Contraception d’urgence : le stérilet fait mieux que la pilule du lendemain !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 15 Septembre 2016 : 14h51
Mis à jour le Jeudi 15 Septembre 2016 : 14h54

En cas de rapport sexuel à risque, le réflexe pilule d’urgence est aujourd’hui bien ancré. Ce n’est pourtant pas l’unique moyen d’éviter une grossesse non désirée. Le stérilet fait aussi office de contraception d’urgence, et il est même plus formant.

© Istock

Contraception d’urgence : la pilule du lendemain

Il existe deux pilules d’urgence en cas de prise de risque (absence de contraception, oubli de pilule, rupture de préservatif). Le Norlevo® et son générique, à prendre maximum dans les 3 jours suivant le rapport à risque. L’Ellaone® est à utiliser au maximum dans les 5 jours, d’où son surnom de « pilule du surlendemain ». Mais l’efficacité de ces pilules diminue vite avec le temps qui passe. Ainsi, avec le Norlevo®, l’efficacité est de 95% si elle est prise dans les 24 heures après le rapport non protégé, de 85% avec une utilisation entre la 24e et la 48e heure et de 58% entre la 48e et la 72e heure. Autrement dit, il faut y recourir le plus tôt possible pour une efficacité maximale.

PUB

Le stérilet au cuivre est aussi une contraception d’urgence

L’autre solution d’urgence est la pose d’un stérilet (dispositif intra utérin ou DIU) au cuivre par un médecin expérimenté dans les 5 jours suivant la prise de risque. Afin de démontré sa légitimité dans ce domaine, le Centre britannique National Institute for Health and Clinical Excellence a entrepris une méta-analyse. L’analyse de 43 études portant sur un total de 7.034 femmes qui se sont fait poser un stérilet dans le cadre d’une contraception d’urgence indique un taux d’échec de 1 pour 1.000 poses de DIU, ce qui revient à un risque de grossesse de 0,14 %, donc quasiment nul.

L’autre avantage conséquent du stérilet est qu’il protège sans y penser d’une grossesse non désirée pendant au moins 5 ans.

Le DIU représente donc bien une solution très avantageuse que les femmes devraient mieux connaitre pour mieux se protéger.

Pour rappel, il se pose facilement et rapidement par un médecin qui en a l’habitude, et se retire à tout moment. Après le retrait, la fertilité revient immédiatement et l’on peut aussi tôt mener une grossesse si on le désire. Il n’est absolument pas réservé aux femmes qui ne désirent plus d’enfant. Il correspond parfaitement aux jeunes femmes qui souhaitent différer leur désir d’enfant. Il coûte 30,50€, remboursé à 65% par Sécurité sociale. Il est disponible en pharmacie gratuitement pour les mineures de 15 ans ou plus et sans condition d’âge dans un Centre de planification et d’éducation familiale.

Pour en avoir plus :

Contraception, Sexualité, IVG du Ministère de la Santé : 0800 08 11 11 (appel gratuit et anonyme).

Choisir sa contraception.fr, www.choisirsacontraception.fr, également du Ministère de la Santé.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 15 Septembre 2016 : 14h51
Mis à jour le Jeudi 15 Septembre 2016 : 14h54
Source : Centre britannique National Institute for Health and Clinical Excellence, 8 septembre 2016, https://www.nice.org.uk/news/article/coil-is-more-effective-than-pill-as-emergency-contraception-says-nice.
PUB
PUB
A lire aussi
Pilule ou stérilet ?Publié le 10/12/2007 - 00h00

La pilule est le mode de contraception le plus utilisé. L'inconvénient de cette méthode vient de la contrainte d'une prise quotidienne, tout écart risquant de mener à une grossesse non désirée, voire à une interruption volontaire de grossesse. Le stérilet présente une alternative très...

Plus d'articles