Claques, fessées, que faut-il en penser ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 16 Avril 2007 : 02h00
-A +A
La fessée et la claque sont de moins en moins pratiquées, mais soulèvent toujours des passions. Certains parents y restent très attachés, affirmant que par moments une bonne claque donne plus de résultats pour empêcher les enfants de faire des bêtises, et d'autres pensent qu'il s'agit d'une agression grave envers l'enfant.

Nous aurions tendance à penser qu'il vaut toujours mieux expliquer, voire gronder, éventuellement punir, plutôt que de frapper un enfant.Cela dit, chacun d'entre nous connaît, dans son entourage, des enfants insupportables avec qui les parents parlementent sans fin, sans réussir à les élever correctement. Et nous pensons parfois « une bonne fessée leur aurait fait du bien ! »En réalité, ce qui compte le plus, sans doute, c'est l'autorité du parent. On ressent rarement le besoin de donner une claque quand on sait se faire obéir. Mais c'est facile à dire, car tous les parents n'ont pas cette autorité naturelle.C'est pourquoi les avis sont aussi partagés sur ce sujet.

Certains pensent que la fessée, c'est-à-dire l'utilisation physique de la violence, est grave, y compris pour les enfants qui reçoivent une fessée. Car le message sous-jacent est « le plus fort physiquement triomphe toujours » ou encore « la violence est une solution, puisque moi, en tant que parent, je l'applique ». Et puis, donner une claque, c'est humilier gravement, ce qui peut être aussi grave que cette violence physique.Ceux qui donnent de temps à autre une fessée disent parfois qu'après une fessée, leur enfant est charmant pendant un moment. Aline explique même : « Un jour ma fille faisait bêtises sur bêtises, et je me suis énervée. Je lui ai dit au moins 10 fois : si tu continues, je te donne une fessée Et elle continuait. J'ai fini par dire « tu veux une fessée ou quoi ? » Et à ma grande surprise, elle a répondu « oui ». Là, je me suis sentie bête, et je lui ai donné une tape sur le derrière. Une seule et pas très forte. Et bien, instantanément, elle s'est arrêtée et a été charmante pendant au moins deux jours. » Cela m'a fait réfléchir, moi qui suis très « anti-violence »

La fessée est une sorte de signal

En réalité, ce que raconte Aline, c'est qu'une fessée n'est pas forcément physiquement violente. Elle peut être une sorte de signal pour dire à l'enfant « maintenant, ça suffit ». Une petite tape peut montrer à l'enfant que le parent est vraiment à bout. Et c'est parfois moins humiliant qu'une punition comme « va dans ta chambre pendant une demi-heure » ou « je te prive de dessert » Alors, si les parents ne sont pas tous d'accord entre eux, c'est peut-être qu'ils ne parlent pas de la même chose. Une fessée où l'on donnerait le fouet comme autrefois, ou même une fessée qui ferait mal à l'enfant, personne ne défend heureusement plus cette idée aujourd'hui. Mais une tape symbolique qui parle par un geste au lieu de parler par des mots, pourquoi pas si le message passe bien ? Car les paroles ou les punitions peuvent parfois être plus violentes que ce geste finalement plutôt banal.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 16 Avril 2007 : 02h00
A lire aussi
Claques, gifles et fessées : à quand l’interdiction ? Publié le 18/06/2013 - 14h05

Après une première campagne menée en 2011, la Fondation pour l’Enfance diffuse un nouveau film de sensibilisation et de prévention contre les violences éducatives ordinaires envers les enfants. Parce qu’il n’y a pas de petites claques, tapes ou fessées, toutes les violences même celles...

Se faire obéir, c'est du boulot ! Publié le 10/03/2008 - 00h00

Des enfants qui n'obéissent pas, c'est un cauchemar pour les parents, mais aussi souvent pour ceux qui les entourent. Et même pour les enfants, le fait de ne pas avoir de limites est angoissant. Il est donc important, pour les parents, d'apprendre à se faire obéir.

Plus d'articles