Les dangers des médicaments

Publié par Dr Agnès Lara le Mardi 30 Avril 2002 : 02h00
-A +A
S'ils sont faits pour guérir, les médicaments ne sont pas dépourvus de toxicité et toute prise comporte un risque. Les chiffres relatant des cas d'atteintes hépatiques lors des Journées francophones de pathologie digestive doivent inciter à davantage de prudence.

Les médicaments sont faits pour guérir, certes ! Ils ne sont cependant pas dépourvus de toxicité. Toute molécule exogène, c'est-à-dire apportée de l'extérieur, est susceptible d'avoir une certaine toxicité qui doit être évaluée. C'est pourquoi les médicaments subissent un véritable parcours du combattant avant de recevoir leur autorisation de mise sur le marché (AMM). Celle-ci dépend avant toute chose de la balance entre les bénéfices apportés au malade et les risques qui sont encourus en prenant ce médicament (fréquence et gravité des effets secondaires).

Cette balance est bien sûr très en faveur des bénéfices lorsqu'un médicament est autorisé à la vente. Cependant, malgré les nombreux tests et la vigilance des autorités sanitaires (AFSSAPS, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), les accidents sont toujours possibles. Ainsi, les quelques chiffres présentés lors des journées francophones de pathologie digestive montrent à quel point il faut rester prudent.

En l'espace de trois ans, 59 personnes ont été touchées par des atteintes hépatiques dues à la prise de médicaments dans la région de la Nièvre, ce qui représente une incidence annuelle de 24 cas pour 100.000 habitants. Il s'agissait aussi bien d'hommes (24) que de femmes (35) et toutes les tranches d'âges étaient touchées (de 17 à 87 ans). Trois cas mortels ont même été relevés. Les médicaments les plus souvent incriminés étaient les psychotropes (médicaments agissant sur le psychisme) dans 18,6% des cas, les antibiotiques dans 16,9% des cas et les hypolipémiants (médicaments réduisant le taux de graisses dans le sang, 13,6%).

Ces chiffres doivent rappeler que la prise d'un médicament doit toujours être justifiée médicalement. Pour les mêmes raisons, il est impératif de respecter les posologies indiquées par le médecin et de ne jamais reprendre de médicament, même s'il vous avait déjà été prescrit antérieurement.

Publié par Dr Agnès Lara le Mardi 30 Avril 2002 : 02h00
Source : Lemoine. Journées Francophones de Pathologie Digestive. Nantes. Mars 2002.
A lire aussi
Porte ouverte aux OGM Publié le 02/01/2003 - 00h00

Depuis dix ans déjà, les Américains, les Indiens et les Chinois, mangent des aliments issus d'Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), sans « qu'aucun effet nocif sur la santé n'ait été rapporté ». A partir notamment de ce constat, les Académies de médecine et de pharmacie, viennent de...

Ménopause et hormones : pas d'affolement ! Publié le 19/05/2004 - 00h00

La polémique perdure autour du traitement hormonal substitutif de la ménopause, accusé en juillet 2002 par une étude américaine, d'augmenter le risque de cancer du sein et d'accidents cardiovasculaires. Effrayées, 28% des femmes ont stoppé leur traitement. L'Agence nationale d'accréditation...

Pas d'automédication pendant la grossesse Publié le 25/06/2002 - 00h00

Les femmes enceintes prennent trop de médicaments, sans toujours savoir si les risques pour le foetus ont été évalués ou pire, s'ils sont contre-indiqués pendant la grossesse. C'est ce que révèle une récente enquête réalisée auprès de 1.000 femmes et publiée dans la célèbre revue...

Plus d'articles