Chirurgie esthétique : les patients ne sont pas ceux qu'on croit !

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le Lundi 03 Octobre 2005 : 02h00
-A +A
L'American Society of Plastic Surgeons (ASPS), qui regroupe les chirurgiens plastiques et esthétiques américains, s'est attachée à tracer le portrait et les motivations de ses patients. Surprise : les personnes demandeuses de chirurgie esthétique ne sont pas celles auxquelles on pense !

Non, ce ne sont pas que les femmes oisives et fortunées de plus de 50 ans qui envisagent de passer sur le billard des chirurgiens esthétiques ! Ce sont aussi la jeune maman d'à côté, le garçon qui vous sert votre café tous les midis, et même, votre collègue de bureau !

Des gens comme vous et moi

Afin de mieux connaître ses patients, l'ASPS a interrogé 644 personnes envisageant de subir une opération de chirurgie esthétique dans les deux ans. Elles provenaient des quatre coins des Etats-Unis et 85% d'entre elles étaient de race blanche et de sexe féminin. Trente pour cent ont fait état d'un revenu annuel moyen de leur ménage de moins de 30.000 $, 41% d'un revenu compris entre 31.000 et 60.000 $, et 16% d'un revenu de 61.000 à 90.000 $. Seuls 13% touchaient plus de 90.000 $ par an.Tout comme leurs revenus, la fourchette d'âges des amateurs de chirurgie esthétique était variée : 26% avaient entre 18 et 29 ans, 38% entre 30 et 49 ans et 36% 50 ans ou plus. Quatre vingt-un pour cent n'étaient encore jamais passés sous le bistouri esthétique, contre une opération au moins pour 19% des personnes interrogées.

Pas par narcissisme

La majorité des personnes interrogées pensaient que le recours à la chirurgie esthétique s'accompagnerait d'améliorations sur les plans émotionnel, psychologique et social. Même si la plupart d'entre elles souhaitaient embellir leur look, ce n'était pas par vanité. En effet, elles associaient la chirurgie esthétique à l'amélioration d'une partie gênante ou disgracieuse de leur anatomie qui les rendait insatisfaites et malheureuses.A la question de savoir pourquoi elles désiraient se faire opérer, 75% ont déclaré vouloir améliorer leur apparence physique, être plus séduisant et en meilleure santé. Près de 70% ont parlé d'un bénéfice sur le plan émotionnel et psychologique touchant au bonheur, à l'estime et à la confiance en soi. De plus, 45% - davantage d'hommes que de femmes - espéraient en retirer un avantage social (être mieux accepté et plus séduisant aux yeux des autres).Pour plus de 85%, les avantages apportés par la chirurgie esthétique l'emportaient de loin sur les risques liés à l'opération. Ils pensaient que ces derniers seraient réduits à leur plus simple expression s'ils faisaient appel à un chirurgien de renom.

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le Lundi 03 Octobre 2005 : 02h00
Source : www.plasticsurgery.org
A lire aussi
Chirurgie esthétique et risque de suicide Publié le 01/10/2006 - 00h00

La relation peut paraître surprenante mais elle est réelle et très forte. Selon une étude canadienne, le taux de décès par suicide est supérieur de 73% chez les femmes ayant bénéficié d'une chirurgie esthétique pour une prothèse mammaire.

La chirurgie du dos, en pleine évolution Publié le 23/09/2011 - 09h46

Lumbago, sciatique, hernie discale…, autant de pathologies de la colonne vertébrale (encore appelée rachis) qui deviennent un calvaire pour ceux qui en souffrent. Souvent présentée comme une solution de dernier recours, la chirurgie du rachis permet aujourd’hui, par le biais de...

Plus d'articles