papa surpris
Portrait de cgelitti
D'avance merci pour votre aide. Antoine notre dernier fils aura 13 ans en juillet, il est le dernier d'une fratrie de 4 (16,24 et 28 ans) il fait pipi au lit toutes les nuits. Nous avons vu divers spécialistes et fait toutes les investigations possibles ainsi que divers traitements : pédopsy, ostéopathe, pipi stop, minirin, diotropan, cures etc...

Antoine dort avec une culotte dry night et pour lui cela ne pose aucun problème il ne veut pas entendre parler d'autre chose que de la couche pour se protéger. Il va en colonie de vacances, chez ses copains, reçoit ses copains à la maison pour dormir et porte sans gène sa ccouche devant tout le monde. Mon fils ainé qui est marié et à 2 garçons de 7 et 4 ans le prend pour les vacances et certains week end, il dort chez lui et met sa couche devant ses neveux qui sont propres la nuit et se moquent de lui cela ne lui fait rien. Il garde sa couche mouillée de la nuit pour dejeuner et il faut lui faire la guerre pour qu'il la quitte souvent pas avant 11 h. Avec mon mari nous ne savons plus quoi faire. C'est un enfant qui travaille trés bien en classe, qui fait du sport et qui est épanoui, seul ce problème de pipi au lit et son attitude nous désespèrent. Il faut dire qu'il a été propre en journée assez tard puisque à 5 ans il portait encore des couches le jour. Le pédiatre nous dit qu'il n'a pas de dysfonctionnement de la vessie, que cela devrait lui passer avec la puberté. Si vous avez des conseils ou des idées merci ils seront les bienvenus

Maman désespérée
Portrait de cgelitti
De retour de vacances je suis surprise de constater les réponses de certaines et certains, en particulierMme Choquée qui se permet des jugements de bas étages, pontifiant sans rien connaitre. Encore un docteur sans diplome. Je vais donc vous expliquer pourquoi Antoine avait encore des couches à 5 ans passés : prématuré de7 mois pesant à peine 880 gr à la naissance Antoine à passé les 5 premiers mois de sa vie à l'hopital en soins intensifs pédiatriques et en service néo nat que ce soit mon mari, mes enfants ou moi nous allions le voir tous les jours et je passais tout mon temps avec lui. A 18 mois on diagnostique une malformation cardiaque grave, opération et 4 mois d'hopital pédiatrique car complications. A 4 ans Antoine avait la taille et le poids d'un enfant de 20 mois, retard de langage, pour la marche et bien sur la propreté c'est pourquoi qu'a 5 ans il avait encore des couches.Dieu merci c'est maintenant un beau garçon de 13 ans qui respire la vie à plein poumons, si ce n'est son problème de pipi au lit. Cet été nous étions en vacances chez mes beaux parents il y avait ses cousins et cousines qui sont dans la même tranche d'âge que lui, j'ai remarqué qu'a la fin des vacances il était plus discret et le matin venait déjeuner sans sa couche de la nuit un petit progré. Depuis notre retour il y a eu une nuit sèche (la première) cette nuit. On m'a toujours recommandé d'être patiente qu'un jour ou l'autre cela finirait par cesser. Vendredi Antoine part chez son frère ainé pour une semaine on va voir l'évolution.
papa+surpris-encore
Portrait de cgelitti
Encore un jugement de valeur au moins aussi choquant que ce qui est écrit plus haut !
Notre fils a été propre le jour vers 2 a et si vous avez bien lu mon post du 04/07 la plupart du temps il s?occupe seul de ses draps nos interventions , venant quand il y a des oublis.
Moi-même né en 1964 j?ai été énurésique jusqu?à 11a et ça a cessé du jour au lendemain lors de notre déménagement. J?ai eu droit aussi aux petits comprimés d?énurétine, et je mettais aussi un slip imperméable avec une serviette pour dormir .
Vous dites « c'etait humiliant et stupide. ? j'ai arrêté de faire pipi aulit, le jour où ma mère a cessé de me mettre une culotte en plastique comme à un bébé. »
Moi ce qui me vexait c?était de me sentir différent et que d?autres le découvrent. Des que j?ai su m?habiller seul vers 5, 6 ou 7 ans ? je mettais ça tout seul : c?était désagréable, mais un moindre mal assez efficace : pas ou peu de réveils en milieu de nuit dans le lit mouillé et pas trop de travail pour ma mère.
Ce que je trouve humiliant est que c?était votre mère qui vous mettait ça !

Vers 6 ans quand ça a commencer a préoccuper Jean nous avons commencé à consulter. Notre fils a choisi lui même (vers 7-8 ans). Il a fait plusieurs essais d?arret des protections (et nous l?y avons encouragé) mais contrairement à vous pour un résultat nul. C?est là qu?il a voulu ces culottes drynites (faciles a mettre seul) au lieu des changes peaudouce libéro.
Par ailleurs je persiste à penser que faire pipi au lit est un petit handicap exactement comme le Trouble Déficitaire de l?Attention et l?Hyper activité : pour les TDA H (Jean est TDA h léger) l?énurésie est 3 fois plus fréquente (au moins 5% pour les 10-15ans) que chez les autres enfants ou ados de cet age (1 à 2%)
Maman désespérée
Portrait de cgelitti
Cher papa surpris
Peut être avez vous mal compris mes propos, le terme barbare qui vous a choqué est me semble t'il trop fort et je suis désolée si je vous ai choqué. Pour ce qui est du comportement d'Antoine nous avons éssayé diverses attitude, les moqueries, la sévérité, la privation de jeux vidéo et autres (portable etc...) tu fais le bébé tu n'en a pas besoin, nous avons consulté un pédo psy pendant deux ans sans résultat sinon un gouffre financier,le pipi stop, divers médicaments tout cela sans résultat. Notre médecin de famille pense qu'il fait preuve d'immaturité et c'est vrai qu'il a parfois un comportement infantile, c'est le dernier et nous l'avons peut être trop couvé surtout qu'a la naissance il a eu de gros problèmes et nous avons failli le perdre. Ses frères le surprotège, ils surveillent ses fréquentations, son travail scolaire et sont à sa disposition pour l'amener au sport, voir des matchs, au cinéma. Celui de 24 ans qui est en fac de droit lui consacre tous les week-end son samedi malgré le travail qu'il a (il prépare un master) son frère ainé le prend chez lui au moins une fois par mois et pendant les vacances il va avec lui et sa famille, c'est le petit gâté de la famille, son frère de 16 ans l'accompagne au collège et surveille ses devoirs tant qu'a nous les parents c'est vrai nous sommes parfois trop laxistes. En matière d'énurésie nul ne détient la vérité. J'espèra qu'avec le temps et un peu plus de maturité cela passera aussi bien pour Antoine que pour votre fils, soyons patients. Encore une fois mille excuses si je vous ai froissé, bien à vous
Rémy
Portrait de cgelitti
Le syndrome d'apnées du sommeil chez l'enfant

Et oui, ça existe aussi?.


Les apnées chez l?enfant sont de mécanisme essentiellement obstructif. Elles existent chez 1 à 2% des enfants âgés de 4 à 5 ans aussi bien chez les garçons que chez les filles.


Le signe qui doit attirer l?attention est le ronflement.


Néanmoins tout enfant ronfleur n?est pas un apnéïque. Il faut redouter des apnées en cas d?obésité, d?un ronflement associé, d?une morphologie faciale particulière (menton en retrait, face « aplatie »), de grosses amygdales et/ou des végétations protubérantes, des troubles respiratoires (asthme, rhinite et sinusite), d?une anomalie génétique, en particulier les enfants trisomie sont plus exposés.


Un enfant qui fait des apnées du sommeil a un sommeil agité, il ronfle beaucoup, fait plus d?accès de somnambulisme et d?énurésie (pipi au lit). Ce mauvais sommeil a des conséquences sur la qualité de la journée. En particulier les performances scolaires peuvent être altérées car il y a toujours des troubles de la vigilance qui s?expriment chez l?enfant soit par une somnolence, soit plus souvent par une agitation (Vous connaissez les enfants hyperactifs ?).


Chez certains enfants il existe une cassure de la courbe staturo-pondérale (les enfants ne grandissent pas et ne grossissent pas) avec une reprise de la croissance après amygdalectomie.


Si le surpoids contribue à aggraver les apnées, un amaigrissement est une technique thérapeutique qui va mettre du temps pour donner des résultats. La tendance actuelle est donc de se focaliser sur les amygdales. Quand elles sont grosses elles font obstacles au passage de l?air. Les enlever soulage 75 ? 100% des enfants.

Alors faut-il enlever les amygdales ou pas ????


Un enfant ronfleur qui dort bien, qui se développe normalement, qui n?a pas de difficultés scolaires et qui est en bonne santé, n?a aucune raison d?être traité, même si ses amygdales sont hypertrophiées. Un enfant ronfleur avec des difficultés scolaires, une somnolence diurne, des angines à répétition et d?énormes amygdales a probablement des apnées et justifieraient d?une intervention chirurgicale. Entre ces deux extrêmes restent les enfants pour qui le diagnostic est moins clair. Chez ces enfants les médecins proposent une polysomnographie qui peut être faite soit en hospitalisation soit (selon l?age de l?enfant) à domicile. Malheureusement peu de médecins sont capables de réaliser cette exploration?
idée
Portrait de cgelitti
Vos enfants, au cours de la journée, font-ils des exercices comme retenir leurs urines pendant quelques temps?
choquée...
Portrait de cgelitti
[QUOTE=papa-toujours-surpri] « des couches le jour à 5 ans, ce n'est pas moi qui le dis...C'est la personne qui a initialisé cette discussion. »

Ça parait effectivement surprenant à premiere vue: Mais avant d?accuser les prents je me suis renseigné : Bien que rare une vessie hyperactive avec contractions incontrollées ça existe. Par contre n?avoir aucune pudeur ça relève bien de l?éducation

« Le pipi au lit n'est pas, ne sera jamais un handicap, c'est un moyen de se libérer la nuit, des tensions accumulées dans la journée, qui submergent l'enfant, et dont le trop plein doit s'evacuer. »

Ça c?est l?explication du « tout psychologique » qui prévalait lorsque nous étions enfants. Depuis +/- 15 ans les explications sur les causes de l?énurésie ont fortement changé.

Pour l?énurésie secondaire (apres 6 mois de propreté) cette cause reste parfaitement vraie.
Pour l?énurésie primaire (surtout lorsque l?enfant n?a jamais de nuit séche) 4 explications sont avancées
1)     l?hérédité : 1 parent ancien énurétique = 1 chance sur 3, 2 parents = 60 à 75% de chances que l?enfant en hérite.
2)     Déficit d?hormone antidiurétique (régulation de la production d?urine + le jour moins la nuit)
3)     Vessie trop petite
4)     Sommeil durant la phase de rêve anormalement profond

« Je ne suis pas psychiatre, je ne peux dire si c'etait le fait de retourner à l'état de bébé la nuit qui me desangoissait ou simplement la sensation de me délivrer d'un trop plein d'angoisse, mais cette pression en était la cause. »

Il s?agit de l??uf et de la poule qui vient en premier ??? Pour l?énurésie secondaire certes les tensions, mais au contraire pour l?enurésie primaire c?est l?énurésie qui culpabilise et fait perdre sa propre estime à l?enfant (le seul point où je vous suit dans ce cas c?est qu?il faut éviter de dramatiser pour ne pas encore ajouter une pression supplémentaire)
Renseignez vous sérieusement : le site pipi-au-lit.net présente ces explications de manière tres claire pour le grand public (interview du Prof Lotmann). Ce n?est pas moi qui l?invente??..

« Cessez de faire de cet inconvénient un handicap !!! pourquoi pas une tare aussi pendant que vous y êtes !!! »
Alors oui je persiste à appeler un chat un chat : comment qualifiez vous le bégaiement ou l? hyperactivité de l?enfant: avez-vous un autre mot que handicap léger disparaissant généralement à l?adolescence ?? Expliquez moi donc en quoi l?énurésie primaire totale serait différente ?
[/QUOTE]
Vous avez eu de la chance de beneficier du "tout psychologique" lorsque vous etiez enfant, moi qui suis née dans les années 50 je n'y ai pas eu droit, ma mère pensait que les psys ne soignaient que les fous...Autres temps, autres moeurs....Je ne m'appuie, pour avancer ce que je dis, que sur mes propres ressentis et ma propre expérience. Et...non, quelque que soit le site ou la reference dont vous vous prevalez, pour moi, les enfants qui font pipi au lit ne seront jamais des handicapés. peut être une excuse commode pour deculpabiliser les parents au niveau educatif et affectif ? Car les parents ont une grande responsabilité dans l'enuresie. Mais encore faut-il, qu'au contraire des miens, ils le reconnaissent.....
papa surpris
Portrait de cgelitti
moi aussi je rentre de vacances ne vous étonnez pas maman désespérée des jugements de valeur de choquée : "elle sait fort bien ce qu'est le pipi au lit", le prix nobel de médecine en personne viendrait lui expliquer qu'elle se trompe: elle resterait droite dans ses bottes sûre de la justesse de ses vues, ni le lien vers un site bien documenté ni les dizaines de références médicales citées dans wiképédia n'ébranlent ses certitudes...plutot qu'un médecin sans diplome je dirais la psychorigidité personifiée....
Anne
Portrait de cgelitti
Oui, mais nous avons des verrous. Même dans un sommeil tres profond, nous ne faisons pas pipi sur nous, notre inconscient veille et nous en empêche. Je me suis endormie par anesthesie pour une operation de quatre heures avec une envie d'uriner intenable, et il ne s'est rien passé, à mon reveil, j'ai demandé un bassin...
PATIENCE
Portrait de cgelitti
J'AI ESSAYE UNE ASTUCE AVEC MON AINEE QUI MOUILLAIT SON LIT CHAQUE NUIT.
J'AI MIS UN CALENDRIER SUR LE MUR DE SA CHAMBRE ET ON S'AMUSAIT A METTRE UN SOLEIL QUAND LES DRAPS sont SECS ET UN NUAGE QUAND ILS ETAIENT MOUILLES.
ENSUITE ON COMPTAIT LES JOURS SOLEIL ET LES JOURS PLUIE.
BIEN SUR LE BUT été D AVOIR PLUS DE SOLEIL QUE DE GRISAILLE AVEC DE LA PATIENCE EN EVITANT LES MOTS BLESSANTS ET LES CRITIQUES ON A REUSSI.
Choquée
Portrait de cgelitti
[QUOTE=papa-surpris] voila encore Choquée ses jugements ses termes tabous et naturellement c'est encore de la faute des parents!
Quand à se documenter avant d'émettre des jugements ce n'est bien sur pas d'actualité. (Si vous n'avez pas eu d'enfant énuretique vous faites partie des 2/3 de chanceux...)
Enfin l'anglais est peut être plus precis que le français
entre disabilities et handicap il ya une nuance que nous n'avons pas.
Le trouble déficitaire de l'attention et l'hyperactivité ont toujours existé meme s'ils n'étaient pas ainsi nommés.(enfant turbulent ou instable ou DYS qq chose)
Les assos de parents APEDYS et Scarlett en Belgique doivent fournir un sacré contingent pour les thérapeutes!
Quand le trouble est léger et que l'enfant est encadré on arrive à s'en sortir à peu près. Nous avons une amie de l'assos qui a une fille TDA dysorthographique dyscalculique sévère qui a du redoubler 2 fois en primaire malgré les heures que ses parents lui consacraient en primaire et qui a quitté en 4° à 16a sa scolarité. Cette famille comme nous a trois enfants et les deux autres enfants n'ont aucun probleme tout en ayant reçu beaucoup moins de soins d'affection et de consultations de pédopsy. Naturellement vous allez nous dire qu'elle n'est pas handicapée et que c'est totalement de la faute de ses parents. Pour faire un point sur l'attitude des enseignants certains savent gerer les efants les adorent et d'autres dans le déni vous disent au choix d'arreter de passer tous les caprices de votre enfant ou bien de lui laisser vivre sa vie...
Pour le témoignage d'enfant vous avez celui de mon fils au début du post. (je ne parle pas des dizaines d'autres dans le site cité plus haut...)
[/QUOTE]

Mon fils est dyscalculique, dysorthographique et dyslexique, il travaille tres bien en classe ( 13 de moyenne generale ) et vient de reussir son brevet avec mention. Ces troubles constituent un handicap, qui ne mene pas forcement à l'echec scolaire, la preuve !
Le pipi au lit, n'est pas un handicap. C'est un trouble psychologique qui merite toute l'attention des parents, mais certainement pas qu'on emploie de pareils termes pour le qualifier.

Pages

Sujet vérouillé