Comment gérer son asthme ?

Comment gérer son asthme ?
En France, on compte quelque 4 millions d’asthmatiques.La gestion au quotidien de cette maladie peut se révéler compliquée.Comment identifier les facteurs déclenchants, gérer les crises d’asthme, bien suivre son traitement, etc. ?  Mais aussi, quelle sexualité pour les asthmatiques ? Quels sports ou encore comment gérer la scolarité d’un enfant asthmatique ? 
Comment gérer son asthme ?

Le choix de la rédaction

Crise d'asthme aiguë grave : c'est une urgence !

La crise d'asthme aiguë grave est une gêne respiratoire majeure qui se différencie nettement des signes classiques de l'asthme. Elle se reconnaît à sa sévérité et à son apparition brutale. Si d'emblée la personne asthmatique sent le caractère inhabituel de la crise, encore faut-il savoir réagir de facon adéquate, et vite.

Lire l'article
Dossier Santé : L'enfant asthmatique : conseils pour une scolarité réussie

L'enfant asthmatique : conseils pour une scolarité réussie

Comment gérer l'asthme à l'école ? Quelles sont les démarches ? Que faut-il expliquer à son enfant ? Que dire aux enseignants ? Réponses à toutes ces questions pour que la scolarité de votre enfant se passe bien.

Lire l'article
Dossier Santé : Les enfants asthmatiques doivent faire du sport

Les enfants asthmatiques doivent faire du sport

Le sport est bénéfique aux enfants asthmatiques : il augmente les capacités respiratoires, diminue l'essoufflement et l'intensité des crises. Les enfants asthmatiques ont donc tout intérêt à ne pas négliger les activités physiques, même à l'école. Quelques consignes pour que les petits asthmatiques profitent pleinement des activités sportives.

Lire l'article

Quelle sexualité pour les asthmatiques ?

Plus d'un asthmatique sur trois est gêné par son asthme lors des rapports sexuels. Inquiets à l'idée de la survenue d'une crise, certains " s'économisent " lors des rapports sexuels, d'autres en limitent la durée ou la fréquence. Sujet délicat à aborder tant avec son conjoint qu'avec son médecin, voici quelques conseils.

Lire l'article
Dossier Santé : Broncho-dilatateur et corticoïde : 2 traitements à bien ajuster pour son asthme

Broncho-dilatateur et corticoïde : 2 traitements à bien ajuster pour son asthme

Sur quoi repose le traitement de l'asthme ? Peut-on s'habituer à son traitement et être obligé d'augmenter les doses ? Comment vérifier si l'asthme est suffisamment bien contrôlé ? Quelques mises au point.

Lire l'article
Dossier Santé : Quel sport pour les asthmatiques ?

Quel sport pour les asthmatiques ?

L'activité sportive est hautement recommandée chez les asthmatiques. Les bénéfices sont nombreux. Certains sports sont particulièrement adaptés, d'autres sont déconseillés, tandis que seule la plongée en bouteille est interdite aux asthmatiques. Le choix doit se faire selon les goûts personnels, l'avis médical et le bon sens. Ensuite, il convient de trouver le bon rythme, le bon niveau et de respecter certaines conditions.

Lire l'article
Dossier Santé : Asthme : conseils pratiques pour bien gérer son asthme

Asthme : conseils pratiques pour bien gérer son asthme

Quelles sont les clés pour bien vivre son asthme au quotidien ?Hygiène de vie, aménagement du lieu de vie, activité physique, respect du traitement prescrit... Retrouvez tous nos conseils pour mieux vivre avec l'asthme et réduire votre exposition aux allergènes. 

Lire l'article

Articles

L’hiver peut être rude pour vos cordes vocales… Pas question de rester sans voix face aux virus qui passent. Les méthodes douces vont leur mener la vie dure pour éviter que les infections ne se passent le mot que la voie est libre. 

BPCO, ces quatre lettres désignent une maladie grave des bronches qui peut conduire à l’insuffisance respiratoire. Mais lorsque l’on pense Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive, l’image stéréotypée qui nous vient à l’esprit est celle de l’homme âgé, ancien fumeur. Or, les femmes sont tout aussi touchées. Sauf que chez elles, la maladie est souvent plus insidieuse et aussi plus grave. Explications sur la BPCO au féminin.

appli suivi médical

Quand on doit prendre un ou plusieurs médicaments tous les jours au long court, il n’est pas toujours facile d’y penser, voire parfois de se rappeler si on les a pris ou pas. C’est pour cela que de nouveaux outils « connectés » voient le jour pour aider les patients à améliorer l’observance de leur traitement.

allergie

L’allergie ne cesse de progresser et particulièrement chez les jeunes. Mais peut-on aussi développer une allergie à 40 ans, à 50 ans ? Les seniors également peuvent-ils soudainement devenir allergiques ? Les symptômes sont-ils alors les mêmes que chez les jeunes ? Nous avons interrogé le Dr Madeleine Epstein, allergologue à Paris et membre du Comité de pilotage de l’Association Asthme & Allergies

obésité et maladies

Maladies digestives et hépatiques, pneumologiques ou urinaires…toutes paient un lourd tribut à l’obésité. Qu’elles soient conséquences directes de l’excès de poids ou juste favorisées par le surpoids, perdre quelques kilos permet souvent d’améliorer la situation. Que sait-on aujourd’hui de l’impact de l’obésité ?

Toux chronique

Qu’y a-t-il de commun entre le parfum d’une passante, la position allongée ou un fou-rire ? Pour la plupart d’entre nous, aucun. Mais pour certaines personnes, ces trois éléments peuvent déclencher des quintes de toux irrépressibles. Quel est ce nouveau syndrome appelé « toux chronique par hypersensibilité » ?

Cortisone : prise de poids et autres effets secondaires

Très efficaces, les corticoïdes permettent de soulager les symptômes ou de guérir de nombreuses maladies. Avant de les prescrire, le médecin doit, néanmoins, informer des multiples effets indésirables – plus ou moins graves – qu’ils peuvent induire.

Pollution intérieur et qualité de l'air

Savez-vous que l’air de nos logements serait 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur ? Ce chiffre fait réfléchir à la qualité de l’air de nos intérieurs et donne envie de se débarrasser de cette pollution intérieure qui peut provoquer à la longue des symptômes tels qu’allergies et maux de tête, voire contribuer au développement ou à l’apparition de maladies respiratoires telles que la crise d’asthme.

Effets secondaires des corticoïdes

Les corticoïdes prescrits chez l’enfant continuent à faire peur. La phobie de ces médicaments anti-inflammatoires persiste chez les parents qui les considèrent comme dangereux pour leur progéniture, à tort. Les corticoïdes chez l’enfant, pour tout comprendre en 10 questions.

Les allergies alimentaires ou aux pollens, de plus en plus fréquentes, sont fortement médiatisées. Au point -revers de la médaille- d’être banalisées. Or les réactions allergiques graves ou « anaphylaxies » sont, elles aussi, plus courantes et trop méconnues alors qu’elles engagent le pronostic vital, selon un sondage Ifop. De nombreuses personnes à risque n’y sont pas préparées. L’anaphylaxie en 10 questions.

Les coliques du nourrisson sont réputées pour être responsables de douleurs abdominales accompagnées de crises de pleurs difficiles à calmer chez le bébé. Pourtant, tous les pleurs ressentis comme excessifs ne sont pas nécessairement des coliques du nourrisson, et à l’inverse, beaucoup de coliques du nourrisson sont confondues avec d’autres maladies telles que le reflux ou l’allergie aux protéines de lait de vache. Alors, qu’est-ce qui définit réellement les coliques du nourrisson et dans quels cas sont-elles le symptôme d’une autre maladie ? 

L’âge, la grossesse, l’obésité, certains sports et métiers favorisent l’incontinence urinaire chez la femme. La génétique aussi, qui compte pour près de 40% dans ce risque. Quelques gènes ont été identifiés mais le dépistage génétique des femmes à risque de troubles de la statique pelvienne -incontinence urinaire et prolapsus uro-génital- n’est pas à l’ordre du jour. En attendant, comment limiter le risque de fuites urinaires ?

L’hypertension artérielle d’origine médicamenteuse ou toxique est fréquente. Parmi les médicaments à risque, certains sont en vente libre comme les anti-inflammatoires ou les décongestionnants nasaux. D’autres sont prescrits couramment, comme des antimigraineux, des antidépresseurs ou des contraceptifs. Sans oublier la phytothérapie et l’alcool qui peuvent agir sur la pression artérielle.

Les repères pour ne pas se laisser prendre au piège.

Le réchauffement climatique et son impact sur notre santé : un risque croissant

Plus d’allergies, d’asthme, de maladies respiratoires et infectieuses, de gastro-entérites, de décès... L’impact du changement climatique sur la santé est complexe et encore peu étudié. Il dépend aussi de facteurs individuels et socio-économiques mais les risques commencent à être bien repérés. Et sous nos latitudes, ils ne concernent pas que les moustiques…

Vacances d’été : le choix de la santé à la montagne

Envie de frais, de grand air, de vacances d’été saines et toniques ? Prenez de l’altitude, partez vous ressourcer, faites le choix de la santé à la montagne ! Eventail de ses vertus thérapeutiques, dans les Hautes-Alpes et plus précisément à la station emblématique de Briançon-Serre-Chevalier…

L’obésité n’est pas qu’un tour de taille ou une considération esthétique. Etre obèse est une maladie en soi, source de bien des maux. Si l’on connait le diabète, l’hypertension artérielle ou l’arthrose, on ignore souvent la réalité du risque de cancer lié à l’obésité mais aussi de syndrome des apnées du sommeil ou de lithiase biliaire.

Revue de détail avec le Pr Jean-Michel Oppert, chef de service de Nutrition à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Test génétique

Les tests ADN promettent, telles des boules de cristal, de tout vous révéler de votre santé future. Mais s’ils ne se sont pas encore en mesure de vous dire si vous souffrirez un jour de la démence d’Alzheimer ou de maladies cardiaques, ils sont déjà opérationnels pour détecter des anomalies génétiques chez le fœtus ou explorer les tumeurs en vue d’un traitement "à la carte" des cancers du sein. Voici quelques exemples concrets de que l’on appelle la "médecine prédictive et personnalisée". La médecine de demain, c’est déjà aujourd’hui.

Les cures thermales ne soulagent pas seulement les rhumatismes, l’asthme, les allergies respiratoires ou les problèmes dermatologiques. Les cures thermales ont aussi prouvé leur efficacité contre l’anxiété et la dépression. Et elles pourraient être utiles dans la prévention du burn-out.

 

Dans la vie d’une femme, l’asthme est une maladie susceptible d’évoluer. Les grandes variations hormonales du cycle menstruel ou lors de la ménopause peuvent parfois entrainer une aggravation de l’asthme, voire une amélioration pendant la grossesse dans un tiers des cas. Mais actuellement, on ne sait ni expliquer ni prévoir de telles fluctuations. Explications du Dr Anne Prud’homme, pneumologue, Chef de Service des maladies respiratoires au CHU de Tarbes.

Cannabis : l’impact sur la santé des jeunes

Le cannabis est une plante psychotrope qui, consommée sous forme d’herbe (marijuana) ou de résine (haschich, shit) peut être délétère sur le cerveau de 5 à 10% des jeunes consommateurs. Explications.

Souffrez-vous d’allergie alimentaire, d’intolérance alimentaire, ou êtes-vous juste hypersensible ?

Allergies et intolérances alimentaires occupent la scène médiatique à cause de leur spectaculaire multiplication. Nombreuses sont les informations, souvent contradictoires. D’autant plus qu’aux allergies et aux intolérances, s’ajoutent maintenant les hypersensibilités. On fait le point. 

Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie !

On entend de plus en plus souvent parler d’immunothérapie, dans le cancer, les maladies auto-immunes et même l’athérosclérose mais aussi dans les allergies en oubliant que c’est dans ce domaine qu’elle a émergé. Aujourd’hui, l’immunothérapie allergénique ou "désensibilisation", parvient à faire taire les manifestations de certaines allergies respiratoires -asthme, rhinite, conjonctivite- pendant près de 10 ans. Encore trop peu de personnes allergiques y ont accès.     

Quelles sont les plantes qui ont révolutionné la médecine ?

L’histoire abonde de potions à base de plantes formulées par des médecins oubliés qui ont pourtant contribué à la plupart des traitements d’aujourd’hui. Certaines de ces recettes magiques sont farfelues, souvent utiles, voire toxiques et à l’origine de quelques empoisonnements célèbres plus ou moins intentionnels.

Le Dr Jacques Labescat* nous dévoile ici avec beaucoup d’humour, le parcours de ces médecins, les origines et les finalités de certaines de ces potions oubliées.

Et si c’était une allergie ? Les signes qui doivent vous alerter

L’allergie sous toutes ses formes (allergie respiratoire, asthme, allergie alimentaire, allergie cutanée) est une maladie en forte progression. Améliorer le diagnostic est un enjeu prioritaire. Pour l’allergique, cela passe par reconnaitre les premiers signes, car comme le précise Christine Rolland, directrice de l’Association Asthme & Allergies, « dans de nombreux cas, on peut stopper l’ évolution d’une allergie, notamment respiratoire, et empêcher toute aggravation ».

La BPCO, trop souvent dépistée trop tard

La BPCO (pour bronchopneumopathie chronique obstructive) sera la troisième cause de mortalité mondiale dans les décennies à venir. Cette maladie pulmonaire a la particularité de rester silencieuse pendant de longues années. Et lorsque les symptômes apparaissent, la capacité respiratoire est déjà fortement altérée de façon irréversible. Seul un dépistage précoce permet d’éviter l’entrée dans la maladie et l’insuffisance respiratoire chronique.

Le Dr Philippe Serrier, pneumologue à Paris à l’hôpital Cochin nous explique pourquoi tant de personnes sont dépistées trop tard et comment améliorer cette situation.

Crise d’asthme, allergies et maladies respiratoires… c’est aussi une affaire de pollution atmosphérique

Allergies, crise d’asthme, cancer bronchique, rhinites ou BPCO… la dégradation de la qualité de l’air se paie au prix fort. En ce début de saison pollinique, que savons-nous en 2015 de ses conséquences sur les maladies respiratoires ? En décembre dernier, les dirigeants de la planète réunis pour la récente COP21 à Paris ont contraint l’augmentation de la pollution atmosphérique -principale responsable du réchauffement climatique- à 2°C de plus par rapport à l'ère préindustrielle.

Également appelé côlon irritable, colite spasmodique, colopathie fonctionnelle, le syndrome de l’intestin irritable est un trouble digestif fonctionnel lié à une hypersensibilité et à une fragilité de l’intestin. Extrêmement fréquente, cette maladie est bénigne, mais particulièrement incommodante dans la vie quotidienne : diarrhées, constipations, ou alternance des deux, douleurs abdominales, ballonnements, flatulences crampes, etc.

Pour ne pas subir cette myriade de symptômes, il faut y penser et consulter. Le Pr Jean-Marc Sabaté, gastro-enterologue à l’Hôpital Louis Mourier de Colombes (92), Président du Groupe Français de Neuro-Gastro-Entérologie et du Conseil scientifique de l’Association des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable, nous livre quelques informations des plus pertinentes très peu connues des patients.

Cette maladie extrêmement fréquente est considérée à tort comme une allergie par 80% des personnes atteintes, ce qui les désoriente et mène à une errance diagnostique. Les patients souffrant d’une urticaire chronique consultent jusqu’à quatre professionnels de santé avant de bénéficier d’un traitement adapté. Or les plaques rouges, les boutons et les démangeaisons intenses ont un impact désastreux sur la qualité de vie, avec d’importantes répercussions dans la vie personnelle et sociale.

Toux du nourrisson, halte aux idées reçues !

La toux, c’est comme la fièvre. Au même titre que l’organisme lutte contre les infections grâce à la fièvre, la toux aigüe est un réflexe naturel de défense contre les sécrétions nasales et bronchiques. Alors cessons de vouloir la stopper à tous prix. D’ailleurs, antitussifs et autres mucolytiques sont désormais interdits aux moins de 2 ans, et probablement bientôt chez le grand enfant aussi.

pollution intérieur

Avec l’évolution des techniques industrielles et de notre mode de vie, l’air intérieur que nous respirons dans nos logements est devenu plus pollué que l’extérieur, ce qui n’est pas sans répercussions sur notre santé (troubles ORL, respiratoires, neurologiques, de la fertilité, cancers, maladies cardiovasculaires…). Les principaux polluants qui altèrent la qualité de l’air intérieur sont bien connus : tabagisme, matériaux de construction, produits d’entretien, insecticides, cosmétiques, monoxyde de carbone, COV pour composés organiques volatils, radon, etc. En revanche, d’autres sont moins bien appréhendés par le grand public. Quels sont ces polluants inattendus ?

Pages