Coeur : la régularité paye

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 04 Février 2004 : 01h00
-A +A
Après un infarctus du myocarde, il faut souvent prendre 4 voire 5 médicaments. Ce peut être fastidieux ou très simple. Question de motivation et d'organisation.

Aspirine, bêtabloquant, inhibiteur de l'enzyme de conversion, statine, cela fait au moins 4 médicaments à prendre après un infarctus. Ils constituent ce que l'on appelle le traitement de fond. Pourquoi les prendre ? Parce que chacun individuellement a montré qu'il augmentait de manière significative la durée de vie et diminuait le nombre de rechute. Mais aussi parce que leurs effets sont cumulatifs ! Leur prise régulière diminue le risque de rechute de plus de 50% (jusqu'à 80%) !

Question de motivation

Pour être efficaces, ces médicaments doivent être pris à vie. Il faut donc rester motivé et bien s'organiser. Question motivation, le plus important est de démarrer ces traitements le plus tôt possible, c'est-à-dire à l'hôpital ou juste après la sortie. En effet, quand vous êtes encore sous le choc de l'accident, votre motivation est à son maximum : éviter une rechute garde tout son sens et c'est même la chose la plus importante pour vous à ce moment là. Certains services de cardiologie se préoccupent du traitement de fond de l'infarctus et pas seulement du traitement de la phase aiguë. D'autres négligent cet aspect du traitement et c'est bien regrettable.Pour être efficaces, ces médicaments doivent aussi être prescrits avec conviction ! C'est ce que montre une étude (Enquête DUO-HTA) : les médecins les moins convaincus obtiennent de moins bons résultats en terme d'observance que leurs confrères C'est intéressant à savoir.Ensuite, avec le temps, le souvenir de l'infarctus s'estompe (heureusement !). Vous reprenez une vie normale et vos arrières-pensées s'éloignent. Du coup, le traitement de fond devient plus gênant qu'autre chose. Il faut donc rester motivé et là l'essentiel est de percevoir positivement votre traitement et non pas comme une corvée quotidienne. Plutôt que de vous dire : « je ne dois pas oublier de prendre mes médicaments. », adoptez des formulations positives comme « je dois penser à les prendre. » Notre cerveau interprète en effet au premier degré nos expressions et ce qui est négatif lui déplait ! Vous pouvez aussi considérer autrement vos médicaments. Ils sont pour vous source de vie, comme des vitamines. Pourquoi ne pas les prendre comme des vitamines ?

Question d'organisation

Les pièges ne manquent pas pour oublier, à commencer par le premier week-end où l'on se retrouve sans boîte, la fin du mois correspondant avec la fin de semaine Sachez qu'un court arrêt de l'un ou l'autre de vos produits n'est pas catastrophique. Vous pourrez tout simplement le ou les réintégrer dans votre traitement quand vous en aurez de nouveau. A savoir : il ne faut pas vouloir rattraper les comprimés que vous avez oubliés. Il faut simplement continuer votre traitement comme avant.Reste que cette première alerte doit vous pousser à mieux vous organiser. Il faut que vous puissiez disposer d'un mois de traitement d'avance. Parlez-en à votre médecin, il organisera votre prescription en conséquence.Le problème suivant consiste à y penser tous les jours, quasi automatiquement. L'astuce la plus connue consiste à les placer dans sa boîte à thé ou à côté de tout autre produit à vocation quotidienne. Toute solution est bienvenue. Cela peut être votre rond de serviette ou encore une boîte qui est systématiquement posée sur la table pour servir au début du repas.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 04 Février 2004 : 01h00
A lire aussi
Bon pour le coeur, bon pour la tête Publié le 12/10/2004 - 00h00

Les traitements prescrits pour le coeur, au premier rang desquels se trouvent les antihypertenseurs et les hypocholestérolémiants (dont les statines), sont également bons pour le cerveau. Concrètement, ils réduisent le risque d'attaque cérébrale et de maladie d'Alzheimer.

Aspirine : quand prévenir l’infarctus protège du cancer Publié le 18/11/2013 - 11h44

La prévention d’une rechute après un infarctus du myocarde associe 3 médicaments clés, une statine, un ou deux antihypertenseurs, et de l’aspirine à faible dose.Bien suivie, cette association peut réduire de 80 % le risque de rechute.Des chercheurs découvrent, en suivant ces malades à...

Ne prenez pas d’aspirine sans bonne raison Publié le 16/01/2012 - 10h54

Après un infarctus du myocarde, prendre de l’aspirine à faible dose est très efficace. L’aspirine présente en effet l’avantage de réduire l’agrégation des plaquettes sanguines, rendant de ce fait le sang plus fluide. Du coup, certains s’imaginent qu’ils peuvent en prendre avant...

Plus d'articles