Contre l’endométriose, mangez plus d’oméga-3 et moins d'acides gras trans !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 15 Octobre 2010 : 14h04
Mis à jour le Mercredi 04 Mai 2016 : 13h21

L’endométriose est une affection gynécologique fréquente qui a aussi parfois l’inconvénient d’être récidivante. La nature des acides gras consommés par les femmes semble influencer l’évolution de cette affection. C’est ainsi que les acides gras trans sont associés à une fréquence accrue de l’endométriose, tandis que les oméga-3 la diminue…

© Istock

L’endométriose, une affection gynécologique qui touche une femme sur dix environ

L’endométriose se manifeste par de violentes douleurs pelviennes, des règles abondantes et peut parfois entraîner une infertilité, notamment lorsqu’elle est diagnostiquée tardivement, ce qui est fréquemment le cas puisque le diagnostic est souvent porté après 10 ans d’évolution.

L’endométriose est due à une prolifération de la muqueuse de l’utérus, l’endomètre, en dehors de sa localisation habituelle : col utérin, trompes, ovaires, vagin… Au gré des variations hormonales, cette muqueuse qui se trouve normalement dans l’utérus provoque des saignements abondants et douloureux, susceptibles d’endommager les tissus situés à proximité.

Endométriose : le rôle de l’alimentation

Les causes de cette localisation anormale de l’endomètre restent mystérieuses. C’est pourquoi on s’attache à rechercher des facteurs de risque modifiables. Des études ont déjà suggéré le rôle de l’alimentation. Ainsi, la consommation de viande semble favoriserl’endométriose, tandis qu’inversement, une consommation importante de légumes verts et de fruits diminue le risqued’endométriose. On a également remarqué que la consommation d’huile de poisson améliore les symptômes del’endométriose.

Afin de poursuivre les investigations dans ce domaine des acides gras, des chercheurs se sont intéressés aux quelque 70.000 infirmières américaines recrutées dans la célèbre étude Nurse’s Health Study II. Grâce à des questionnaires, il a été possible d’évaluer précisément leur consommation en matières grasses.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 15 Octobre 2010 : 14h04
Mis à jour le Mercredi 04 Mai 2016 : 13h21
Source : Missmer S. et coll., Hum Reprod. 2010 Jun;25(6):1528-35. Epub 2010 Mar 23.
A lire aussi
Apprivoisez les graisses alimentairesPublié le 10/03/2008 - 00h00

Les matières grasses et leurs secrets vous sont dévoilés. A vous d'en faire bon usage. Si vous savez les reconnaître et si vous maîtrisez leurs propriétés, votre santé pourra en tirer les plus grands profits.

L’endométriose profondePublié le 13/03/2017 - 09h04

L’endométriose se caractérise par le développement anormal de muqueuse d’endomètre en dehors de l’utérus. Au gré des variations hormonales, cette muqueuse s’épaissit puis saigne, pouvant selon sa localisation provoquer des douleurs et des lésions susceptibles notamment de mettre la...

Plus d'articles