Comment repérer un cancer du pénis ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Septembre 2014 : 09h30
Mis à jour le Mardi 16 Septembre 2014 : 11h12
-A +A

Le cancer du pénis est un cancer rare mais en augmentation.

Quels sont les signes à repérer ?

Et quel est le rôle de l’hygiène dans la survenue de ce cancer masculin ?

Quels sont les symptômes évoquant un cancer du pénis ?

Les symptômes d'un cancer du pénis peuvent être les suivants :

  • Une lésion ou une masse au niveau du gland ou du prépuce, parfois sur le pénis, douloureuse ou non, qui ne guérit pas.
  • Une rougeur localisée sur le pénis.
  • Une irritation.
  • Un épaississement de la peau du pénis.
  • Un prépuce qui ne se rétracte pas complètement (phimosis).
  • Un écoulement malodorant ou un saignement du pénis ou sous le prépuce.
  • Des démangeaisons ou une sensation de brûlure sous le prépuce.
  • Une boursoufflure du pénis.
  • Une masse au niveau de l’aine.

 

En pratique, l’apparition d’une rougeur persistante sur le pénis, qui donne lieu progressivement à une boursouflure, pas forcément douloureuse, doit amener à consulter sans délai.

 

Ce n’est qu’au cours de l’évolution de la tumeur qu’apparaissent brûlures, démangeaisons, saignements et augmentation de volume du gland.

Les symptômes tardifs

Ensuite, quand la tumeur grossit et se propage à d’autres organes, d’autres signes peuvent apparaître :

  • Changement morphologique du pénis.
  • Ulcération.
  • Douleur osseuse.
  • Perte de poids.
  • Faiblesse.
  • Fatigue.
  • Maux d’estomac.
  • etc.

De l’importance de consulter tôt...

Les symptômes qui évoquent un cancer du pénis sont facilement repérables et inquiétants pour les hommes.

Mais ils peuvent aussi être causés par d’autres infections. La consigne est donc de consulter dès la moindre anomalie repérée sur cet organe.

 

Plus le cancer du pénis est détecté tôt, plus il est traité à un stade précoce.

 

Les traitements sont aussi plus simples, moins traumatisants et les chances de guérison élevées.

 

Le manque d’hygiène, un facteur de risque de cancer du pénis

Le défaut d’hygiène, aggravé par l’existence d’un phimosis (affection du pénis) empêchant tout décalottage, augmente le risque de cancer du pénis.

En effet, le développement microbien peut entraîner une inflammation impliquée dans le développement du cancer. Ainsi, on recommande un nettoyage classique à l’eau et au savon après décalottage (sans forcer), puis séchage. Et après avoir uriné, bien essuyer le gland afin de ne pas laisser de l’urine acide s’infiltrer sous le prépuce, ce qui favoriserait l’inflammation.

Les autres facteurs de risque :

  • Une maladie dermatologique du gland ou du prépuce susceptible de provoquer un cancer dans un second temps.

     

     

  • Une infection par les papillomavirus, des virus sexuellement transmissibles, également responsables de verrues.

     

     

  • L’âge : le cancer du pénis touche plus souvent des hommes de plus de 60 ans.

     

     

  • Les relations sexuelles non protégées, les partenaires multiples, une vie sexuelle débutée à un jeune âge.

     

     

  • La circoncision : les preuves ne sont pas suffisantes mais la circoncision pourrait protéger du cancer du pénis en favorisant une meilleure hygiène et en prévenant le phimosis.

     

     

  • Le tabagisme.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Septembre 2014 : 09h30
Mis à jour le Mardi 16 Septembre 2014 : 11h12
Source : Société canadienne du cancer, http://www.cancer.ca/. Association française d’urologie, www.urofrance.org.
A lire aussi
Affections du prépuce Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le prépuce est l'enveloppe de peau recouvrant le gland de la verge chez les hommes non circoncis (la circoncision est l'opération qui consiste à pratiquer l'ablation totale ou partielle du prépuce - pour des raisons médicales peu fréquentes, rituelles ou personnelles).

Les cancers du pénis en forte augmentation Publié le 12/05/2014 - 15h27

Le cancer du pénis s’ajoute à la liste des cancers sexuellement transmissibles, après le cancer du foie (hépatite B), le cancer de Kaposi (VIH-Sida), le cancer du col de l’utérus (papillomavirus). Et il est en forte augmentation. Une fois de plus les solutions passent par l’hygiène, la...

Plus d'articles