Le cancer colorectal : dépisté à temps, on en guérit !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Septembre 2008 : 02h00
-A +A
Pourquoi dépister le cancer colorectal ? Parce que diagnostiqué tôt, le cancer colorectal peut être guéri dans plus de neuf cas sur dix. Et le cancer colorectal tue chaque année 100.000 Européens, hommes et femmes. Pour inciter les Francais à se faire dépister, l'Institut national du cancer lance la première campagne de sensibilisation nationale.

" Le plus souvent, dépisté à temps, un cancer colorectal n'est pas méchant "

Le cancer colorectal est la 2e cause de décès par cancer en France. Pourtant, lorsqu'il est diagnostiqué au stade I (tumeur débutante), le taux de survie à 5 ans s'élève à 94%. Or ce n'est actuellement le cas que d'un seul cas de cancer colorectal sur 5. Pour que la survie augmente, il est donc impératif de tout faire pour dépister ce cancer à un stade de développement plus précoce. C'est l'objectif du dépistage organisé, expérimenté depuis 2003 et qui s'étend aujourd'hui à l'ensemble du territoire.

2008, l'année de la généralisation du dépistage organisé du cancer colorectal

Le dépistage organisé du cancer colorectal s'adresse aux 16 millions d'hommes et de femmes âgés de 50 à 74 ans. Il recommande la réalisation tous les deux ans d'un test de recherche de sang occulte dans les selles, suivi d'une coloscopie en cas de résultat positif (2 à 3% des cas). " Grâce à ce dépistage et avec un taux de participation de la population de 50%, on peut atteindre une réduction de 15 à 20% de la mortalité liée au cancer colorectal. "Rappelons que le cancer colorectal se développe, au début, silencieusement, sans symptôme. Souvent, ce sont des polypes intestinaux, des excroissances à la surface de la muqueuse du côlon, qui se transforment en tumeurs et qui, en l'absence de diagnostic, finissent par envahir les tissus voisins. Les petites lésions cancéreuses présentes dans la muqueuse intestinale ont tendance à saigner facilement, d'où l'intérêt de rechercher la présence de sang dans les selles. Invisibles à l'Œil, ces traces de sang sont détectables par un test dénommé Hémoccult.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Septembre 2008 : 02h00
Source : Communiqué de presse de l'Institut national du cancer, septembre 2008.
A lire aussi
Cancer colorectal : le test Hémoccult II en pratique Publié le 31/03/2008 - 00h00

Pas de pitié pour le cancer colorectal. C'est le 3e cancer le plus fréquent et il reste souvent mortel. La seule arme dont nous disposons actuellement est le dépistage précoce. Celui-ci repose sur le test Hémoccult II, lequel est en cours de généralisation dans le cadre d'un dépistage...

Plus d'articles