Crise d’épilepsie : l’activité sportive en toute quiétude

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 17 Mars 2016 : 12h19
Mis à jour le Jeudi 14 Avril 2016 : 11h13

Les sports collectifs, l’athlétisme, les sports de raquette etc. sont à pratiquer sans limite même lorsque l’on souffre d’épilepsie. Une réserve importante cependant pour les sports mécaniques, nautiques ou aériens : du fait d’un risque vital ou de blessure grave en cas de crise d’épilepsie lors de l’activité sportive, l’épilepsie doit être équilibrée depuis une longue période et le neurologue doit donner son feu vert. 

© anna bizon,gpoint studio

Sport : l’épilepsie n’est pas un prétexte à contre indication !

L'épilepsie -ces décharges anormales d’influx nerveux dans le cerveau- est le trouble neurologique le plus fréquent après la migraine (1% de la population, soit 500 000 personnes en France). L’idée reçue que l’épilepsie serait une contre-indication à toute activité physique vient de loin. On a longtemps cru que les microtraumatismes crâniens occasionnés par le sport pouvaient aggraver l’épilepsie et générer une crise d’épilepsie. Ce "raccourci" n’a aucun fondement scientifique.

L’autre argument est le risque d’accident au cours d’une crise. Ce qui est potentiellement vrai pour certains sports (sports mécaniques, aériens etc.) ne doit pas porter ombrage à de très nombreux autres sports praticables, dénués de tels risques comme la course à pied ou les sports collectifs.

Dr Gilles Huberfeld, neurologue, Département de Neurophysiologie Clinique, CHU Pitié-Salpêtrière (Paris) : « A l’école, la dispense de toute activité sportive devrait rester l’exception, rare et passagère. 60% des épileptiques pratiquent une activité physique, c’est moins qu’en population générale. Idées reçues et surprotection y sont pour beaucoup mais aussi la réalité des effets secondaires potentiels des traitements (fatigue, somnolence) qui peut décourager. Alors qu’au contraire, une activité physique peut probablement améliorer cette fatigue et contribuer à resocialiser les patients ».

Le sport, une solution anti-crise d’épilepsie ?

En préambule, il faut distinguer le type de sport. Celui pratiqué en anaérobie (efforts intensifs, conditions extrêmes) serait plutôt protecteur vis-à-vis de la survenue de crises via les modifications d’acidité et de métabolisme du cerveau qui tendent à empêcher les neurones à entrer en fonctionnement pathologique comme au cours de la crise d’épilepsie. Mais la grande majorité des activités sportives se font dans le cadre d’un métabolisme aérobie (puissance soutenue, ventilation). Le sport augmente le niveau de vigilance, ce qui peut avoir un effet antiépileptique (contrairement à ce que l’on croit, une crise d’épilepsie survient plus volontiers au repos, endormi ou peu occupé). Certaines voies de stress sont activées qui modifient l’activité cérébrale par le biais d’hormones endogènes comme les neurostéroïdes mais qui affectent aussi les neurotransmetteurs comme la sérotonine, la noradrénaline ou la dopamine.

Dans les faits, il est rarissime qu’une crise d’épilepsie soit déclenchée au cours d’un sport. Globalement, le fait de reprendre l’entraînement améliore l’épilepsie et dans une étude, un tiers des personnes épileptiques a réduit la fréquence de ses crises grâce à la reprise de l’activité sportive (1). Sur l’encéphalogramme, les anomalies de l’activité cérébrale sont discrètement réduites.

Dr Huberfeld : « De nombreux mécanismes interviennent dans cette amélioration de l’épilepsie, sans qu’ils soient complètement élucidés. Une épilepsie s’aggrave en cas de stress, de dépression, d’anxiété. Or la reprise d’une activité sportive et sociale, un challenge, la sensation de bien-être, un comportement apaisé (stress, anxiété), un risque de dépression diminué etc. tout cela est positif. On l’a montré chez des rats mais pas encore suffisamment clairement chez l’homme : soumis à un programme sportif, il faut les stimuler beaucoup plus fort pour que la crise d’épilepsie se déclenche. Grâce aux efforts sportifs, leur épilepsie est alors moins sévère et les crises surviennent plus tardivement ».

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 17 Mars 2016 : 12h19
Mis à jour le Jeudi 14 Avril 2016 : 11h13
Source : (1) Epilepsia 1999;40:643–51 ; (2) Epilepsia, 57(1):6–12, 2016/Ligue internationale contre l’épilepsie www.ilae.org
D’après un entretien avec le Dr Gilles Huberfeld, neurologue, Département de Neurophysiologie Clinique, CHU Pitié-Salpêtrière (Paris);
et la conférence de presse d’Epilepsie France à l’occasion de la Journée internationale de l’Epilepsie (8 février 2016) www.epilepsie-france.fr
A lire aussi
EpilepsiePublié le 06/09/2001 - 00h00

L'épilepsie est un trouble neurologique chronique qui se manifeste par des crises.Les crises d'épilepsie sont liées à une décharge spontanée et simultanée des neurones hyperexcitables. On pourrait comparer ce phénomène à un orage électrique qui provoquerait, chez la personne atteinte...

Peut-on faire du sport avec une prothèse de hanche ? Publié le 31/03/2008 - 00h00

Les personnes qui bénéficient d'une prothèse de hanche peuvent-elles reprendre une activité sportive ? Cette question se pose de plus en plus souvent car d'une part les porteurs de prothèse de hanche sont de plus en plus jeunes et d'autre part, à tout âge on recommande la pratique d'une...

Quel sport pendant la grossesse ? Publié le 29/05/2009 - 00h00

Pendant la grossesse, l'activité physique est bénéfique à plus d'un titre. Elle fait tout simplement partie de l'hygiène de vie. Mais attention, pas n'importe quelle activité et toujours avec modération ! Suivez nos conseils.

Epilepsie : à chaque crise son histoire…Publié le 10/11/2016 - 15h54

Toutes les personnes souffrant d’épilepsie ne se ressemblent pas, les crises d’épilepsie non plus. A ceux pour qui l’épilepsie n’évoque rien d’autre que des convulsions spectaculaires, le Dr Gilles Huberfeld, neurologue au CHU Pitié-Salpêtrière (Paris) raconte cette maladie, à...

Plus d'articles