Le coma, c’est quoi exactement ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 10 Mars 2014 : 13h00
Mis à jour le Lundi 10 Mars 2014 : 13h11

« Il est dans le coma ».
Quand on entend cette phrase, on pense que cette personne se trouve dans un état grave, sans trop savoir au juste ce qu’il en est, et ce que l’on peut espérer.

Voici des explications sur le coma, précisions qui nous sont données par un neurologue, le Dr Logak de l’hôpital Saint-Joseph à Paris.

Le coma, c’est quoi exactement ?

Le coma est une altération de la vie relationnelle, donc de la relation de soi avec les autres, au niveau du langage, de la sensorialité : ouïe, odorat, vision altérés.

Ce qui est particulier au coma, c’est que la vie végétative reste préservée : le cœur, les poumons, le tube digestif, l’appareil urinaire, les hormones… Tout cela continue à fonctionner.

Quels sont les différents stades du coma ?

Il existe plusieurs profondeurs de coma, du coma vigile au coma très profond.

Le coma profond se rapproche de la mort cérébrale.

  • Dans un coma léger, ou coma vigile, le malade garde un certain degré de vigilance.

    Il semble somnolent, il a les yeux fermés, mais il répond à des stimulations appuyées ou répétées.

    Si on lui parle en répétant la question plusieurs fois, il répond de manière brève ou si on le stimule en le pinçant, il réagit. Mais les stimulations provoquant une réaction sont bien plus importantes que pour un être humain normalement éveillé.

  • Dans un coma de profondeur moyenne, il y a aussi une fermeture des yeux.

    Mais la réactivité aux stimulations est plus faible. La personne ne répond pas si on lui parle, même en répétant plusieurs fois. Mais elle peut réagir de manière adaptée en cas de douleur, par exemple si on la pince ou si l’on appuie fortement sous les mâchoires (manœuvre de Pierre Marie), elle fait une grimace.

  • Dans un coma très profond, le malade n’a aucune réaction, ou bien elles sont inadaptées.

    Ce type de coma est difficile à évaluer, parce qu’une fois soignées, les personnes se trouvent intubées, ventilées et anesthésiées.

Un coma, c’est dû à quoi ?

Le coma est lié à une agression de la substance réticulée qui régule notre éveil et notre sommeil. Cette substance réticulée est située dans le tronc cérébral, à la base du cerveau.

L’agression de cette zone du cerveau peut venir de plusieurs origines très diverses :

  • Le coma est dû à une substance toxique.

    Il peut s’agir de médicaments (en cas de tentative de suicide par médicaments par exemple), de l’alcool (coma éthylique) ou encore d’une intoxication par le monoxyde de carbone, un gaz très dangereux produit par les combustions incomplètes (chaudières, cheminées…).

    Notez qu’une anesthésie générale, c’est un coma par substance toxique, mais un coma volontaire, réversible, provoqué et contrôlé.

  • Le coma est dû à un problème métabolique.

    Il peut par exemple s’agir d’une hypoglycémie chez un diabétique. Le taux de sucre diminue tellement dans son sang que le cerveau ne reçoit plus suffisamment de glucose, alors il souffre jusqu’au coma.

    Il existe plusieurs sortes de comas métaboliques dus à des anomalies chimiques dans le sang, un coma en cas d’hyperglycémie, d’hypoxie (en cas de noyade par exemple, le cerveau manque d’oxygène).

  • Le coma est dû à des lésions du cerveau

    Le cerveau peut se trouver lésé par un traumatisme, une tumeur, un accident vasculaire cérébral (AVC)…

D’autres causes de coma sont plus rares comme par exemple celle liée à un état de mal épileptique.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 10 Mars 2014 : 13h00
Mis à jour le Lundi 10 Mars 2014 : 13h11
Source : Le Dr Logak est médecin neurologue à l’hôpital Saint-Joseph à Paris.
A lire aussi
Traumatisme crânien : le handicap invisible !Publié le 13/10/2008 - 00h00

Chaque année, en France, 160 000 personnes sont victimes d'un traumatisme crânien et près de 8 000 restent gravement handicapés. Outre les conséquences physiques (tétraplégies…), les traumatismes crâniens transforment parfois profondément le comportement et la personnalité des victimes :...

Tremblement essentiel : quand les mains tremblent...Publié le 31/03/2008 - 00h00

C'est l'affection neurologique la plus fréquente, il touche une personne sur 200 environ. Et pourtant, il est très mal connu et les personnes atteintes souffrent du regard des autres, souvent incompréhensif. Apprenez à connaître le tremblement essentiel.

Epilepsie : à chaque crise son histoire…Publié le 10/11/2016 - 15h54

Toutes les personnes souffrant d’épilepsie ne se ressemblent pas, les crises d’épilepsie non plus. A ceux pour qui l’épilepsie n’évoque rien d’autre que des convulsions spectaculaires, le Dr Gilles Huberfeld, neurologue au CHU Pitié-Salpêtrière (Paris) raconte cette maladie, à...

Plus d'articles