cgelitti
Portrait de cgelitti

Etes-vous capable de savoir exactement ce que cache la colère ?

En fait, c’est une émotion secondaire. Autrement dit, c’est une émotion qui est provoquée par d’autres émotions (que l’on appelle primaire). Ça vous dit quelque chose « primaire » et « secondaire » ? Vous avez déjà fait de la peinture ? Il existe trois couleurs primaires bleu, vert, et rouge. A partir de celles-ci, on peut reconstituer toutes les autres couleurs. Seulement trois couleurs pour créer toute une infinité de coloris divers et variés.

Eh bien, pour les émotions, c’est pareil. Il existe une petite palette d’émotions et à partir de celles-ci on forme toutes les autres. Donc je disais, la colère est une émotion secondaire. Elle est un mélange entre la souffrance, et la peur.

Donc si vous ressentez de la colère dans une situation, quelle en est la raison ? C’est parce que vous vous sentez blessé(e), mais aussi que vous ne vous sentez pas en situation de pouvoir (parce qu’il y a une part de peur).

Imaginons que quelqu’un passe devant vous à la boulangerie ? Si vous ressentez de la colère, il y a deux raisons pour ça. Vous vous sentez méprisé(e), peu important(e) car vous pensez que la personne l’a fait exprès. Mais aussi vous avez l’impression que dire poliment que vous étiez arrivé avant n’aura pas d’incidence, que l’on ne vous prendra pas au sérieux… La seule solution que vous avez trouvé est de montrer une certaine agressivité. Soyons clairs, je ne considère pas que cette situation est un problème, il s’agit juste d’une façon de comprendre ce que je veux dire. Et après vous appliquerez les solutions dans d’autres situations. Que devez-vous faire pour résoudre le « problème » dans la boulangerie?.

Eh bien, changez vos pensées. Si dans le même exemple, vous pensez que la personne ne l’a pas fait exprès et était distraite, que se passe-t-il ? La « souffrance » (très relative, c’est juste un exemple) disparait totalement. Si vous pensez qu’en disant un simple « Excusez-moi, mais c’est à mon tour » suffit largement, vous n’avez plus peur.

Dans les deux cas, vous n’êtes plus en colère car vous avez travaillé sur la souffrance et vous avez travaillé sur la peur, et vous avez désamorcé la colère.

Vous voyez comment il faut faire pour que la colère perde sa force et son intensité ? Décortiquez votre émotion…Identifiez ce que vous ressentez et vous parviendrez à gérer vos émotions.

Mais que faire quand l’on sent que l’on « s’emballe », que la colère nous ronge et que la technique précédente ne fonctionne pas?

La réponse sur mon blog: http://bienetre22.blogspot.com/2011/06/controler-colere-garder-calme.html