anne marie
Portrait de cgelitti
ainsi a qualifié le suicide de son frère, mon mari, pour dédramatiser -

senior, à la retraite, après un divorce, il avait une nouvelle compagne depuis 10 ans qui avait toujours son chez soi -

néanmoins ils étaient souvent ensemble et donnaient l'impression d'être bien - nous ne savons pas les raisons profondes mais avons toute raison de penser qu'il avait prémédité puisque tout était écrit et prévu en l'absence momentanée de sa compagne qui a découvert en rentrant chez lui qu'il s'était pendu dans une petite pièce -

pour ses amis proches, c'est la consternation - nous l'avions régulièrement au téléphone -

quelqu'un a t-il vécu cela ?

le deuil est dans la durée et gérer l'absence.........

anne marie
Portrait de cgelitti
j'ai aussi perdu des proches qui ont "choisi" leur départ, et j'ai aussi beaucoup médité moi même sur le suicide . d'abord, pour certains, comme votre beau frere, il semblerait que ce soit un choix réfléchi et préparé, c'était donc du libre arbitrage de sa part de s'en aller ..pourquoi ? ...s'il était simple d'y répondre, on trouverait sans doute les moyens de remedier aux détresses interieures qui poussent les gens à se suicider .. ce qui parait probable, c'est que son geste n'est pas une réaction à une agression passagère ou récente .. il avait peut-être ce "ras le bol" ou ce "desinterressement" de la vie en lui depuis tres tres longtemps .. ensuite l'idée d'arrêter ce quotidien vient hélas naturellement et s'installe comme une vérité , un choix "intelligent" ..ce qui empêche souvent de passer à l'acte est l'affection des proches auxquels on ne veut pas causer de peine .. mais avec le temps qui passe, si ce désir était en nous depuis longtemps , on peut se dire qu'on a assez fait d'efforts et que l'on a droit aussi à "vivre ou mourir" quand on veut ..il n'était donc peut-être pas désespéré quand il est passé à l'acte, et personne autour de lui ne pouvait donc soupconner ses intentions ..personne n'est responsable de son choix .. et personne n'aurait pu l'empêcher ..ce vide intérieur qu'il devait avoir ne pouvait pas être combler par l'attention, l'affection ou l'amour des autres ..c'est un peu comme un cancer qui se creuse petit à petit ..le seul a pouvoir réagir c'était lui et lui seul ..mais en avait-il envie ..à l'âge qu'il avait, ce n'était pas "un coup de tête" .. mais plutôt un aboutissepment à la lassitude ..quant au deuil, peut-être faut-il "simuler" cérébralement son suicide comme si c'était un exil vers un autre pays, endroit trop lointain pour pouvoir aller le voir, et penser à lui très souvent dans les bons moments partagés ..trop souvent, dans notre culture judéo chrétienne, on ne parle pas des disparus , comme s'ils devaient sortir de nos vies .. mais c'est stupide, on ne peut pas sortir de nos coeurs la tendresse qu'on a eu pour eux, et ce qu'ils ont encrés dans nos caractères ou nos façons d'être .. alors, le mieux est de continuer à vivre avec leur souvenir . bien sûr au début , de parler d'eux , cela fait pleurer, mais il faut persévérer pour que les larmes se transforment en rire ou sourire quand on repense aux moments drôles et sympas passer ensemble ,il faut laisser tomber la pudeur , très malsaine , qui empêche de pleurer et DE RIRE en pensant à nos chers disparus .. au fil des jours, le souvenir triste du moment du départ s'en va et ne reste que les moments chaleureux de toute une vie partagée ..(ce n'est pas un réflexe naturel de faire cela, aussi faut-il se forcer à le faire très fréquemment, comme un entrainement ).. le deuil est fait , et l'on peut penser aux êtres aimés sans tristesse, avec beaucoup d'affection, et cela fait même chaud au coeur ..

j'espère ne pas vous avoir choqué et vous avoir un peu réconforté..chaque vie n'appartient qu'à celui qui la possède .. et même avec tout l'amour du monde, on ne pourra jamais comprendre complètement une autre personne .. on n'arrive déjà si peu à se connaître soi même ..il faut donc accepter que des choses nous échapent et que l'on ne peut pas être responsable de tous ceux qui nous entourent . comprenez d'abord que vous n'êtes pas coupables, que personne ne l'est , que son choix est le sien , et que même si vous l'aimiez, vous devez le respecter, ensuite , vos idées et sentiments se remettront en place naturellement
Sujet vérouillé