Heiana
Portrait de cgelitti
Je vais essayer d'être brève. J'ai 48 ans, en préménaupose, plusieurs kilos en trop, 2 garçons (15 1/2 et 12),un mari qui ne sais pas comment faire avec moi pour me consoler et qui ne "boit plus depuis 1 an (?). En 95 j'ai commencé avec un psychiatre qui m'a aidé à trouver des solutions vis à vis de mes relations avec ma mère (décédée en 07/03).C'est moi qui tient les rênes de la maison comme beaucoup de femmes. Après plusieurs deuils rapprochés (3 en 1 an et demi),nous nous retrouvons avec plus personne "d'âgé". J'ai arrêté des anti-dépresseurs depuis fin 08. Au début cela allait, mais depuis 15j rien ne va plus. Moral en triple baisse, extrème nervosité, boulimie, mal être profond... Pourtant je me targue de dire que je suis une personne qui est assez forte et j'arrive à n'auto analyser à peu près. mais là je suis perdue, ne sait plus pourquoi je suis si mal, comment faire. J'ai besoin d'aide et c'est la première fois que tout à l'heure en pleurant j'ai invoqué de l'aide. J'ai rv chez mon psy le 13/10 et en attendant, je vais essayer de me rappeler tout ce qui ne va pas. Je sais que tout vient la tête et que cela doit partir de là. Quand j'aurais la solution cela ira déjà mieux, pas super mais mieux. L'incertitude (dans tous les domaines) est la pire des choses. Même si ce n'est pas rose, le fait de SAVOIR (pour moi) est la meilleure de choses.

Merci d'essayer de m'aider car je sais que je vais culpabiliser dès que le message paraîtera, car j'ai du apprendre toujours à me débrouiller seule. C'est presque de la hobte.

Je suis vraiment perdue. Merci de m'avvoir lue cela a fait un peu de bien

cool
Portrait de cgelitti
coucou cocotte

comment va ?
Cocotte
Portrait de cgelitti
Cool, nenette, ? Etes-vous toujours là ? Comment allez-vous ? Je n'ai pas de nouvelles depuis quelques jours.
Vous avez sûrement d'autres sujets ou forums sur lesquels aller. Pas grave. De mon côté j'essaie d'aider ondeline sur le forum "oh secours", elle est mal alors je m'oublie un peu.
Bisous à toutes
cool
Portrait de cgelitti
bravo cocotte le fait de parler à ton psy c'est déjà un premier trop de gens ne le font pas pour diverses raisons pas maintenant c'est vrai qu'il faut prendre des initiatives même si l'envie n'est pas encore là, même si tu dois faire quelque chose toute seule ( premenade, cinéma, coiffeur...) tu est le capitaine de ton bâteau et c'est à toi de décider si tu veux rire ou pleurer et ton psy a du ressentir que tu en es capable tu es sur le bon chemin et si parfois tu doutes c'est normal tu était déjà comme ça avant sauf que tu n'y pensais pas trop on oublie beaucoup de chose dans notre situation (surtout les bonnes ) il faut que ce reflexe revienne petit à petit maintenant je sais que les psy n'aiment pas trop que nous ( les malades )parlent entre nous de nos problèmes ils ont peur que l'on prennent cela trop à notre compte mais il suffit de relativiser et ça fait du bien de pouvoir en parler avec des gens qui comprennent et qui vivent ou ont vécus cela
à bientôt
cocotte
Portrait de cgelitti
Merci cool. Cela m'a fait chaud au coeur ce que tu as écris. Je sais bien que je ne suis pas la seule dans ce cas. Mon mari et mes enfants voient que je ne suis pas bien mais ils font "comme si tout allait bien". Ils ne veeuelent pas comprendre. Question gyné, j'ai arrêté de prendre depuis 3 semaines du DUPHASTON, il m'a dit qu'il fallait attendre 2 mois pour voir.
Je crois que je dois avoir la trouille de vieillir même si l'âge ne me gêne pas. Je n'ai personne sur qui me reposer, : mon frère - très malade et très bileux, un autre frère qui ne me connait plus depuis le décès de ma mère, femme et frère de mon mari à qui j'ai tchatché un peu dimanche, et malheureusement aucun(e) ami(e).
Alors merci de ton soutien ainsi que celui de nenette. Mais j'ai beaucoup de mal à me secouer.
Bisous à+

Cocotte
Portrait de cgelitti
Salut cool
J'ai vu ton message hier, mais j'avais regardé sur d'autres forums et j'ai vu que bcp de gens avaient besoin de paroles, alors les autres en 1er. Cela va couci couca et fait 2 j que je me dispute pour des sujets bêtes avec mon mari et bien souvent à cause des gosses. Je raconterais + tard car cela me fait un peu mal. Mais on est en semaine alors je tiendrais le coup merci
Et toi ? Comment vas-tu ?
Bisous.

nenette
Portrait de cgelitti
Bonsoir Cocotte,
juste un petit mot pour te montrer mon soutien. Tiens bon. Il est difficile de se secouer quand on va mal, j'en sais qqchose ; mais on même temps, c'est normal car dis-toi que nous ne sommes pas des bouteilles d'Orangina (c'est juste un peu d'humour pour essayer de te faire sourire)! Ne culpabilise pas de ne pas avoir actuellement l'énergie nécessaire ; cela reviendra quand tu avanceras dans ta thérapie. Est-ce que tu arrives à exprimer tes angoisses à ton psy ? t'entends-tu bien avec ? Concernant ta famille, ne leur en veux pas de ne pas comprendre ta dépression. Je sais, l'incompréhension de ceux qu'on aime c'est difficile à admettre et ça fait mal ; mais cela ne veut pas dire qu'ils s'en fichent. Ils sont certainement juste désemparés et ne savent pas comment faire pour t'aider. J'ai vécu la même chose avec des proches et sur le coup ça m'a bcp blessée. Et puis j'ai compris qu'ils étaient juste maladroits et qu'ils étaient déstabilisés par ma dépression. Eux aussi me conseillaient "de me secouer", "de ne pas me laisser aller" et ça m'agaçait ! Dis-toi que les gens qui ont de l'affectif envers un dépressif ne peuvent pas les aider mais juste les soutenir ou être là. Seuls les psychothérapeutes, qui sont neutres et objectifs, pourront t'aider à avancer ; et à eux tu pourras dire vraiment sans crainte d'être jugée tout ce que tu as sur le coeur. C'est pour cela que je te demandais si le courant passais bien avec ton psy. Et puis COOL a raison : la ménopause est un facteur favorisant la dépression alors renseigne-toi sur un éventuel traitement hormonal...? Bon courage pour ton RDV vendredi che le psy ; un dernier conseil : moi je prépare tjrs mon prochain RDV avec mon psy en écrivant sur un papier ttes les choses qui me tracassent comme ça, le jour venu, je n'oublie pas de lui en parler et depuis que je fais ça, j'avance bcp plus vite dans ma thérapie. Voilà. J'espère que j'ai pu t'aider. Bon courage.
cool
Portrait de cgelitti
hello cocote et nenette,

vite juste un petit coucou et de gros bisous car semaine très chargée mais de tout coeur avec vous

tous dans le même bâteau ça fait de drôles de matelots mais on tient bon la barre et ( presque) pas de panique à bord
( juste un peu d'humour ça fait du bien )

à très bientôt
Cocotte
Portrait de cgelitti
Nenette, Merci de m'avoir répondu. C'est suivant les conseils de mon psy que j'ai réduit puis arrêté les AD. J'essaie seulement de comprendre mon mal-être pour le contrecarrer. Me raccrocher à mes 2 fils, pas aisé car ils me compliquent la tâche et ne se rendent pas compte que parfois je souhaiterais avoir du calme, qu'ils me comprennent suivant leur possibilité. Mais ils sont un peu comme leur père : ils nesavent pas ni quoi, ni comment faire alors ils ne font rien pour être sûrs de ne pas se tromper. Peut être que tout vient de moi (je suis d'une nature assez dominante de par ma mère) et puis nous les femmes nous avons l'habitude de "souffrir" en silence et de tout faire. Je me demande parfois ce que me réserve l'avenir. j'aurais bien quelques souhaits, mais je retombe toujours à terre, alors à quoi bon. Pardon je ne suis pas marrante alors je te redis encore merci et te tiendrais au courant suite à mon rv de vendredi. Merci d'être tout simplement là.
Cocotte
Portrait de cgelitti
Salut nenette,
Je souhaitais te te,ir au courant concernant mon rv avec le psy cet am. D'abord, j'ai fait ce que tu m'avais conseillée (noter ttes les choses ou presque que j'avais sur le coeur). Je n'ai pas trouvé cela si ridicule même si j'avais l'air un peu génée face à lui. Je lui ai aussi raconté que je conversais avec des personnes qui avaient des "choses" en commun avec moi. Il n'a rien dit à de sujet. J'ai commencé à débiter, ne schant dans quel ordre alors j'ai lu ce que j'avais écrit (mon mal-être surtout le we, le manque de confiance vis à vis de mon mari...) Je lui ai aussi dit que j'avais discuté avec ma belle-soeur (donc les mêmes frêres) et lui ai raconté qu'elle avait le même à la maison et qu'ils avaient tous les réactions ou plutôt manque de réactivité. Cela m'avait fait aussi du bien.La finalité, c'est que le we je n'ai aucun projet, nous ne faisions rien. Alors je déprime, me sens nulle, vois toutes les mauvaises choses en moi et dans les autres, rends toutes choses négatives. Je lui ai dit que je ne me voyais pas d'avenir beau et agréable. Et là il m'a sorti que c'était nous-mêmes qui faisions notre vie, notre avenir, nos joies. Et surtout que je devais me forcer à faire des projets pour la famille, en accord avec les autres, dire que cela me faisait plaisir telle ou telle chose. J'ai répondu : mais si je n'y arrive pas ? Réponse : vous pouvez le faire, ce n'est que la première fois qu'il est difficile de faire des projets mais que les fois suivantes seraient plus aisées. Je lui ai dit que je doutais de moi, il s'est "faché" (pour mon bien car il doit savoir que j'en suis capable)en me disant que c'était à moi de faire les démarches (puisque personne n'a d'idées). J'ai dit : même si je n'en ai pas vraiment envie, j'en ai marre de toujours tout faire ? Il m'a dit : surtout maintenant oui car ce n'est qu'en se forçant un peu que l'on prend l'habitude de refaire des choses, de rencontrer des gens, et surtout de refaire confiance dans la vie.
Tu vas dire qu'il exagère, que ce sont des phrases toutes faites. Peut être, mais je pense que c'est ce que j'ai besoin d'entendre et je vais essayer (quand ?) Merci de m'avoir lue, j'espère que je ne t'ai pas ennuyé avec mes histoires. En tout cas merci de ton aide et de ton soutien. Si je peux te rendre la pareille, n'hésite pas je suis toute ouie et sais écouter. Bisous
Heiana
Portrait de cgelitti
Bonjour, c'est avec beaucoup d'intérêts que j'ai pris lu votre histoire ,(si je peux me permettre ce mot). D'origine   tahitienne par ma mère (née 0 tahiti, cocotiers et sable blanc, père né en France... vu le prix, normal de ne pas connaitre car la vie est aussi chère pour nous).
Ma mère est décédée le 25 août 2005, 2 jours après mon anniversaire...
Je n'ai pas réussi cette année à faire comme ci de rien n'était... jai l'impression que mon anniversaire est maintenant associé à ce deuiL.
Je comprends... mais je ne veux qu'on associe mon anniversaire à la fête d'un mort ! Cela peut paraîte égoiste mais ce n'est pas que j'oublie ma maman (au contraire),je ne sais dans quelle position me situer (fêter mon anniversaire alors que ma mère est morte 2jours après ?)

Pages

Sujet vérouillé