Cancer de la tête et du cou : un gène pour lutter contre la bouche sèche

Publié par La Fondation ARC le Lundi 03 Décembre 2012 : 10h00
Mis à jour le Jeudi 03 Janvier 2013 : 15h20

L'irradiation des patients atteints de cancers de la tête et du cou endommage les glandes salivaires.

Un espoir réside dans une nouvelle thérapie génique.

© getty

La radiothérapie endommage les glandes salivaires

Le traitement par radiothérapie du cancer de la tête et du cou peut causer des atteintes durables aux glandes salivaires, ce qui réduit alors la production de salive et provoque un état de sécheressebuccale chronique.

Pour corriger cet effet secondaire majeur qui favorise les infections orales et gène la déglutition, une équipe américaine menée par le Dr Bruce Baum a conduit un essai clinique dethérapie génique chez onze patients traités il y a plus de cinq ans par radiothérapie.

L'objectif : intervenir directement sur les cellules glandulaires irradiées pour recréer un flux de salive.

PUB

Une thérapie génique pour corriger la bouche sèche

Pour cela, les chercheurs ont injecté dans une glande parotide (la plus grosse glande salivaire) le gène de l'aquaporine-1. Les cellules qui reçoivent le gène produisent alors une protéine capable d'assurer le transfert des molécules d'eau à travers la paroi cellulaire.

L'introduction du gène dans les cellules de la glande parotide s'avère sûre et n'engendre pas d'effets secondaires importants.

À l'issue des six semaines de l'étude, la thérapie génique se traduit pour 6 des 11 patients par une augmentation marquée du flux de salive. Cinq d'entre eux témoignent également d'une amélioration subjective de l'humidification de la bouche.

D'autres essais doivent encore être menés pour améliorer encore l'humidification de la bouche et apporter un gain de confort durable pour les patients.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 03 Décembre 2012 : 10h00
Mis à jour le Jeudi 03 Janvier 2013 : 15h20
Source : Fondation ARC, GF -B.J. Baum et al. Early responses to adenoviral-mediated transfer of the aquaporin-1 cDNA for radiation-induced salivary hypofunction. P Natl Acad Sci USA. En ligne le 6 novembre 2012..
PUB
PUB
A lire aussi
Thérapie génique et chimiothérapie, une combinaison gagnantePublié le 27/08/2002 - 00h00

Dans le domaine du traitement du cancer, les associations de différentes techniques thérapeutiques s'avèrent très performantes. Selon une étude réalisée chez des souris, la combinaison de la chimiothérapie et de la thérapie génique donne de bien meilleurs résultats, comparé aux deux...

Succès de la thérapie génique contre une maladie rarePublié le 13/11/2009 - 00h00

Des chercheurs francais de l'hôpital Saint-Vincent de Paul (Paris) et de l'Inserm ont réussi à bloquer chez deux garcons la progression d'une maladie génétique rare, l'adrénoleucodystrophie, en utilisant la thérapie génique. Leurs travaux étaient notamment soutenus par l'Association...

Reconnaître un cancer des glandes salivairesPublié le 01/03/2010 - 00h00

Les glandes salivaires sont de multiples petites entités qui ont pour rôle la fabrication de la salive. Elles peuvent être l'objet de nombreuses affections : troubles de la fonction de sécrétion, lithiase, infection, voire cancer. Dans la majorité, les tumeurs sont bénignes, mais peuvent...

Plus d'articles