cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour à toutes,

Je vois que les causes de la boulimie ne sont pas connues, dans la plupart des cas.

Voici donc ma modeste contribution, identique à ce que disent mes patientes.

Le manque de soutien psychologique à certains moments de la vie serait un facteur déclencheur majeur des troubles du comportement alimentaire comme l'anorexie ou la boulimie.

Peu de choses sont connues sur les facteurs contextuels familiaux qui augmentent le risque de troubles du comportement alimentaire comme l'anorexie ou la boulimie.

Des chercheurs de l'université du Minnesota aux Etats-Unis ont souhaité comprendre dans quelle mesure certains évènements de la vie familiale et personnelle pouvaient déclencher ces troubles dans le but d'améliorer la prévention de ces maladies.

Des personnes de tout âge (de 17 à 64 ans) souffrant de troubles du comportement alimentaire ont été interrogées sur leur passé et sur le déclenchement de leur maladie. Les chercheurs ont ainsi pu repérer 6 thèmes principaux qui précèdent le déclenchement d'un trouble du comportement alimentaire :

  • Le changement d'école : qu'il s'agisse d'un changement d'établissement ou du passage dans un niveau d'étude supérieur, plusieurs malades rapportent un sentiment d'abandon difficile à gérer dans cette situation.
  • Les changements relationnels : la rupture avec son compagnon ou sa compagne mais aussi le divorce des parents ou une nouvelle rencontre pour un des parents sont parfois associés à un sentiment d'abandon pouvant déclencher des troubles du comportement alimentaire. Une femme explique "je n'ai pas supporté que mon père parte avec cette 'barbie' plutôt que de rester avec nous".
  • Le décès d'un membre de la famille : ou la mort d'un ami proche peuvent être très traumatisant. Le manque de soutien et la difficulté à gérer un tel évènement peut amener à des troubles du comportement alimentaire.
  • Un déménagement ou un changement de travail : là encore cette situation nouvelle peut donner lieu à un sentiment de perte de repères ou de la solitude pour lesquels la nourriture offrira un certain refuge.
  • Un problème de santé ou d'image de soi : une femme souffrant d'hypoglycémies (baisse du taux de sucre dans le sang) avait reçu comme conseil de manger fréquemment pour éviter tout malaise. L'application de cette directive ayant été poussée à l'extrême a alors déclenché la boulimie. Dans d'autres cas, la perte de poids liée à une maladie s'est accompagnée de commentaires positifs de l'entourage sur ce nouvel aspect physique ce qui a poussé la personne à continuer un régime inadapté, amenant alors vers l'anorexie.
  • Le viol, l'inceste et les abus sexuels : ces évènements sont souvent difficiles à confiés et amènent souvent peu de soutien en raison d'un manque de compréhension. L'alimentation peut alors jouer ce rôle ou servir d'outil : un corps en surpoids étant moins attirant, il protège de la situation vécue.

Les chercheurs concluent leur résultat en déclarant : "Les professionnels de santé doivent être au courant de l'importance de tels évènements qui surviennent pendant l'adolescence ou chez de jeunes adultes. Aider les parents à être à l'écoute et à soutenir leurs enfants au cours des évènements difficiles est probablement beaucoup plus important que d'essayer de résoudre le problème."

Références :F.Duval-Levesque, Berge, J. M., Loth, K., Hanson, C., Croll-Lampert, J. and Neumark-Sztainer, D. (2012), Family life cycle transitions and the onset of eating disorders: a retrospective grounded theory approach. Journal of Clinical Nursing, 21: 1355–1363. doi: 10.1111/j.1365-2702.2011.03762.x

F.Duval-Levesque

psychotherapeute.wordpress.com