Julia
Portrait de cgelitti
pouvez vous me dire dans quels pays la démarche d'adoption est elle la plus simple ou rapide pour un couple; j'ai appris que dans certains pays exemple madagascar cela était maintenant difficile merci d'avance pour vos précieux renseignements.
Julia
Portrait de cgelitti
Merci à vous sylvie.

CE livre se trouve en librairie, mais perso je l'ai commander par internet.

Si vous souhaitez parler de tout ce qui peut tourner autour de la post adoption, vous pouvez venir sur le blog de notre association "La voix des adoptés" (la présidente a fait un post ici et moi aussi pour parler de notre asso). Sinon vous taper dans un moteur de recherche le nom de notre asso et vous trouverez.

Font parti de cette asso : une majorité d'adultes adoptés prêts à donner leur témoignage et partager /échanger avec les parents et les enfants (j'ai d'ailleurs mis en place un atelier qui s'appelle "L'adoption : de toi à moi" au sein de notre association, dont vous trouverez les buts sur le blog).

Pour donner mon avis sur votre question : oui ça été pour nous, à n'importe quel age, une blessure que d'etre séparer de ses parents biologique et de son pays de naissance. C'est certain. Après, tous les adoptés le prennent et le vivent parfois très différement.
Moi je pensais pas que ça aurait pu me "blesser" ainsi, et il faut du tps pour panser tout ceci.
CEla n'empeche pas de pouvoir s'épanouir , surtout avec des parents aimant et ouvert comme vous avez l'air de l'etre.

A bient^ôt
Julia
Portrait de cgelitti
Je vois ce que vous voulez dire Christine. Par contre là où je ne comprends pas tellement c'est lorsque vous dites que la mère rejette l'enfant en France. Perso je pense que ce n'est pas forcément ça. ça dépend des cas.
Là où je suis un peu surprise aussi c'est lorsque vous dites d'aller sauver les enfants à l'étranger. J'avoue que quelque part c'est vrai, si mes parents ne m'avait pas adopté, je n'aurais peut etre pas survécue là bas. Ceci étant,je peux aussi "sauver" des enfants par exemple de mon pays de naissance en les aidant dans des actions humanitaires, ce qui fait un peu penser à ça dans le mot "sauver". Hors, si des couples ou des personnes seules veulent adoptés c'est surement pour etre parents avant tout. Ce que je comprends aussi tout à fait.Moi même ayant ce désir avec mon fiancé. Et pas spécialement pour sauver un enfant de la misère forcément. même si effectivement, au final c'est ce qui arrive pour bcp d'entre nous ...
Qu'en pensez vous???
christine
Portrait de cgelitti
Pour répondre à Julia, en ce qui me concerne j'ai adopté une petite fille à l'étranger il y a 10 ans car j'ai fait ma démarche en célibataire (mon mari m'ayant quitté après 10 ans de mariage et 8 fausses couches) et les célibataires n'ont pas le droit à l'adoption en France.
Mais meme en couple il est très difficile d'adopter en France :
le nombre d'enfants est très faible de par notre régime social qui aide meme les plus pauvres et qui donc limite les abandons et puis en France, il y a toujours un membre de la famille pour s'occuper de l'enfant que la mère rejette
le délai d'attente est d'environ 5 à 7 ans
il y a tellement d'enfants à l'étranger qui attendent une famille qu'il est normal d'aller en sauver un maximum
Pour avoir parcouru beaucoup de pays avec beaucoup d'orphelinats, je peux vous dire que les enfants là-bas souffrent beaucoup et manquent meme du minimum vital. A mes yeux ils sont prioritaires car un enfant dans un orphelinat en France doit avoir à manger, de l'eau chaude et un minimum de soins et d'amour.
Si seulement les démarches étaient plus faciles et les couts moindres on pourrait en sauver davantage.
Cordialement.
Sylvie
Portrait de cgelitti
C'est tout à fait juste votre remarque. Mais comment faire autrement puisqu'en France, c'est quasiment impossible !
Julia
Portrait de cgelitti
Merci Sylvie.

J'avoue que si j'insiste sur ce point c'est que c'est important pour moi. Pourquoi ?
Tout simplement pour le fait qu'il faut se rappeler qu'un jour, à différents âges, nos parents (et bien souvent notre mère de naissance) nous a abandoné (même si ce mot est difficile à dire pour elle) avec pour espoir que l'on trouve une famille qui pourrait nous elever comme elle pensait ne pas pouvoir le faire .

Nous avons déjà vécu la perte de notre mère de naissance, donc à un moment donné nous nous sommes retrouvés sans parents : orphelin ! Nous ne demandions donc qu'a retrouver des parents qui seraient des parents, et non des sauveurs . Car dire "sauveurs" fait aussi penser quelque part, au fait que nous serions redevables.....

On parle souvent que les parents ADOPTENT leurs enfants (via les lois en placent dans le pays d'acceuil et le pays de naissance).Je n'ai pas vécu la pré adoption et tout ce que cela comporte mais j'ai vécu et vis la post adoption et finalement, on ne parle que rarement du fait que les enfants eux aussi doivent ADOPTER leurs parents.
Je pense que cela va dans les 2 sens.

Quel est votre avis ?
christine
Portrait de cgelitti
le livre dont parle Julia est en rupture d'édition chez tous les bons libraires et aussi sur Internet. Voila plusieurs mois que je le cherche et ne l'ai pas encore trouvé.
Sylvie
Portrait de cgelitti
Julia, je lis votre témoignage avec intêret car il est vrai que même si tout se passe pour le mieux avec nos enfants adoptés quand ils sont petits, on sait que toujours ils vivront avec cette problèmatique. Sera-t-elle forcément une blessure? voilà la question que je me pose pour ma nénette.
Peut-on trouver ce livre en librairie?
Merci.
Sylvie
Portrait de cgelitti
Vos mots à toutes les deux me touchent beaucoup. Lorsque j'ai vu ma fille pour la première fois ce 15 septembre, elle s'est immédiatement lovée dans mes bras et soulagée, je me suis dit "c'est merveilleux, elle m'a adoptée.". Car pour moi, c'était facile, cela faisait tant d'années que je rêvais de ce moment. Mais elle, ce n'est sûrement pas ce dont elle avait rêvé jusque là.
La filiation, qu'elle soit biologique ou par adoption, est vraiment lorsqu'elle est désirée, la plus belle histoire d'amour. Apprécions chaque minute auprès de nos enfants.
Sylvie
Portrait de cgelitti
Ta question est un faux débat car en réalité, dès lors que l'on envisage une adoption, qu'elle se fasse en France ou à l'étranger, nous savons que nous avons toutes les chances pour que l'enfant soit de couleur de peau différente. En tout cas, c'était notre cas dans le Val d'Oise. Et cela ne nous posait aucun problème; Alors pourquoi vouloir adopter en France plutôt qu'à l'étranger ? Eh bien oui pour une question de temps et d'argent : nous avons adopté par l'intermédiaire d'une association en Ethiopie. Nous avons voulu aller chercher Maeva, par souci que ce ne se soit pas une personne qui lui serait pour toujours étrangère qui l'accompagne. Tout cela représente beaucoup d'argent, et une organisation qui n'est pas si simple surtout lorsqu'on a déjà des enfants, ce qui est mon cas. Nous avons du laisser Julien (cinq ans) à ma soeur. Nous ne regrettons rien, bien au contraire. Maeva est avec nous depuis sept mois à présent et nous envisageons d'adopter à nouveau dès lors que nous aurons réussi à économiser suffisamment.

coco
Portrait de cgelitti
l'adoption a l'atranger super mais on oublie de parler tarif car la note est salé
oui un enfant mais pas à tout prix

Pages

Sujet vérouillé