arnaud
Portrait de cgelitti
Je pense être alcoolique bien que je ne me l'avoue pas ! Il y a une quinzaine d'année je me suis mariée avec un homme charmant quand on s'est connu, mais dès que j'ai été enceinte, il a commencé à boire,pour, dès la naissance de notre fils, boire bcp (une bouteille de whisky/jour) . Il m'a entrainé au fur et à mesure dans cette voie (il aimait que je l'accompagne disait-il !) et il est devenu atroce : dispute, violence.. bref ! j'ai divorcé.

Au début de ma vie de nouvelle célibaire, tout allait bien. Je revoyais mes amis, je me sentais libre, je ne buvais que modérement.. et puis j'ai eu des problèmes d'argent, et là ! plouf !!! j'ai commencé à plonger dans l'alcool comme une folle. J'ai deux enfants (17 et 26 ans). Au début, je cachais mes bouteilles, et au fur et à mesure, j'ai laissé trainer tout.. j'ai laissé ma maison sans ménage, c'est le "bordel" et plus il y en a, moins j'ai envie (pas de courage) de ranger.

Ma fille ainée a pris un appart avec son copain et m'a proposé de prendre en charge son frère car elle voit bien que je suis incapable d'élever correctement mon fils. Je n'ai pu qu'accepter ! C'est une situation atroce, je me dis que je n'arriverai jamais à m'en sortir. Si je vais faire une cure (ce que j'aimerais bien) je vais revenir dans mon "taudis" et je vais replonger...... Quand je dis taudis, faut voir pour croire ! Je ne sais plus par quel bout prendre les choses. Même ma fille est désespérée ! Elle me dit " je voudrais bien t'aider, mais par quel bout je commence?

Je ne sais si quelqu'un a un problème identique (là je viens de m'avaler 1/3 de bouteille de scotch) et je me sens relativement "lucide" mais je sais qu'au prochain verre je vais avoir un "trou noir" ...

Il est dur de ne plus se rappeler, le matin, ce qu'on a fait le soir !

Il m'arrive de ne pas boire une goutte d'alcool certains jours (je ne suis pas chez moi, par exemple) et, ce qui m'étonne, je n'en éprouve pas le besoin ! suis je réellement alcoolique? ( j'ai une amie qui avait un mari alcoolique qui ne pouvait se lever le matin s'il n'avait pas bu qq bières ou du vin rouge) Moi le matin il me faut de l'eau gazeuse !

Merci d'avoir pris le temps de me lire et j'espère avoir une ou mieux, des réponses et conseils !

Niki

Roland
Portrait de cgelitti
J'ai lu ton message. Il n'y a pas de doute : tu es alcoolique. C'est dommage de gâcher ta vie ainsi. Pense à tes enfants même s'ils sont majeurs, ils ont besoin de toi. Tu les rends triste même s'ils ne te le disent pas. Je parle en connaissance de cause. Mon père est alcoolique et j'ai souffert toute ma vie de son état qui n'a fait qu'empirer au fil des ans.

Je te suggère comme la fait mon prédécesseur de t'adresser à une association d'aide aux alcooliques. Elle te sera d'un grand secours. Bon courage pour la suite. Tiens nous au courant...

Roland
Jean Marie
Portrait de cgelitti
Bonsoir Nicki
J'ai lu très attentivement ton témoignage. Je suis agé de 62 ans et j'ai arrêté de boire depuis 20 ans. Mais ton témoignage me rappelle ce que j'étais et ou je suis tombé. Il y a moyen de se sortir de ce calvaire infernal.
La seule chose qu'il te faut à ce jour c'est LE DESIR SINCERE D'ARRETER DE BOIRE
A partir de ce désir nous pouvons t'aider pour arriver à être abstinente. Je ne sais pas si dans ce forum je peux laisser mon adresse mail. Mais la voici et tu peux t'enservir quand tu veux VIVREHEUREUX@SKYNET.be
Courage, car tu n'es pas seule
Jean Marie
PATRICK C
Portrait de cgelitti
[QUOTE=André] je viens de lire votre message,je suis obligé de me déconnecter ce soir, mais soyez certaine que demain je répondrais à votre appel "au secours". Espoir, il y a quelque chose à faire, en tant qu'ex grand buveur,je vais vous aider. Depuis 1998, j'ai aidé beaucoup de personne à se sortir de ce fléau. Courage, à demain.
               Cordialement

mon email: anjacaya@aol.com[/QUOTE]
André
Portrait de cgelitti
je viens de lire votre message,je suis obligé de me déconnecter ce soir, mais soyez certaine que demain je répondrais à votre appel "au secours". Espoir, il y a quelque chose à faire, en tant qu'ex grand buveur,je vais vous aider. Depuis 1998, j'ai aidé beaucoup de personne à se sortir de ce fléau. Courage, à demain.
             Cordialement

mon email: anjacaya@aol.com
Jean-Pierre
Portrait de cgelitti
J'ai eu ce problème d'alcool il y a maintenant 14 ans. Après un seuvrage de 15 jours dans un établissement hospitalier ordinaire, j'ai effectué une post-cure en Alsace (Marienbronn exactement)et depuis, je suis abstinent. J'y suis arrivé sans effort particulier et je ne pense pas pas être individu exceptionnel. D'autres l'ont également fait. Alors, un peu de réalisme et bon courage. Jean-Pierre
nanona
Portrait de cgelitti
bonjour NIKI ;( j'ai 40 ans de regard sur ce fléau) à votre question suis je réellement alcoolique?... =n'est pas alcoolique qui veut!!!!!l'alcoolisme est classé MALADIE,mais ne s'attrappe pas comme la grippe, ou une angine, ou un lumbago...l'alcool TUE, le tabac TUE,ils sont classés officiellement= DROGUE:...la difficultée, encore aujourdhui ,est qu'il y a trés peu de personnels de santé (médecins toute catégories =généraliste,gastroentérologue,pneumologue,cardiologue,PSYCH IATRE, medecin du travail,nutritionniste ,interniste,ETC...kiné,infirmieres,etc...) ayant reçu une véritable FORMATION en alcoologie, et donc pour la majorité ils sont incompétants et ne peuvent pas apporter d'aide éfficase a : personne en danger de mort;(et DANGEREUSE pour tous,l'automobile TUE mais + l'alcool ou 1 joint!!...=TUERIE=des dizaines de milliers par an de morts sur les routes de France, etc...) je vous remercie d'éssayer de comprendre ce probléme que vous vivez,et surtout de trouver ce qui vous convient à vous=1 médecin,1 ami,1 parent, 1 alcoolique abstinent=voir du coté des mouvements dit d'anciens alcoolique !!bien que je pense qu'il n'y a pas d'ancien alcoolique =on est / ou on n'est pas alcoolique!!on est soit consommateur de boissons alcoolisées ou on est totalement abstinent;et bien sur :INTERNET car s'informer c'est a mon avis la meilleure maniere de se donner SA CHANCE!!!! c'est notre intéret à tous,je suis arrivé sur ce forum par hazard ...bonne chance..
Jean-Pierre
Portrait de cgelitti
Pour completer le message ci-dessus, j'ai mis en place une antenne locale d'Alcool, Ecoute, Joie et Santé afin d'essayer de sortir d'autres personnes de cette galère en mettant mon expérience à leur service. Jean-Pierre
arnaud
Portrait de cgelitti
moi j'ai actuellement ce probleme eje men vais pour marienbronn est un bon etablisssement jean pierre
rosy
Portrait de cgelitti
Je suis un peu dans le même cas que Niki. Tous les jours il me faut mes apéros. Je suis incapable de dire pourquoi peut-être que çà me fait passer le temps. J'ai pourtant un mari et 2 enfants adorables. Il y a peu de temps j'ai subi une intervention l'accool ne m'a pas manqué mais arrivée à la maison tout a recommancé. Comment faire pour m'en défaire car je me rends compte que çà me détruit et qu'il faudrait que j'arrête au plus vite.
François
Portrait de cgelitti
Bonsoir,
Malade alcoolique depuis environ 15 ans, je suis maintenant totalement abstinent depuis 3 ans et ma vie a complètement changé.
L'alcoolisme est une maladie incurable évolutive et mortelle que l'on ne peut stopper que par l'abstinence définitive.
Je n'ai pas qualité pour dire qui est, à part moi, alcoolique ou pas ; c'est l'affaire de chacun ; mais je pense, avec beaucoup d'autres alcooliques affranchis, que la dépendance s'analyse simplement par "la perte de la liberté de ne pas boire".
Je n'ai pas non plus de recette miracle pour arrêter de boire : comme chaque chemin dans l'alcool est unique, chaque chemin vers l'abstinence l'est aussi.
Il me semble par contre que TOUS LES MOYENS SONT BONS et doivent être essayés et additionnés pour sortir de cet enfer.
Les médecins alcoologues et psychiatres, leurs médicaments, les psychologues, les cures, la famille, les associations... Il ne faut rien s'interdire !
Pour ce qui me concerne ce fut une cure dans un établissement spécialisé en alcoologie qui mit fin à ma consommation mais je serais depuis longtemps retombé dans le gouffre si je n'avais intégré une association d'anciens buveurs (son nom n'a pas d'importance) car ma première maladie d'alcoolique est l'orgueil de pouvoir imaginer que je pourrais un jour reprendre un verre et contrôler ma consommation.
Seule l'appartenance à un groupe de malades comme moi me permet de me souvenir toujours du caractère définitif de ma maladie.
Je crois vraiment que l'alcool est trop fort pour un individu tout seul et que c'est une erreur profonde de penser que la volonté d'un seul peut en venir à bout.
Seule la fraternité de mes amis alcooliques me permet maintenant de vivre heureux sans alcool.
Bon courage à vous.
François

Pages

Sujet vérouillé