Césarienne, une mode au mépris du danger

Publié par Dorothée Blancheton le Vendredi 09 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 12 Janvier 2009 : 01h00
La césarienne, une nouvelle mode ? De plus en plus de femmes délaissent l'accouchement classique, et pas seulement pour des raisons médicales !

Les médias anglo-saxons l'ont baptisé le too posh to push. Traduisez ' trop classe pour pousser '. Un nouveau phénomène qui sévit depuis déjà quelques années. Sa particularité ? Choisir la césarienne plutôt que l'accouchement par voie basse. Claudia Schiffer, Victoria Beckham, Madonna… la liste de celles qui auraient déjà dit oui à cette ' tendance ' est longue… très longue.

Augmentation des césariennes

Aujourd'hui, au Brésil, 80 % des naissances en clinique privée se feraient ainsi, selon les sources de www.cesarienne.net. Et bien sûr, si on ne peut pas attribuer à cette mode la responsabilité entière des accouchements par césarienne, la plupart des médecins s'accordent à dire qu'elle y contribue considérablement.

D'après une étude réalisée par la DREES* et intitulée ' La situation périnatale en France en 2003 ', le taux de césariennes au sein de l'Hexagone est passé de 17,5 % à 20,2 % entre 1998 et 2003. Mais plus précisément, le pourcentage de césariennes avant travail (1 fois sur 2 librement choisie par la mère) est passé de 6 % en 1981 à 9,2 % en 1998 pour atteindre 12,5 % des accouchements en 2003.

Difficultés

Généralement, cette méthode est réservée aux accouchements difficiles, s'accorde toutefois à nuancer l'étude : présentation du bébé par le siège, pathologie de la mère, grossesses multiples, bassin trop étroit. ' Elle peut également résulter d'une angoisse psychique particulière suite à un viol, à du vaginisme ou à une forte angoisse du sexuel. ' Reste que ces diverses raisons ne concernent qu'une partie des femmes et que certaines réclament l'opération miracle dans le seul but de mieux s'organiser, de se préserver ou de ne pas avoir mal. Il y a celles qui souhaitent insérer la date de leur accouchement dans leur emploi du temps. Il y a celles qui redoutent une naissance susceptible d'être difficile. Il y a celles qui souhaitent protéger leur muscle pelvien. Il y a celles qui ne désirent pas mélanger le sexuel avec la maternité…

Publié par Dorothée Blancheton le Vendredi 09 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 12 Janvier 2009 : 01h00
Source : Psychoenfants, janvier 2009.
A lire aussi
Suites de couches : souvent à domicilePublié le 13/02/2006 - 00h00

La grossesse et l'accouchement sont suivis avec grande attention. En revanche, on se préoccupe beaucoup moins des suites de couches. Pour ne rien arranger, la durée de séjour en maternité étant de plus en plus courte, les suites de couches ont lieu à domicile, sans accompagnement.

5 clés pour avoir un bébé zenPublié le 13/12/2011 - 14h13

La grossesse est ponctuée de doutes, de craintes, mais aussi de surprises et de joies. Une vague d'émotions perçue par la mère mais aussi par le fœtus. Voici cinq clés pour cultiver une vie équilibrée, propice à la sérénité du futur bébé.

Un bébé à 40 ansPublié le 06/08/2007 - 00h00

Un enfant quand on veut ! Pas toujours facile, pourtant l'âge de la maternité recule et plus de 30.000 mamans font leur petit dernier voire leur premier après 40 ans, alors qu'elles n'étaient que 8.000 il y a 20 ans. Un point sur les chances, les risques et les bonheurs de ces grossesses...

Accouchement à domicile : comment ça se passe ? Publié le 26/10/2014 - 21h35

Par peur de l’hôpital, par envie d’un suivi plus personnalisé, à cause d’une mauvaise expérience préalable à l’hôpital…Les parents qui souhaitent un accouchement à domicile sont assez nombreux.Mais comment se passe un accouchement à la maison ?

Plus d'articles