spazz
Portrait de cgelitti
Bonjour,

J'ai ma meilleure amie qui est depressive depuis peu. Elle veut s'en sortir et voit d'ailleurs un thérapeute. Elle a beau dire qu'elle va de mieux en mieux, mais sa famille et moi même ne trouvons pas de changement. Mais bon il faut le temps...

En fait, je voudrais savoir comment l'entourage peuvent discuter avec un depressif sans que ca tombe en conflit?!

Merci pour vos temoignages

Bises

Babboux
Portrait de cgelitti
Bonjour et bon courage,

Il faut du courage car c'est long, très très long pour s'en sortir. Moi ça fait 4 ans maintenant et deux ans et demi que j'essai de vivre sans la psychologue. Mes enfants me soutiennent et c'est ce qu'il faut.
Il faut être soutenu par les amis, les parents, les frères et soeurs. Et essayez de ne jamais se laisser aller - c'est facile à dire, mais très difficile à faire - J'en ai fait l'expérience. Je suis une personne très dépressive avec des hauts et des bas. Je me suis mariée mais pas par amour et je n'ai pas du tout était heureuse puisque j'ai subi d'énormes violences comme le viol et les coups presque tous les jours et ce pendant 14 ans. (je ne pouvais pas partir car j'étais une femme soumise) mais avec l'aide d'un médecin et de mon avocat j'ai réussi à faire le grand saut. Ensuite je suis partie dans un autre département et là j'ai rencontré des difficultés d'adaptation dans mon travail avec du harcèlement moral. C'est toutes ces choses mises bout à bout qui m'ont provoqué cette grosse dépression.
Surtout ne laissez jamais tomber votre amie car elle a en grand besoin d'amour, de confiance et quelqu'un sur qui elle peut se reposer.....Courage, c'est long mais un jour elle connaitra le repos pour son corps. Moi j'ai des hauts et des bas mais plus de hauts mais j'avoue que c'est long.......
flo
Portrait de cgelitti
bonjour,
je ne sais plus quoi faire pour aider la personne que j'aime à arreter de déprimer; J'ai beau lui dire que je l'aime, que ça ira mieux, elle ne cesse de pleurer, me rejette, elle veut faire break ça me rend malade parce que je ne veux pas la laisser seule, je ne sais plus quoi faire aidez moi svp !!!!
elisabeth
Portrait de cgelitti
une depressive a surtout besoin de soutien de sa famille et ses amies, de ne pas être juger, elle na pas besoin d'entendre aller bouge toi les fesse, motive toi un peu ou arrete ton cinema, de se sentir ecouter.

c'est souvent long a s'en sortir mes avec l'aide et le soutien de son psy de ses amies et de sa famille elle va s'en sortir.

Vous ne voyer pas la difference? essayee de comparer au debut et maintenant vous verrez même s'y c'est des petite choses il y a du changement.

Aller courage a tous.
calopsite
Portrait de cgelitti
Je suis d'accord avec 123. Le soutien est aidant, en effet, mais il faut savoir le donner au bon moment ( ce qui n'est pas facile car un déprimé ne demande pas forcément de l'aide) et faire en sorte de ne pas faire à la place de la personne mais simplement avec elle. Il faut surtout respecter cette personne dans sa maladie et ne pas la prendre complètement en charge comme si elle était dans l'incapacité de faire les choses elle-même. Montrer constamment que l'on est présent pour elle et à l'écoute mais si cela est en silence parce que les mots manquent ou la façon de les dire!
martine
Portrait de cgelitti
j'avais oublié un petit détail. si votre amie a un ami, pour sa guérison il est essentiel qu'il participe à sa thérapie, il pourra mieux comprendre ce qui se passe en elle et peut être que lui pourra l'aider, car souvent dans un couple, l'homme fait un peut partie de cet état. moi-même j'ai fais cette expérience et mon mari malgré son rejet pour la psy a pu enfin comprendre mon état et m'aider à m'en sortir. faites vite car au plus son état se prolonge comme çà au plus longue sera la guérison. Il m'a fallut 12 ans pour être enfin une autre femme, etre à nouveau vivant à part entière. bonne chance.
sauvignon
Portrait de cgelitti
   Votre amie n?a pas choisi sa condition (sa maladie) et elle fait des effort pour qu?elle ailles mieux et bien se comporter avec son entourage. Dites vous bien cela à chaque fois qu?elle « péterait les plombs ». Sa « chute » ne peut être que passagère surtout avec qlq à ses cotés. Vous verrez cet immense bonheur que vous   ressentirez lorsqu?elle redeviendra elle même et vous remerciera d?avoir cru en elle, d?avoir été patiente avec elle.
rosalie
Portrait de cgelitti
[QUOTE=sandra] mon mari est également dépressif, très dure à vivre, il fuit toute responsabilité, il a préféré quitter le domicile, il a maigris, délaisse ses enfants, il a demandé le divorce car il dit ne plus rien ressentir pour moi, au mois d'août tout allait bien, et en octobre quand il a commencé à prendre ses antidépresseurs et suivre un psy, il perd les pédales, il reste dans une solitude, il est replié sur lui, sans cesse fatigué, n'a plus d'appétit, il a des perte de mémoire. Quand on lui demande le motif de sa demande de divorce, il répond "c'est comme c'est la vie ou parce que j'ai envie de divorcer", très perturbant comme situation. Ma fille le vit très mal, elle se sent abandonner par son père, elle était très proche de son père. ce serait dommage qu'il divorce et qu'il s'apercoive de son erreurs par la suite. [/QUOTE]
domi
Portrait de cgelitti
ces témoignages m'interpellent car j'ai vécu une grosse dépression. Je suis une personne anxieuse de nature, déjà toute petite, très sensible. Mais je suis là avec toujours des hauts et des bas. En effet, l'entourage compte énormément, la famille, les amis, le médecin traitant et le psychiatre. Même quand on n'est pas bien du tout, il faut remplir son agenda : demain, mon amie, après demain rendez vous avec le psy, se fixer des objectifs même minimes.

Il faut dire qu'il existe plusieurs types de dépression : mineures à sévères donc plus ou moins longues à guerir.

Celle que j'ai vecue a été très sèvère : je n'avais plus la force de m'occuper de ma fille, de me lever pour aller travailler, des angoisses terribles qui ne partaient qu'au sommeil avec un somnifère, plus aucune envie, de désir, de sentiments. Je me sentais inutile et j'ai essayé plusieurs fois de me suicider. La dernière fois, j'étais dans le coma. Je me suis réveillée pr miracle et je n'en ai plus jamais refait. cela a cessé une fois que mes angoisses se sont effacées.

Les tentatives sont à prendre au sérieux, il faut hospitaliser la personne pour la protéger et la convaincre.

Cette dépression a eu lieu il y a de très nombreuses années, mon entourage ne savait pas quoi faire, me culpabilisait sans le vouloir.
Mon médecin traitant me poussait à aller travailler alors que je ne tenais plus debout, épuisée. Bien sur, j'étais la victime toute trouvée, j'ai subi du harcelement moral par mes supéreiurs. Le travail a été à 50 % dans ma dépression.

Moi je dis, quand cela ne va plus, arrêtez le travail mais ne restez pas seul. Les médecins traitants sont plus "conciliants" actuellement. Meme aujourd'hui, la maladie est mieux reconnue mais les services d'aide ne sont pas là. Le malade et la famille se sentent isolés. On parle beaucoup de structures d'accueil mais ou se trouvent elles , à Paris ? pas dans les villes moyennes.

Je m'en suis sortie miraculeusement. Moi, je ne voulais plus voir personne à part ma famille. J'avais trop honte que l'on me voit dans cet état. J'étais loin d'être agressive mais très repliée sur moi même alors que je suis d'une nature très sociable (style pipelette).Des amis n'insistaient pas mais j'aurais aimé recevoir d'eux un petit mot, un geste.

J'ai de la chance. J'ai chagé de travail après avoir été licenciée et j'ai de nombreux(ses)) qui me soutiennent quand ca ne va pas. Moi, je leur apporte ma joie, mon amitiés, ma générosité quand je vais bien. L'entraide est formidabel.

Alors, un petit mot à Orianette, c'est grâce à des personnes comme toi que j'ai remonté la pente. Continues mais ne t'y perds pas, prends soin de toi aussi.
Syl
Portrait de cgelitti
Bonjour Orianette, voici un article sur esanté qui pourra peut être t'aider à soutenir ton amie ...

http://www.e-sante.fr/fr/magazine_sante/maladies_handicaps/d epressif_dire-9033-174-art.htm

Le mien est de lire des choses sur ce qu'est la dépression et ce que ressentent les personnes qui en sont victimes.
Moi je décris la dépression comme un "cancer" de l'ame ..
Ce qui est dur pour celui qui le vit, c'est qu'on n'a pas une maladie physique donc pour bcp c'est pas vraiment une maladie ... et pourtant je peux t'assurer qu'on souffre autant.
Il faut surtout ne pas culpabiliser plus ton amie qu'elle se sent déjà ... car souvent on est mal, et on sait pas pkoi, du coup on culpabilise ...
Courage à toi et à ton amie !
hus
Portrait de cgelitti
bonjour ,

Apres avoir lu tous ces temoignages , j'ai ressenti le besoin pour la premiere fois le besoin de partager la douleur queje ressens depuis plusieurs années maintenant .
En effet , je suis un mari amoureux attentionné , calme , souriant , et toujours positif ......mais..
Depuis que je sui marié avec mon epouse , il m'a fallut presque 1 an pour me rendre compte qu'elle etait depressive d'apres les differents psychologues et psychatres qu'elle a consulté depuis 3 ans .
Le fait d'avoir mis un nom sur une maladie ou sur un probleme nous a soulagé mon epouse et moi ... du mois au debut .
CAr apres cela est devenut incroyablement dur apres la naissance de notre petite garcon il y a 7 mois .
J'ai beau tout accepter ( meme recevoir des coups sans repondre) car je savais qu'elle n'etait pas dans un etat normal .
Je ne me suis jamais plain . Car j'ai toujours assumer mes reponsabilité d'epux et de pere .
JE fasi tou au quotidien pour rendre mon epouse heureuse car je l'aime sincerement , et je souhiate son bonnheur au quotidien....mais je commence moi meme maintenant a deprimer .
Je travaille la journée , j'ai fais (et continue quand il se reveille)toutes les nuits , je garde mon fils le week-end pendant que mon epouse sort avec ses copines (ce que je pense etre une excellent echose car elle a besoin de couper avec la semaine et le bebe qu'elle garde toute la journée...)je cummule de la fatigue , les agressions regulieres de mon epouse , les sauts d'humeur meme si je me reveille pour changer et donner le bibieron le matin , et quej e lui fais un petit dej au lit .....
J'ai maintenant l'impression que je suis un mauvais mari car tout ce que je fais ne resoud rien ...
Tous les psychologues et psychatres qu'elle a vu lui on tous dit que cela venait de son pere qui l'a beaucoup fait souffrire durant toute son enfance et adolescence...
Mais que faire , pour corriger reparer ses souvenirs douloureux ? seul le temps semblerait etre efficace d'apres les medecins...oui mais combien de temps ??
Je perd peu a peu   ma joie de vivre , mon sourire , mes emotions, et surtout confiance en moi.

Voila voila , cette petite confidence est juste une bouteille jetée à la mer pour faire ressortir les emotions que je garde en moi et que je ne peux malheureusement partager avec personne car ma pudeur m'empeche de partager mes douleurs...

Bon courage a tous ceux qui sont depressif et a tous ceux qui supportent une personne depressive qu'on aime tendremente et simplement .

Pages

Sujet vérouillé