tristounette
Portrait de cgelitti
Atteinte d'un cancer du sein et suite à une première intervention chirurgical, une mastectomie s'avèrait necessaire. Le premier chirurgien ma recommandé son collegue qui , soit disant, est un expert de la reconstruction mammaire par lambeau dorsal.

J'ai fait confiance car lorsqu'on a le cancer ont en a besoin. Lorsque j'ai poser des questions sur le résultat de cette opération, possibilité de faire du sport, du jardinage etc. et que les deux chirurgien mon répondue 'oui, bien sur, ça ne modifira pas du tout votre vie' j'y ai cru. En fait, aucun risque me ma été signaler, aucun danger.

Aprés l'opération, ça avait l'aire d'aller. Puis j'ai eu des problèmes d'épanchement, des poches de lymph qu'il fallait faire ponctionner. Lorsque je téléphonais à la clinique c'était, 'pas aujourd'hui, demain il n'est là, puis c'est le week-end, revenez lundi.' Plusiers fois j'ai passée le week-end en agonie

en attendant d'etre soulagé. J'ai commencer a avoir des douleurs insupportable, j'ai essayé tous les cachets

qu'on me prèscrivait, bien que souvent, ils avait peu d'effet, je vivait un enfer. Si je n'avait pas eu mes enfants j'en aurait fini. Un jour, ou j'en pouvait plus j'ai téléphoner à la clinique,on ma répondu que 2 mois après l'intervention, cela n'avait plus rien avoir avec eux, et que je devais aller voir mon médecin généraliste. Je me suis quand meme rendu à la clinique ou j'ai attendue 2 heures et demi avant d'étre vu par le chirurgien. Il ma prèscrit dix jours d'anti-inflamatoires, c'est tout.

Je l'ai revue pour l'examen 3 mois aprés l'opération, la première chose qui m'a demandé c'est 'Pourquoi vous venez me voir? Lorsque je lui ai signaler que j'avais encore trés mal, il ma répondue -c'est normal, vous n'avez pas voulu de prothèse (faux, c'est lui qui m'a dirigé vers cette option). Lorsque je lui ai montré qu'un bras était nettement plus court que l'autre après m'avoir demandé 'qu'est-ce que je regarde là?, il me répond - c'est normal... Et quand je me suis plaint des adherences qui couvre la partie gauche du dos, il ma répondue 'Heureusement qu'il y a des adherences'. Je lui ai demandé pourquoi il ne m'avait pas prévenue. Tout le monde ne réagi pas de la meme façon me dit-il. Il as conclut que pour lui, tout allait bien.

Les choses se sont agravés, la zone dorsal s'est enflammé, elle est s'est couverte de plaques rouge brulante j'avais de la fièvre, les petits boutons qui avait apparus après l'op se sont multipliés. Je ne suis pas retourner chez le chirurgien pour me faire insulter et humilié de nouveau. J'ai revue mon médecin traitant plusières fois. J'ai vu son associé, un autre médecin, le médecin de la cotorep, une gynécologue, une dermatologue, puis le premier chirurgien. En tout j'ai vu 9 différent médecins. C'était au mois d'avril/mai.

Au mois de septembre, je croyait devenir folle parceque malgré tout mes symptoms , une vitesse de sédimentation hyper élévée ainsi que la protéine c réactivité, personne ne mettait en avant l'hypothèse d'une infection, sauf moi-meme et mon kiné. Je suis alors aller en Angleterre ou j'ai consulté un chirurgienne du sein. La première chose qu'elle a dit en voyant mon dos c'est 'Poor you, pauvre de vous'. Elle ma fait hospitaliser sous antibiotiques entra -veineux pendant 4 jours, suivi d'un traitement antibiotique de 2 semaines. ça a commencer à aller mieux, bien que l'inflammation n'a pas completement disparue.

Aujourd'hui, chaque mouvement tire sur mes adherences, les muscles deviennent dur comme des batons qui me rentre dans les cotes et bloquent ma respiration et mon activité physique est trés limité. Bien entendue, je continue a faire de la kiné, j'essaye de faire de la marche tout les jours etc.

Bien sur qu'ill faudrait que j'entame une procedure judicière, mais je doit maintenant m'occuper de l'autre sein qui est peut-etre aussi atteint d'un cancer.

La mastectomie ma peut-etre sauver la vie, mais la reconstruction me la gacher. Pas seulement la mienne, celle de mon mari et de mes enfants aussi. J'étais, avant cette démarche 'comme un rayon de soleil'. Plusiers personnes me l'avait dit. J'étais active et sportif. Aujourd'hui je suis comme un nuage noir. Je me redresse, me repositionne sans cesse afin de ne pas me laisser faire par ces muscles qui voudrait me mettre à terre. Mon buste et mon bassin ne s'alignent plus. La nuit je dors, (quand je dors) comme sur des cailloux.

S'il y avait une façon simple d'etre entendu, que les multiples fautes soit reconnues, que quelque part je soit

dédommagé,( car actuèllement je n'ai aucun revenue, aucun droits) je le ferait. Mais je ne vais pas y passer se qui reste de ma santé, car j'ai appris une chose; quand il y a un probleme les médecins se resèrrent les coudes.

Aussi , un sein ne vaut pas un dos. Est-ce morale (sans parler de la légalité) de proposer une telle opération sans meme en exposer les risques?

PUB
PUB