nenette
Portrait de cgelitti
Le cancer du poumon est un exemple parmi d'autres des méfaits du tabac sur notre santé. Le trouver avec six mois d'avance par une campagne coûteuse de dépistage massif pour gagner six mois de survie tout en perdant six mois de non hospitalisation n'est pas le bon raisonnement à appliquer ici. Le cancer est déjà là depuis 20 ans mais sous forme de quelques cellules radio invisibles. C?est quand il est gros comme une bille que les radiologistes le voient à la vingt-cinquième année de son existence. Il est alors bien tard. Les gens ne savent pas que 65 % des dépenses de l'Assurance Maladie proviennent du seul alcoolo tabagisme pratiqué trente ans sans maladie et donnant en cinq ans plus de douze pathologies qui s'additionnent. Il viendra un jour où les non fumeurs vont se plaindre et obtenir de responsabiliser les fumeurs pour ne plus payer leurs pratiques désuètes. En effet, ils vont bientôt payer des sommes énormes pour ceux qui se cassent la santé par le tabac. Sans pour autant se priver des plaisirs gustatifs du vin, les gens qui ont une bonne hygiène de vie vont un jour proche refuser de prendre en charge les cancers et autres maladies qui résultent du plaisir excessif pris pendant trente ans par les fumeurs picoleurs (clopes et pinard). Non seulement ils se détruisent la santé, mais, pire encore, ils démolissent la vie de leur famille et ils sabotent la santé des autres justement de ceux qui se privent de tabac. Quand les autorités européennes feront valoir l'obligation de chacun de s'assurer pour la maladie, mais en contrepartie le droit de s'assurer librement ailleurs qu'à la SECSOC actuelle, gare aux dépenses de santé des fumeurs. A mon avis ils feraient mieux de commencer dès à présent à verser, dans une caisse d'épargne personnelle (tenue par le buraliste tiens voilà un moyen de compenser leurs pertes !), pas loin de 56 euros chaque jour qu'ils achètent pour trois euros de tabac. C'est en effet le vrai coût social des cigarettes. C?est en effet entre 50 et 60 euros par jour que nous payons nous tous dans les cliniques et hôpitaux qui les opèrent pour les achats et les plaisirs des fumeurs. Il faudra bien un jour qu'ils en arrivent à payer 200 jours de soins à 20.000 F par jour. En effet l?avenir lointain certes mais inéluctable (20 ans ?) veut que ce soit dans les services américains qu?il faudra les transférer et qui les opéreront, ce sont eux les meilleurs. En effet, le nombre des chirurgiens français capables de les opérer est en chute libre, la moitié partant à la retraite dans les dix ans sans avoir un seul remplaçant et l'autre moitié n'arrivant pas à trouver des jeunes internes qui veulent faire chirurgie du poumon. Bien entendu le gens vont penser que j?exagère. Erreur! Dans mon CHU, le patron de chirurgie thoracique part à la retraite sans aucun successeur dans deux ans. Les cancers du poumon seront transférés à 250 Km de là si les chirurgiens du CHU voisin en ont la force : ils travaillent déjà 75 heures par semaine.
PUB
PUB