Nougatine
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,

ma situation est très compliquée, mais je suis absolument désespérée, tous les conseils sont bons à prendre. Voilà, j'ai 18 ans, je suis une étudiante qui habite encore chez ses parents et qui souffre d'anorexie-boulimie vmitive depuis 6 ans. Mes parents nient mon problème et refusent de "gaspiller de l'argent pour satisfaire tes caprices". Mais, de plus, j'ai un frère légèrement autiste de 16 ans. Sa pathologie est aussi niée par mes parents qui se contentent de l'envoyer chez un orthophoniste. Mon frère ne supporte pas ma maladie, et il est d'une violence extrême avec moi. Il m'a déjà cassé le nez et planté un compas dans l'omoplate, entre autres. Mes parents le sermonnent comme un gosse de 7 ans et mon frère s'en fout, il n'entend rien ne voit rien. Je suis somée de me taire sous peine d'être fichue à la porte, ce qui m'obligerait à stopper mes études.

Est-il possible d'alerter un service de psychiatrie, me prendraient-ils au sérieux, quels seraient leurs pouvoirs, si mes parents s'opposent à toute démarche?

J'ai bien conscience que tout ceci est très compliqué et peut sembler de la pure démence, mais c'est bien réel, vilà ce qu'il se passe dans certaines familles bourgeoises des quartiers friquées qui préservent les apparences à merveille.

Je vous en prie aidez-moi, ou donnez moi des contacts ou des adresses utiles!

bibicracra
Portrait de cgelitti
merci de ta réponse betty, j'avoue que la situation est confuse. Je suis moi-même suivie par un CMP à Paris et cela me donne de l'espoir de m'en tirer. Je parlais d'expertise en ce qui concerne mon frère. Sa violence vécue au quotidien   est un obstacle à ma guérision, et le deni de mes parents en ce qui LE concerne est un obstacle à ce qu'il se sente mieux dans sa tête. Il est très mal dans sa peau, rase les murs, est tout recroquevillé, ne parle pas ou alors marmonne juste "oui" ou "non", et a la regard fuyant, même avec mes parents. Quand on essaye de l'amener à s'exprimer plus, il explose de violence, c'est impressionant, y compris envers mes parents. Il faut réellement donc l'amener à consulter, mais lui n'est pas conscient de son cas, et mes parents meurent trop de honte pour entreprendre toute démarche.
bety32@hotmail.fr
Portrait de cgelitti
Bibi,
OK. Bon, ce qui m'étonne c'est qu'à un intervenant du CMP tu as du parler de ton frère. Non ? Aussi je me demande pourquoi il ne t'on renseignés des démarches et des possibilités que tu peux avoir quant à ton frère et une éventuelle prise en charge ?.
Est-il majeur ? Je crois pas... et puis zut ! je ne sais pas si cela change grand chose !
Tu peux aussi aller dans un IMPro (tout dépend l'âge de ton frère ?) ou une ADAPEI (s'il est plus âgé). Là, tu rencontre le plus souvent le ou la directeur et tu expose ton problème. ILs te diront alors les démarches à suivre si tenté que tu en ai ???
Je comprend tout as fait ta situation puis en même temps je me dis ZUT !! c'est pas aux enfants de faire cela c'est bel et bien aux parents !! Ceux-ci seraient-ils défaillants ? A ce niveau là en tout cas ? APrès ... ?
J'espère t'avoir un peu aidé ??
Bonne route et bon courage à toi...
Amitiés...
Bety.
bibicracra
Portrait de cgelitti
ya personne?
pitié, un pti commentaire!
Nougatine
Portrait de cgelitti

Toutes les pistes possibles sont à exploiter dans l'urgence , avant que le jeune ait 18 ans , date de sa majorité , date à laquelle on risque de ne plus pouvoir le faire soigner .
Les allocations familiales donnent une allocation à cette famille , laquelle doit subvenir aux besoins des enfants .
Personnellement je n'attendrais pas la rentrée scolaire pour agir ..........J'imagine qu'à l'école le problème a dû être soulevé , les parents ont dû être convoqués et Bibi n'est peut être pas au courant !
Rachel
Portrait de cgelitti
Il est forcément pris en charge quelque part, scolarisé ou autre, ce jeune homme. La CAF ne pourra rien, c'est par l'intermédiaire de la structure qui l'accueille dans la journée que quelque chose peut être fait. Ou par l'intermédiaire de ton CMP, Bibicracra, tu as toute latitude pour en parler à la personne qui te suit, toi.
Nougatine
Portrait de cgelitti


Bibi , j'ai un très mauvais pressentiment , en te lisant j'ai l'impression de lire le début de mon histoire .............
Vous êtes tous les deux des enfants malades , c'est un abandon de famille ! Vous êtes négligés .........
As-tu vu une assistante sociale ? Tu peux aller à la caisse d'allocations familliales !
Ton frère suit-il une scolarité normale ?
Je ne comprends pas trop comment les médecins qui vous approchent ne puissent pas décider tes parents pour emmener ton frère à la consultation d'un psychiatre ........
C'est ton père ou ta mère qui ne veut pas , qui décide des deux ?
bety32@hotmail.fr
Portrait de cgelitti
Bonjour Bibi...
J'entends ta détresse. Seulement je n'ai pas compris si tu voulais de l'aide pour toi, ton frère ou les deux ??
Tu dis avoir 18 ans. Donc, tu n'as pas à demander l'autorisation de tes parents pour des soins te concernant. Ils y a des services qui s'occupent de différentes pathologies comme ta maladie par exemple. Ces services sont gratuits et tu peux aller consulter sans que tes parents en soit enformés. Ce sont les CMP (centre médico psychologique). J'ai eu affaire à eux et j'en suis ravie. Tout comme toi, j'ai la même maladie.
Dans ces CMP, tu as des psychologue, psychiatre, infirmiers(ères) spécialisés,psychanalyste, sophologie et j'en passe...
Tu y vas, et tu demande un RV. Souvent on est reçu au préalable par un(une) infirmier, ensuite le psychiatre (la) de ton secteur, et pour finir psychologue.
Ensuite, d'après moi, ton frère ne te rejette pas , mais c'est ta maladie qui lui fait peur. Autiste ou pas, peu importe le degré, il reste conscient de tes souffrances et cela l'atteint. Tu ne dois pas te sentir responsable car tu n'es pas RESPONSABLE de ta maladie... tu ne l'as pas voulu et tu serais bien mieux sans !! Non ?
Quelle études fais-tu ? Dans quel domaine ?
Je reviendrais te voir..
Tiens bon...
Amitiés.
Bety.

PS : pourquoi , pour qui, une expertise psy ???
Sujet vérouillé