ledens34
Portrait de cgelitti
Bonjour, je m?appelle Emma, je suis remariée à un homme qui buvait beaucoup au début de notre rencontre. Tous les soirs, il buvait un à 2 whisky et pas des petites doses et à table, il buvait pratiquement 1 bouteille de vin rouge à chaque repas.

Suite à des menaces de le quitter car il y avait eu une fois de trop (il était ivre en rentrant de son travail et il le niait), il suit désormais un traitement (AOTAL). Il a aussi cessé de boire durant la semaine, ne boit qu?un apéro voire 2 très rarement le week-end. Et tout cela depuis 10 mois. Il avait rencontré un médecin de l?association et puis comme il a été en maladie pendant presque 3 mois pour un problème de dos, il a tout arrêté.

Même s?il est raisonnable, je crains toujours les repas de famille où nous sommes invités, les soirées exceptionnelles où il est difficile qu?il n?y ait pas d?alcool.

Il m?a toujours dit depuis 10 mois qu?il a entamé son traitement que ce ne serait jamais Alcool = 0. Nous avons arrêté ensembles le tabac il y a un an et il me dit : « que va-t-il me rester si on m?enlève tout ».

Aujourd?hui, nous n?avons pratiquement plus de relations sexuelles. C?est dû au traitement, je le sais bien alors que nous nous aimons énormément. J?en souffre, nous en parlons souvent mais il me dit qu?il n?y peut rien, que ce n?est pas sa faute. Je commence à faire de la dépression et moi qui y suis sujette, je ne sais plus quoi faire.

Alors, ma question est la suivante : comment faire pour arriver à vivre avec un homme qui fait beaucoup d?efforts mais avec qui je n?ai plus de relations ?

Merci de l?aide que vous pourrez m?apporter.

Emma

bernard
Portrait de cgelitti
Le plus dur c est le premier pas !!
C est encore plus vrai dans l alcoolisme
Le deni est d autant plus fort que l emprise de l alcool est une des plus puissantes (deshinibiteur anxiogene antidepresseur euphorisant et j en passe )
Souvent le refus d accepter sa dependence montre une peur panique de vivre sans alcool
On est persuadé que tous les plaisirs seront gachés ;sorties ;resto ;repas entre amis;vacances..
Alors que c est exactement le contraire!!
Les sensations reviennent la santé l intellect la sensualité sous toutes ses formes
Ce n est que mon avis mais le plus efficace est la cure et post-cure et garder contact avec une assos et un alcoologue car pour l instant c est une maladie incurable qui ne souffre aucun relachement(en effet c est Alcool=0)et les repas avec alcool sont reputes "danger ++"pendant la premiere année d abstinence totale
Assos: Vie libre    AAnonymes Croix d or
bon courage et pensez a vous protéger VOUS
Robin
Portrait de cgelitti
Je suis alcoolique depuis des années je n'ais que 39 ans et ma vie en ais tres affecté.Mes relations avec les femmes ne dure jamais longtemp..cause..alcool. je suis une térapie depuis 2 ans mais rien ne change .Alors quoi faire?? suije condanner a vivre comme ca toute ma vie?? Merci de me répondre. Robin
ledens34
Portrait de cgelitti

courage je suis ds le meme ka .j ai 43 ans un fils de 9 ans s ai tous .le reste j ai tous perdu femme amis ect ecte ect on connais tous ca . MAIS LA J AI PEUR DE PERDRE MON FILS 

 

Socrate
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Emma]
Il m?a toujours dit depuis 10 mois qu?il a entamé son traitement que ce ne serait jamais Alcool = 0.   « que va-t-il me rester si on m?enlève tout ».
[/QUOTE]
Tout, c'est quoi ? l'alcool ? Je pense qu'entre continuer à entretenir ce rapport avec l'alcool, assorti de prise de médicaments, ne peut mener que dans un mur...
Par contre, supprimer l'alcool ouvre toutes les possibilités, y compris l'appétence sexuelle. Mais il faut sortir du déni.
Sujet vérouillé