Cancer du sein : être plus forte face à la maladie

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Janvier 2002 : 01h00
-A +A
La participation à des « groupes d'intervention » visant à encourager les femmes à s'exprimer sur leur maladie et à les soutenir psychologiquement, donne aux patientes une plus grande force morale.

La combativité et le moral sont des éléments clés dans l'évolution d'un cancer du sein. Les médecins se sont donc posé la question de savoir si une thérapie dite « de groupe d'intervention » pouvait influencer le pronostic de la maladie. Pour cela, ils ont établi deux groupes : l'un, dans lequel les malades étaient invités à s'exprimer sur leur maladie et bénéficiaient d'un soutien psychologique, l'autre était un groupe contrôle.

Des résultats décevants

Les résultats de cette étude ont été un peu décevants dans la mesure où le taux de survie a été le même dans les deux groupes de malades, signifiant ainsi l'absence d'un bénéfice direct lié à un soutien psychologique.

Un bénéfice moral

Cependant, les participantes au groupe d'intervention ont vu leur humeur s'améliorer et elles se sont montrées moins sensibles à la douleur. Il ressort également que le groupe d'intervention s'est montré d'autant plus bénéfique que les femmes étaient plus en détresse au départ.

Au final, même si l'accompagnement psychologique n'ajoute rien aux chances de survie à un cancer du sein, elle permet de mieux vivre les choses. Et lorsque le temps est compté, n'est-ce pas finalement le plus important ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Janvier 2002 : 01h00
Source : Goodwin P. et coll. New England Journal of Médicine 2001; 345, 24: 1719-1726.