• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    1 avis
  • Commentaires (0)

La contraception version mensuelle

La contraception version mensuelle Avec l'anneau vaginal (Nuvaring®), la contraception devient mensuelle au lieu de quotidienne. Un de ses avantages est d'en finir avec les risques d'oublis quotidiens. Il est possible d'enchaîner les anneaux et de supprimer ainsi les règles. Le point sur cet anneau contraceptif avec le Dr David Elia*.

e-sante : L'anneau contraceptif, comment ça marche ?

Dr David Elia : Nuvaring® est un anneau contraceptif très lisse, doux, souple et déformable que la femme met elle-même en place dans le vagin pour une période de trois semaines et qui va diffuser les mêmes hormones que celles de la pilule : estrogènes et progestatifs. C'est tout simplement un système de pilule par voie vaginale.
Mis en place pendant 21 jours, il est ensuite retiré pendant 7 jours, le temps des règles. Un nouvel anneau est ensuite mis en place pour 3 nouvelles semaines. On peut aussi enchaîner les anneaux contraceptifs les uns après les autres, sans faire d'intervalle de 7 jours, ce qui offre alors à la femme la possibilité d'une contraception sans règles pour les vacances par exemple.

L'administration hormonale par voie vaginale étant continue et le vagin une muqueuse capable d'absorber très facilement toutes sortes de molécules, ce mode contraceptif contient les plus faibles doses d'hormones, ce qui est un gros avantage…
En effet, avec la pilule, la prise de chaque comprimé entraîne un pic sanguin de concentration hormonale dans les heures qui suivent l'absorption. Le taux d'hormones diminue ensuite jusqu'au lendemain où on réamorce le phénomène avec le comprimé suivant.
Avec l'anneau vaginal, il n'y a pas de pic mais la délivrance hormonale est continue, les taux sanguins restent stables durant les trois semaines d'utilisation. Par cycle, la dose totale d'estrogène délivrée par l'anneau est ainsi très faible, même comparativement aux timbres ou aux pilules les plus faiblement dosées.

Un autre avantage est qu'on y pense qu'une fois par mois au lieu d'une fois par jour avec la pilule, ou au lieu d'une fois par semaine avec le timbre.

Sa sécurité contraceptive est totale. Et on élimine tout risque d'oubli si on enchaîne les anneaux sans intervalle de 7 jours. On sait bien que les oublis se produisent le plus souvent à l'issue des 7 jours d'arrêt : on oublie de reprendre le premier comprimé de la nouvelle plaquette après les 7 jours d'arrêt…

Quant à la tolérance, elle est excellente, du fait en particulier de l'absence de pics et des très faibles doses : pas de prise de poids, pas ou peu de douleur des seins, d'acné ou encore par exemple de maux de tête.
Les contre-indications sont exactement les mêmes que celles de la pilule ou du timbre.

e-sante : L'anneau vaginal est-il irritant ?

Dr David Elia : Non, il n'y a pas d'intolérance vaginale. L'anneau au contraire contribue à respecter la flore vaginale (grâce aux estrogènes qu'il diffuse) et les utilisatrices notent même une humidité un peu plus importante, laquelle est intéressante pour les rapports sexuels dans le cas de sécheresse vaginale. Ce phénomène a été confirmé par des auto-questionnaires, dans lesquels les femmes rapportent des sensations de meilleure qualité lors des rapports avec l'anneau, en raison de cette humidité supérieure.
Concernant le risque d'infection locale, les estrogènes de l'anneau vaginal apporteraient aussi plutôt une protection contre les mycoses et autres germes bénins fréquents. Cependant est-il besoin de dire que l'anneau ne protége ni du sida ni des autres germes particulièrement agressifs responsables des infections sexuellement transmissibles (IST) ?

Article publié par Isabelle Eustache le 26/06/2006
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Trouvez-vous cet article intéressant ?