Comment réagir à la colère de l'autre ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 14 Novembre 2005 : 01h00
-A +A
Il ou elle est en colère contre moi. Je ne sais pas comment réagir au mieux, comment faire diminuer cette tension…

Pourquoi ressent-on une colère ? Il s'agit toujours d'un besoin frustré, un besoin qui n'est pas satisfait. L'énergie qui était là au service de ce besoin, l'énergie présente pour satisfaire ce besoin n'a pas réussi à s'exprimer. Du coup elle se manifeste sous forme de colère. En rationalisant, on peut affirmer que lorsqu'on est en colère contre l'autre, c'est qu'on ne lui donne pas le droit d'être autre chose que ce que l'on voudrait qu'il soit. Mon énergie se transforme en colère pour que l'autre se soumette à moi.

Quelle est la solution ?

La réaction classique est de se justifier.Un exemple : « Elle est en colère parce que j'arrive en retard ce soir ». J'essaye de me justifier : « Un coup de téléphone m'a empêché de partir à l'heure que je voulais ». Se justifier n'est pas la bonne solution ! Car c'est entrer dans la colère de l'autre, tenter de lui dire qu'elle a tort d'être en colère. Du coup, elle se défend naturellement et la colère monte, c'est la scène de ménage ! Si je rentre dans sa colère, je l'encourage et j'aurais tendance à penser « de toutes manières, si j'arrive un peu tard, elle est en colère, autant arriver un peu plus tard encore, ça ne changera rien ! » Par la suite, ça peut évoluer vers une incompréhension, voire une escalade et un éloignement dans le couple.La bonne réaction serait plutôt de commencer par essayer de comprendre quel est le besoin sous-jacent à l'origine de cette colère. Dans l'exemple choisi, c'est peut-être le suivant « j'ai besoin que tu sois là ». On peut comprendre ici que cette colère est bon signe, c'est qu'elle a besoin de la présence de son partenaire ! Une fois le besoin insatisfait compris, je peux désamorcer sa colère plus facilement. Je comprends que, finalement, si elle est en colère, c'est qu'elle a besoin de moi, et c'est bon signe. Je vois sous sa colère. Et voici ce que je peux lui répondre « Si je comprends bien, mon amour, tu avais hâte que j'arrive et moi aussi, j'avais hâte de te voir. Je suis désolé d'être en retard. » Ici, je montre que je suis bien responsable de mon retard, mais non de la réaction de colère qu'il a entraînée. Après tout, elle aurait pu être en plein bricolage et être contente que je n'arrive pas trop vite !Au total, il est intéressant de constater que notre colère vient toujours de notre manière de considérer les choses et non des événements eux-mêmes. C'est bien la raison pour laquelle une chose qui m'indiffère totalement peut rendre quelqu'un furieux, et réciproquement. Nous n'avons pas tous les mêmes besoins à satisfaire et nous ne supportons pas tous de la même manière toutes les frustrations !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 14 Novembre 2005 : 01h00
Source : Entretien avec Yvon Dallaire, auteur de " Chéri, parle-moi " aux éditions Option Santé.
A lire aussi
La communication non-violente en pratique Publié le 29/12/2008 - 00h00

Bien communiquer consiste à faire passer un message sans agresser l'autre, même si ce que nous avons à dire n'est pas agréable pour lui. Pour cela il est indispensable d'être attentif à la fois à ses propres besoins et attentif à l'autre. Le respect mutuel est donc la base de la...

La colère, difficile de faire avec ! Publié le 02/05/2005 - 00h00

À certains moments de la vie, il est naturel de ressentir de la colère. Il existe alors deux manières fréquentes de réagir. Soit on accepte cette colère et on la laisse exploser, on devient alors violent, agressif. Soit on n'accepte pas sa colère. On peut alors la nier totalement, la...

Plus d'articles