Chirurgie de la myopie : 8 questions au Dr Lumbroso

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 30 Septembre 2013 : 10h44
Mis à jour le Mardi 02 Juin 2015 : 09h50

Être myope, c’est ne pas bien voir de loin sans ses lunettes ou ses lentilles.

Alors, quand on sait qu’une opération peut vous permettre de jeter lunettes et lentilles à la poubelle pour enfin voir comme tout le monde, c’est tentant.

E-sante a interviewé pour vous un spécialiste, le Dr Jean-Paul Lumbroso, ophtalmologiste et spécialisé en chirurgie de la myopie et autres troubles appelés troubles réfractifs…

8 questions d'E-santé, 8 réponses pratiques du Dr Lumbroso pour vous permettre de mieux connaître la chirurgie de la myopie.

© Istock

1- La myopie, c’est quoi exactement ?

La myopie est un défaut visuel dans lequel l’image que nous observons, au lieu de se projeter sur la rétine, se projette un peu trop en avant de la rétine, parce que l’œil a une forme un peu trop allongée… Résultat, cette image est floue.

2- Comment faire pour soigner la myopie ?

Deux solutions sont offertes.

Soit on place une lentille devant l’œil pour que l’image visuelle se projette exactement sur la rétine ; il s’agit de lunettes ou de lentilles et ce procédé corrige le défaut visuel.

Soit on décide d’intervenir sur l’œil afin de modifier l'épaisseur de la cornée, pour que l’image se projette de manière nette sur la rétine ; il s’agit de la chirurgie de la myopie.

3- Quels sont les avantages de la chirurgie pour traiter la myopie ?

Par rapport aux lunettes ou aux lentilles, se faire opérer, c’est gagner en liberté.

Vous ne pouvez plus perdre vos lunettes ou vos lentilles, ni les oublier, les casser, les rayer, les abîmer. Nous redonnons à vos yeux le pouvoir de bien voir par eux-mêmes, sans prothèse.

Et puis ensuite, la plupart du temps, vos yeux voient aussi bien que ceux d’une personne qui voit bien sans opération.

4- Comment se décide l’opération ?

Avant d’opérer, chaque personne doit être examinée, pour que le chirurgien choisisse, avec son patient, la méthode la mieux adaptée à son cas.

Ce choix dépend de l’âge, de l’état de santé, de l’état de la cornée fine ou plus épaisse, du métier exercé, des sports pratiqués, et bien sûr, du coût de la prise en charge.

5- Quelles sont les différentes méthodes pour opérer une myopie ?

Le chirurgien peut intervenir sur la cornée, cette couche transparente de la surface de l’œil ou bien en dehors de la cornée.

Il existe deux techniques d'opération sur la cornée.

Une technique de surface sans découpe de la cornée : la PKR (photokératectomie réfractive). On utilise alors le laser excimer pour vaporiser un peu d'épaisseur de cornée afin de la creuser.

La deuxième technique, le Lasik, utilise deux lasers, le laser femtoseconde pour façonner un volet de cornée qui est soulevé pour utiliser le laser excimer et vaporiser un peu d'épaisseur de cornée. Puis on repositionne le volet cornéen, comme un capot de voiture.

La méthode du Lasik est pratiquée uniquement sur une cornée suffisamment épaisse.

À côté de la chirurgie de la cornée, une autre méthode consiste à mettre en place un implant, soit dans la lentille interne naturelle de l’œil, le cristallin, soit en avant du cristallin (implant de Sulcus, dans la chambre antérieure de l’œil). Ces méthodes sont utilisées pour les fortes myopies.

6- Comment se passe l’opération pour la myopie ?

La chirurgie de la cornée n’est pas douloureuse, puisque nous pratiquons une anesthésie locale avec des gouttes dans les yeux. Donc pas d’anesthésie générale.

Ensuite, bien des personnes ont peur de voir l’opération. En fait, on ne voit rien, puisque cela se passe trop près pour que l’œil puisse discerner quoi que ce soit.

Pendant l’opération, la personne voit simplement des modifications de lumière. Et elle sent que l’on touche son œil sans que cela lui fasse mal. C’est bien moins pénible que d’apprendre à utiliser des lentilles par exemple !

Et puis, l’intervention dure très peu de temps : il faut moins d’une minute par œil pour la chirurgie de la cornée au laser.

En tout, on compte 15 minutes de présence au bloc laser quand même, le temps de s’installer, de mettre les gouttes dans les yeux, de préparer et d’intervenir.

Vous voyez que c’est très rapide. Et en tout, il faut compter passer 45 minutes au centre laser.

Pour la mise en place d’implant, il faut compter un peu plus de temps, 15 minute par œil environ et prévoir de passer une heure et demie à deux heures au centre. Notez qu'avec cette chirurgie, on opère un seul œil à la fois. Elle se pratique en clinique et non dans un centre laser. Une consultation pré-anesthésie est légalement obligatoire, même si l'anesthésie est également locale par gouttes dans les yeux.

Ce qui est important, c’est de bien se reposer le soir après l'intervention, et de ne pas sortir faire la fête, boire et fumer !

7- Quelles peuvent être les complications de l'opération ?

Quand l’opération touche la cornée, la personne opérée peut, par la suite, avoir des halos nocturnes, être gênée par le passage de la lumière à l’obscurité. Mais c’est rarement très gênant.

Quand l'opération concerne le cristallin, il y a très peu d'effets visuels secondaires.

Les vraies complications sont extrêmement rares.

Avec les lasers, je dirais que la sécurité est de 999/1000. Sur 9000 personnes opérées en 23 ans, j’ai eu peu de complications : par exemple, une infection d’une personne qui n’avait pas mis ses gouttes antibiotiques prescrites après l’intervention, un abcès de cornée d’un patient qui s’était frotté l’œil après l’opération.

Avec la pratique des anciennes méthodes, quelques découpes de cornées étaient imparfaites. Nous reportions alors la réalisation de l'intervention à quelques mois plus tard, sans conséquence négative pour le patient et avec succès. Les méthodes ayant évolué, ces dernières complications ne se produisent plus aujourd’hui.

8- L'opération de la myopie est-elle très pratiquée en France ?

Beaucoup moins qu’elle ne le pourrait. On estime que seules 20 % des personnes susceptibles de l’être se font opérer. C’est dû à l’appréhension, la mauvaise information, mais aussi au coût.

Car en France, l’intervention chirurgicale n’est pas prise en charge par l’Assurance Maladie.

Or, elle coûte entre 1000 et 3000 € par œil.

Cependant, certaines assurances complémentaires santé remboursent l’intervention, et cela jusqu’à 100% selon le contrat.

Et en général, cela vous économise les lunettes ou les lentilles pour la vie !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 30 Septembre 2013 : 10h44
Mis à jour le Mardi 02 Juin 2015 : 09h50
Source : Le centre ophtalmologique de Paris : http://www.coc-lasik.com/
A lire aussi
Chirurgie laser : la vie sans lunettes ni lentilles...Publié le 29/09/2008 - 00h00

Avec une précision et une sécurité inégalées, de nouveaux lasers sculptent votre cornée au micron près. Résultat : on peut dès l'intervention achevée - qui dure moins d'une demi-heure - se passer de ses lunettes ou de ses lentilles... À qui s'adressent ces techniques laser toutes...

Chirurgie réfractivePublié le 10/12/2001 - 00h00

La chirurgie réfractive regroupe différentes techniques qui permettent de corriger les défauts visuels. Si elle suscite beaucoup d'enthousiasme et rend de grands services, il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas de chirurgie sans risque. Des complications sont possibles, exceptionnellement graves....

Chirurgie des yeux : la fin des lunettes ?Publié le 12/07/2005 - 00h00

Est-ce la fin des lunettes ? Les techniques de chirurgie réfractive (c'est-à-dire considérant la cornée comme une lentille avec ses propriétés optiques) se sont diffusées largement pour le traitement de la myopie, de l'hypermétropie et de l'astigmatisme. ...

Plus d'articles