
[QUOTE=cathy] j'ai 30 ans maman de deux enfants je suis une maniaco dépressif bipolaire je ne sais plus quoi faire ni vers qui me tourner
je fais peur pas moi mais la maladie c'est une souffrance journaliere et croyez moi pas facile a gerer
la mort oui j'y repense ou plutot elle me hante mais jusque quand pourrais-je lui refermer la porte je ne sais pas je ne veux pas suivre de traitement au lithium il me fait peur tres peur si vous aussi vous etes malade contactez moi un depressif ne peut etre compris que par un depressif
cathy08@skynet.be bye
[/QUOTE]
fab
Portrait de cgelitti
[QUOTE=na] [/QUOTE]
Slt; je te donne le bonjour pour commencer
Je ne suis pas médecin mais quelqu'un qui connait très bien le sujet vu que je traîne ça depuis de trop nombreuse années ! Si ta moitié se remet à boire il faut que toi de ton coté tu comprennes que pour lui c'est une échapatoire à la souffrance ressentie ! Perso j'ai arrêté ça et depuis les choses ont évoluées à grand pas ! L'idéal est que toi tu arrives à lui faire toucher du doigt qu'il est en train de se finir ; il n'ya pas de miracle s'il ne prend pas conscience de son état et qu'il se refuse à tout effort en ce qui concerne les soins VOUS AUREZ DU MAL A FAIRE LE JOINT
Quoi , qu'il en soit tu n'es pas "dans sa tête " et je te promets qu'il n'y ferait pas bon !
La souffrance morale et physique procurée par ce type de maladie est infernale donc seul lui est en mesure de s'aider tu ne peux que l'aider du mieux que tu pourras avec tes crises de larmes et tes angoisses !
C'est malheureux mais c'est comme ça ; essaie de le sensibliser par les sentiments et évite les menaces (sources de conflits)
Mon épouse à supporté tout ça une dizaine d'années et mes parents environs autant au paravant
Alcool ; drogue et violences étaient mon quotidien plusieurs mois par ans ;Un matin , au saut du lit j'ai dis " j'arretes tout ! " et je l'ai fais ; j'ai eu le bon déclic mon couple était en danger
Mais ; je ne te cacherai pas que ce n'est pas la panacée , aujourd'hui encore il y a des hauts et des bas ;mais c'est positif car sans tous ces produits hallucinatoires le rééquilibrage se fait beaucoup plus rapidement et je te garanti que je me sens quand m^me beaucoup mieux et ai retrouvé une joie de vivre que je croyais perdue à jamais
En conclusion accroche toi du mieux que tu puisses je sais en connaissance de cause que c'est l'enfer pour toi mais ne perds pas de vue que pour lui aussi et tu es à l'heure actuelle son meilleur point de chute , il faut que tu gagne sa confiance et qu'il accepte de voir un médecin (perso évitez les hôpitaux qui ont la fâcheuse manie de faire "" des expériences""
Mon GENERALISTE a utilisé le LITHIUM avec un traitement de cheval sur 15 jours 3 semaines puis diminution progressive du traitement et là je ne prend plus que du lithium et ponctuellement un endormisseur afin de palier au manque de sommmeil
ET CA ROULE BIEN
Soit courageuse et patiente @+
je te laisse un mail si ça te tente PROJETS5X@AOL.COM
CATHY
Portrait de cgelitti
slt sophie
je suis tres contente d'avoir recu enfin une reponse

enfin je ne sais pas te joindre en entrant ton adresse je réesayerais plus tard
bon courage a toi et encore merci
ange-cathy@hotmail.be
je t'embrasse bye
Sindy
Portrait de cgelitti
Bonjour,
Voilà mon mari est Bi-Polaire, il a eu une phase maniaco-dépressive il ya deux mois. Au début il refusé de se faire soigner car il disait qu'il allait bien,qu'il était même heureux et que c'était moi qui devais me faire soigner. Il a quand même fini par accepter de prendre ses risperdal. Il commence à avoir une attitude "normale", des idées moins délirantes. Mais maintenant il me dit qu'il souhaiterai arrêter ses cachets parce qu'il dit qu'il va bien et que de toutes façon les risperdal lui détruit ses neurones. J'ai peur, je ne sais pas quoi faire pour le convaincre de continuer.
J'ai un petit bébé de un an et cette phase a été pour moi très stressante. je ne veux pas revivre ça, je crois que je ne suprterai pas encore ces exhaltatin d'humeur et je ne veux pas faire subir cela à mon enfant.
S'il vous plaît répondé moi, j'ai besoin que l'on m'aide!
J'espère avoir de vos nouvelles,à bientôt
Sindy
let_it_be
Portrait de cgelitti
Il est vrai que seul une personne ayant subi une profonde depression peut au mieux comprendre un dépressif.
La depression, à son paroxisme, est quelque chose d'indescriptible qui touche l'être dans son ultime profondeur.
J'ai 24 ans depuis peu et je suis passé par des étapes difficiles dans ma vie. Des choses qui m'ont fait énormément souffrir. J'ai connu la dépression, dont une particulièrement qui a durée une semaine et qui a à jamais marqué ma vie. Le "pire" dans sa définition ... une chose que je ne souhaiterai jamais à mon pire ennemi.
J'avais 20 ans.
Ce fut un tournant de ma vie. J'en suis ressorti bien plus fort, au fil du temps. Avec le recul, je peux affirmer que cette expérience m'a plus que fortifié.
Je souffre, enfin j'ai beaucoup souffert du trouble panique. Depuis tout petit. Je me souviens de mon enfance, de mes crises d'angoisses la nuit, seul. Je me souviens de ma mère, de son amour à mon égard qui la poussait à m'accompagner lors de mes crises, et ceci même si elle n'en n'avait jamais connu, elle. Je me souviens de mon adolescence, de mes attaques de paniques quotidiennes au lycée, dans le bus ou en plein cours.
Je me souviens aussi des diverses rencontres faites tout au long de mon parcours. De certains médecins sans aucunes empathie, les pires ... à des médecins fabuleux qui avaient du respect pour leur métier et donc pour leurs patients.
Une thérapie a permis de me reconstruire semaine après semaine, mois après mois ...
Aujourd'hui je dis que ces étapes ont permis de me faire voir la vie, la vrai, celle qui ne vous laisse pas dans l'indifférence. Je prends mon parcours comme exemple, tout comme vous, vous le faite à citer le votre.
Je prends ces étapes de ma vie comme une chance, car, qui me contredira si je dis que personne ne pourra ressentir les difficultés de ces épreuves si elle ne les a pas traverser elle même.
On se sent toujours plus proche des personnes avec lesquelles on a des points communs, des passions communes, ou avec lesquelles on a partagé des expériences, des sentiments, des sensations.

Pour faire un bilan, ici, maintenant, je me dis souvent que je peux être fière de moi. Quand je vois d'où je suis parti et que je regarde où je suis, ou encore quand j'aperçois où je me dirige ... je me félicite d'être là aujourd'hui, simplement.

Surmonter son mal est une chance qui n'est pas donnée à tout le monde. Les gens dénués d'expériences sont des gens à mes yeux et le plus souvent peu crédibles. Maintenant, il existe des tonnes de possibilités pour résoudre ses problèmes, certaines plus efficaces que d'autres. Maintenant aussi, il existe le courage, la volonté, la motivation, entre autres. Ce sont des paramètres primordiaux qui aident à traverser les tempêtes.

La bipolarité je connais parfaitement. Les tempêtes mais aussi les jours de soleil ... la vie en est faite ... j'apprends à réguler, j'apprends à reculer, car prendre du recul c'est important. Des hauts et des bas. Ta valeur est mesurée dans ta capacité à les traverser.

Voilà. J'espère vous avoir fait un peu voyager ...

Christophe.
Christophe
Portrait de cgelitti
dd
dumont
Portrait de cgelitti
[QUOTE=na] Mon ex compagnon souffre de grands passages dépressif et a tous les symptomes des personnes bi-polaires. Je l'encourage à consulter un spécialiste mais il ne veut rien savoir et dit que persoone peut l'aider. en plus, il recommence à boire alors qu'il avait arréter depuis un an et peut étre trés violent dans ces cas la. Comment puis-je l'aider et le convaincre ? mERCI[/QUOTE]
dabouchine
Portrait de cgelitti
bonjour à tous les concernés
pourriez-vous me donner les symptômes de la bi-polarité car mon psychiatre n'a pas l'air de diagnostiquer cette pathologie alors qu'une psychothérapeute me parle de prescription de lithium, dépakine. Mon psy actuel me prescrit des anti-dépresseurs, des anxyolitiques,un thymorégulateur, un anti-psychotique et des somnifères. je dois aller onsulter un autre psychiatre courant janvier pour essayer de déceler de quoi je souffre car comme l'écrivent certains tchateurs nous souffrons énormément et faison bien sûr souffrir nore entourage.
Eclairez-moi si lumière il y a !!! merci

Pages

Sujet vérouillé