Shéhérazade
Portrait de cgelitti
Je viens vers vous avant de péter totalement un plomb à cause de démangeaisons vaginales qui m'empoisonnent la vie et me poussent à bout nerveusement (sincèrement j'en peux plus).

J'ai toujours eu une flore vaginale très fragile et j'ai également une peau très sensible. Je suis allergique à peu de choses mais je fais beaucoup d'intolérance dermatologiques. J'ai donc appris à sélectionner mes produits. Niveau gynéco c'est pareil.

J'ai déjà eu des "gratouilles" soignées par du Pevaryl sans vraiment de suites. Mais depuis début décembre, je me démange systématiquement l'entrecuisse, ce qui en plus de ne pas être très charmant est très désagréable.

J'ai fait une cure de Polyginax en ovules, ça n'a rien changé.

Je suis ensuite allée voir une gynéco qui m'a dit que je n'avais plus de traces de mycoses et que oui effectivement si vraiment on voulait voir quelque chose on pouvait noter quelques infimes irritations (comme si je fabulais pff) et me prescrit donc des gellules pour rééquilibrer ma flore vaginale et de la pommade très grasse Avène. Je ne sais pas si c'est dû à ça mais mon sexe se met à enfler et à ne même plus supporter le contact du tissu de ma culotte. C'est devenu invivable. Je décide donc d'arrêter et de m'auto-médicamenté avec une cure de Pévaryl en ovules et pommade, ce qui a pour effet de me réduire les démangeaisons et de faire dégonfler mon sexe (Alleluyah).

Parallèlement je me bats pour que mon partenaire se traite aussi et il le fait puisque quelques boutons étaient apparus sur sa verge. Chez lui tout disparait.

Chez moi ça continue, je me gratte toujours autant et la gynéco continue de me dire que je n'ai rien. Je prends donc rendez-vous chez une dermato qui après examen me dit que je suis effectivement irritée et que je fais de l'eczéma, certainement à cause des serviettes hygiéniques voiles protecteurs grand air frais des alpages. Cette piste ne me semble pas irraisonnée puisque j'évite ce genre de produits parfumés pour cause de mauvaise tolérance. Elle me prescrit du Nérisone et de me nettoyer avec une eau préparée en pharmacie.

Parallèlement elle osculte aussi mon partenaire, lui trouve quelques irritations mais sans plus (tous les examens sont faits à l'oeil ou à la loupe, rien n'est prélevé ou touché) et lui fournit le même traitement que pour moi.

Après 10j de traitement, aucun de nous deux ne voit d'amélioration mais c'est toujours pire pour moi que pour lui. Même si effectivement je me démange moins, mon sexe est encore très irrité et les rapports sexuels sont extrèmement douloureux lors de la pénétration.

Je commence donc à péter sérieusement les plombs. Je n'entrevoie pas de piste claire ou sérieuse quant à ce que j'ai et je n'en peux plus. Cela me dérègle totalement le mental et la vie amoureuse.

On entend aussi tellement parler de complications d'infections mal soignées que ça finit par me faire flipper. Fin septembre j'ai eu une cystite soit disant à cause d'une salpingite qui n'a jamais été diagnostiquée ni prouvée.

Je me sens super baladée par des médecins qui ne me soignent pas et ne me prennent pas au sérieux.

Je n'en peux juste plus!

Excusez-moi pour ce message si long mais il me paraissait nécessaire de tout expliquer. Peut-être que l'une d'entre vous a déjà eu ce problème. Peut-être que vous avez des pistes à me proposer auxquelles je n'ai pas pensé.

Merci pour votre aide et pour ma santé mentale.

Shéhérazade
Portrait de cgelitti
Salut Agathe, je te comprend parfaitement et je sais ce que tu ressens car j'ai le même pb que toi en peut-être moins aggravé...depuis très longtemps en effet il m'arrive d'avoir des mycoses vaginales (grand stress, fatigue, médocs, ect...)enfin ça s'était avant car maintenant ça me gratouille pour un oui ou pour un non et plusieurs fois dans la semaine ! comme toi j'ai tout essayé sans succès hélas et mon partenaire lui n'a rien du tout !!! hallucinant. Dernièrement j'en ai parlé à ma gynéco qui m'a prescrit la pommade à base de cortisone "diprosone" il me semble...ça me calme un peu sur le moment mais ensuite ça revient ! par contre je n'ai pas de gratouillis la nuit, rien !...
Pour info je porte tous les jours des protèges-slips et je met rarement de culottes en coton donc faut'il peut-être chercher de ce côté ?
Sinon j'ai une hygiène irréprochable peut-être trop propre même ! Si tu vas voir les autres dossiers dans la rubrique Gynéco de ce forum il y en a un intitulé "Lichen sléro-vulvaire" va faire un tour car c'est très interessant et ça peu ressembler à nos symptômes (moi aussi je suis très rouge est irritée mais à part ça pas d'autres anomalies et frottis ok !) Je crois que si mon pb continue à perséverer je m'adresserai je pense directement au service dermato de mon hôpital de région car il y a des gynécos qui ne connaissent pas le lichen plan vulvaire !
Tiens moi au courant et bon courage à toi
Shéhérazade
Portrait de cgelitti
Petit oubli, moi aussi j'ai une flore vaginale très fragile et pb de peau également depuis longtemps (eczéma)
Chez moi je sais que certaines pathologies sont liées à mon enfance et que je déclenche mes symptômes, je travaille dessus avec un thérapeute mais c'est pas facile tous les jours donc as-tu des pbs genre avec les hommes ? Le mien de pb est que mon père à quitté la maison quand j'étais bb et mon rapport avec les hommes est très difficile (manque de confiance en eux, quelques fois rejet de l'acte sexuel.....) Voilà j'arrête mon discours...je t'ai peut-être un peu éclairé...
hypothèse
Portrait de cgelitti
allergie au sperme ?
sans dec
Portrait de cgelitti
Si l'allergie au sperme atteint plus souvent les jeunes femmes au début de leur vie sexuelle, elle n'en reste pas pour autant très répandue. Mais comme elle est gênante et peut dégénérer en urticaire géant, en hypotension ou en crise d'asthme, elle doit être dépistée. D'autant que, sur un plan affectif, elle peut réellement détériorer l'harmonie d'un couple.

L'allergène en cause dans le sperme est difficile à identifier. L'origine de l'allergie n'est probablement pas dans le sperme lui-même mais dans un allergène qui se retrouve dans le liquide séminal : il peut s'agir d'allergène alimentaire ou environnemental. Cependant, le partenaire n'est pas à suspecter personnellement car l'allergie concerne le sperme en général, quel que soit le partenaire.

Le test le plus fréquent pour vérifier l'hypothèse d'une allergie au sperme est le test cutané : un échantillon du liquide séminal du partenaire est mis en contact avec la peau de la dame. Un dosage des anti-corps peut également être prescrit.

Le traitement de l'allergie au sperme n'est pas évident. Et c'est là que les couples peuvent s'en trouver affectés. La mesure la plus efficace est le recours au préservatif, et ce dès que le sperme est susceptible d'entrer en contact avec les muqueuses buccales, anales ou génitales. La désensibilisation peut être envisagée si l'allergie est sévère ou si le couple désire concevoir un enfant. Sachez qu'elle est cependant longue et peut durer plusieurs mois. Certains couples ont recours à l'insémination artificielle.

Notre conseil
Cette forme d'allergie peut disparaître spontanément dans quelques cas. Néanmoins, en cas de doute, n'hésitez pas à consulter et à expliquer à votre médecin les symptômes qui vous font suspecter une allergie au sperme.
Sujet vérouillé