Cerveau : manger des légumes verts serait bénéfique

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mercredi 27 Décembre 2017 : 12h40

Les légumes verts, consommés une fois par jour, sont associés à une fonction cognitive préservée. 

© Istock

Ces légumes font souvent grimacer les plus jeunes. Et pourtant, épinards, laitue et autres choux ont un intérêt réel pour notre cerveau. D'après une étude publiée dans Neurology, leur consommation est associée à un moindre déclin cognitif lié à l'âge.

Pour parvenir à cette observation, les chercheurs du centre médical de l'université Rush (Etats-Unis) ont suivi un groupe de 960 volontaires âgés. Des tests cognitifs réguliers ont été organisés et des questionnaires alimentaires envoyés à des intervalles réguliers.

Au bout d'environ 5 ans, l'équipe a constaté un résultat intéressant. Les participants qui mangent plus d'une portion de légumes verts par jour ont des capacités de mémorisation et de réflexion préservées par rapport à ceux qui en absorbent le moins. Le cerveau est l'équivalent de 11 ans plus jeune.

Des effets multiples sur l'organisme

Ce sont bien les légumes à feuilles vertes qui sont à l'origine de cette association. Après avoir pris en compte tous les facteurs qui influencent la santé cérébrale (tabac, alcool, maladies chroniques…), les chercheurs ont constaté que l'écart se maintenait.

"Ajouter une portion de légumes verts à votre alimentation peut être un moyen simple d'améliorer votre santé cérébrale", estime donc Martha Clare Morris, principal auteur de ces travaux. L'explication est, en revanche, plus difficile à apporter.

On sait que ces aliments sont riches en nutriments comme le carotène, l'acide folique ou encore la lutéine. Quelques études ont montré un effet positif de la lutéine sur le stress oxydatif et de l'acide folique sur la protéine tau – impliquée dans la maladie d'Alzheimer. Mais leur rôle précis dans l'évolution du cerveau est encore mal compris.

PUB

Comment préserver son cerveau

Cet impact des légumes verts sur le déclin cognitif devra être confirmé par d'autres travaux. Ils ouvrent tout de même une piste intéressante vers la prévention des formes sévères et des démences.

"On continue d'observer une forte hausse du nombre de cas de démence, à mesure que la population de personnes âgées augmente, souligne Martha Clare Morris. Nous avons un besoin crucial de stratégies permettant de prévenir les démences."

Le déclin cognitif est un phénomène naturel qui commence à se manifester vers 45-50 ans. De manière progressive, certaines fonctions perdent en efficacité. Le rythme de ce recul peut être accéléré – par le stress, le tabac ou encore des maladies mentales – ou ralenti. Il est ainsi recommandé de pratiquer un exercice régulier, de manger équilibrer et de stimuler régulièrement son cerveau.

La maladie d'Alzheimer expliquée en vidéo

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mercredi 27 Décembre 2017 : 12h40
A lire aussi
Quels aliments consommer pour booster notre cerveau ?Publié le 24/08/2016 - 12h51

A la rentrée, c’est sûr, nos neurones vont se remettre à carburer à cent à l’heure. Pour les préserver du stress, de surmenage ou de la déprime, une solution : chouchoutez votre assiette car certains aliments sont particulièrement bons pour le cerveau. Alors pourquoi s’en priver ?

Plus d'articles