Clonage de l'embryon humain : c'est parti !

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 01 Septembre 2000 : 02h00
-A +A
Des brebis, des cochons, des veaux, c'est bien beau, mais des tissus humains c'est prodigieux… Mais attention, il s'agit de tissus humains pour des visées thérapeutiques et non pas "d'être humains" pour des objectifs de reproduction. Progrès, risques, le débat est lancé… La recherche aussi.

En matière de clonage, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour passer de la brebis (1996) à l'homme… et cela entraîne de nombreux débats. Constatons tout d'abord que si des Etats aussi importants que les Etats-Unis ou la Grande Bretagne se lancent dans l'aventure c'est que le jeu en vaut la chandelle. L'objectif est fantastique : les cellules embryonnaires ont la faculté de pouvoir fabriquer toute cellule de l'organisme. Elles peuvent ainsi être implantées pour régénérer potentiellement tout organe. On pense notamment aux processus dégénératifs comme ceux de la maladie d'Alzheimer ou de la maladie de parkinson. Les besoins sont donc très importants.

Que cela soit en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, seules les recherches sur les tissus seront autorisées. Il ne sera ainsi pas possible de cloner un individu pour faire ensuite porter son embryon dans l'utérus de la femme de son choix (ce qui a été fait avec les brebis, les veaux et les cochons). Néanmoins des oppositions se font jour. Le pape a rappelé ce mercredi 30 août que dès le début tout embryon est une personne… et que ces recherches sont donc condamnables. D'autres risques ont été évoqués comme l'exploitation potentielle de femmes porteuses, ou le trafic d'embryon. Ces risques sont réels et il faut insister sur la place essentielle des comités d'éthique.

Beaucoup d'échecs

En France, des voix se font entendre pour favoriser également cette nouvelle recherche. Il s'agirait notamment de la permettre sur des embryons destinés légalement à être détruits. Il en est ainsi des embryons qui sont constitués pour réussir les fécondations in vitro : un seul étant utilisé avec succès, les surnuméraires sont effectivement éliminés. Une chose est sure : le débat ne fait que commencer… et la recherche aussi. Car rien n'est simple. Sur la centaine d'animaux clonés à ce jour, très peu sont viables. Ils sont souvent trop gros et affaiblis au plan pulmonaire. D'autres tares sont retrouvées et dans de très nombreux cas l'aventure se termine par des fausses couches ou des naissances pathologiques. Les chercheurs ont donc encore beaucoup de pain sur la planche.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 01 Septembre 2000 : 02h00
Source : Le Quotidien du Médecin N°6746 24 août 2000 Wall Street Journal Europe - 25 août 2000 Le Nouvel Observateur, Le Monde, Le Figaro, La Tribune - 31 août 2000 La Recherche Septembre 2000
A lire aussi
Des clones d'embryons humains Publié le 25/02/2004 - 00h00

L'exploit vient d'être réalisé par une équipe de chercheurs sud-coréens* : un embryon humain a été produit par clonage, à partir duquel des cellules souches identiques au clone ont pu être obtenues. Ethiquement controversée, cette première mondiale ouvre la voie du clonage thérapeutique.

Un pas décisif vers le clonage thérapeutique Publié le 31/05/2005 - 00h00

Impossible n'est pas coréen. En effet, des chercheurs sud-coréens viennent de réaliser un exploit décisif en clonant des embryons humains à partir de cellules prélevées chez onze donateurs malades. Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives dans la compréhension des pathologies graves et...

Les Etats généraux de la bioéthique ont remis leurs conclusions Publié le 07/08/2009 - 00h00

Avec la création du Comité consultatif national d'éthique en 1983, la France a été le premier pays au monde à se doter d'une instance officielle de ce type. Vingt-cinq ans plus tard, une nouvelle étape vient d'être franchie, avec les Etats généraux de la bioéthique, prélude à une...

Plus d'articles