Louise
Portrait de cgelitti
Bonjour à toutes !!

j'ai lu dans un magazine qu'il était possible de supprimer ses règles ou au moins de choisir quand les avoir ou pas... et cela en enchainant les plaquettes de pilules... Or, je n'utilise pas de pilule mais un sterilet cuivre. J'ai gardé quelques plaquettes ( /28, progestatif)... est-il possible et comment faire en sorte de ne pas etre règlée ? ou au moins de pouvoir choisir quand ?...

Merci

fred1459
Portrait de cgelitti
Comme toi, Anizette, je pense que ces méthodes doivent être approuvées par les gynécologues... Quant à l'article en lui-même, je l'ai trouvé dans un magazine télé (Téléstar)... bon, il est vrai que ça n'a pas la fiabilité d'une revue medicale mais les journalistes qui écrivent ces articles sont "sencés" s'être bien documentés...
fred1459
Portrait de cgelitti
UN GRAND MERCI POUR VOS CONSEILS...
JUSTE POUR INFO, JE VOUS METS A LA SUITE L'ARTCLE AUQUEL JE FAISAIS ALLUSION DANS MON PREMIER MESSAGE...

Une femme sur deux veux supprimer ses règles.
Une majorité de femmes vivraient comme un supplément de confort de ne plus avoir leurs règles. C'est aujourd'hui possible grâce à de nouvelles méthodes de contraception.
- Fini les désagréments :
Migraines, seins douloureux, ventre ballonné, irritabilité... Pour de nombreuses femmes, les désagréments qui accompagnent les règles confinent au calvaire. A tel point que 74%* des femmes déclarent ne pas aimer avoir leur règles et 57% les espaceraient voire les supprimeraient si elles en avaient le choix. Or les gynécologues peuvent répondre aujourd'hui à cette démande en modifiant la posologie des piliules ou en préconisant de nouveaux contraceptifs.
- Des avantages médicaux :
Le premier avantage est pratique : plus de souci à se faire lors d'un voyage ou d'une compétition sportive. Fini également les désagréments liés au syndrome prémenstruel que ressent la quasi-totalité des femmes, plus ou moins fortement. Mais la suppression des règles présente aussi des avantages médicaux pour celles qui souffrent d'endométriose (1 sur 10), une maladie polykystique des ovaires ou de règles trop abondantes.
- Pas de risque pour la fertilité :
"Actuellement, la raréfaction des menstruations ne semble pas nicive, rassure le Dr Elisabeth Aubeny**. On ne constate ni augmentation avérée de risque de cancer ni diminution de la fertilité." Et que les femmes qui considèrent la suppression des règls contre nature se tranquillisent, celles-ci sont déjà artificielles sous pilule. Elles sont dues à l'arrêt de sept jours de la pilule, seulement pour les rassurer.
*Etude menée en Europe pour l'OMS et publiée en 2003.
** Gynécologue et présidente de l'Association française pour la contraception.

3 solutions pour des règles à la carte :
-1- Enchainer les plaquettes de pilules : Avec une pilule contenant un oeustrogène et un progestatif (la plus répandue), vous pouvez prendre en continu vos pilules, sans respecter les sept jours d'arrêt entre deux plaquettes. Pour arrêter plus d'un trimestre, parlez-en à votre gynécologue. Dès que l'on respecte à nouveau cette pause, les règles reviennent. Attention : avec les pilules Minesse et Melodia de 28 jours, qui contiennent 4 comprimés placebo à la fin de la plaquette, il faut enchaîner les plaquettes en sautant ces 4 derniers comprimés.
-2- Prendre une pilule à base de progestérone : En effet, les pilules microdosées (Cérazette, Milligynon, Microval), prescrites par un gynécologue, sont à base d'une hormone, la progestérone, qui entraîne une diminution des pertes de sang, voire leur disparitions. Dans certains cas cependant, de faibles saignements peuvent persister.
-3- Opter pour un nouveau mode de contraception : Avec le stérilet Mirena et l'implant Implanon, un bâtonnet de la taille d'une allumette qui se place sous la peau au niveau du bras, sous anesthésie locale. Eux aussi à base de progestérone, ils ont les mêmes effets que les pilules microdosées, pendant deux à cinq ans pour le stérilet, trois ans pour Implanon.

Une pilule inédite :
Aux Etats-Unis, une pilule permettant de n'avoir ses règles qu'une fois par an est actuellement étudiée par l'agence du médicament américain (Food and Drug Administration). Sa commercialisation en France n'est pas encore prévue.
Louise
Portrait de cgelitti
kamikaze, jeune Anizette.
Fred, le mieux pour ne plus saigner c'est de retirer le stérilet et d'adopter une bonne pilule monodosée en continu. Et d'éviter le "tout progesterone" car elles donnent d'autres troubles.
Bien cordialement
Rachel
Portrait de cgelitti
Oui, attention aux mélanges de genres ! d'autant qu'avec certaines pilules, l'endomètre a tendance à s'amenuiser, à devenir fragile ... alors un stérilet sur une muqueuse fragilisée = saignements.
Anizette
Portrait de cgelitti
Merci fred pour l'article que tu nous as communiqué .
Peux tu nous dire dans quel parution tu l'as trouvé ? Tout ce qui est dit me semble juste , mais a ne pas mettre entre toutes les mains cela s'entend.... . Attention aux kamykases
Anizette
Portrait de cgelitti
Je crains que ce ne soit pas possible , je n'ai jamais lu , ni entendu parler de cela .
Si tu prends la pilule (et seulement la catégorie des 21 cps tous de la même couleur ) c'est possible en enchainant les plaquettes de supprimer momentannément tes régles ( par ex : si calcul fait elles devaient arriver pendant tes vacances ), mais ponctuellement pas de façon régulière .
Maintenant si tu veux être tranquille , fais toi poser un implant , ça me semble être la seule solution pour résoudre ton problème .

Un petit conseil ,ne fait pas de salades perso avec tes pilules progestatives , demande conseil à ton gynéco .
La pilule est un médicament , pas d'automédication .
Sujet vérouillé