Cancer durant l'enfance et risque ultérieur de maladies chroniques

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Octobre 2006 : 02h00
-A +A
Comme si ça ne suffisait pas, avoir eu un cancer dans l'enfance augmente ensuite le risque de souffrir de maladies chroniques… Ainsi, après avoir gagné contre le cancer, l'enfant devenu adulte devra encore se battre. Il dispose cependant d'atouts non négligeables : la prévention et le suivi médical.

Trois-quarts des survivants sont atteints d'une maladie chronique

Selon une étude américaine, les enfants ayant été traités pour un cancer dans les années 70 et 80 sont devenus des adultes à haut risque. En effet, le suivi d'une telle population montre que 20 ans après le diagnostic du cancer, 75% d'entre eux souffrent d'une maladie chronique, 40% présentent un problème grave de santé et 33% sont atteints de plusieurs maladies en même temps.

Les auteurs ont identifié cinq types de maladies dont la fréquence est considérablement accrue : second cancer (particulièrement cancer du sein, colorectal et cancer de la peau - mélanome), maladies cardiovasculaires, insuffisance rénale, maladies musculo-squelettiques et maladies endocriniennes comme les maladies de la thyroïde ou l'ostéoporose.

Par ailleurs, le risque de développer ces problèmes de santé continue à augmenter avec le temps.

Trois fois plus de risques

De telles constatations ont été faites en comparant l'évolution de l'état de santé de plus de 10.000 survivants d'un cancer à celle de leurs frères et soeurs. Les personnes incluses dans cette étude ont été traitées avant l'âge de 21 ans pour un des cancers suivants : leucémie, tumeur du système nerveux central, maladie de Hodgkin, lymphome non Hodgkinien, tumeur de Wilms (rénale), neuroblastomes, sarcome, tumeur osseuse.

Leur risque de développer une maladie chronique est multiplié par trois par rapport à leur fratrie. Quant à leur risque d'en avoir deux, il est multiplié par 5

Selon les chercheurs, les risques semblent les plus importants chez les survivants d'une tumeur osseuse. Les femmes présentent aussi plus de risques que les hommes.

En pratique, les personnes qui ont été traitées pour un cancer durant leur enfance doivent bénéficier d'une surveillance et d'un suivi accru durant toute leur vie. Et les cinq types de pathologies dont la fréquence augmente, devront être très régulièrement dépistés.

Il convient aussi d'encourager ces personnes à adopter une certaine hygiène de vie, dont les effets sont connus pour être préventifs : pas de tabac, peu d'alcool, pas de surpoids, activité physique régulière, alimentation variée et équilibrée, etc.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Octobre 2006 : 02h00
Source : Oeffinger et coll., New England Journal of Medicine, 355 : 1572-82, 2006.
A lire aussi
Gencives irritées, maladies graves à la clé... Publié le 28/10/2013 - 06h24

Certaines affections de la bouche peuvent avoir des répercussions beaucoup plus larges. La relation la plus connue est celle entre gingivite (inflammation des tissus de soutien des dents) et maladie cardiaque. Comment une maladie des gencives peut-elle en entraîner une autre à distance ?

Homme 40-49 ans Publié le 10/02/2009 - 00h00

Vous avez la quarantaine, et un bel âge, celui de la maturité ! Mais attention, après 40 ans, il est primoridal de veiller un peu plus à sa santé, car nos organes ne sont plus aussi jeunes qu'il y paraît ! Quels sont les points essentiels de prévention santé pour un homme âgé de 40 à 49...

Du diabète au cancer du pancréas Publié le 29/07/2013 - 10h16

Le diabète est un facteur de risque du cancer du pancréas et des études récentes confirment cette relation. Autrement dit, les diabétiques sont plus à risque que les autres de développer un cancer du pancréas. La bonne nouvelle est que ce cancer est assez rare mais il a l’inconvénient...

Plus d'articles