pascale12
Portrait de cgelitti

Mon beau père (père de mon compagnon) est atteint d'un cancer de la moelle osseuse depuis cinq ans (un myelome multiple).

Il a subi deux auto greffes, est dialysé trois fois par semaines depuis trois ans.

Sa situation familiale est catastrophique. Sa femme n'a jamais pu accepté la maladie et s'est détournée de lui très tôt, mais de façon cachée. Elle entretient une relation avec un autre homme depuis quasiment le début de la maladie de son mari. Très tôt, les enfants ont eu des soupsons, mais elle a toujours nié, se défendant d'entretenir des relations simplement amicale avec cet autre homme qui petit à petit s'est tmis à passer tout son temps au domicile de Me.

Depuis un an, mon beau père a pu réussir à ouvrir les yeux et se rendre compte de ce qui se passe chez lui. Cependant, sa femme refuse catégoriquement la séparation et un départ du domicile. Mon beau père est extrêment affaibli et se sent incapable d'entamer une procédure de séparation. Il semble littéralement écrasé, comme ci du fait de la maladie, il ne pouvait plus plus y avoir d'avenir pour lui. Il n'a plus aucun espoir de vie meilleure, et a décidé de tout accepter. Il dit "qu'on peut s'habituer à tout" . De ce fait, ils vivent toujours tous les deux sous le même toit. Sa femme l'ignore et a organisé sa vie avec son amant. Pour elle, il n'y aucun problème. Elle peut dire que si cette situation ne convient pas à son mari, il n'a qu'à partir, sachant très bien, qu'il est trop affaibli pour le faire. Depuis plusieurs années, elle le méprise, l'ignore, a des propos terribles, extrêmement rabaissant à son sujet. J'ai parfois le sentiment qu'elle l'a enterré le jour où la maladie s'est déclarée. L'amant joue un rôle très important. c'est un homme est sans scurpule.

L'entourage reste inerte, ne percevant pas la détresse psychologiue de cet homme. Comme si eux aussi l'avait déjà condamné, et de ce fait accepte qu'il vive l'inaceptable.

Pour eux, seule la maladie est responsable, et comme on ne peut rien faire contre la maladie,il n'y a rien à faire.

Au nom de la maladie, l'entourage accepte que cet homme ne soit plus traité comme un être humain.

Je n'arrive pas à comprendre, et je m'inquiète chaque jour un peu plus. J'ai peur que mon beau père mette fin à ses jours, j'ai peur de ce que sa femme et son amant pourrait faire, j'ai peur de l'avenir.

Aujourd'hui, le seul à s'être positionné est mon compagnon. Il soutient son père comme il peut,et à distance. Depuis un an maintenant, il refuse de jouer la comédie dans les repas de famille donc ne s'y rend pas, et n'est plus en lien avec sa mère à qui il avait demandé d'agir correctement et de prendre ses responsabilités. Les autres menbres semblent d'accord avec sa position, mais affirment ne pas avoir le courage d'en faire de même. Ils n'ont jamais essayé de discuter et font ce qu'ils peuvent pour ne pas voir.

Je suis inquiète ne ne sait plus quoi faire pour venir en aide à cet homme. Se contenter de le regarder souffrir m'est de plus en plus difficile. J'ai le sentiment qu'il a été abandonné, et que l'équipe médicale qui le suit pour sa maladie n'a pas conscience de ce qu'il vit au quotidien. Il ne parle pas, est isolé, alors comment pourrait elle savoir?

Je me demande souvent s'il faut que je me mette en lien avec l'équipe, juste pour les alerter, les sensibiliser...En ai-je le droit?

Voilà, il pourrait y avoir encore beaucoup plus à dire, mais il faut bien s'arrêter...

Toutes les réactions sont les bienvenues...

merci

le plus beau cabaret
Portrait de cgelitti

bonsoir,

c'est un devoir d'alerter les personnes qui s'occupent du monsieur malade de la situation qu'il vit quotidiennement.

Affaibli par la maladie, il n'a pas le courage de réagir, alors vous faites-le et rapidement sinon c'est non-assistance à personne en danger.

Bon courage,

pascale12
Portrait de cgelitti

merci de ces réponses. Je vais me mettre en contact avec son medecin.Peut etre arrivera t'il à lui faire accepter de rencontrer un psy ou peut etre pourra t'il l'orienter sur un groupe de soutien.Il aurait besoin d'entendre que sa vie n'est pas fini...Concernant l'idée de faire appel au procureur, je ne crois pas avoir suffisamment d'élements réels. Ce sont des  des craintes, appuyées sur ce que nous observons de lui , de quelques situations qu'il a pu raconter mais  qu'il est capable de ne pas redire( concernant la façon dont elle lui parle, le sentiment d'humiliation, l'indifférence, la présence de l'amant).Nous avons auussi des éléments qui nous font penser que sa femme n'a plus de limites, où en tout cas nous ne savons plus où elles sont...( déni, mensonge...elle a pu aller jusqu'à avoir une relation avec son amant, dans la meme chambre que sa fille, le nier puis le minimiser, puis il y a eu des messages envoyés à son mari ou à son fils au lieu de l'amant où les propos n'étaient pas très elogieux concernant son mari...) L'amant donne l'impression de jubiler de tout cela. il est constamment présent au domicile. Et pourtant, malgré tout ça, il faut savoir qu'il ne fera jamais rien qui puisse  porter atteinte à sa femme. C'est commme si sa vie était sur pause, il n'attend plus rien de benefique, il est en mode survie, complètement résigné.

Je vais donc contacter le medecin, voir ce qu'il dit...

on verra ensuite quelles options il y a ...

mercedes06
Portrait de cgelitti

Bien sur que vous pouvez alerter l' équipe médicale ou meme le procureur de la République car cette situation relève de la  maltraitance sur personnes agés, dans ce cas elle est morale ....  surtout si il y a un risque de suicide,  Vous pouvez demander conseil au numéro 3977. Bon courage

enrage
Portrait de cgelitti

je trouve ignoble que vous vous permettiez de juger si facilement vous tous qui ne vivez pas une telle situation ; comment pouvez vous parler de ce que vous ne vivez pas !!!!

pascale12
Portrait de cgelitti

et je vais appeler le 3977 ... merci!

pascale12
Portrait de cgelitti

Juger si facilement?   mais que savez vous des informations dont je dispose? Ce que j'ai pu raconter vous est surement insupportable à lire pour des raisons qui vous appartiennent, mais il ne faut pas tout mélanger. Vous ne pouvez pas imaginer quelle a été la détresse de cet homme, jusqu'à la fin.

Mon beau père est décédé il y a 1 semaine. Sa situation générale a plongé à la fin du mois de septembre et il est parti en 3 semaines. Son moral était au plus bas, le cancer est revenu en force.Et c'est bien la fragilité de son état général qui n'a pas permi aux medecins de pouvoirs tentés quoique ce soit. La dernière semaine dans sa maison, lieu où habitait toujours sa femme, malgré sa relation avec un autre homme, qui de plus était toujours là, a été un véritable supplice. Sa femme a réellement fleurté avec la maltraitance. Il s'est senti en danger dans son propre domicile.

Je n'ai jamais jeté la pierre à cette femme car je sais combien sa souffrance et sa détresse étaient également grande. Mais cela ne fait pas disparaître les actes qu'elle a posée, et on ne lui rendrait pas service en lui retirant sa responsabilité. Le déni est dangereux. Tout le monde dans cette famille va devoir avancer avec ce poids, apprendre à pardonner, et se reconstruire. Faire semblant qu'il ne s'est rien passé ne mènera pas loin.

Tout cela n'a pas empéché que les enfants soient autour de leur mère lors des obsèques.

 

grassouillette
Portrait de cgelitti

Comment peut-on garder les yeux grands 'ouverts devant un tel spectacle. Quelle ignoble femme qu'est son épouse en lui infligeant cette vie. N'hésitez pas à aller vers une asistante sociale qui devrait vous guider. Il y a effectivement  non assistance à personne en danger. En faisant cette démarche vous serez apaisée  et votre mari aussi. Comment lui, peut-il tolérer que sa mère et l'amant de sa mère puissent avoir de tels agissements. IL EST GRAND TEMPS DE FAIRE LE NECESSAIRE . ce sont deux MONSTRES ....... qui doivent être punis.  BON COURAGE

Sujet vérouillé