• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    24 avis
  • Commentaires (0)

Cancer du pancréas : les traitements

Cancer du pancréas : les traitements

La chirurgie est le seul traitement curatif du  cancer du pancréas mais elle n’est envisageable que dans les stades précoces.

Dans les autres cas, la chimiothérapie, seule ou en association à la radiothérapie, est préconisée.

Cancer du pancréas : la chirurgie

En pratique, seuls 10 à 15 % des cancers du  pancréas sont opérables.

Quand la tumeur est-elle opérable ?

L’équipe médicale qui prend en charge le patient utilise plusieurs éléments afin d’évaluer si le cancer est opérable.

  • Les caractéristiques propres à la tumeur : un cancer très évolué localement ou métastasé ne peut pas être opéré. Seules les tumeurs peu avancées sont, dans leur majorité, opérables.
  • Les caractéristiques propres au patient : le cancer du pancréas touche généralement des sujets âgés. L’état général du patient, et particulièrement ses fonctions cardiaques, rénales ou pulmonaires, doivent être mesurées au cours du bilan préopératoire. Son état de santé peut parfois être insuffisant pour que l’opération puisse être envisagé avec sécurité. Ceci est d’autant plus vrai que la chirurgie du cancer du pancréas est une opération relativement lourde et longue, pour laquelle le risque de complications ou de mortalité n’est pas nul (5 % de décès).


Le déroulement de l’intervention

Lorsqu’elle est possible, la chirurgie est réalisée sous anesthésie générale.

  • Elle peut être pratiquée après laparotomie, technique classique nécessitant l’ouverture de l’abdomen du patient.
  • Elle peut aussi être pratiquée par cœlioscopie. Dans ce dernier cas, l’incision réalisée mesure quelques millimètres seulement et permet d’insérer des instruments chirurgicaux miniaturisés. L’ampleur de l’intervention est réduite.

Avant l’ablation de la tumeur en elle-même, le chirurgien s’assure que rien n’a échappé à l’imagerie préopératoire, comme par exemple de petites métastases locorégionales. Il inspecte également l’environnement immédiat de la tumeur et les vaisseaux sanguins voisins. Parfois, malgré la taille réduite de la tumeur, ses caractéristiques ne permettent pas son retrait. Dans ce cas, le médecin se contente de dégager les voies biliaires et digestives qui sont, ou pourraient, être bloquées par la tumeur, afin de réduire les symptômes liés à la maladie (ictère, vomissements, …)

Si la tumeur peut être retirée, le chirurgien adapte la procédure à la zone du pancréas atteinte :

  • Si le cancer est situé dans le corps ou la queue du pancréas, le chirurgien retire la partie gauche de l’organe. Il doit aussi retirer les vaisseaux qui le traversent ainsi que la rate qui est à son contact.
  • Lorsque le cancer est situé dans la tête du pancréas, l’opération est plus compliquée car le duodénum et l’estomac sont à son contact. La partie droite du pancréas est retirée ainsi que le canal cholédoque qui s’y trouve. Les portions adjacentes de l’estomac et du duodénum sont aussi enlevées. Une phase de reconstruction de plusieurs heures débute ensuite : elle permet de refermer le reste de l’estomac et de rétablir la continuité du tube digestif en reconstituant celle de l’intestin et en rétablissant une voie de circulation de la bile entre le foie et l’intestin.

Dans les deux cas, les ganglions lymphatiques qui drainent la zone du pancréas sont retirés pour limiter les risques de dissémination de cellules cancéreuses qui auraient pu migrer depuis le pancréas jusqu’à ces ganglions.


Les suites de l’opération chirurgicale

Après l’opération, le patient reste en réanimation durant quelques jours puis il rejoint le service dans lequel il a été admis.

Durant les tous premiers jours, la douleur du patient est prise en charge par un traitement adapté. Une sonde urinaire est posée pour éliminer les urines. Une perfusion est aussi mise en place dans une veine du bras. Elle permet de nourrir le malade en attendant que le système digestif retrouve sa fonctionnalité.

C’est seulement après quelques jours, et lorsque les signes d’un retour normal du transit sont observés (gaz), que le patient reprend progressivement une alimentation normale. Les premières selles peuvent être diarrhéiques et contenir des traces de sang liées à l’opération.

La complication la plus grave est l’apparition de fistules : ces lésions sont dues à une mauvaise cicatrisation de la zone opérée du pancréas. Le liquide pancréatique s’en échappe et peut s’épancher localement ou se répandre dans la plèvre (l’enveloppe qui entoure les poumons). Il existe alors un risque d’infection qui doit être contrôlé. En cas de fistules, le patient est réopéré.


Après la chirurgie

Le cancer du pancréas expose à un risque significatif de rechute. En conséquence, des traitements post-chirurgicaux, dits «adjuvants», sont prescrits. Il s’agit de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Ces deux modes de traitements réduisent les risques de rechute en détruisant les cellules cancéreuses qui pourraient persister localement ou qui ont pu se disséminer ailleurs dans l’organisme, sans pour autant être visibles par l’imagerie.

Deux cas de figures peuvent se présenter après analyse des tissus retirés :

  • L’analyse montre que leurs bords sont constitués de cellules saines. Cela signifie qu’a priori toutes les cellules tumorales ont été retirées du pancréas. Un traitement par chimiothérapie est initié : il permet d’éliminer les cellules cancéreuses qui auraient pu migrer dans l’organisme avant l’opération.
  • L’analyse montre que leurs bords comportent des cellules cancéreuses. La probabilité que certaines d’entre elles soient restées en place dans l’organisme est alors forte. Dans ce cas, une « chimio-radiothérapie » est mise en route.

Cancer du pancréas : la chimiothérapie

Le principe de la chimiothérapie

La chimiothérapie consiste en l’administration de médicaments qui détruisent les cellules au moment de leur division. Elle détruit préférentiellement les cellules cancéreuses car ces dernières se multiplient plus fréquemment que les autres cellules de l’organisme. Cependant, il n’est pas possible d’empêcher son action sur les cellules normales qui se divisent également : c’est ce qui explique les effets indésirables du traitement.

La chimiothérapie est administrée selon un protocole comprenant un ou plusieurs médicaments. Chaque médicament est utilisé selon des règles précises de doses et de durée qui varient parfois dans le temps. En règle générale, le traitement dure plusieurs semaines. Souvent, plusieurs cycles de traitement sont nécessaires, espacés de quelques jours ou de quelques semaines.

L’administration de la chimiothérapie se fait principalement par voie injectable, même s’il existe des médicaments qui peuvent être administrés par voie orale. Pour éviter de multiplier les piqûres dans les veines du patient, un cathéter peut être mis en place. Selon les cas, l’équipe aura recours à un cathéter dont l’extrémité est situé au niveau de la clavicule, ou à un petit réservoir (chambre implantable) implanté sous la peau.

Les traitements de chimiothérapie ne nécessitent pas toujours une hospitalisation : le patient vient le matin à l’hôpital et ressort en fin de journée après avoir reçu son traitement. Dans certains cas, ce dernier peut même être administré à domicile.

Les effets secondaires induits dépendent de la nature du médicament utilisé : diarrhées, vomissements, chute de cheveux… Le plus souvent, un traitement est proposé pour éliminer ou réduire ces manifestations.


En cas de cancer du pancréas

La chimiothérapie est notamment utilisée lorsque la tumeur n’est pas opérable, qu’il s’agisse d’un cancer précoce, localement avancé, ou métastatique. Dans le cas de tumeurs métastatiques, c’est la chimiothérapie qui est le traitement de référence.

Le protocole de chimiothérapie est décidé en fonction du patient et des caractéristiques de sa tumeur. Il a pour objectif d’obtenir une diminution de la taille de la tumeur et, ainsi, une réduction de l’impact de la maladie sur l’état du patient. L’idée est d’accroître son espérance de vie, même lorsqu’il n’est pas possible d’éliminer totalement la maladie.

Chez certains patients porteurs de tumeurs localisées, la réponse au traitement peut être suffisamment importante pour finalement envisager une opération chirurgicale. On qualifie alors la chimiothérapie de « pré-opératoire » ou « néo-adjuvante ».

En cas de tumeurs opérables, la chimiothérapie peut parfois être utilisée après la chirurgie. Elle vise alors à éliminer les cellules cancéreuses qui auraient pu échapper à l’opération. On parle de chimiothérapie adjuvante.


L’arrivée des thérapies ciblées

Depuis 2007, la chimiothérapie peut être associée à un nouveau médicament : l’erlotinib. Ce médicament est différent de la chimiothérapie classique car il cible un élément que la surface des cellules cancéreuses présente de façon nettement plus importante que les cellules normales (ce récepteur est appelé « EGFR » pour « epidermal growth factor receptor »). Grâce à cette nouvelle molécule, la survie de certains patients peut être significativement améliorée.

Mis à jour par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 18/12/2012
Créé initialement par le 14/06/2007

Sources : Fondation ARC pour la recherche sur le cancer

Cette fiche fait partie du guide Guide Cancer , rubrique Cancer du pancréas

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
En partenariat avec la Fondation ARC et les Editions Elsevier Masson

 

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d'une collaboration entre l'éditeur scientifique Elsevier Masson et la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer.

ARC

Pour en savoir plus sur la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer accédez au site de la Fondation ARC.


Pour en savoir plus sur les Editions Elsevier Masson

Pour télécharger la brochure sur les cancers du pancréas

intervenez sur e-santé
Prévisualisation

*Saisie obligatoire pour envoyer

Informatique et libertés
Avatar de douchka21
Par douchka21 15/10/14 - 07.18
re-bjr à tout le monde, DPC, c'est quoi, svp? Je crois qu'il faut que je connaisse certains termes spécifiques au pb de pancréas. Merci pour vos réponses. 

VOTRE COMMUNAUTÉ Cancer du pancréas

Participez aux discussions les plus actives

  • re-bjr à tout le monde, DPC, c'est quoi, svp? Je crois qu'il faut que je connaisse certains termes ...

    Par douchka21 15/10/2014 - 07h18

    0
    réponse
    22 consultations
  • Bjr, Je recherche le ou les meilleurs spécialiste(s) des maladie du pancréas. Si vous avez une ...

    Par douchka21 15/10/2014 - 07h01

    3
    réponses
    45 consultations
  • Kty4t Pour plus de renseignements sur la chrono chimiothérapie appliquée au cancer du pancréas, je ...

    Par kty4t 02/10/2014 - 22h59

    0
    réponse
    55 consultations