Le complexe du petit pénis

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Février 2007 : 01h00
Mis à jour par Rédaction E-sante.fr le Mardi 25 Octobre 2016 : 13h45

Chez un même homme, la taille du pénis au repos est très variable, elle change selon la température du lieu ou l'état émotionnel. Même hors excitation, le stress, l'anxiété, l'effort, ont tendance à faire varier le volume des corps érectiles, lequel est aussi très variable d'un homme à l'autre. Et la taille du pénis au repos n'a aucune relation avec sa taille en érection.

Publicité

Les pénis sont tous différents

C'est ainsi que les hommes observent dans les vestiaires, les douches ou les gymnases que les pénis sont tous différents. La plupart y portent peu d'attention, mais certains font une fixation sur ces observations. La peur d'avoir un petit pénis peut se transformer en maladie, et représente ainsi 10% des dysmorphophobies ou BDD (body dysmorphic disorder).

Il ne s'agit alors pas d'une légère angoisse de performance, mais d'un trouble psychique parfois grave aux conséquences importantes.

Publicité

La dysmorphophobie du pénis

Cette pathologie psychique n'a rien à voir avec la taille réelle du pénis. Les hommes qui en souffrent possèdent des pénis tout à fait normaux. Et il existe des hommes en bonne santé psychique, dont le pénis est plutôt petit, et que cela ne dérange absolument pas.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Février 2007 : 01h00
Mis à jour par Rédaction E-sante.fr le Mardi 25 Octobre 2016 : 13h45
A lire aussi
Quelle est la taille normale du pénis ? Publié le 31/10/2011 - 14h40

Si certains sont prétentieux quant à cette question, plus nombreux sont les complexés, considérant la taille de leur pénis trop petite. Reste à savoir si ce complexe est justifié ou non. L’Académie nationale de chirurgie apporte enfin une réponse précise.

Chirurgie intime de l’hommePublié le 14/02/2018 - 16h53

Pousser la porte d’un cabinet pour parler de son sexe, demeure pour la majorité des hommes extrêmement tabou ! Pénoplastie chirurgicale, lipofilling, injections d’acide hyaluronique, implant pénien…, l’arsenal thérapeutique ne manque pourtant pas !

La dysmorphophobiePublié le 12/07/2005 - 00h00

Cela fait cinq fois que Magali se fait refaire le nez par un chirurgien, et Nadège ne supporte pas la moindre ride qu'elle traite immédiatement avec du Botox ou des injections de comblement. Elles sont toutes deux dysmorphophobiques…

Plus d'articles